Planète Révélations
Bienvenu sur Planète Révélations, bonne visite à vous...

Planète Révélations


 
AccueilFAQRechercherGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le cratère de Patom : UFO ou Base militaire enterrée, that is the question?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
geoff78

avatar

Masculin Taureau Buffle
Messages : 4399
Date d'inscription : 02/05/2009
Age : 32
Localisation : Partout

MessageSujet: Le cratère de Patom : UFO ou Base militaire enterrée, that is the question?   Ven 10 Fév 2012 - 13:08

Revenir en haut Aller en bas
stevostin

avatar

Masculin Messages : 82
Date d'inscription : 29/12/2010

MessageSujet: Re: Le cratère de Patom : UFO ou Base militaire enterrée, that is the question?   Sam 11 Fév 2012 - 6:11

Merci l'ami pour le partage.

Très troublant tout de même.

Revenir en haut Aller en bas
geoff78

avatar

Masculin Taureau Buffle
Messages : 4399
Date d'inscription : 02/05/2009
Age : 32
Localisation : Partout

MessageSujet: Re: Le cratère de Patom : UFO ou Base militaire enterrée, that is the question?   Jeu 23 Fév 2012 - 19:01

Le 30 juin 2008 nous fêtions les 100 ans de l'incident de Tunguska (ou Tounguska).



Nos magazines scientifiques français en profite pour en reparler et faire le point.
Il s'agit par exemple du numéro 458 de Ciel et Espace de Juillet 2008 avec une belle accroche "Collisions - Les derniers secrets de la Tounguska".Ainsi que Science & Vie 1090 du 30 juin 2008 avec un article page 102 intitulé "Mystère de la Tounguska - que s'est-il passé le 30 juin 1908?"
Y-a-t-il vraiment du neuf malgré ces accroches de com'?

Science et Vie nous rappelle que un siècle après l'explosion, pas le moindre gramme de météorite n'a été retrouvé sur le site.

Il nous présente les différentes hypothèses évoquées au fil du temps:
"Voguant sur les théories du moment, certains ont suspecté une météorite d'antimatière (1941), un mini trou noir (1973), ou une météorite de matière miroir (2002).

Egalement mise à contribution la SF imagina une explosion nucléaire alors que le 1er essai date de 1945, le crash d'une soucoupe volane, et même un tir malencontreux avec le rayon de la mrt qu'aurait soit disant mis au point le célèbre inventeur serbe Nikola Tesla..."


Il est précisé que les spécialistes s'accordent sur le fait que l'explosion a eu lieu à une dizaine de kilomètres d'altitude - ce qui explique que les arbres à la verticale de l'explosion soient resté debout - , et à libérer une énergie estimée ente 10 et 20 mégatonnes de TNT. Soit au moins mille fois la puissance de la bombe d'Hiroshima.

Par contre ce qui fait encore doute: est-ce un astéroïde (hypothèse des américains) ou une comète (hypothèse des russes)?

Tout tourne autour de la dernière hypothèse, le lac Cheko situé à 8 kms de l'épicentre pourraît être le vestige d'un cratère secondaire car celui-ci n'était pas mentionné dans les cartes antérieures à 1908 et il apparu pour la 1ère fois sur carte de 1928, un an après la 1ère expédition scientifique organisée là-bas.




1883 pour la 1ère carte - en dessous agrandissement de la carte sur la zone concernée.

Le tenant de cette hypothèse est Luca Gasperini de l'université de Bologne. Ceux-ci souhaitent monter une nouvelle expédition là-bas depuis qu' "en cartographiant le lac à l'aide d'ondes acoustiques et radar, nous avons découvert à 10 mètres sous le fond une zone de densité très différente".

On n'en saura pas plus dans l'article, vous noterez que S&V n'indique pas depuis quand Luca Gasperini a émis l'hypothèse!

Ciel et Espace est-il plus transparent?

Oui on apprend que la piste des italiens remonte à juillet 1999, lorsque cet été là lorsque ceux-ci entreprennent de chercher dans les sédiments du lac Cheko la trace de l'événement.



Le journal fait référence (et oui eux aussi) à un article publié par les italiens le 15 juin 2007 dans la revue Terra Nova:"Le lac Cheko pourrait avoir été formé par un impact secondaire dans un marais alluvial".

On apprend aussi que hélas, l'expédition, qui devait avoir lieu cet été pour effectuer un forage a dû être repoussée faute de crédits sufisants et qu'ils devront ce contenter cet été d'effectuer une vidéo du fond du lac destinée à confirmer les relevés acoustiques de 1999 et travailler à la datation du lac: "Nous sommes en train d'étudier par diverses méthodes radiométriques des carottes collectées au lac. Ces données, en voie d'être publiées, pointent toutes vers un âge de 100 ans pour sa formation... Cependant le test ultime era un carottage de 10 à 20 mètres au centre du lac".



Voici ce qu'on pouvait déjà lire le samedi 25 août 2007 sur le blog de bouillons de cultures sur la vision des italiens :

Citation :
Récemment, et pour la première fois, des chercheurs italiens auraient identifié l'éventuel cratère d'impact.
La formation a été découverte grâce à des moyens d'imagerie acoustique sous le lac Cheko, proche de la rivière Podkamennaya Tunguska (la Tunguska de pierre ou Tunguska supérieure), à 8 km de l' épicentre présumé.
"Lorsque notre expédition fut à Tunguska, nous n'avions aucun indice laissant supposer que le lac Cheko avait rempli un ancien cratère", a déclaré Luca Gasperini, géologue de l'Institut des Sciences Marines de l'Université de Bologne qui a conduit cette étude. "Nous recherchions au fond du lac des particules extraterrestres piégées dans la vase. Nous avons cartographié le bassin et prélevé des échantillons. Et lorsque nous avons analysé les données, nous ne pouvions pas croire ce qu'elles suggéraient. La forme en entonnoir du bassin et les échantillons des dépôts sédimentaires indiquent que le lac a comblé un cratère d'impact", explique Gasperini.
Un crash en douceur
Un cratère d’impact mesure théoriquement 24 fois la taille de la météorite qui lui donna naissance mais certains cratères peuvent atteindre une dimension supérieure à 30 fois le diamètre de la météorite.
La structure la plus simple, valable pour tous les cratères d'impact jusque 4 km de diamètre, est une dépression en forme de bol partiellement remplie de brèches entourée d'un rebord ou une zone d'éjecta composée de roches soulevées au moment de l'impact. Le rapport diamètre-profondeur est d'environ 5:1.
Le bassin du lac Cheko n'est pas circulaire, ni profond ni pentu comme un cratère d'impact typique. Celui-ci est allongé et peu profond, mesurant environ 500 mètres de long pour une profondeur maximale de 50 mètres seulement (10:1). Il ne présente pas non plus de zone d'éjecta comme on en trouve habituellement autour des cratères d'impacts, comme celui du "Meteor Crater" en Arizona.
Selon Gasperini et son équipe, la forme inhabituelle du bassin est le résultat d'un fragment éjecté par l'explosion de la Tunguska et qui s'enfonça dans le sol, laissant une dépression ressemblant à une longue tranchée. "Nous pensons qu'un fragment de 10 mètres de diamètre s'est séparé de l'objet au moment de l'explosion et conserva la même trajectoire. Il était relativement lent, se déplaçant à environ 1 km/s", explique Gasperini.
Le lac est situé le long de l'axe le plus probable de la trajectoire d'entrée de l'astre cosmique, explique l'auteur, l'objet ayant probablement fait un "crash en douceur" dans un terrain marécageux, typique de la taïga. "Il atterrit en douceur, dans un terrain marécageux, faisant fondre la couche inférieure de permafrost, libérant du gaz carbonique, de la vapeur d'eau et du méthane qui ont élargi le cratère, d'où la forme et la dimension du bassin, inhabituels pour un cratère d'impact. [...] Notre hypothèse est la seule qui tienne compte de la morphologie en entonnoir du bassin du lac Cheko", ajoute-t-il.
Au cours d'une précédente expédition dans la région, les chercheurs russes avaient étudié le lac Cheko et conclu qu'il s'était formé avant 1908, et donc antérieurement à l'événement de la Tunguska. L'équipe avait mesuré l'épaisseur des sédiments présents au fond du lac et avait déterminé que les dépôts s'étaient accumulés à raison d'environ 1 cm par an. Ceci suggérait que le lac Cheko était âgé de plusieurs siècles.
Mais l'équipe de Gasperini prétend que les vieux dépôts trouvés par les Russes existaient déjà lorsque l'explosion s'est produite. "Nous avons trouvé des indices selon lesquels la couche de débris la plus récente et donc la plus élevée, le dernier mètre, provenait des alluvions de la rivière", explique Gasperini. "Les sédiments plus profonds sont antérieurs à 1908. Ils ont été recouverts par ceux de l'impact, si bien que le lac Cheko n'est âgé que d'un siècle."

Récemment, et pour la première fois, des chercheurs italiens auraient identifié l'éventuel cratère d'impact.
La formation a été découverte grâce à des moyens d'imagerie acoustique sous le lac Cheko, proche de la rivière Podkamennaya Tunguska (la Tunguska de pierre ou Tunguska supérieure), à 8 km de l' épicentre présumé.
"Lorsque notre expédition fut à Tunguska, nous n'avions aucun indice laissant supposer que le lac Cheko avait rempli un ancien cratère", a déclaré Luca Gasperini, géologue de l'Institut des Sciences Marines de l'Université de Bologne qui a conduit cette étude. "Nous recherchions au fond du lac des particules extraterrestres piégées dans la vase. Nous avons cartographié le bassin et prélevé des échantillons. Et lorsque nous avons analysé les données, nous ne pouvions pas croire ce qu'elles suggéraient. La forme en entonnoir du bassin et les échantillons des dépôts sédimentaires indiquent que le lac a comblé un cratère d'impact", explique Gasperini.
Un crash en douceur
Un cratère d’impact mesure théoriquement 24 fois la taille de la météorite qui lui donna naissance mais certains cratères peuvent atteindre une dimension supérieure à 30 fois le diamètre de la météorite.
La structure la plus simple, valable pour tous les cratères d'impact jusque 4 km de diamètre, est une dépression en forme de bol partiellement remplie de brèches entourée d'un rebord ou une zone d'éjecta composée de roches soulevées au moment de l'impact. Le rapport diamètre-profondeur est d'environ 5:1.
Le bassin du lac Cheko n'est pas circulaire, ni profond ni pentu comme un cratère d'impact typique. Celui-ci est allongé et peu profond, mesurant environ 500 mètres de long pour une profondeur maximale de 50 mètres seulement (10:1). Il ne présente pas non plus de zone d'éjecta comme on en trouve habituellement autour des cratères d'impacts, comme celui du "Meteor Crater" en Arizona.
Selon Gasperini et son équipe, la forme inhabituelle du bassin est le résultat d'un fragment éjecté par l'explosion de la Tunguska et qui s'enfonça dans le sol, laissant une dépression ressemblant à une longue tranchée. "Nous pensons qu'un fragment de 10 mètres de diamètre s'est séparé de l'objet au moment de l'explosion et conserva la même trajectoire. Il était relativement lent, se déplaçant à environ 1 km/s", explique Gasperini.
Le lac est situé le long de l'axe le plus probable de la trajectoire d'entrée de l'astre cosmique, explique l'auteur, l'objet ayant probablement fait un "crash en douceur" dans un terrain marécageux, typique de la taïga. "Il atterrit en douceur, dans un terrain marécageux, faisant fondre la couche inférieure de permafrost, libérant du gaz carbonique, de la vapeur d'eau et du méthane qui ont élargi le cratère, d'où la forme et la dimension du bassin, inhabituels pour un cratère d'impact. [...] Notre hypothèse est la seule qui tienne compte de la morphologie en entonnoir du bassin du lac Cheko", ajoute-t-il.
Au cours d'une précédente expédition dans la région, les chercheurs russes avaient étudié le lac Cheko et conclu qu'il s'était formé avant 1908, et donc antérieurement à l'événement de la Tunguska. L'équipe avait mesuré l'épaisseur des sédiments présents au fond du lac et avait déterminé que les dépôts s'étaient accumulés à raison d'environ 1 cm par an. Ceci suggérait que le lac Cheko était âgé de plusieurs siècles.
Mais l'équipe de Gasperini prétend que les vieux dépôts trouvés par les Russes existaient déjà lorsque l'explosion s'est produite. "Nous avons trouvé des indices selon lesquels la couche de débris la plus récente et donc la plus élevée, le dernier mètre, provenait des alluvions de la rivière", explique Gasperini. "Les sédiments plus profonds sont antérieurs à 1908. Ils ont été recouverts par ceux de l'impact, si bien que le lac Cheko n'est âgé que d'un siècle."





A gauche, reconstruction du lac Cheko à partir des données topométriques et bathymétriques. Le niveau du lac a été abaissé de 40 mètres pour mettre en évidence la forme en entonnoir atypique de la formation. A droite, reconstruction 3D du lac Cheko à partir de données topographiques et de photos aériennes. Le catamaran est le bateau utilisé par les géologues italiens. Le cercle dans l'insert est une émission sous-marine de gaz. Documents Gasperini et al., U.Bologne
Bien sûr, il a dans cet article, ceux qui doutent de cette hypothèse comme Willian Hartmann :

Citation :
Récemment, et pour la première fois, des chercheurs italiens auraient identifié l'éventuel cratère d'impact.
La formation a été découverte grâce à des moyens d'imagerie acoustique sous le lac Cheko, proche de la rivière Podkamennaya Tunguska (la Tunguska de pierre ou Tunguska supérieure), à 8 km de l' épicentre présumé.
"Lorsque notre expédition fut à Tunguska, nous n'avions aucun indice laissant supposer que le lac Cheko avait rempli un ancien cratère", a déclaré Luca Gasperini, géologue de l'Institut des Sciences Marines de l'Université de Bologne qui a conduit cette étude. "Nous recherchions au fond du lac des particules extraterrestres piégées dans la vase. Nous avons cartographié le bassin et prélevé des échantillons. Et lorsque nous avons analysé les données, nous ne pouvions pas croire ce qu'elles suggéraient. La forme en entonnoir du bassin et les échantillons des dépôts sédimentaires indiquent que le lac a comblé un cratère d'impact", explique Gasperini.
Un crash en douceur
Un cratère d’impact mesure théoriquement 24 fois la taille de la météorite qui lui donna naissance mais certains cratères peuvent atteindre une dimension supérieure à 30 fois le diamètre de la météorite.
La structure la plus simple, valable pour tous les cratères d'impact jusque 4 km de diamètre, est une dépression en forme de bol partiellement remplie de brèches entourée d'un rebord ou une zone d'éjecta composée de roches soulevées au moment de l'impact. Le rapport diamètre-profondeur est d'environ 5:1.
Le bassin du lac Cheko n'est pas circulaire, ni profond ni pentu comme un cratère d'impact typique. Celui-ci est allongé et peu profond, mesurant environ 500 mètres de long pour une profondeur maximale de 50 mètres seulement (10:1). Il ne présente pas non plus de zone d'éjecta comme on en trouve habituellement autour des cratères d'impacts, comme celui du "Meteor Crater" en Arizona.
Selon Gasperini et son équipe, la forme inhabituelle du bassin est le résultat d'un fragment éjecté par l'explosion de la Tunguska et qui s'enfonça dans le sol, laissant une dépression ressemblant à une longue tranchée. "Nous pensons qu'un fragment de 10 mètres de diamètre s'est séparé de l'objet au moment de l'explosion et conserva la même trajectoire. Il était relativement lent, se déplaçant à environ 1 km/s", explique Gasperini.
Le lac est situé le long de l'axe le plus probable de la trajectoire d'entrée de l'astre cosmique, explique l'auteur, l'objet ayant probablement fait un "crash en douceur" dans un terrain marécageux, typique de la taïga. "Il atterrit en douceur, dans un terrain marécageux, faisant fondre la couche inférieure de permafrost, libérant du gaz carbonique, de la vapeur d'eau et du méthane qui ont élargi le cratère, d'où la forme et la dimension du bassin, inhabituels pour un cratère d'impact. [...] Notre hypothèse est la seule qui tienne compte de la morphologie en entonnoir du bassin du lac Cheko", ajoute-t-il.
Au cours d'une précédente expédition dans la région, les chercheurs russes avaient étudié le lac Cheko et conclu qu'il s'était formé avant 1908, et donc antérieurement à l'événement de la Tunguska. L'équipe avait mesuré l'épaisseur des sédiments présents au fond du lac et avait déterminé que les dépôts s'étaient accumulés à raison d'environ 1 cm par an. Ceci suggérait que le lac Cheko était âgé de plusieurs siècles.
Mais l'équipe de Gasperini prétend que les vieux dépôts trouvés par les Russes existaient déjà lorsque l'explosion s'est produite. "Nous avons trouvé des indices selon lesquels la couche de débris la plus récente et donc la plus élevée, le dernier mètre, provenait des alluvions de la rivière", explique Gasperini. "Les sédiments plus profonds sont antérieurs à 1908. Ils ont été recouverts par ceux de l'impact, si bien que le lac Cheko n'est âgé que d'un siècle."

Conclusion provisoire : il y a toujours débat tant qu'un carottage n'aura pas été effectué là-bas mais surtout vous pouvez juger de l'honnêté journalistique des deux revues et de leurs scoops réchauffés.

Ciel et Espace sauve la profession en datant bien les événements (1999, 2007) et proposant les dernières infos sur l'expédition (pas assez de budget).

Dans tous les cas, l'information existait sur le web antérieurement à ces articles.

Pour aller plus loin :

Le site des italiens avec toutes les expéditions : http://www-th.bo.infn.it/tunguska/
http://www.astrosurf.com/luxorion/impacts-tunguska.htm
http://www.nature.com/news/2007/070625/full/news070625-8.html


Sources : http://bouillondecultures.blogspot.com/2007/08/decouverte-du-possible-cratere-de-la.html et http://icietmaintenant.fr/SMF/index.php/topic,1914.msg25706.html?PHPSESSID=4f6870602f3b85ce9ac509d6a19812a3#msg25706

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le cratère de Patom : UFO ou Base militaire enterrée, that is the question?   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le cratère de Patom : UFO ou Base militaire enterrée, that is the question?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Ovni militaire, base, secret défense, sécurité nationale
» Un ovni filmé au dessus d'une base militaire américaine (Utah)
» Une base militaire nazie en Antartique
» (1953) Le cas radar visuel multiple de Ellsworth AFB.
» C2i2e Cergy-Education à la citoyenneté et la Défense

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Planète Révélations :: Vie extraterrestre :: Ufologie :: Rencontres ( 2ème & 3ème types )-