Planète Révélations
Bienvenu sur Planète Révélations, bonne visite à vous...

Planète Révélations


 
AccueilFAQRechercherGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le relativisme

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
samskaraa

avatar

Féminin Taureau Chien
Messages : 1006
Date d'inscription : 27/03/2011
Age : 35

MessageSujet: Le relativisme   Mer 28 Mar 2012 - 21:03

Je voulais ouvrir ce post sur le relativisme, afin de recueillir vos points de vue et opinions sur cette notion fondamentale... notion qui soulève certaines questions notamment dans le domaine de la morale. J'y avais pensé il y a quelques temps, après l'affaire Guéant en fait, et ses propos, qui niaient le relativisme culturel, j'avais oublié mais là lisant certains posts de Mindwalker sur la diversité des opinions ça m'y a fait repenser... ^^

Le Bouddhisme a répondu à cette question en tranchant net et court à toutes les conceptions diverses et variées, à vrai dire infinies, que peuvent développer les hommes sur tel ou tel sujet, domaine de l'existence, suivant leur milieu, leur conditionnement propre: il tranche en niant la nécessité d'avoir un point de vue quelconque, puisque de toute façon rien n'existe réellement, extérieur à soi: tout est esprit, pas besoin de se battre ou de faire la guerre pour du... vent.

Bien sûr cela suppose un éveil monstrueux qui n'est pas l'apanage de l'homme moyen, laïc, qui vit dans le monde, conçoit les choses et en parle. Il ne remet jamais en question le monde, l'existence des choses, il vit dedans, selon son conditionnement, et se bat pour "ses" idées.

Dire que tout est relatif est dangereux, puisque cela suppose comme le mentionnait Nietszche par exemple, que "tout est permis". "Tout est faux, donc tout est permis", Dieu est mort, il n'y a pas de loi morale, pas de critère absolu, rien à quoi se référer, sinon ses propres idées personnelles (qui ne sont personnelles qu'en apparence d'ailleurs, dans un monde où tout est conditionnement et entrelacement), et auxquelles on tient coûte que coûte, par pur égoïsme, ou plus profondément par peur du vide, du néant etc. Tout ceci mène au chaos...

Bien sûr, entre croire aveuglément dans une religion, et affirmer que tout est permis parce que finalement on n'y croit plus et que tout est relatif, il doit bien y avoir un juste milieu....

La question morale peut-elle d'ailleurs se résoudre à travers des raisonnements? On ne devient pas bon en réfléchissant, si on commence à réfléchir à l'amour, c'est bien qu'il est déjà mort...

Merci à tous ceux qui voudront bien apporter leur lanterne sur cette question!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le relativisme   Mer 28 Mar 2012 - 21:25

Je vais répondre de manière directe, selon l'inspiration qu'a provoqué la lecture de ce sujet : Selon moi, la perfection du monde consiste non pas en une dichotomie entre l'unité et la diversité, mais entre une harmonie entre ces deux notions. Le monde matériel est celui de la diversité, chaque chose y est décomposable, et chaque ensemble est unique, ainsi que chacun de ses sous-ensembles. En parallèle, le monde immatériel est celui de l'unité, les Esprits y sont libres, unis dans l'unité de l'immatérialité qui n'autorise pas de séparation car cela est une notion matérielle, et c'est pour cela que la conscience, immatérielle également, peut englober plus ou moins de choses, elle a cette capacité incroyable d'expansion qui est inexplicable en termes matérialistes, et cela nous autorise par exemple à "ressentir ce que l'autre ressent", mais aussi à atteindre des niveaux de consciences plus élevés, qui suite à une méditation, nous amène à éventuellement ne plus se considérer comme étant dépendant de son corps (NDE, conscience cosmique ou universelle, etc...).

La relativité est donc un principe qui existe au sein de la matérialité. En ce qui concerne la matière, oui, tout est relatif mais il faut aussi ajouter, ensembliste. Mais en ce qui concerne l'immatérialité, cette affirmation ne s'applique plus, car "le relatif" pour un Esprit et une conscience, c'est ce que cette conscience englobe à un instant T, et vu qu'il n'y a aucune séparation dans l'immatériel, l'idée de "relativité" disparait, tout y est Un (c'est d'ailleurs ainsi que je conçois "Dieu", en quelque sorte la Conscience du Tout, principe d'omniscience, d'omnipresence, de perfection absolue).

De ce point de vue là, "sombrer" dans le relativisme peut correspondre à deux idées courantes : soit tout simplement sombrer dans le matérialisme pur et dur, c'est à dire renier son esprit, renier Dieu et donc l'unité que seule l'immatérialité permet d'expliquer, soit, pour les croyants en Dieu, considérer que celui-ci est totalement extérieur à sa Création, et donc que d'un côté, il existe Dieu, et de l'autre la matérialité dont nous ferions partie. C'est une sorte de matérialisme avec la notion de Dieu comme explicatrice de la création, mais la dichotomie continue d'exister, et le même problème qu'au sein du matérialisme existe.

Voila où se trouve le juste milieu : non pas en étant un peu relativiste, et un peu holistique, mais en comprenant que nous sommes les deux à la fois, de part notre qualité d'être vivant, et d'être humain.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le relativisme   Mer 28 Mar 2012 - 22:02

citation :

Bien sûr cela suppose un éveil monstrueux qui n'est pas l'apanage de l'homme moyen, laïc, qui vit dans le monde, conçoit les choses et en parle. Il ne remet jamais en question le monde, l'existence des choses, il vit dedans, selon son conditionnement, et se bat pour "ses" idées.

Déja pour moi il y a un hic dans cette phrase, comment parler de relativisme alors qu'une classe de la population en serait bien incapable. Déjà affirmer de telles choses revient à une sorte d'eugénisme quelque part. C'est vraiment prendre les gens pour des couillons que de penser qu'aucune personne peut sortir de son état de béatitude dans laquelle elle a été ancrée dès son plus jeune âge. Ceci est à la portée de n'importe qui. Je vous invite à aller traîner vos basques dans les quartiers dits " mauvais ", vous y risquez de découvrir une humanité (quelle soit blanche, grise, noire ou rouge ou jaune et même indigo^^, bon la je déconne) que vous ne soupconneriez même pas.




Revenir en haut Aller en bas
samskaraa

avatar

Féminin Taureau Chien
Messages : 1006
Date d'inscription : 27/03/2011
Age : 35

MessageSujet: Re: Le relativisme   Jeu 29 Mar 2012 - 12:24

Merci Kil pour ta réponse, "sombrer" dans le relativisme comme tu le dis, c'est aussi mon sentiment, c'est nier l'unité sous-jacente, il y a un vrai danger à affirmer que tout est relatif et en rester là, car comme tu le décris cela revient à ne pas dépasser cette sphère de la matière et à la considérer comme ultime réalité... et donc à déclarer que la séparation, qui semble être la cause de tout mal est un fait indépassable... mais à l'inverse on pourra toujours répondre que cette histoire d'unité n'est qu'un point de vue, et là encore une fois on peut se référer au bouddhisme pour lequel les concepts d'être et de non-être, esprit et matière, etc. sont à transcender sinon on ne sortira jamais de ce jeu des opposés qui maintiennent dans la croyance erronée dans une réalité extérieure, solide, objective... ces catégories sont le fruit du mental, le mental divise, découpe, crée la multitude... mais il existe peut-être une sphère qui transcende cet éternel jeu des opposés au sein du mental.

Ouarf, ma phrase était sans doute mal tournée mais je n'ai bien sûr pas sous-entendu de comparaison entre les mauvais quartiers et Neuilly, simplement entre les laïcs qui bossent dur dans une réalité dont ils n'ont guère le loisir de se distancer, et de méditer, et les moines qui n'ont que ça à faire de leurs journées et peuvent en effet atteindre plus aisément certains niveaux d'éveil, si on peut parler de niveaux, bien évidemment tout le monde peut prétendre à l'éveil, c'est simplement plus dur dans certaines conditions, objectivement... et encore, ce n'est qu'un présupposé, cela dépend (ou ne dépend pas!) de tellement de facteurs il n'y a pas de règles en la matière... pas de couillons, juste des circonstances...
Je n'ai pas dit non plus que nous étions pour la plupart incapables d'adopter le point de vue relativiste puisqu'il s'agit au contraire de la vision adoptée par énormément de monde, en ces temps individualistes, le fameux "à chacun sa vérité", c'est justement de cela que je voulais discuter en créant ce post.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le relativisme   Jeu 29 Mar 2012 - 13:27

samskaraa a écrit:
Merci Kil pour ta réponse, "sombrer" dans le relativisme comme tu le dis, c'est aussi mon sentiment, c'est nier l'unité sous-jacente, il y a un vrai danger à affirmer que tout est relatif et en rester là, car comme tu le décris cela revient à ne pas dépasser cette sphère de la matière et à la considérer comme ultime réalité... et donc à déclarer que la séparation, qui semble être la cause de tout mal est un fait indépassable... mais à l'inverse on pourra toujours répondre que cette histoire d'unité n'est qu'un point de vue, et là encore une fois on peut se référer au bouddhisme pour lequel les concepts d'être et de non-être, esprit et matière, etc. sont à transcender sinon on ne sortira jamais de ce jeu des opposés qui maintiennent dans la croyance erronée dans une réalité extérieure, solide, objective... ces catégories sont le fruit du mental, le mental divise, découpe, crée la multitude... mais il existe peut-être une sphère qui transcende cet éternel jeu des opposés au sein du mental.

Quand on accède à la compréhension du Tout, et qu'on fait descendre ce savoir dans le mental cérébral, cela casse l'idée de dichotomie : le monde est à la fois "une singularité dans une multitude" et "une multitude dans une singularité". C'est lorsqu'on réussit à intégrer et à vivre pleinement cela que l'on comprend, mentalement, ce qu'est le Tout.

On peut bien entendu ne pas faire descendre ce savoir dans le mental, et se dire que le mental est finalement vicié, corrompu, et que ce Savoir lui est inaccessible. Mais en faisant cela, on renit une part de son être, et bien qu'on ait atteint une évolution remarquable sur le plan spirituel, le mental lui reste comme un animal sauvage, la seule différence c'est qu'on l'a mit en cage. C'est ce que l'on fait lorsqu'on "réprime des pulsions" : c'est l'animal sauvage qui rugit et qui essaie d'ouvrir la cage, et nous on reste ferme, on maintient la cage fermée. Faire descendre le Savoir, c'est rendre cet animal intelligent au plus haut point, et qu'il n'y ait plus besoin de cage, car il a cessé d'être sauvage Wink
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le relativisme   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le relativisme

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le "relativisme agressif" en Europe
» L'homme rejette la Loi naturelle pour imposer un relativisme éthique - notre société!
» Livre: La dictature du relativisme
» Benoit XVI condamne le relativisme de la foi de certains croyants.....
» Le relativisme et ses dangers....

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Planète Révélations :: Spiritualité / Philosophie / Humanisme :: Interrogations / Réflexions personnelles-