Planète Révélations
Bienvenu sur Planète Révélations, bonne visite à vous...

Planète Révélations


 
AccueilFAQRechercherGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Un policier turc modéré abat l’ambassadeur russe à Ankara

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
akasha

avatar

Féminin Taureau Buffle
Messages : 2788
Date d'inscription : 12/05/2013
Age : 31

MessageSujet: Un policier turc modéré abat l’ambassadeur russe à Ankara   Mer 21 Déc 2016 - 2:17

Un policier turc modéré abat l’ambassadeur russe à Ankara



À l’évidence on ne sera surtout pas en sécurité tant qu’il restera des rebelles modérés…



Le policier rebelle modéré







Une chouette reconversion possible pour tous les rebelles modérés ?

===================================

Réaction à chaud de Bassam Tahhan, professeur de lettres arabes, islamologue et politologue franco-syrien né en Syrie (interviewé aussi précédemment ici par France info et là par France 24).


Olivier Berruyer : Comment réagissez-vous à l’assassinat de l’ambassadeur de Russie ?

Bassam Tahhan :
On vient d’apprendre la mort de l’ambassadeur Russe en Turquie qui est un grand artisan des relations turco-russes et de ce réchauffement dans tous les domaines, économique, politique… Évidemment, il faut qu’on examine d’abord les faits. L’assassin a prononcé plusieurs fois « Dieu est grand », « Allahu Akhbar » puis a dit « il ne faut pas oublier Alep et la Syrie ».

Apparemment, il parlait couramment le turc, il était bien habillé, style playboy si l’on peut dire, il n’avait pas de barbe, il ne paraissait pas islamiste du tout.

Comme le montrent les images, on voit l’assassin monter sur l’estrade à côté de la tribune où se tenait l’ambassadeur. Il a brandi un révolver et il a presque tiré à bout portant, à deux mètres à peu près, et on a vu l’ambassadeur s’effondrer. Et l’assassin a continué de crier en turc.

OB : Alors à qui profite le plus le crime selon vous ?

À chaque fois qu’il y a un assassinat, on se pose cette question et on se doit de la poser. C’est sûrement quelqu’un qui appartient à des groupes extrémistes islamistes ; il serait Turc sans doute.

Là, il faut revenir sur plusieurs points : il faut savoir que demain une réunion était programmée entre les Turcs et les Russes à Moscou à propos de toute la politique turque et russe au Moyen-Orient et notamment en Syrie.

Ce rapprochement est très important dans la mesure où la Turquie tourne un peu le dos à l’OTAN, se détache de la politique occidentale et renforce ses liens avec la Russie. C’est un point très important.

Le second point, c’est que les Turcs et les Russes sont en train de neutraliser Genève pour tenir une réunion de réconciliation entre l’opposition syrienne et le gouvernement légitime de Damas à Astana, la capitale du Kazakhstan pour régler le problème. Il y a eu des déclarations qui sous-entendaient que l’on pouvait se passer de la délégation de Riyad, c’est à dire les opposants syriens que soutient l’Arabie Saoudite.

OB : ceci intervient pourtant à un moment ou Erdogan semblait pencher du côté des islamistes durs…

Le parti politique d’Erdogan est un parti d’islamisme assez pur et dur sur certaines questions. Alors on n’omet pas le fait que maintenant, Erdogan paye la facture de sa politique. À l’intérieur même de cette droite ultra-orthodoxe islamiste qui le soutient, il y a des divergences et les gens passent à l’action. Il est fort possible également que comme les médias étrangers n’ont eu de cesse de soutenir les terroristes (et là je viens au coeur du problème à mon sens), parce que jusqu’à maintenant, le monde entier s’est mobilisé pour évacuer les 40 ou 50 000 soit-disants “civils d’Alep-est”. Et là, la Russie a dit oui. Il faut expliquer pourquoi la Russie a dit oui comme résolution aux Nations-Unies. C’est peut-être un peu pour se débarrasser de ces gens-là puis faire porter ensuite le chapeau d’éventuelles actions terroristes à l’Occident, aux Nations-Unies qui auront surveillé l’évacuation des ces gens-là.

OB : pourquoi ces 40 000 civils ne restent-ils pas à Alep comme d’autres qu’on a vus rejoindre Alep Ouest – dans des images poignantes ?

Là j’exprime un point de vue personnel en disant que je me demande si l’ensemble de ces 40 000 civils n’ont vraiment rien à se reprocher. Parce que si vraiment ce sont des Syriens : on a vu des dizaines de milliers se rendre à l’armée syrienne et ils ont été bien accueillis. Pourquoi donc ces gens-là ne veulent pas se rendre ? Sont-ils tous Syriens ? Là est tout le problème. Donc si l’opération d’évacuation est surveillée par les Nations-Unies, il y aura un partage de responsabilité si éventuellement après on se rend compte que ces gens-là ne sont pas restés à Idled dans cette province syrienne sous tutelle turque en ce moment, ou dans la région qu’occupe l’opération du bouclier de l’Euphrate, mais ils peuvent sans doute très bien infiltrer tout l’Occident.

OB : vous pensez donc qu’il y a une possibilité que se trouvent des terroristes dans ce lot que l’Occident cherche à évacuer ?

Vous voyez le dossier est très épineux et il est très difficile de trancher dans le sens positif qui innocenterait ces 40 000 civils. Voilà où en est, on n’en sait pas plus, il faut rester prudent, sans être naïf. Alors évidemment, on aura beaucoup de retombées sur les négociations de l’évacuation qu’il y ait une résolution du Conseil de sécurité ou pas. Là, ça empoisonne les relations.

Pour conclure, je dirais que toute cette opération est probablement montée pour éloigner la Turquie de la Russie, et rejeter la Turquie dans le giron de l’Occident et de l’OTAN, et les medias et les services secrets étrangers en accordant ce soutien inconditionnel à Daesh, à tous ces groupes islamistes, ne voulant pas séparer les modérés des extrémistes, auront été responsables de cet assassinat.

Et ça aura sûrement des conséquences dans la politique russo-turque, c’est-à-dire qu’on arrivera à un effet exactement opposé à l’effet escompté de l’assassin. Ça ne fera que rendre plus étroites les relations entre la Turquie et la Russie.
===========================================
Ankara est-il le Sarajevo du XXIè siècle? Par Jacques Sapir


L’assassinat de l’ambassadeur russe à Ankara, Andrey G. Karlov, réveille le spectre glacial et menaçant de Sarajevo et de l’Archiduc François-Ferdinand. Le fait que son assassin ait été semble-t-il un officier de la police anti-émeutes d’Ankara ne peut qu’inciter à se poser des questions sur la pénétration par des islamistes de l’administration Turque.

Il faut cependant reconnaître que le gouvernement d’Erdogan sera certainement mis sur la sellette à un moment où il cherche par tous les moyens à trouver un modus-vivendi avec son quasi-voisin russe. Si les relations entre les deux pays ont été détestables à la suite de la destruction de l’avion russe par la chasse turc, et si le gouvernement russe avait alors pris des mesures de rétorsions, en particulier économiques, qui ont fait mal à l’économie turque, ces relations s’étaient améliorées ces dernières semaines. Le gouvernement russe avait accepté les excuses de la Turquie pour la destruction de son appareil. Le Président Erdogan, isolé par les Etats-Unis, lancé dans une politique d’épuration massive contre ses opposants internes, et en particulier contre les kurdes, ne peut se permettre d’une nouvelle période de crise avec la Russie. La coopération qui semble s’installer entre ces deux pays pour régler les suites de la bataille d’Alep-Est, la négociation que devait avoir lieu dans les prochaines heures entre la Russie, l’Iran et la Turquie, montrent que ni la Russie, ni la Turquie, n’ont besoin d’une nouvelle crise. Ce n’est pas un mariage d’amour, ni même un mariage de raison, mais simplement une reconnaissance des faits et des rapports de forces. La Russie est devenue, de fait, le pays dominant de la région.

Mais, la Turquie ne peut s’exonérer entièrement de toute responsabilité dans ce lâche attentat. Les liens entre l’AKP, le parti de Recep Erdogan, et les islamistes, qu’on les dise « modérés » ou pas, ont été trop visibles et trop nombreux. Les compromis et les compromissions avec ce que l’on appelle « l’Etat islamique », même si elles sont monnaies courantes au Moyen-Orient, ont visiblement laissé des traces dans les administrations. Erdogan récolte ici les fruits amers de cette compromission qu’il a tolérée quand il ne l’a pas encouragée. A vouloir poursuivre les militants laïques et les kurdes, il se découvre un nouvel ennemi, mais cette fois un ennemi qu’il a réchauffé sur son propre sein, un ennemi issu de ses propres rangs. Entre l’affirmation nationale et l’affirmation religieuse, il ne peut y avoir de compromis. Cela, Erdogan va l’apprendre à ses dépens.

Quant à la Russie, si elle peut légitimement vouloir venger la mort de son ambassadeur, elle ne peut que comprendre que l’heure n’est pas à l’émotion mais à l’analyse froide d’une situation compliquée. La diplomatie et l’Etat russe doivent s’inspirer ici des leçons que leur a léguées Evguenny Primakov. La politique des réalités implique de mettre de côté les grandes envolées, les colères, qu’elles soient saintes ou non. La politique des réalités implique de se comporter comme ce monstre froid dont nous parlait Hegel, de poursuivre vers son but sans se laisser dévier. Car, peut-être est-ce là justement ce qu’attendent ceux qui ont commandités ce crime, si tant est qu’ils existent. Si cet acte n’est pas celui d’un isolé, d’un exalté, si l’homme qui a appuyé sur la détente n’est que le dernier pion d’une longue ligne de participants, il faut réfléchir soigneusement à qui aurait intérêt qu’aujourd’hui russes et turcs se déchirent à nouveau. Il convient, alors, de ne pas leur offrir sur un plateau ce qu’ils attendent et désirent. Mais, mettre de côté ne signifie pas oublier. Il y aura, sans doute, un temps pour la vengeance, ou plus précisément, pour la rétribution.

Les enjeux de la situation au Moyen-Orient sont énormes, et – pour l’heure – c’est la Russie qui a la main. Elle n’a aucun intérêt à renverser une table sur laquelle elle est en mesure de dérouler un jeu gagnant. On a eu l’occasion, sur ce carnet, de dire le succès que représentait la réunion à Vienne des pays OPEP et non-OPEP des 10 et 11 décembre. Cette réunion, et l’accord qui en est sorti, montrent bien la puissance actuelle de la diplomatie russe, et sa capacité à faire se parler des ennemis aujourd’hui irréconciliables. C’est pourquoi l’analogie avec la situation de juillet 1914 n’est pas pertinente : Ankara n’est pas Sarajevo.

Source : son blog Russeurope

Vu sur Les Crises
Revenir en haut Aller en bas
shakur1999

avatar

Masculin Vierge Chien
Messages : 144
Date d'inscription : 20/02/2014
Age : 34
Localisation : Medine

MessageSujet: Re: Un policier turc modéré abat l’ambassadeur russe à Ankara   Mer 21 Déc 2016 - 20:02

akasha a écrit:
Un policier turc modéré abat l’ambassadeur russe à Ankara



À l’évidence on ne sera surtout pas en sécurité tant qu’il restera des rebelles modérés…

Spoiler:
 


Réaction à chaud de Bassam Tahhan, professeur de lettres arabes, islamologue et politologue franco-syrien né en Syrie (interviewé aussi précédemment ici par France info et là par France 24).




Olivier Berruyer : Comment réagissez-vous à l’assassinat de l’ambassadeur de Russie ?

Bassam Tahhan :
On vient d’apprendre la mort de l’ambassadeur Russe en Turquie qui est un grand artisan des relations turco-russes et de ce réchauffement dans tous les domaines, économique, politique… Évidemment, il faut qu’on examine d’abord les faits. L’assassin a prononcé plusieurs fois « Dieu est grand », « Allahu Akhbar » puis a dit « il ne faut pas oublier Alep et la Syrie ».

Apparemment, il parlait couramment le turc, il était bien habillé, style playboy si l’on peut dire, il n’avait pas de barbe, il ne paraissait pas islamiste du tout.

Comme le montrent les images, on voit l’assassin monter sur l’estrade à côté de la tribune où se tenait l’ambassadeur. Il a brandi un révolver et il a presque tiré à bout portant, à deux mètres à peu près, et on a vu l’ambassadeur s’effondrer. Et l’assassin a continué de crier en turc.

OB : Alors à qui profite le plus le crime selon vous ?

À chaque fois qu’il y a un assassinat, on se pose cette question et on se doit de la poser. C’est sûrement quelqu’un qui appartient à des groupes extrémistes islamistes ; il serait Turc sans doute.

Là, il faut revenir sur plusieurs points : il faut savoir que demain une réunion était programmée entre les Turcs et les Russes à Moscou à propos de toute la politique turque et russe au Moyen-Orient et notamment en Syrie.

Ce rapprochement est très important dans la mesure où la Turquie tourne un peu le dos à l’OTAN, se détache de la politique occidentale et renforce ses liens avec la Russie. C’est un point très important.

Le second point, c’est que les Turcs et les Russes sont en train de neutraliser Genève pour tenir une réunion de réconciliation entre l’opposition syrienne et le gouvernement légitime de Damas à Astana, la capitale du Kazakhstan pour régler le problème. Il y a eu des déclarations qui sous-entendaient que l’on pouvait se passer de la délégation de Riyad, c’est à dire les opposants syriens que soutient l’Arabie Saoudite.

OB : ceci intervient pourtant à un moment ou Erdogan semblait pencher du côté des islamistes durs…

Le parti politique d’Erdogan est un parti d’islamisme assez pur et dur sur certaines questions. Alors on n’omet pas le fait que maintenant, Erdogan paye la facture de sa politique. À l’intérieur même de cette droite ultra-orthodoxe islamiste qui le soutient, il y a des divergences et les gens passent à l’action. Il est fort possible également que comme les médias étrangers n’ont eu de cesse de soutenir les terroristes (et là je viens au coeur du problème à mon sens), parce que jusqu’à maintenant, le monde entier s’est mobilisé pour évacuer les 40 ou 50 000 soit-disants “civils d’Alep-est”. Et là, la Russie a dit oui. Il faut expliquer pourquoi la Russie a dit oui comme résolution aux Nations-Unies. C’est peut-être un peu pour se débarrasser de ces gens-là puis faire porter ensuite le chapeau d’éventuelles actions terroristes à l’Occident, aux Nations-Unies qui auront surveillé l’évacuation des ces gens-là.

OB : pourquoi ces 40 000 civils ne restent-ils pas à Alep comme d’autres qu’on a vus rejoindre Alep Ouest – dans des images poignantes ?

Là j’exprime un point de vue personnel en disant que je me demande si l’ensemble de ces 40 000 civils n’ont vraiment rien à se reprocher. Parce que si vraiment ce sont des Syriens : on a vu des dizaines de milliers se rendre à l’armée syrienne et ils ont été bien accueillis. Pourquoi donc ces gens-là ne veulent pas se rendre ? Sont-ils tous Syriens ? Là est tout le problème. Donc si l’opération d’évacuation est surveillée par les Nations-Unies, il y aura un partage de responsabilité si éventuellement après on se rend compte que ces gens-là ne sont pas restés à Idled dans cette province syrienne sous tutelle turque en ce moment, ou dans la région qu’occupe l’opération du bouclier de l’Euphrate, mais ils peuvent sans doute très bien infiltrer tout l’Occident.

OB : vous pensez donc qu’il y a une possibilité que se trouvent des terroristes dans ce lot que l’Occident cherche à évacuer ?

Vous voyez le dossier est très épineux et il est très difficile de trancher dans le sens positif qui innocenterait ces 40 000 civils. Voilà où en est, on n’en sait pas plus, il faut rester prudent, sans être naïf. Alors évidemment, on aura beaucoup de retombées sur les négociations de l’évacuation qu’il y ait une résolution du Conseil de sécurité ou pas. Là, ça empoisonne les relations.

Pour conclure, je dirais que toute cette opération est probablement montée pour éloigner la Turquie de la Russie, et rejeter la Turquie dans le giron de l’Occident et de l’OTAN, et les medias et les services secrets étrangers en accordant ce soutien inconditionnel à Daesh, à tous ces groupes islamistes, ne voulant pas séparer les modérés des extrémistes, auront été responsables de cet assassinat.

Et ça aura sûrement des conséquences dans la politique russo-turque, c’est-à-dire qu’on arrivera à un effet exactement opposé à l’effet escompté de l’assassin. Ça ne fera que rendre plus étroites les relations entre la Turquie et la Russie.
===========================================
Ankara est-il le Sarajevo du XXIè siècle? Par Jacques Sapir


L’assassinat de l’ambassadeur russe à Ankara, Andrey G. Karlov, réveille le spectre glacial et menaçant de Sarajevo et de l’Archiduc François-Ferdinand. Le fait que son assassin ait été semble-t-il un officier de la police anti-émeutes d’Ankara ne peut qu’inciter à se poser des questions sur la pénétration par des islamistes de l’administration Turque.

Il faut cependant reconnaître que le gouvernement d’Erdogan sera certainement mis sur la sellette à un moment où il cherche par tous les moyens à trouver un modus-vivendi avec son quasi-voisin russe. Si les relations entre les deux pays ont été détestables à la suite de la destruction de l’avion russe par la chasse turc, et si le gouvernement russe avait alors pris des mesures de rétorsions, en particulier économiques, qui ont fait mal à l’économie turque, ces relations s’étaient améliorées ces dernières semaines. Le gouvernement russe avait accepté les excuses de la Turquie pour la destruction de son appareil. Le Président Erdogan, isolé par les Etats-Unis, lancé dans une politique d’épuration massive contre ses opposants internes, et en particulier contre les kurdes, ne peut se permettre d’une nouvelle période de crise avec la Russie. La coopération qui semble s’installer entre ces deux pays pour régler les suites de la bataille d’Alep-Est, la négociation que devait avoir lieu dans les prochaines heures entre la Russie, l’Iran et la Turquie, montrent que ni la Russie, ni la Turquie, n’ont besoin d’une nouvelle crise. Ce n’est pas un mariage d’amour, ni même un mariage de raison, mais simplement une reconnaissance des faits et des rapports de forces. La Russie est devenue, de fait, le pays dominant de la région.

Mais, la Turquie ne peut s’exonérer entièrement de toute responsabilité dans ce lâche attentat. Les liens entre l’AKP, le parti de Recep Erdogan, et les islamistes, qu’on les dise « modérés » ou pas, ont été trop visibles et trop nombreux. Les compromis et les compromissions avec ce que l’on appelle « l’Etat islamique », même si elles sont monnaies courantes au Moyen-Orient, ont visiblement laissé des traces dans les administrations. Erdogan récolte ici les fruits amers de cette compromission qu’il a tolérée quand il ne l’a pas encouragée. A vouloir poursuivre les militants laïques et les kurdes, il se découvre un nouvel ennemi, mais cette fois un ennemi qu’il a réchauffé sur son propre sein, un ennemi issu de ses propres rangs. Entre l’affirmation nationale et l’affirmation religieuse, il ne peut y avoir de compromis. Cela, Erdogan va l’apprendre à ses dépens.

Quant à la Russie, si elle peut légitimement vouloir venger la mort de son ambassadeur, elle ne peut que comprendre que l’heure n’est pas à l’émotion mais à l’analyse froide d’une situation compliquée. La diplomatie et l’Etat russe doivent s’inspirer ici des leçons que leur a léguées Evguenny Primakov. La politique des réalités implique de mettre de côté les grandes envolées, les colères, qu’elles soient saintes ou non. La politique des réalités implique de se comporter comme ce monstre froid dont nous parlait Hegel, de poursuivre vers son but sans se laisser dévier. Car, peut-être est-ce là justement ce qu’attendent ceux qui ont commandités ce crime, si tant est qu’ils existent. Si cet acte n’est pas celui d’un isolé, d’un exalté, si l’homme qui a appuyé sur la détente n’est que le dernier pion d’une longue ligne de participants, il faut réfléchir soigneusement à qui aurait intérêt qu’aujourd’hui russes et turcs se déchirent à nouveau. Il convient, alors, de ne pas leur offrir sur un plateau ce qu’ils attendent et désirent. Mais, mettre de côté ne signifie pas oublier. Il y aura, sans doute, un temps pour la vengeance, ou plus précisément, pour la rétribution.

Les enjeux de la situation au Moyen-Orient sont énormes, et – pour l’heure – c’est la Russie qui a la main. Elle n’a aucun intérêt à renverser une table sur laquelle elle est en mesure de dérouler un jeu gagnant. On a eu l’occasion, sur ce carnet, de dire le succès que représentait la réunion à Vienne des pays OPEP et non-OPEP des 10 et 11 décembre. Cette réunion, et l’accord qui en est sorti, montrent bien la puissance actuelle de la diplomatie russe, et sa capacité à faire se parler des ennemis aujourd’hui irréconciliables. C’est pourquoi l’analogie avec la situation de juillet 1914 n’est pas pertinente : Ankara n’est pas Sarajevo.

Source : son blog Russeurope

Vu sur Les Crises



@ Akasha


Sans pour autant vous brusquer, mais selon vous que veux dire "un modéré"? Car selon moi modéré ou pas quand ont commets un crimes, on a pas de meilleurs nom que le nom "tueur", indépendamment de la culture, de la religion (donné par ses parents)du pays d'ou on viens etc...

Et je trouve que les images que vous les avez mis montrant un cadavre, un peu choquant pour ce genre de forum, vous ne trouvez pas?
Revenir en haut Aller en bas
https://twitter.com/Shakur1999
orné

avatar

Masculin Gémeaux Buffle
Messages : 4385
Date d'inscription : 11/06/2012
Age : 43
Localisation : UNIFIÉS CORPS, ÂME, MENTAL. LA TRINITÉ PARFAITE QUI REGARDE DANS LA MÊME DIRECTION, NE SE COMBAT PLUS MAIS RESTE SOLIDAIRE

MessageSujet: Re: Un policier turc modéré abat l’ambassadeur russe à Ankara   Jeu 22 Déc 2016 - 7:45

Bonjour Shakur,
Je me permet de répondre à la place de la miss, vu qu'elle est pas "dispo"

Au fait c'est un titre qui fait un allusion cynique envers les journalistes et politiques, car en effet il n'y a pas de modérés, ce sont eux qui utilise se terme pour tromper les gens. avec cet attentat cela montre une fois de plus que non, il n'y a pas de modéré chez-eux.
Revenir en haut Aller en bas
shakur1999

avatar

Masculin Vierge Chien
Messages : 144
Date d'inscription : 20/02/2014
Age : 34
Localisation : Medine

MessageSujet: Re: Un policier turc modéré abat l’ambassadeur russe à Ankara   Jeu 22 Déc 2016 - 19:05

orné a écrit:
Bonjour Shakur,
Je me permet de répondre à la place de la miss, vu qu'elle est pas "dispo"

Au fait c'est un titre  qui fait un allusion cynique envers les journalistes et politiques, car en effet il n'y a pas de modérés, ce sont eux qui utilise se terme pour tromper les gens.  avec cet attentat cela montre une fois de plus que non, il n'y a pas de modéré chez-eux.




@ Orné


Quand vous dites " il n'y a pas de modéré chez eux " c'est que vous même vous utilisez ce terme. Cool Ce mot est utilisé, comme vous le dites si bien par les journalistes et les politiques pour tromper les gens, alors ne vous laissez pas vous tromper par ces gens.

L'idée serai de changer le titre de ce sujet et d'enlever les photos montrant un cadavre... enfin c'est une proposition.

Par contre j'aurai aimé que akasha me réponde quand même...mais tant pis.
Revenir en haut Aller en bas
https://twitter.com/Shakur1999
akasha

avatar

Féminin Taureau Buffle
Messages : 2788
Date d'inscription : 12/05/2013
Age : 31

MessageSujet: Re: Un policier turc modéré abat l’ambassadeur russe à Ankara   Ven 23 Déc 2016 - 16:55

Bonjour Shakur Very Happy

Le titre n'est pas de moi ! Il est de Berruyer du site "Les Crises" et tout comme moi, il le sait bien que le terme "modéré" est des journalistes mainstream.. Et de se comprendre dans le sens il n'y a pas de "modéré" vu que le type abat un ambassadeur.... Mais je t'accorde que ce n'est pas très clair.. Suspect

Et pour la photo, c'est celle de l’assassin, donc on s'en fiche, non ?
Revenir en haut Aller en bas
shakur1999

avatar

Masculin Vierge Chien
Messages : 144
Date d'inscription : 20/02/2014
Age : 34
Localisation : Medine

MessageSujet: Re: Un policier turc modéré abat l’ambassadeur russe à Ankara   Ven 23 Déc 2016 - 20:22

@ Akasha

Le fait de montrer l'assassin c'est pas grave, mais pour moi montrer le cadavre est un peu choquant. Auparavant je m'en fichait complètement,  mais ces temps-ci j'arrive plus à les voir.

Bon vous me direz de pas venir sur ce topic, mais voilà j'ai vue une fois donc....

Pour le titre j'ai bien compris qu'il ne s'agit pas de vous, mais je trouve que le titre donné par les crises n'est pas un bon titre, puisque avec ce titre ils nous font comprendre que tout les musulmans sont des terroristes modéré ou pas. En tout cas c'est cet impression là que j'ai en lisant le titre.
Revenir en haut Aller en bas
https://twitter.com/Shakur1999
nolife



Masculin Lion Chèvre
Messages : 449
Date d'inscription : 12/08/2014
Age : 37
Localisation : FRANCE [yous_f]

MessageSujet: Re: Un policier turc modéré abat l’ambassadeur russe à Ankara   Dim 16 Avr 2017 - 23:59

Je ne savais pas qu'on pouvait être turc "avec modération". Il faudrait peut-être que le site les crises explique ce que ça veut dire exactement.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.youtube.com/channel/UCTaJ-Sn9LcyzhlRrodZs6FQ
orné

avatar

Masculin Gémeaux Buffle
Messages : 4385
Date d'inscription : 11/06/2012
Age : 43
Localisation : UNIFIÉS CORPS, ÂME, MENTAL. LA TRINITÉ PARFAITE QUI REGARDE DANS LA MÊME DIRECTION, NE SE COMBAT PLUS MAIS RESTE SOLIDAIRE

MessageSujet: Re: Un policier turc modéré abat l’ambassadeur russe à Ankara   Lun 17 Avr 2017 - 6:25

nolife a écrit:
Je ne savais pas qu'on pouvait être turc "avec modération".  Il faudrait peut-être que le site les crises explique ce que ça veut dire exactement.

C'est un "clin d'œil", aux médias qui utilisent toujours à profusion le terme "modéré" pour désigner les musulmans non terroriste. Vu que ce policier c'est présenté comme étant un combattant de Daech, c'était ironique envers les médias.
Revenir en haut Aller en bas
nolife



Masculin Lion Chèvre
Messages : 449
Date d'inscription : 12/08/2014
Age : 37
Localisation : FRANCE [yous_f]

MessageSujet: Re: Un policier turc modéré abat l’ambassadeur russe à Ankara   Mar 18 Avr 2017 - 7:29

orné a écrit:
nolife a écrit:
Je ne savais pas qu'on pouvait être turc "avec modération".  Il faudrait peut-être que le site les crises explique ce que ça veut dire exactement.

C'est un "clin d'œil", aux  médias qui utilisent toujours à profusion le terme "modéré" pour désigner les musulmans non terroriste. Vu que ce policier c'est  présenté comme étant un combattant de Daech, c'était ironique envers les médias.

Un "clin d'oeil" de complicité... bien sûr.

Ce policier ne s'est pas présenté comme appartenant à Daech.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.youtube.com/channel/UCTaJ-Sn9LcyzhlRrodZs6FQ
orné

avatar

Masculin Gémeaux Buffle
Messages : 4385
Date d'inscription : 11/06/2012
Age : 43
Localisation : UNIFIÉS CORPS, ÂME, MENTAL. LA TRINITÉ PARFAITE QUI REGARDE DANS LA MÊME DIRECTION, NE SE COMBAT PLUS MAIS RESTE SOLIDAIRE

MessageSujet: Re: Un policier turc modéré abat l’ambassadeur russe à Ankara   Mar 18 Avr 2017 - 8:25

Complotiste, complotiste, tu n'as que ce mot là à la bouche (sourire).
"j'aurai voulu être un complotiiiiste ! Pour avoir les idée triiiiiste (rires).

Plus sérieusement, c'est moi qui ça, lorsqu'on écoute ses revendications, ça me parait évident que c'est un terroriste, puis ça été vite revendiqué.

Le site "Les Crises", n'est pas un site complotiste, loi, s'en faut.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un policier turc modéré abat l’ambassadeur russe à Ankara   

Revenir en haut Aller en bas
 

Un policier turc modéré abat l’ambassadeur russe à Ankara

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Dossier: Les policier et le phénomène ovni
» 5è, quel roman policier en OI? LC?
» ald ou exonération du ticket modérateur?
» Je cherche un(e) modérateur(trice)?
» [4ème] Récit policier et adaptations

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Planète Révélations :: Informations Mondiales :: Actualités (Autres)-