Planète Révélations
Bienvenu sur Planète Révélations, bonne visite à vous...

Planète Révélations


 
AccueilFAQRechercherGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Interprétation eschatologique des Lois de l’Esprit

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 9, 10, 11, 12  Suivant
AuteurMessage
Bonne Nouvelle

avatar

Masculin Sagittaire Singe
Messages : 237
Date d'inscription : 06/06/2012
Age : 25

MessageSujet: Interprétation eschatologique des Lois de l’Esprit   Mer 17 Avr 2013 - 22:46

Rappel du premier message :

Veuillez trouver cet exposé concernant la Loi Fondamentale que Dieu enseigne à l’Humanité depuis des temps immémoriaux, d’abord au travers de mythes imparfaits, puis dans le cadre d’une pensée de plus en plus structurée confiée aux Prophètes en des temps et lieux donnés.

La Loi du Talion est une des principales Lois de l'Esprit. Les Bouddhistes l'appellent la Loi karmique. C'est la Loi de cause à effet. C’est une sorte d’effet boomerang où « l’on récolte ce que l’on sème » , parfois au cours d’une même vie, mais plutôt dans le cadre d’un « recyclage » des âmes au mieux dans le cadre de réincarnations, ou au pire dans ce que les Livres appèlent la Géhenne...…

Si le Tout Puissant nous a fait part des Lois de l’Esprit, c’est afin que l’Humanité se conduise et qu’individuellement, nous sachions à quoi nous en tenir pour l’après vie terrestre. Cette Loi est bien sûr Universelle, mais les approches confiées aux Saints du passé divergent selon leur culture. Ainsi la Loi de Cause à Effet a été abordée sous le nom de Loi du karma pour les uns, de Loi du Talion pour les religions monothéistes dites du Livre.

Lire pour s' initier à quelques de ses aspects, ici par exemple ou dans de nombreux ouvrages traitant du karma : http://fr.wikipedia.org/wiki/Karma

Avant l’arrivée du Christ, la Justice Divine avait été confiée aux hommes en ces termes :

« Mais s'il y a un accident, tu donneras vie pour vie, oeil pour oeil, dent pour dent, main pour main, pied pour pied, brûlure pour brûlure, blessure pour blessure, meurtrissure pour meurtrissure. » Exode 21.22-25

« Tu ne jetteras aucun regard de pitié: oeil pour oeil, dent pour dent, main pour main, pied pour pied. » Deutéronome19.21

« Si quelqu'un blesse son prochain, il lui sera fait comme il a fait: fracture pour fracture, oeil pour oeil, dent pour dent; il lui sera fait la même blessure qu'il a faite à son prochain. » Lévitique 24.19-20

« Celui qui dérobera un homme, et qui l'aura vendu ou retenu entre ses mains, sera puni de mort. « Exode 21.16

A cette époque, pas ou peu d’échappatoire, sauf rares exceptions, au cycle des Transformations (samsara)… jusqu’à l’accomplissement d’un boddhisattva exceptionnel : Jésus Christ

Peu de gens on fait le lien avec la culture indo-bouddhiste, mais il est le véritable héro du Bhagavad-Gītā qui s’est réalisé pour sortir du cycle des renaissances : ressusciter en corps de Lumière d'entre les morts !
Revenir en haut Aller en bas

AuteurMessage
Aegis



Masculin Lion Rat
Messages : 3107
Date d'inscription : 27/08/2012
Age : 33

MessageSujet: Re: Interprétation eschatologique des Lois de l’Esprit   Sam 25 Mai 2013 - 14:08

La méditation au même niveau que la drogue ou comment l'inculture essaye de se faire passer pour du bon sens.

Le principe de base de la méditation, c'est de donner à celui qui médite les moyens de gérer sa propre situation par lui-même en accord avec le divin. La méditation rapproche du divin, et a le même effet que la prière.

Je n'ai pas une dent contre les écritures, que ce soit bien claire d'entrée de jeu pour éviter le petit jeu puéril habituel sur la question dès qu'un Mormon refoulé n'est pas content. Ce contre quoi j'ai une dent, c'est contre tous ceux, et ils sont nombreux, qui érigent leur petite connaissance des choses et des écritures dites saintes, comme la plus parfaite des vérités, alors qu'ils ne sont pas même capables d'avoir une pensée systématique de l'ensemble.

Rapprocher les Edda de l'Apocalypse pour en déduire une simple coïncidence, c'est un non-sens, simplement parce que les Edda ont été influencés par la Bible à leur période de rédaction. Il est donc évident d'y retrouver une influence apocalyptique dans un texte apocalyptique. Cela ne prouve donc rien. En revanche, il est déjà beaucoup plus intéressant de constater l'universalité du mythe du Déluge que l'on retrouve de la Chine à la Grèce.

Et on pourrait être encore plus strict en ce qui concerne l'authenticité de l'Apocalypse qui est considérée comme un texte canonique parce que soit-disant écrit par Jean l'apôtre. Mais en vérité, ce texte est écrit de manière trop tardive par rapport à l'âge de ce fameux Jean au moment de la rédaction du texte. Il est donc certainement, en vérité, un texte apocryphe.

Au lieu d'avoir une dent contre la science, tu ferais mieux de te replonger dans ces premières lignes de la Bible "Au commencement était le Verbe". Qu'est-ce que la science, sinon l'étude du Verbe qui a ordonné le monde ? D'ailleurs, je crois que c'est un certain Einstein qui a écrit "Dieu ne joue pas aux dés". Vous devriez également savoir que plus un homme progresse en savoir et en connaissance, plus il est pieux.

Toujours ce cliché du scientisme contre la religion... Il est dépassé depuis la fin du XIXe, vous ne saviez pas ?

Et on peut continuer sur l'assimilation "Démon" à "Guide", parce que, si tu avais pris le temps d'étudier un peu certaines choses, tu aurais su que "Daimon" en grec, ça veut dire "divinité". Le rôle du "Daimon" est en vérité de guider l'homme... C'est le christianisme, lorsqu'il s'est érigé en dogme au Ier siècle, puis sous Constantin, qui a détourné l'usage du mot "Démon" pour en faire exclusivement celui du "mauvais" démon (kakodaimon) pour l'opposer aux anges qui sont bien connus dans le zoroastrisme par exemple sous le nom grec de agathodaimon.

Donc à moins, bien entendu, que tu fasses partie de ces gens qui crachent à la gueule des cultures anciennes, je t'inviterais à revoir certaines de tes positions, qui manquent de maturité. C'est facile d'asséner des "vérités" mais pour être capable de tenir un discours cohérent, il faut savoir "rendre à César ce qui est à César, et à Dieu, ce qui est à Dieu".

Sous estimeriez-vous à ce point les œuvres du Créateur pour être incapables d'en voir la perfection ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Interprétation eschatologique des Lois de l’Esprit   Sam 25 Mai 2013 - 14:24

Daimon : divinité exact, acceptation d'un génie interieur

qu'est ce qui prône la divinité interieur, le culte du soit ? le new age.
La priere n'a rien à voir avec la méditation et n'a pas le même objectif, c'est un culte de Dieu et non de sa propre divinité.

Je rapproche différents textes Eschatologiques comme cité en titre ?! un probleme donc aux liens ?

La science nous détruit actuellement par l'attraction de son confort et de ses illusions, est ce un probleme de vouloir ralentir se volonté destructrice, grace à laquelle Einstein comme tu le cite permis la conception de la plus puissante arme destructrice de l'humanité ? Est ce une science de Dieu ? Est ce que Dieu a souhaité la bombe nucléaire pour l'homme ? Non.
Encore un volonté de faire de la faute des hommes, de leurs envies de pouvoir, une volonté du Seigneur.

Voyons nous le monde avec le même yeux ? il apparait assez clairement que non, ne vous faites donc pas avocat ou conteur d'un récit en lequel vous ne croyez pas.
Revenir en haut Aller en bas
Aegis



Masculin Lion Rat
Messages : 3107
Date d'inscription : 27/08/2012
Age : 33

MessageSujet: Re: Interprétation eschatologique des Lois de l’Esprit   Sam 25 Mai 2013 - 14:34

Peut-être bien pour le new age, mais personne n'a dit ici que le new age détenait la vérité...

Le Daimon est une divinité extérieure qui se manifeste à l'intérieur, nuance.

La méditation N'est PAS le culte de sa propre divinité, peut-être dans la vague new age, mais certainement pas dans la tradition bouddhiste par exemple ou chrétienne. C'est encore une façon limitée de voir les choses que de tout résumer au new age.

La science nous détruit ? C'est un jugement hâtif. J'ai surtout noté que l'usage de la science par l'industrie nous détruisait.

Tu ignores ce que sont les plans de Dieu, et encore plus l'utilité de ce que peuvent être certains fléaux.

Tu ignores aussi ce qu'est la Volonté du Seigneur, comme tu dis, et tu ignores encore plus qu'elle est la place des hommes dans Sa Volonté (et je suis gentil, je respecte les majuscules). Les fautes des hommes sont du fait de la Volonté du Seigneur, parce qu'il a accordé aux hommes la liberté. Les raisons pour lesquelles il l'a fait relèvent de Sa Volonté, et je doute qu'ici, un seul d'entre nous soit capable d'oser prétendre savoir mieux que quiconque ce qu'est la Volonté de Dieu.

S'il y a en a un, qu'il parle, et qu'il n'oublie pas que les "voies du Seigneur sont impénétrables".

Et avant de m'accuser de quoique ce soit, au lieu de jouer les vierges effarouchées, apprends à respecter les positions de tes adversaires. Tu passes ton temps à te donner le bâton pour te faire battre, et tu viens te plaindre après.

La vérité, c'est que tu ignores de quoi tu parles, tu n'en as que des approximations : la preuve, tu fais des conclusions qui sont limitées à ce que tu as envie de voir. Le new age ? Asthar Command ? de la fumisterie commerciale.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Interprétation eschatologique des Lois de l’Esprit   Sam 25 Mai 2013 - 14:45

Aegis a écrit:
Le Daimon est une divinité extérieure qui se manifeste à l'intérieur, nuance.

C'est un Génie que l'on accepte en soit, un démon comme son nom l'indique.
J'attendrais là l'avis d'autres croyants.

Aegis a écrit:
La méditation N'est PAS le culte de sa propre divinité, peut-être dans la vague new age
Ce n'est pas "vague", c'est tout à fait la thématique dominante dans le développement spirituel actuel.

Aegis a écrit:
La science nous détruit ? C'est un jugement hâtif.
Destruction de la structure planétaire, qui amene l'homme à ne plus respecter sa terre, industrialisation de la bête qui ne la considere des lors plus que comme un produit de consommation, création d'armes pouvant anéantir la terre dans de mauvaises mains, déstabilisation du climat, disparition des forêts, pollution des eaux ect .. l'époque moderne est pourtant la pour témoigner des éffets. Cela note une mauvaise volonté d'analyse de votre part.

L'homme à la capacité d'ingurgiter une science qui le dépasse, une science dont sa sagesse actuelle ne lui permet pas de pouvoir la gérer.


Aegis a écrit:
Tu ignores ce que sont les plans de Dieu, et encore plus l'utilité de ce que peuvent être certains fléaux.

Tu ignores aussi ce qu'est la Volonté du Seigneur, comme tu dis, et tu ignores encore plus qu'elle est la place des hommes dans Sa Volonté (et je suis gentil, je respecte les majuscules).

Les écritures sont là pour répondre. Mais vous vous y opposez.

Aegis a écrit:
Tu passes ton temps à te donner le bâton pour te faire battre, et tu viens te plaindre après.
C'est votre avis, j'exprime mes positions, mon intervention fût un texte eschatologique salutaire en rapport au sujet, qui a fait place à des attaques personnelles venant d'evol, votre manque de volonté d'anayse sur ce fait démontre aussi votre position.

P.S : je fais une pause.
Revenir en haut Aller en bas
Aegis



Masculin Lion Rat
Messages : 3107
Date d'inscription : 27/08/2012
Age : 33

MessageSujet: Re: Interprétation eschatologique des Lois de l’Esprit   Sam 25 Mai 2013 - 15:00

Il suffit de lire Platon, Criton. Tout y est expliqué, inutile d'aller demander l'avis du public, nous ne sommes pas sur un plateau de télévision, et quand bien même, une armée de personnes qui ont tort ne suffiront pas devant quelqu'un qui a raison.

Le new age N'est PAS la thématique dominante actuelle. C'est un mouvement parmi d'autres, mouvement qui a eu son utilité également pendant un temps.

Oui, donc, ce n'est pas la science, mais l'industrie qui nous détruit, comme je le disais, merci d'avoir tronqué la citation et évité soigneusement la seconde partie de mon propos pour effacer ainsi la nuance que j'avais apportée. C'est ce qu'on appelle un exemple de mauvaise foi.

Tu juges également hâtivement la sagesse de la science, parce que tu ignores sans doute les préoccupations de la science actuelle, qui n'est pas la vulgarisation qu'on en fait et qui est accessible à n'importe qui, mais c'est un autre sujet.

Je ne m'oppose pas aux Ecritures, je m'oppose aux discours des "chrétiens" qui pensent avoir la science infuse sur elles, nuance. D'ailleurs, vous saviez que étymologiquement, chrétien et crétin, c'était le même mot ?

Ma "volonté d'analyse" et moi te disons poliment que tu vas cesser à l'instant d'essayer d'insulter tes interlocuteurs, étant donné qu'après avoir essayé de tronquer mon discours pour ne conserver que ce qui t'arrange, tu n'es pas dans la position la plus saine qu'il soit. Quand je disais que tu donnais le bâton pour te faire battre, bravo, tu viens d'en donner la preuve. Et tu viens aussi donner la preuve que tu t'en plaignais après.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Interprétation eschatologique des Lois de l’Esprit   Sam 25 Mai 2013 - 16:04

Aegis a écrit:
Il suffit de lire Platon, Criton. Tout y est expliqué, inutile d'aller demander l'avis du public, nous ne sommes pas sur un plateau de télévision, et quand bien même, une armée de personnes qui ont tort ne suffiront pas devant quelqu'un qui a raison.
Qu'est ce qu'ont avoir platon, Criton avec l'écriture ou l'eschatologie?

Aegis a écrit:
Le new age N'est PAS la thématique dominante actuelle. C'est un mouvement parmi d'autres, mouvement qui a eu son utilité également pendant un temps.
C'est votre point de vue, je vois le contraire.

Aegis a écrit:
Oui, donc, ce n'est pas la science, mais l'industrie qui nous détruit, comme je le disais, merci d'avoir tronqué la citation et évité soigneusement la seconde partie de mon propos pour effacer ainsi la nuance que j'avais apportée.
Qui de l'oeuf ou de la poule est le fautif Rolling Eyes

Aegis a écrit:
Tu juges également hâtivement la sagesse de la science, parce que tu ignores sans doute les préoccupations de la science actuelle, qui n'est pas la vulgarisation qu'on en fait et qui est accessible à n'importe qui, mais c'est un autre sujet.
Je juge par rapport aux impactes sur la terre comme cité

Aegis a écrit:
Je ne m'oppose pas aux Ecritures, je m'oppose aux discours des "chrétiens" qui pensent avoir la science infuse sur elles, nuance. D'ailleurs, vous saviez que étymologiquement, chrétien et crétin, c'était le même mot ?
Et aprés vous parlez d'insulter qui plus est sans exemple, tout en faisant le contraire ? jocolor

Aegis a écrit:
tu vas cesser à l'instant d'essayer d'insulter tes interlocuteurs.
Plait il ? exemple ? citation sur cette page ?

What else ?


Dernière édition par Jack Aube le Sam 25 Mai 2013 - 16:07, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
evol

avatar

Masculin Messages : 6220
Date d'inscription : 15/05/2011
Localisation : systeme solaire - milkyway

MessageSujet: Re: Interprétation eschatologique des Lois de l’Esprit   Sam 25 Mai 2013 - 16:06

ça me parait ridicule de dire que je serais opposés aux ecritures ?

D'ailleurs opposé a quoi dans les ecritures ? cyclops

Je mets en evidence que chacun les interpretes a sa convenance sans meme respecter les écritures en réalité.

c'est bien d'ailleurs ce qu'avait dénoncé Jesus avec la maniere dont les pharisien asservisait la foule en se servant des ecritures
Exactement comme aujourdh'ui dans pleins de religions

"Jesus explique que les scribes et les pharisiens cachent leur incapacité à honorer les contraintes qu’ils imposent aux autres en jouant sur l’habillement et l’occupation des places d’honneur."

"Il explique à ses disciples qu’ils doivent éviter d’entrer dans cette logique que les scribes et les pharisiens illustrent parfaitement"

Jésus condamne les pharisiens et les spécialistes de la loi (Luc 11.37-12.12)
Voir tout ce que jesus reproche au pharisien de l'utilisation qu'ils font des ecritures pour asservir la foule
ça n'a pas trop changé de nos jours avec la religion et tous les prédicateurs cyclops

http://www.universdelabible.net/lire-la-segond-21-en-ligne/luc/11.37-12.12/
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Interprétation eschatologique des Lois de l’Esprit   Sam 25 Mai 2013 - 16:08

Vous ne mettez rien en évidence vous faites du hors sujet et de la romance répétitive ..

Tous les croyants ne sont pas chrétiens, ne ramenez pas tout à vous même, d'autant que c'est votre interprétation du message Christique, aucun rapport avec tout ce que j'ai dit encore une fois, sachant que je n'ai en aucune maniere parlé de Jesus Christ.
Revenir en haut Aller en bas
evol

avatar

Masculin Messages : 6220
Date d'inscription : 15/05/2011
Localisation : systeme solaire - milkyway

MessageSujet: Re: Interprétation eschatologique des Lois de l’Esprit   Sam 25 Mai 2013 - 16:35

Le principe est exactement le même
Des courant de pensée Chrétien ou pas se crée, car chacun même sur le plan individuel fait des interpretation personnelle de la bible ou des écrit sacré

Et si une réponse ne te convient pas, c'est a toi de la reformulé au lieu de rester dans le flou sur ce que tu a voulu dire et encore de t'en prendre a la personne dans tes éternels procès d'intentions gtatuit.
Tu fais cela avec toutes persones qui ne pensent pas comme toi en general, s'est se demander si tu t'en rend compte vraiment ?

La bible n'est pas un ecrit scientifique, donc elle est sujette a toutes les interprétations même les plus farfelu comme avec les créationnisme
La parole de JEsus est moins sujette a des interprétations mais comme elle derange ceux qui ne regarde que dans l'ancien testament cela cree des contracdcions qu'ils ne semblent plus voir cyclops







Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Interprétation eschatologique des Lois de l’Esprit   Sam 25 Mai 2013 - 16:41

Il n'y a aucune réponse dans ce que vous dites en rapport à ce que j'ai initialement posté, c'est à dire :

Spoiler:
 

Que vous pouvez retrouver sur wiki : http://fr.wikipedia.org/wiki/Fenrir

Vous répondez à côté des choses et vous placez en état de juge.
Ce que vous dites ne me dérange pas, que vous répondiez à côté en faisant de cet H.S une réponse est deja plus exaspérant ..
Revenir en haut Aller en bas
Aegis



Masculin Lion Rat
Messages : 3107
Date d'inscription : 27/08/2012
Age : 33

MessageSujet: Re: Interprétation eschatologique des Lois de l’Esprit   Sam 25 Mai 2013 - 16:46

Ok.

Soit tu ne t'en rends pas compte, soit tu aimes te noyer dans des polémiques inutiles.

LA BIBLE N'A PAS INVENTE LE CONCEPT DE DEMON ELLE L'A REPRIS A DES CROYANCES D'AUTRES RELIGIONS. THEMATIQUE QUI EST DEVELOPPEE PAR LA SUITE DANS L'ISLAM A TRAVERS LA FIGURE DU DJINN.

Si je réfère à Platon, c'est de façon très polie pour évoquer le rôle du Daimon de Socrate. C'est clair, toi comprendre ?

Ca a donc un rapport avec l'eschatologie puisque l'eschatologie reprend, en déformant, ce qui a déjà été fait avant elle.

Le terme de DEMON n'existe pas dans la BIBLE. Il est le résultat de l'eschatologie ET des TRADUCTEURS qui ont repris de façon PARTIALE le concept aux croyances qui les ont précédés.

La Bible écrite en FRANCAIS est une TRADUCTION du LATIN traduit du GREC traduit de l'HEBREUX, ce qui fait beaucoup d'intermédiaires, et donc beaucoup d'interprétations partiales. L'eschatologie en FRANCAIS, c'est donc de la FUMISTERIE et de l'ESCROQUERIE intellectuelle, parce qu'elle ne revient pas aux SOURCES de ce qu'elle interprète.

C'est clair là ?

Le coup de l'oeuf et de la poule ? C'est très simple, c'est toi qui a tronqué la citation, c'est toi qui est en tort, et c'est tout. La science est sous la tutelle de l'industrie, parce qu'elle est celle qui donne les moyens de son développement, comme avant elle l'était sous la tutelle du Clergé. Les dérives de l'industrie sont autre chose que ce que la science est.

L'étymologie a établi que chrétien et crétin c'était la même origine. Et c'est tout en fait.

Ouais, je commence par celle là d'insultes :
-
Citation :
Voyons nous le monde avec le même yeux ? il apparait assez clairement que non, ne vous faites donc pas avocat ou conteur d'un récit en lequel vous ne croyez pas
,
-
Citation :
votre manque de volonté d'anayse sur ce fait démontre aussi votre position

Ton discours sur Fenrir et le Ragnarok ne tient pas, tu n'as même pas lu ma réponse en fait, je t'ai dit que ça ne pouvait marcher parce que les EDDA ont été ECRITS sous l'INFLUENCE de l'Apocalypse selon JEAN.

Spoiler:
 

Oui, on est en état de juge par rapport à la véracité de ce que tu écris, et ce que tu écris est faux, parce qu'approximatif et superficiel. Tu ignores de quoi tu parles, et sur quel terrain tu te lances. C'est un fait, donc sois humble, tais toi, regarde et instruis toi.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Interprétation eschatologique des Lois de l’Esprit   Sam 25 Mai 2013 - 16:54

Tout ce que vous dites est d'un floue total, forcément quand on mélange de la philo à de la foi.
Les écritures sont précises.
Vous n'y croyez pas, grand bien vous en fasse, si c'est le cas.

Eschatologie nordique ou autres, reste dans la thématique du sujet, que vous aimiez ou non la thématique.

Mais arretez s'il vous plait de jouer du violon.

Un coup vous m'accusez d'insulter sans exemple, alors que vous insultez par jeu de mots, maintenant ca conseil de se taire, juge d'ignorant et autres .. Sleep Tout un discours qui n'est pas à sens unique !

Revenir en haut Aller en bas
Aegis



Masculin Lion Rat
Messages : 3107
Date d'inscription : 27/08/2012
Age : 33

MessageSujet: Re: Interprétation eschatologique des Lois de l’Esprit   Sam 25 Mai 2013 - 17:05

Alors ça, j'applaudis, c'est de la réfutation.

Tu peux nous le montrer ce "flou total" ?

Peux-tu nous la montrer la précision de la traduction des écritures ?

La thématique du sujet ne justifie pas la justesse de la façon dont la thématique est abordée, mais tu vas dire que c'est flou... Exemple simple :
- Robert a lu l'Avare de Molière,
- Robert écrit une histoire d'un commerçant cupide et avare qui dort avec son tiroir caisse,
- Paul applaudit l'inventivité de Robert et le compare à un Molière,
- Paul n'y connait rien.

Le rapport d'induction est faux : c'est parce que Robert a lu Molière qu'il peut faire comme Molière, et non parce qu'il est inventif.

Donc si tu compares le Ragnarok, en disant, c'est comme dans la Bible... Je te réponds, normal, les Edda sont une réécriture de la Bible, toi comprendre ou bien ?
Revenir en haut Aller en bas
evol

avatar

Masculin Messages : 6220
Date d'inscription : 15/05/2011
Localisation : systeme solaire - milkyway

MessageSujet: Re: Interprétation eschatologique des Lois de l’Esprit   Sam 25 Mai 2013 - 17:11

Jack Aube

tres bien je mettrai en JAUNE tout ce qui est attaque en diffamation a la personne, si vous les voyez pas quand vous les écrivez cyclops

Jack Aube a écrit:
Vous ne mettez rien en évidence vous faites du hors sujet et de la romance répétitive ..

Tous les croyants ne sont pas chrétiens, ne ramenez pas tout à vous même, d'autant que c'est votre interprétation du message Christique, aucun rapport avec tout ce que j'ai dit encore une fois, sachant que je n'ai en aucune maniere parlé de Jesus Christ.

Ce que vous dites est faux en ce qui me concerne, c'est bien des insultes non ?

Et j'ai demandé d’arrêter vos réponses flous, mais de dire alors quels sujets vous préocupe pourqu'on puisse au moin répondre a quelque chose de precis.
ba toujours rien Suspect

Encore faux ce que vous dites : 'les ecritures sotn precises'
Si s'etait le cas, il n'y aura pas d'interpretation possible contradictoire

Si on dit une pomme est jaune...

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Interprétation eschatologique des Lois de l’Esprit   Sam 25 Mai 2013 - 17:21

Relis toi evol, c'est ta réponse qui fût la premiere accusatoire et dans le délit de jugement, voir page précédente :

evol a écrit:
ceux qui n'ont pas d'honneté intellectuelle, mais qui cherchent a conforter leur croyances

Leur croyances peuvent preter a sourire Very Happy mais la ou cela devient moins droles s'est qu'ils se sont autoconvaincu en cultivant leur croyance que ce qu'ils croient est vrai.
Et la il font des amalgammes, confusion partout, sophisme etc

Et comme toute croyances déconnecté de la réalité, il doivent faitre du négationnisme et du révisionnisme Shocked

elle peuvent rétrograder vers l'obsurantisme digne du moyen age...
le créationisme, donc la génération spontanée était des doctine que l'on trouve au moyen age affraid
Vous plaisantez non ? cyclops

Aegis a écrit:
Peux-tu nous la montrer la précision de la traduction des écritures ?
Par rapport à quoi ?

Aegis a écrit:
La thématique du sujet ne justifie pas la justesse de la façon dont la thématique est abordée, mais tu vas dire que c'est flou... Exemple simple :
- Robert a lu l'Avare de Molière,
- Robert écrit une histoire d'un commerçant cupide et avare qui dort avec son tiroir caisse,
- Paul applaudit l'inventivité de Robert et le compare à un Molière,
- Paul n'y connait rien.
Vous écrivez vraiment pour le plaisir de mettre une opposition

Aegis a écrit:
Donc si tu compares le Ragnarok, en disant, c'est comme dans la Bible... Je te réponds, normal, les Edda sont une réécriture de la Bible, toi comprendre ou bien ?
Moi comprendre, mais toi parler pour rien au final, puisque moi t'expliquer que article à moi être dans bon sujet.

Je ne sais pas d'ou vous vient cette information. en quoi les Edda proviennent de la bible ? et combien même qu'est ce que ça changerait ?

Magouille et compagnie non ?
Revenir en haut Aller en bas
evol

avatar

Masculin Messages : 6220
Date d'inscription : 15/05/2011
Localisation : systeme solaire - milkyway

MessageSujet: Re: Interprétation eschatologique des Lois de l’Esprit   Sam 25 Mai 2013 - 17:30

Jack Aube a écrit:
Relis toi evol, c'est ta réponse qui fût la premiere accusatoire et dans le délit de jugement, voir page précédente :

evol a écrit:
ceux qui n'ont pas d'honneté intellectuelle, mais qui cherchent a conforter leur croyances

Leur croyances peuvent preter a sourire Very Happy mais la ou cela devient moins droles s'est qu'ils se sont autoconvaincu en cultivant leur croyance que ce qu'ils croient est vrai.
Et la il font des amalgammes, confusion partout, sophisme etc

Et comme toute croyances déconnecté de la réalité, il doivent faitre du négationnisme et du révisionnisme Shocked

elle peuvent rétrograder vers l'obsurantisme digne du moyen age...
le créationisme, donc la génération spontanée était des doctine que l'on trouve au moyen age affraid
Vous plaisantez non ? cyclops

Pourquoi ramene tu tout a toi ?
je parlais de ce que font les creationistes

et j'avais donne la precision avant : "pour que leur croyance puissent exister, faut aller à l'encontre de l'anthropologie, de l'archéologie, de la biologie, de la zoologie, de l'astronomie, de la cosmologie, de la paléontologie et de la sens-communologie.
Le fameux négationisme dont je parlais"
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Interprétation eschatologique des Lois de l’Esprit   Sam 25 Mai 2013 - 17:33

En visant la croyance tu vise le croyant non ?
Donc l'auteur du texte juste au dessus de ton commentaire, en rapport au commentaire, autrement dit moi indirectement ..

C'est le carnaval des mots et des sens aujourd'hui jocolor
Revenir en haut Aller en bas
evol

avatar

Masculin Messages : 6220
Date d'inscription : 15/05/2011
Localisation : systeme solaire - milkyway

MessageSujet: Re: Interprétation eschatologique des Lois de l’Esprit   Sam 25 Mai 2013 - 17:38

Jack Aube a écrit:
En visant la croyance tu vise le croyant non ?
Donc l'auteur du texte juste au dessus de ton commentaire, en rapport au commentaire, autrement dit moi indirectement ..

C'est le carnaval aujourd'hui jocolor

n'importe quoi ? lol
Je me fiche des créationniste, je met en evidence que leur croyances sauf fausses, c''est tout
C'etait pour illustrer les intepretation erroné que des gens peuvent faire d'un ecrit

mais maintenant je comprend mieux le probleme c'est que tu es identifié a tes croyances
Tu n'a pas de recul par rapport a tes croyances

C'est pour cela que tu prend tout pour une attaque personnelle

Et des qu'on touche aux croyances de quelqu'un ou des tiennent tu prend cela pour une attaque a la personne ou une attaque personnelle, zlors que cela ne t'est même pas adressé

l'exemple avec els creationiste ne s'adressait pas a toi, tu l'a pris pour toi cyclops
Peut etre que sur le fond tu crois a la generation spontanéé


Dernière édition par evol le Sam 25 Mai 2013 - 17:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Interprétation eschatologique des Lois de l’Esprit   Sam 25 Mai 2013 - 17:42

Désolé de me sentir visé par vos jugements visant mes croyances.
vous ne mettez rien en évidence, vous jugez et jugez encore. comme le fait encore votre intervention envers les créationnistes ici présent.

Votre point de vue n'a rien d'une démonstration, c'est un point de vue.
Revenir en haut Aller en bas
Aegis



Masculin Lion Rat
Messages : 3107
Date d'inscription : 27/08/2012
Age : 33

MessageSujet: Re: Interprétation eschatologique des Lois de l’Esprit   Sam 25 Mai 2013 - 17:58

Non, en visant la croyance, on vise la bêtise du croyant, qui croit aveuglément à tout ce qu'on lui raconte. Le croyant est libre de rester crétin ou de s'instruire, nuance.

Parce que les dinosaures qui mangent des noix de coco avec Adam et Eve au paradis, c'est ridicule, non ?

Preuve que tu ne sais pas de quoi tu parles :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Ragnar%C3%B6k

Spoiler:
 

Ton article est peut être dans le bon sujet, mais les conclusions que tu fais sont fausses, c'est ça que je dis, compris ? Et elles sont fausses en vertu du raisonnement que je t'ai déjà exposé et que je t'invite à relire.

Je reformule : peux-tu nous montrer la précision de la traduction des écritures par rapport à leur langue d'origine ?

J'attends toujours la démonstration du "flou total", et j'ajoute celle du "carnaval des mots et des sens". Je me demande qui magouille à éviter de répondre aux questions qu'on lui pose. Elle a décidément bon dos la "Foi", surtout quand elle permet d'éviter d'avoir à réfléchir un peu, en attendant de pouvoir manger de l'ananas avec T-Rex autour de la piscine avec Eve.
Revenir en haut Aller en bas
akasha

avatar

Féminin Taureau Buffle
Messages : 3837
Date d'inscription : 12/05/2013
Age : 32

MessageSujet: Re: Interprétation eschatologique des Lois de l’Esprit   Sam 25 Mai 2013 - 18:11

Petite démonstration que Orné et moi avons trouver et démontre selon nous et nos convictions que le dieu des trois grande religions n'est pas celui que l'on crois, et que le pouvoir occulte mondial via les sociétés secrètes et mystique savent très bien!

Saturne, El, Soleil Noir, Croix de David, Cube Noir etc…


On va récapituler un peu car il y a de quoi se perdre dans toutes ces informations. Donc nous avons vu que :

- Saturne est utilisé comme symbole dans beaucoup de logos de grandes entreprises et industries

- La Quatrième Églogue de Virgile, les origines du Novus Ordo Seclorum, annonce le retour de l’âge Saturnien

- Le cube noir de la Mecque avait une statue du dieu Saturne sur elle avant l’avènement de l’Islam, et que la pierre noire est potentiellement une météorite

- L’étoile de David est le symbole du dieu païen Saturne

- En Alchimie, Saturne est identifié au plomb, et s’appelle Sol Niger, ou Soleil Noir

Et tout a l’air de coller remarquablement bien. Ce sont des analogies entre les saisons dans l’hémisphère nord et les phases psychologiques, psychiques de l’homme (Macrocosme et Microcosme, l’homme est un petit univers et l’univers est un grand Homme). L’homme a aussi ses signes du zodiaque, ses planètes et ses saisons. Le Soleil Noir (associé à Capricorne / Décembre) représente l’équinoxe vernale, quand le soleil est au plus bas dans l’hémisphère nord, et donc qu’un « ennemi » cherche à détruire le soleil. Puis finalement il ressuscite 3 jours plus tard, et le 22 Mars (322), voila le retour du printemps où de la nouvelle aube !

L’aube arrive après l’obscuration de la conscience. Sans obscuration il ne peut y avoir d’aube ! L’éclipse représente cette phase de la « loi », car saturne représente la justice dans cet ancien système. C’est une étape nécessaire pour l’illumination. C’est un peu Anakin Skywalker qui se met du côté de l’empereur et du côté obscur, pour finalement revenir vers la lumière. Je pense qu’il y a beaucoup d’analogies dans Starwars et ce film est vraiment intéressant.

Selon cette logique on peut comprendre le symbolisme de la tête de mort, de la faux de Saturne, de pourquoi Capricorne est le mois où Jésus a été crucifié, ou pourquoi ce mois là a été donné à Saturne par les anciens. C’est l’idée de la résurrection annuelle du soleil. On a apprit à travers la dernière recherche, que le Verseau est gouverné par Saturne. C’est aussi la onzième constellation du zodiaque. Il faut pas avoir un énorme cerveau pour faire les connexions, après on peut aller plus loin. En rapport au déluge, c’est intéressant que le signe du Verseau soit gouverné par Saturne. Il y a 24 000 ans la planète était dans le signe du Verseau selon la précession des équinoxes.

Maintenant ! On va aborder un sujet qui n’a pas trop été discuté sur le site et c’est encore en rapport à Saturne, sous le nom de EL, comme dans Elohim (Elohim étant dieu au pluriel, c’est un tout autre sujet).

On retrouve El dans les noms comme Emmanuel, Gabriel, Israël etc… Selon Jordan Maxwell (et mes recherches), El représente bel et bien Saturne. On le retrouve dans élite, élection, électricité, élévation, élégance, etc.. (Ouvrez un dictionnaire). C’est un dieu du ciel sémitique, le Dieu des anciens Phéniciens (aujourd’hui les Palestiniens). Pour compléter nos recherches, voyons voir du côté de Google Books, si nous trouvons d’autres références à « El », l’un des 7 dieux créateurs, comme dans la fleur de vie On a un cercle entouré par 6 autres cercles. Un leader, 6 autres qui suivent (juste une idée parmi tant d’autres).On le retrouve aussi dans Bethel







Cliquez les images pour les agrandir

Le nom Israël lui-même, loin d’être une dénomination juive, est probablement formé de la combinaison de trois noms distincts de divinités: Isis, la déesse de la terre vénérée dans tout le monde antique; Ra, le dieu-soleil égyptien; et El, le dieu sémitique, dont la figure nous a été transmise sous la forme de Saturne – Walker, op. cit. -. El/Saturne était l’un des noms les plus anciens pour le dieu des anciens Hébreux (d’où Emmanu-El, Micha-El, Gabri-El, Samu-El, etc.), et son culte transparaît dans le fait que les juifs font encore aujourd’hui du samedi le jour consacré au sabbat. Le fait même que les chrétiens vénèrent leur dieu le dimanche [Sun-day en langue anglaise] en trahirait les origines véritables. Leur « sauveur » est effectivement le Soleil, la « lumière du monde que chaque œil peut voir ». Le soleil a été universellement désigné à travers l’histoire en tant que sauveur de l’humanité pour une raison évidente: sans le soleil la vie sur la planète ne durerait pas une journée.

Source : http://www.webnietzsche.fr/etymo.htm

D’après Études sur les religions sémitiques par V. Lecoffre 1903, on peut lire:

CHAPITRE II – LES DIEUX

Notre intention est de nous en tenir aux grandes lignes de la religion des Sémites. Nous pouvons donc nous abstenir de dresser le catalogue des noms de leurs dieux; il s’augmente chaque jour. Ce qui nous importe le plus, c’est de déterminer l’idée qu’on se faisait de la divinité d’après les qualités ou les fonctions qu’on lui attribuait, idée qu’on a dû rendre sensible par le nom même de Dieu et par les noms, d’abord communs, dont on se servait pour désigner le divin. Si ces noms se retrouvent dans toutes les branches des Sémites, urbains, agriculteurs ou pasteurs, ils représentent donc leurs sentiments à une époque très reculée; et quand bien même nous nous en tiendrions à nos sources, elles remontent, pour les Assyro-Babyloniens et même pour les Cananéens, à une antiquité fort respectable. Ces noms communs ont pu, par la suite, devenir plus ou moins des noms propres, cela n’altère en rien leur portée primitive ; on pourra seulement constater ici avec le temps ce progrès constant de la spécialisation et de la multiplication, si peu favorable à l’hypothèse d’un progrès religieux purement humain aboutissant au monothéisme.

§ 1. — EL, LE DIEU COMMUN, PRIMITIF ET TRÈS PROBABLEMENT UNIQUE DES SÉMITES.

Tertullien a dit (1) à Tâme humaine : « Nayn solum Deiim confirmas y quem tantum Deiim nominas, ut et cum illos interdum deos appellas, de alieno et quasi pro mutuo usa videaris. Cette pensée est encore plus juste lorsqu’il s’agit des Sémites primitifs. Pour eux El était le nom propre de Dieu, et, si ce nom est devenu appellatif, c’est par la multiplication des personnes auxquelles on attribuait ses propriétés transcendantes.

Chez les Hébreux nous trouvons trois formes pour désigner Dieu (1). El est devenu appellatif dans l’usage; il a même un pluriel elim (Ex., XV, 11; Dan., xi, 36). Mais il a dû être connu comme nom propre; on dit : El, le Dieu de ton père (Gen., xlvi, 3), et le souvenir s’était conservé d’un temps où les ancêtres adoraient Dieu sous le nom de El, il est vrai avec une épithète (Ex., vi, 3). Dans les noms composés appliqués aux individus, il remplace la, ce qui est encore un indice de son sens propre et personnel.

L’hébreu connaît deux autres formes purement appellatives : Eloah et Elohim, qui sont probablement des formes dérivées de El; on sait qu’Elohim, tout en étant un pluriel, s’emploie toujours au singulier pour désigner le vrai Dieu. Ni Eloah ni Elohim n’entrent dans les noms de personnes composés. Eloah est demeuré un terme rare, Elohim est devenu un nom courant, El ne se retrouvant plus que dans les morceaux les plus anciens ou par archaïsme, spontané dans la poésie, voulu dans la prose (2). Gomme nom propre il a cédé la place à lalivé, comme nom commun à Elohim.

Les Phéniciens et leurs colonies ont employé le mot El. Ghez eux il est appellatif, mais on le trouve dans de nombreux noms de personnes où il pourrait avoir figuré comme nom propre. Son existence comme dieu distinct est encore attestée par Diodore (3), si du moins on admet qu’il faut lire El au lieu d’Hélios, par Damascius (1p), par Servius (5). Pour Philon de Byblos, El est Kronos (6). Il serait fort imprudent d’attribuer à l’El phénicien ce que le célèbre évhémeriste raconte de Kronos et l’assimilation elle-même est contestable, mais il parait impossible qu’elle se tienne tout à fait dans le vide, et dès lors l’existence d’un El phénicien est constatée. L’épigraphie est venue récemment fournir une confirmation décisive : une inscription d’Oumm el-’Awàmid publiée par M. Glermont-Ganneau (7) porte : « au Seigneur, à El »

Philon de Byblos a même décrit, sous le nom de Kronos, ses représentations figurées : quatre yeux, deux par devant et deux par derrière, deux d’entre eux clignant (et donc deux au repos), et quatre ailes, deux déployées et deux abaissées; plus deux ailes sur la tête (1). Les monnaies de Byblos représentent ce dieu sous la forme d’un homme debout avec trois paires d’ailes (2).

On ne peut nier d’autre part que Philon de Byblos ne contienne des éléments empruntés à l’hébreu , comme les Eloeim dont il fait des alliés d’El-Kronos et l’Elioun, « Très-Haut » (3). Les inscriptions phéniciennes ont en effet montré que le pluriel était Elim, employé aussi dans les noms composés. Il est certain maintenant que Elim était employé comme Elohim, avec le singulier, même féminin, comme pour signifier la divinité (i).

Le féminin Elât ou Eiôl (5) avait mieux gardé que le masculin El la valeur d’un nom propre. Elât avait même à Garthage des collèges de prêtres (6), et nous savons quelqu’un qui lui avait fondé un sanctuaire en Sardaigne (1). C’était le nom de la déesse montée sur un taureau, que quelques prêtres assimilaient à Astarté, et M. Bérard n’est peut-être pas téméraire en conjecturant que le mythe d’Europe est une exégèse des représentations figurées de la déesse phénicienne (2).

Chez les Phéniciens comme chez les Hébreux, El et même Elât per- daient donc du terrain, remplacés par des noms propres, tandis que pour Elât, des cultes, éloignés de leur pays d’origine, témoignaient d’un sentiment plus conservateur.

De même que les Hébreux, les Phéniciens avaient un autre terme qui a tout l’aspect d’une forme secondaire, employé seulement comme appellatif : elon, pluriel alonim, d’après Plante (3) : Yth alonim valonuth, deos deasque,

El se trouve quatre fois (4) comme le nom d’un dieu distinct dans la première inscription de Sendjirli, dite inscription de Hadad, et toujours après le dieu Hadad. Nous pensons que si cette inscription n’est pas purement cananéenne, elle n’est pas non plus tout à fait araméenne ; c’est le dialecte local du pays deladi (5), tandis que dans l’inscription des bâtiments de Bar-Rekoub l’araméen a déjà pénétré sous sa forme propre.

A cette exception près, El a disparu du domaine araméen, soit comme nom commun (6), soit comme nom propre, excepté dans les noms propres composés où il est assez fréquent, et où il se main- tiendra, par exemple sous la forme Babel, jusqu’aux derniers jours de la monarchie nabatéenne. M. Lidzbarski en a colUgé une trentaine (7) sans parler de ceux qui étaient déjà connus, Bathuël, père du SyrienLaban (Gen., xxii, 22), Qemouël, père du second Aram (Gen., xxii, 21) , Khazaël roi de Damas, Tabeël, le compétiteur d’Achaz (Is., vu, 6), le Syrien Eliada (I Reg., xi, 23) (1).

Donc ici encore El est un vestige du passé. Le nom araméen courant est alah, ou alahâ, avec son féminin et son pluriel, et le fait est si reconnu qu’il est inutile d’insister.

Aux limites du désert syrien, les inscriptions du Safà nous révèlent une population qui paraît avoir conservé plus encore que les Nabatéens le caractère des tribus arabes. M. Halévy, qui a le premier déchiffré cet alphabet, a reconnu El dans les noms propres (2). MM. Dussaud et Macler pensent que dans les noms propres « le dieu El tient de beau- coup la première place (3) ». Ils ont assimilé cet El au Zeus Saphaténien reconnu par M. Clermont-Ganneau et lui ont attribué, sans preuves décisives, un caractère solaire. Mais quelques noms propres ne prouvent pas que le dieu El eut alors reçu un culte et il n’est que prudent d’imiter la réserve de M. Clermont-Ganneau (4) sur l’original sémitique du Zeus Saphaténien. Au contraire ha-Lâh, « le dieu » , ap- paraît, même à l’état isolé, sans parler de ha-Lât, « la déesse », la principale divinité des Saphaténiens (5).

Les inscriptions du sud de l’Arabie ont beaucoup augmenté le peu qu^on savait de l’ancien nom de « dieu ^) d’après la tradition arabe. Les savants arabes postérieurs à Mahomet considèrent la forme El comme étrangère (6), mais bien à tort. El était incontestablement avec ilâh le nom appellatif de « dieu » dans l’Arabie du sud (7). Mais il était aussi le nom spécial d’un dieu, du moins dans les pays de Harim et de Qataban, les formules « prêtres de El et de’Athtar », « serviteur de El et de ‘Athtar » ne laissent là-dessus aucun doute. De plus D. H. Muller (8) et Hommel ont relevé à bon droit le nombre considérable des noms propres formés avec El. Tandis que les divinités auxquelles s’adresse le culte entrent rarement dans la composition des noms propres, non plus que la forme ilâh, c’est El qui y figure le plus souvent, probablement dans le sens appellatif de Dieu (1), et on ferait toute une théologie avec les épithètes qui décorent son nom. El est donc ici encore un souverain dépossédé. Les diverses divinités le remplacent comme nom propre, ilâh comme nom commun. Mais le fait de son règne ancien ne peut être mis en doute, quoiqu’on ne puisse juger d’après cette seule région si c’est un nom commun qui a été adopté par une tribu comme le nom de son dieu par excellence (2), ou si le nom propre d’un dieu uniquement révéré est devenu appellatif.

Il est au contraire certain que le nom vague de ilâh^ « dieu », a été déterminé et personnifié par l’addition de l’article, sans cependant désigner d’abord ou toujours le dieu par excellence. Dieu, Allah, puis- que dans le Safa il désignait un dieu comme un autre (3). Il serait de la plus haute importance de savoir comment et quand ce monothéisme a prévalu. Certainement, avant Mahomet, Allah avait la prééminence sur les dieux particuliers, sans cependant recevoir de culte : « Dans le danger ils se tournent vers Allah, et quand il leur a témoigné sa faveur ils l’oublient et lui donnent des rivaux dont ils reconnaissent d’ailleurs qu’ils ne peuvent que les recommander à Allah. Et quand on leur demande : Qui a créé le monde, ils répondent : Allah (4) ! » D’après Wellhausen, Allah est sorti de la décadence des religions ethniques particulières (5). Lorsqu’on s’aperçut que tous les dieux des tribus étaient équivalents, la notion de la divinité gagnadu terrain et le syncrétisme fraya le chemin au monothéisme. C’est de la théorie pure, car il est bien difficile d’admettre que ce changement se fût produit sans l’influence des idées juives et chrétiennes qui pénétraient dans l’Arabie de toutes parts. Les inscriptions sinaïtiques contiennent déjà le nom d’Allah, mais ne sont pas antérieures au Christianisme. Le nom de Saramallas au temps d’Hérode est, d’après Josèphe, celui d’un Syrien, et on ne peut guère tirer de conclusion ferme d’une transcription grecque isolée (6), d’autant que les infiltrations juives s’étaient produites longtemps auparavant.

Enfin, comme nous venons de le dire pour le Safa, Allah pouvait être regardé d’abord comme un dieu particulier.

Mais si Allah ne recevait que de rares hommages, Allât était 1 déesse par excellence des Arabes dès le temps d’Hérodote, car il est facile de la reconnaître sous la forme Alilat. Au contraire à’ilâh, elle avait conservé très nettement son caractère personnel : c’est un nom propre, et les Nabatéens de Salkhad le savent très bien lorsqu’ils disent Allât leur déesse (l). Le nom se trouve dans les noms propres composés chez les Nabatéens, et à Palmyre dans des textes araméens, mais cette onomastique est plutôt arabe, comuie le nom du prince de Pal- myre, Ouhaballât. Le nom de la déesse pouvait être déterminé parle lieu du culte, comme Allât de Salkhad et Allât de ‘Amnad (2).

L’éthiopien, rameau détaché de l’arabe du sud, devait posséder, lui aussi, le dieu El, et en effet on l’a rencontré dans un certain nombre de noms propres (3). L’appellatif ???? ne paraît nulle part : les Éthiopiens désignent Dieu par une périphrase : ‘egzVahehéry « le maître de toutes choses » , ou ‘amlâk, le roi.

Les Assyro-Babyloniens n’ont vraisemblablement connu qu’une seule forme pour désigner « dieu » : c’est celle qui répond à El en hébreu, ilu, ou il. Dans l’usage ordinaire le nom est absolument appellatif, s’appliquant aux dieux et aux déesses, au masculin et au féminin (4). L’idéogramme qui le représente précède tous les dieux et déesses, démons et hommes divinisés. On a cru c[\ïilu était aussi le nom du dieu suprême des Babyloniens, figuré sur les monuments par un disque ailé. Les spécialistes étaient jusqu'à présent d'accord pour affirmer qu'il n'y a pas trace de ce dieu Iliiy comme dieu suprême, dans toute la littérature. Mais ilu a pu être aussi un nom propre de dieu et c'est ainsi que le P. Scheil l'interprète dans un nom propre de l'obélisque de Manichtousou (5). Bien plus, le même savant n'hésite pas à lire « El le suprême » entête du code de Hammourabi (6). Le nom propre Sunimailu-la-ilîa, traduit par Hommel (7) : « si Dieu n'est pas mon Dieu », ne peut guère signifier que : « si Ilu n'est pas mon Dieu » , à moins que la phrase n'ait pas de sens. Les noms composés avec Ilu sont d'ailleurs assez fréquents, mais sans doute jamais autant que dans le plus ancien monument considérable de la langue, l'obélisque de Manichtousou.

Il semble que là encore le prestige de l'antique El a été en diminuant. El-Amarna a fourni, en langue babylonienne, quelques personnes qui se recommandaient de // (1); dans quelques cas du moins il parait indiqué de le prendre comme un nom propre, mais ce fait rentre dans ce que nous avons dit pour le pays de Canaan.

Ainsi nous constatons des faits qui peuvent se réduire à un seul : El ou II appartient au plus ancien fonds des langues sémitiques. Il se trouve partout, ou comme nom propre, ou comme appellatif, souvent accompagné d'un autre nom purement appellatif qui ne se retrouve pas toujours et qui n'a pas partout les mêmes lettres; soit que ce second nom ait complètement dominé comme en arabe, soit qu'il ne se soit pas même produit comme en assyrien, il parait être une forme subsidiaire sinon dérivée.

De là nous pouvons tirer quelque lumière sur la question du sens général de El, en dehors de toute étymologie. Ou bien c'est le nom propre du dieu des Sémites employé ensuite comme appellatif, ou c'est un nom commun devenu le dieu des Sémites par excellence. Nous pouvons pour le moment laisser la question en suspens. Mais en revanche un point paraît clair. Si El, nom appellatif, c'est-à-dire s'appliquant à la nature divine, a pu devenir un nom personnel, c'est donc que la nature divine était à ce moment considérée comme unique, et si d'autre part c'est un nom personnel qui est devenu le nom commun pour désigner tout ce qui participe à la nature divine, c'était donc derechef qu'on donnait à cette personne divine toute la plénitude de la divinité.

Or ces faits sont d'autant plus remarquables qu'ils vont directement à rencontre des théories proposées sur le polydémonisme des Sémites primitifs. Le polydémonisme, c'est-à-dire la conception qui entrevoit partout des forces distinctes, envisagées plus ou moins clairement comme surnaturelles, ce polydémonisme aurait quelque vraisemblance si Elohim était le premier nom de Dieu. On pourrait y voir l'ensemble des êtres plus ou moins indépendants qui constituaient les forces redoutées de l'homme. Malheureusement pour la théorie, Elohim est certainement une des formes les plus secondaires, puisque le phénicien (...)

La suite sur Archive.org à partir de la page 78

Apparemment c'est plutôt difficile de trouver "El" sur le web et google Books, et les livres n'offrent qu'un aperçu, donc dés que je trouve quelque chose je l'ajouterais ici. Si vous trouvez des références à El vous êtes bienvenue!

[Actuellement je vais faire un autre article pour les références, en utilisant les bons mots clés on trouve toujours!]

ET voici l’article en question ! Références Google Books : Quelques Références sur El-Kronos, Baal-Cronos, Ilu, Ilus, Elioun, Saturne etc…
Revenir en haut Aller en bas
Aegis



Masculin Lion Rat
Messages : 3107
Date d'inscription : 27/08/2012
Age : 33

MessageSujet: Re: Interprétation eschatologique des Lois de l’Esprit   Sam 25 Mai 2013 - 18:55

Alors on va se calmer d'entrée et respirer un peu.

Pour la troisième fois :

ON NE FAIT PAS DE L’ÉTYMOLOGIE COMME ON RACONTE DES CONTES POUR ENFANTS.

Exemple :
- "élection" ça vient de ex - legere.
- "électricité" ça vient du grec, et ça désigne... l'ambre jaune, on est donc loin du plomb (qui donne une maladie appelée le saturnisme, mais ça vous a échappé).

Elohim est un pluriel, ça par contre, c'est vrai. Mais ça vient d'une langue sémitique, et non d'une langue indo-européenne. Il est normal de retrouver El dans de très nombreux prénoms d'origine juive qui désignent les anges de la kabbale correspondant : Gabriel, Mickael/Michel... ou bien dans des prénoms d'origine hébraïque comme Emmanuel, Eli, Natanael, puisque ce sont des prénoms qui louent Dieu...

Et je vais passer aussi sur l'origine du mot Israel...

La démonstration est donc fausse sur cet argument linguistique.

Ensuite, en astrologie. Le verseau est un signe d'air, et non un signe d'eau, simplement pour éviter des confusions fâcheuses.

Ensuite, Jésus est né en décembre, qui est le mois du sagittaire, plus que celui du capricorne, et serait donc un capricorne, mais on sait que la date officielle de la naissance de Jésus est en vérité la date de la fête de Mithra qui serait né en vérité en septembre. Jésus serait donc en fait du signe de la VIERGE. Bien entendu, il n'y a aucune preuve là dessus, d'où le conditionnel que j'ai employé.

Jésus n'a pas été crucifié en janvier ou février (mois du verseau), mais en mars ou en avril (plus probablement dans le signe du bélier donc), ce qui veut dire sous la protection de la planète Mars, et non de Saturne.

En astrologie, Saturne est la planète des leçons, des épreuves, des frontières entre le conscient et l'inconscient, et non une méchante planète qui vous pourrit la vie. Saturne fonctionne en duo avec Jupiter.

Les considérations astrologiques sont donc fausses.

Il n'est pas étonnant de retrouver El/Eli dans les peuples sémitiques tels que les cananéens ou les phéniciens... De la même façon que l'on trouve Deus/Theos entre les grecs et les romains : ce sont des langues de la même famille. Le "El" biblique s'est construit à partir d'un fond commun, c'est évident.

D'un point de vue mythologique maintenant, Saturne = Kronos. Si Virgile développe un retour de Saturne, c'est parce que dans la mythologie grecque, Saturne réfère à l'âge d'or, ère de paix et de prospérité. Le dieu Saturne c'est le temps, non la mort. Son symbole est le sablier ou la faucille, non l'étoile de David.

La Ka'Ba de la Mecque se réfère à la PLANETE Saturne, et non au DIEU Saturne, nuance, sous le nom de Zouhhal (al pourrait désigner une forme de El, mais ce serait à vérifier).

Saturne et l'alchimie, comment dire, une fois encore, il s'agit de la planète et non du dieu.

D'ailleurs, dans la pensée grecque (il s'agit ici des dieux grecs et latin), les planètes désignent des astres errants (c'est ce que le mot signifie), là où les étoiles désignent des dieux. Les fameuses errantes ne peuvent donc être assimilées à des dieux.

Le développement que tu proposes est donc axé sur de nombreuses erreurs, qui rendent difficilement crédibles tes affirmations.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Interprétation eschatologique des Lois de l’Esprit   Sam 25 Mai 2013 - 19:52

Aegis a écrit:
Preuve que tu ne sais pas de quoi tu parles :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Ragnar%C3%B6k
Le Ragnarök est le sujet de nombreuses études et controverses visant à déterminer l'origine réelle du récit rédigé tardivement, après la christianisation du monde nordique. De nombreux spécialistes soutiennent que les textes faisant référence à la fin du monde prophétique sont inspirés des récits bibliquesS 1,C 1 du jugement dernierY 1, notamment l'Apocalypse et la fin du monde millénariste2,I 2, et de l’EcclésiasteC 2,3,4. Certains y trouvent également des comparaisons avec des récits d'autres mythologies indo-européennes, qui pourraient indiquer une origine commune du mythe ou des influences païennes extérieures. Pour de nombreux érudits, ces influences empruntées aux autres cultures et réécrites par des clercs chrétiens sont attribuées à tort à la mythologie viking, et ont déformé la connaissance que nous avons de la foi scandinave5,Y 1. Ce texte pourrait également puiser ses sources dans l'observation de catastrophes naturelles en Islande.

Ton article est peut être dans le bon sujet, mais les conclusions que tu fais sont fausses,
De nombreuses controverses, des spécialistes soutiennent .. appelez vous ça une preuve que mes conclusions sont fausses ?

Quelles ont été mes conclusions selon vous ? Il me parait évident que l'on puisse créer des liens entre les groupes des différentes croyances, puisque ce sont les même conceptions/inspirations qui sont réactualiseés en fonction des temps, de l'éthique et des civilisations, et que globalement, même si le point de vue differe, l'analyse générale de l'histoire ne peut être vu que de la même maniere, tout comme avant même de m'interesser aux écritures, j'entendais l'ordre du temps ainsi.
J'ai éssayé de chercher un peu dans votre sens mais je n'ai rien trouvé de trés épais ..
Revenir en haut Aller en bas
Aegis



Masculin Lion Rat
Messages : 3107
Date d'inscription : 27/08/2012
Age : 33

MessageSujet: Re: Interprétation eschatologique des Lois de l’Esprit   Sam 25 Mai 2013 - 19:59

La controverse est dans la proportion à accorder à l'un et à l'autre. Dire que le texte est seulement d'inspiration biblique, ce serait sans doute hâtif et faux.

Par exemple, le thème de la fin du monde est à proprement parler biblique, et absent des pensées indo-européennes. Il y a une pensée cyclique, qui peut se retrouver dans le mythe du Ragnarok, par exemple, avec la survie du couple et la résurrection de Baldr.

Il y a également dans les mythes indo-européens le thème d'une guerre entre dieux :
- Mahabharata,
- Titanomachie, Gigantomachie.

Les historiens sont d'accords entre eux sur la période le 12e siècle, ce qui est TARDIF, surtout qu'à cette époque, les peuples scandinaves sont déjà christianisés en partie.

Voilà pourquoi aussi tes conclusions sont fausses.

Et j'attends toujours la réponse aux questions que je t'ai posées.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Interprétation eschatologique des Lois de l’Esprit   Sam 25 Mai 2013 - 20:07

Aegis a écrit:
Voilà pourquoi aussi tes conclusions sont fausses.

Et j'attends toujours la réponse aux questions que je t'ai posées.

Mais quelles conclusions ? En quoi avez vous entendu que j'ai conclus ?
Super poser différentes eschatologie n'a rien d'une conclusion.
Vous êtes dans l'érudisme, il faut que l'on puisse se comprendre et ce n'est pas simple.

Aegdit : Je reformule : peux-tu nous montrer la précision de la traduction des écritures par rapport à leur langue d'origine ?
Je ne comprends toujours pas ce que vous attendez de moi dans cette question.

akasha a écrit:
Petite démonstration que Orné et moi avons trouver et démontre selon nous et nos convictions que le dieu des trois grande religions n'est pas celui que l'on crois, et que le pouvoir occulte mondial via les sociétés secrètes et mystique savent très bien!
Allah, Allat, dieu femme ?
Voila le type de brassage new age .. inversement des valeurs par mixage spontané fait sur les écritures par des hommes sans foi ..

Voila pourquoi Aegis, il est normal en tant que croyant d'être méfiant aujourd'hui face à cette mode de la déformation par le pac brut d'informations dans tous les sens.


Dernière édition par Jack Aube le Sam 25 Mai 2013 - 20:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Interprétation eschatologique des Lois de l’Esprit   

Revenir en haut Aller en bas
 

Interprétation eschatologique des Lois de l’Esprit

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 10 sur 12Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 9, 10, 11, 12  Suivant

 Sujets similaires

-
» L'interprétation
» [RStat] régression logistique, graphe et interprétation
» Interprétation de la sortie stepwise Reg logistique sous SAS
» (Urgent) Interprétation test de chi2 (à l'aide!!!!!!!!!!!!)
» Moyenne et écart-type: quelle interprétation possible?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Planète Révélations :: Fin des temps / Survie / Science des nombres :: Numérologie / Eschatologie :: Eschatologie-