Planète Révélations
Bienvenu sur Planète Révélations, bonne visite à vous...

Planète Révélations


 
AccueilFAQRechercherGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le Frexit, ou comment on revient à la monnaie Franc

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
safran_



Féminin Verseau Rat
Messages : 298
Date d'inscription : 15/03/2017
Age : 57

MessageSujet: Le Frexit, ou comment on revient à la monnaie Franc    Jeu 4 Mai 2017 - 16:30

Le Frexit, ou comment on revient à la monnaie Franc ?




Voici quelques passages de commentaires trouvés sur le site -les moutons enragés- postés par Probe le 1er mai à 15h 29.
Cet internaute livre une information d'une importance capitale dont les Français ignorent tout.

Alors quand Asselineau, Mélanchon, Cheminade, Le Pen... affirment que la France peut sortir de l'Union Européenne sans problème ils disent la vérité !!!

Du coup le Banquier Macron-Rothchild et sa clique "d'En Marche vers l'Extermination" nous mentent et nous prennent pour de gros nuls !


_________

Coms de Probe :

 
......Asselineau a créé son parti en 2007, quand l’article 50 du traité de Masstrich était encore applicable. Mais la conjonction de la date du « non » au référendum 2005 avec celle du vote anticonstitutionnel du traité de Lisbonne, par le parlement réunie en Congres le 4 Février 2008, a annihilé tout les traités relatifs a cette union européenne.
Melenchon attendu que ce pion soit joué, pour créer son parti en 2008 et écrire toute les mesures unilatérales de son programme, sans mentionner le moindre article de ce traité. Selon l’article 5 de nôtre constitution « Le président veille au respect de la constitution ». Ceci est en contradiction avec le fait d’appliquer l’article 50 d’un traité qui n’a aucune existence légale, en droit français.......
 
.....Le droit c’est notre constitution, ce valable pour un autre pays de l’union n’est pas forcement valable pour le nôtre.
AUCUN TRAITE ACTUEL NE LIE LA FRANCE A CETTE UNION EUROPENNE.......


....... Tout les députés européens français actuels sont anticonstitutionnels, il le dit lui même, autant que le traité de Lisbonne auquel il voudrait appliquer l’article 50, et cite tout les versets dans ses conférences, en se pavanant de faire les choses de manière légale et juridique.......


Le lien :
https://lesmoutonsenrages.fr/2017/05/01/vos-infos-news-liens-et-autres-du-1er-mai-2017/



.
Revenir en haut Aller en bas
OSIRIS

avatar

Masculin Capricorne Chien
Messages : 2737
Date d'inscription : 12/10/2012
Age : 46

MessageSujet: Re: Le Frexit, ou comment on revient à la monnaie Franc    Ven 5 Mai 2017 - 9:44

Et si la France sortait de l’UE ? Quelles conséquences pour l’agriculture ?

Dans son rapport d’orientation consacré à l’Europe, présenté lors de son congrès à Brest, la FNSEA se livre à un récit de « politique fiction » sur un éventuel « Frexit », pour mieux dénoncer les effets destructeurs, pour le secteur agricole et ses producteurs, d’une sortie de la France de l’Union européenne.

« Face à la montée du Front national dans l’électorat agricole, la FNSEA sensibilise-t-elle assez ses adhérents sur les risques d’une renationalisation de la Pac et d’une sortie de la France de l’Union européenne ? » Cette question qu’a posée un journaliste lors de la présentation du congrès du syndicat à la presse, mardi 21 mars, trouve en partie sa réponse dans le nouveau rapport d’orientation consacré à l’Europe.

La FNSEA y raconte, dans un passage de « politique fiction », ce qu’il adviendrait, selon elle, du secteur agricole si la France renonçait à l’Europe pour renationaliser la Pac. Un passage comme un contre-argumentaire aux promesses tenues par Marine Le Pen et François Asselineau, candidats à la Présidentielle. Le texte n’est qu’une « ébauche d'analyse prospective interne à la FNSEA, basé sur des échanges informels avec des économistes et des financiers mettant en évidence des risques potentiels réels. »

« En 2018, la France a repris la maîtrise de ses frontières, de sa monnaie et de sa politique agricole. Côté budgétaire, elle réalise une économie immédiate du montant de la contribution nette de la France au budget de l’Union européenne, 8 milliards d’euros, soit 50 milliards de Francs d’économie… car il a bien fallu immédiatement mettre fin à l’euro », narre le syndicat.

« Côté monétaire, le Franc est livré aux spéculations sur les marchés et le Trésor peine à trouver preneur pour la dette de l’Etat. La dette de 2 100 milliards d’euros est passée à 14 000 milliards de Francs, mais les détenteurs de la dette préfèrent le Deutschemark. Le coût des intérêts de 2,5 % en 2015, a doublé à 5 % en 2018, soit un coût total de 100 milliards d’euros, donc un déficit de 50 milliards d’euros supplémentaires… »

Hausse du prix des terres, effondrement de la filière broutard…

« L’inflation menace et les conditions de financement se tendent drastiquement (explosion du coût du crédit). Certains se réjouissent de l’augmentation du prix des terres, liée à l’engouement sur la terre et sur l’or, comme toujours en période de crise aussi profonde, mais aucun JA n’est plus en mesure de s’installer… Rapidement devenu obligatoire, le contrôle des changes limite aussi bien les investissements étrangers, que la participation d’entreprises françaises dans les pays tiers. »

« De plus, l’Italie, qui est encore plus en difficulté, vient de réaliser une dévaluation compétitive, renchérissant les exportations françaises. La filière broutard s’effondre. »

« Côté commerce international, le gouvernement français a un besoin stratégique de l’excédent de la balance commerciale agro-alimentaire pour tenter de tenir le choc. Malheureusement, les pays européens mettent en place des barrières non tarifaires différentiées et le gouvernement français est contraint d’imposer à la fois les demandes allemandes, mais aussi celles des pays du nord qui ont formé une Union scandinave, et celles de WWF, qui suite à son accord avec Carrefour, maîtrise la « demande » des consommateurs. Les normes demandées aux exploitations agricoles françaises sur les produits phytosanitaires, le bien-être des animaux et les questions sanitaires sont renforcées. »

… Hausse du coût des intrants et du différentiel d’aides en Europe

« Suite à la décision de Monsanto-Bayer de poursuivre les demandes de mise en marché uniquement devant les autorités allemandes, la France capitule et accepte sans contrepartie les décisions allemandes sur l’autorisation des produits phytosanitaires, à l’exception de quelques produits qui sont interdits et conduisent à des impasses techniques signifiant la fin de certaines productions. De plus, une taxe spécifique est mise en place par Monsanto-Bayer à la demande des autorités allemandes pour payer ces travaux d’analyse. Le coût des intrants augmente pour les agriculteurs, tandis que l’opinion publique se braque et demande diverses interdictions. »

« Au niveau international, l’approche anglo-saxonne est affirmée au codex alimentarius sur la seule base scientifique. Les pays du sud de l’Europe, en grande difficulté, abandonnent totalement leur présence au niveau international. La Grèce négocie avec l’Allemagne un plan d’aide alimentaire en nature, qui exclut de facto la France. Les Pays tiers dénoncent la protection des Indications géographiques. Suite à la réussite du champagne hongrois, les parts de marché françaises diminuent partout sur ce produit phare français, qui pâtit de la mise en accusation de la France sur la scène européenne. »

« L’engagement français de maintenir les aides directes d’une politique agricole renationalisée, est tenu mais en franc français. En conséquence, suite à la dévaluation du franc et la poursuite de l’inflation, les aides françaises sont rapidement équivalentes à la moitié de celles reçues en Allemagne, soit du niveau des soutiens britanniques… »

Si la France sort de l’UE, le projet européen disparaît.

« Arrêtons-là cette politique fiction, mais tirons-en les enseignements », conclut la FNSEA. « Si la France sort de l’UE, le projet européen disparaît. Notre pays et notre monnaie seraient soumis à de telles pressions, que nous perdrions la souveraineté partagée que nous avons aujourd’hui grâce à l’UE. »

« Pour le secteur agricole français, la crise sur les marchés serait sans précédent, les normes nous seraient imposées par les acheteurs allemands et les finances du pays ne permettraient pas de soutien comparable suite à la dévaluation du franc… Il nous semble indispensable de rester au sein de l’Union Européenne pour le développement du secteur agricole et agroalimentaire français. »


http://www.terre-net.fr/actualite-agricole/politique-syndicalisme/article/et-si-la-france-sortait-de-l-ue-quelles-consequences-pour-l-agriculture-205-126749.html

Le Frexit est un scénario catastrophe pour l’agriculture française !

Certains candidats à l’élection présidentielle sont tentés par l’aventure du Frexit. Ce scénario nous l’avons développé dans notre rapport d’orientation 2017 en essayant d’imaginer ce qui arriverait si la France quittait l’Union européenne. Bien sûr, l’Union européenne a de nombreux défauts et nous ne voulons pas les éluder, mais le Frexit signerait son arrêt de mort et le retour à des souverainetés dans chaque nation de l’Europe. Est-ce que l’Agriculture française y a intérêt ?
La réponse est pour nous clairement NON. Sur le papier, une sortie permettrait à la France de réaliser une économie immédiate du montant de sa contribution nette au budget de l’Union européenne, soit 8 milliards d’euros. C’est une vision à court terme qui ne tient pas compte de tous les impacts économiques d’une sortie de la France de la zone Euro. Car quitter l’Union européenne c’est d’abord abandonner l’Euro. Le retour au Franc impliquera que notre monnaie sera livrée aux spéculations sur les marchés et la dette de 2 100 milliards d’euros passera à 14 000 milliards de Francs. La hausse prévisible des taux d’intérêts entraînera de facto une hausse de cette dette que l’on peut estimer à 50 milliards d’euros. Pour l’agriculture, la dévaluation donnerait sans aucun doute un peu de prix aux producteurs, mais sans compenser la forte augmentation des coûts de production. Les conditions de financement seront plus difficiles avec une hausse du coût du crédit. On peut même s’attendre à une hausse du prix des terres, comme valeur refuge, freinant ainsi l’installation. Le Frexit rendra aussi les échanges plus difficiles. D’abord, nous perdrons le marché unique, c’est-à-dire l’accès de nos produits agricoles et agro-alimentaires sans droits de douanes à 500 millions de consommateurs. Ensuite, l’ensemble des accords commerciaux avec les pays tiers devront être renégociés, forcément à notre détriment. Que pèserait en effet la France seule à l’OMC ? N’oublions pas qu’en 2015 la France a exporté en céréales l’équivalent en valeur de la vente de 9 Airbus A320 par mois et autant pour les produits laitiers. Et nous voyons bien que dans la filière viande, dès que les exportations reprennent, les cours s’améliorent. Enfin, qui peut croire que les 9 milliards d’euros d’aides aux agriculteurs seront maintenus, sans discussions au niveau national, dans le cadre de la renationalisation de la PAC ? L’état des finances de la France laisse penser que les tentations seront multiples pour se servir d’autres secteurs. Maintiendra-t-on une ICHN ? Rien n’est moins sûr, et les agriculteurs britanniques risquent fort d’en faire l’amère expérience les premiers. Voilà quelques éléments qui nous font dire que le remède sera pire que le mal. Le remède pour les agriculteurs, c’est de rebâtir un véritable projet agricole européen, une PAC tournée vers l’avenir qui permet à l’agriculture européenne de relever les multiples défis qui se présentent à elle.


http://loiret-agricole.reussir.fr/actualites/le-frexit-est-un-scenario-catastrophe-pour-l-agriculture-francaise:WPN6HBL4.html
Revenir en haut Aller en bas
safran_



Féminin Verseau Rat
Messages : 298
Date d'inscription : 15/03/2017
Age : 57

MessageSujet: Re: Le Frexit, ou comment on revient à la monnaie Franc    Ven 5 Mai 2017 - 13:32

-Si on sort de l'Union Européenne, l'agriculture française s'en portera bien mieux elle renaîtra enfin de ses cendres !




-Un miracle ! 9 air-bus remplis de céréales exportés sur le marché mondial. Quelle aubaine pour les agriculteurs !

Vont peu engraissés nos céréaliers et les cochons non plus s'ils se limitent à l'exportation.

Trève de plaisanterie Osiris, l'Union Européenne incite et d'une certaine manière oblige les paysans à produire de plus en plus certaines cultures, et pousse les éléveurs à produire industriellement afin d'exporter. La France n'a jamais eu besoin d'exporter des quantités phénoménales elle se suffit à elle-même.

Son climat tempéré les diverses géologies du pays permettent une variété infinie de productions et une pêche maritime variée grâce à l'atlantique, la manche, la méditérannée, les lacs, les fleuves etc...

Donc la France est auto-suffisante, elle peut sans conteste se passer de la mondialisation et de l'union européenne. Mais voilà les autres pays européens en particulier l'Allemagne préfèrent détruire l'agriculture, l'élévage, la pêche Française pour développer les leurs. Un sentiment de jalousie vis à vis de la position géographique de la France a incité de nombreuses fois ses pays voisins de l'attaquer et de l'envahir pour s'approprier les richesses qu'elle crée grâce à ces atouts.

Les gouvernements de droite et de "gauche" ont persuadé les paysans qu'ils toucheraient des indemnités diverses et variées s'ils se pliaient aux directives Européennes. Ils ont omis de leur dire que "cet argent de l'Union Européenne" provient en partie des caisses de l'Etat Français versé par ce dernier à la Banque Européenne les sommes s'élèvent à plusieurs milliards par an. Il ne s'agit en aucun cas de cadeaux offerts par la Communauté Européenne. C'est bien de l'argent des Français dont il est question.

-Ci-dessous une suite d'extraits d'articles pris sur des sites expliquant les problèmes rencontrés par les agriculteurs depuis que la FNSEA a signé des accords avec l'union européenne depuis 1946 ce qui les ruinent et anéanti l'agriculture Française :


http://www.actioncommuniste.fr/2015/09/quand-l-europe-detruit-l-agriculture-travailleurs-des-villes-et-des-campagnes-tous-ensemble-mais-en-meme-temps.html

C’est la «concurrence libre et non faussée» qui nous a été imposée, en assujettissant la France contre notre volonté, à l’Union Européenne et à son maudit Euro, qui plonge chaque jour davantage les peuples dans la misère et mène les agriculteurs à la faillite. Ce que le gouvernement cède aujourd’hui sous la pression des cultivateurs, soyez convaincus que cela sera effacé dans quelques mois et que la situation sera redevenue la même.

La viande, le lait et, de manière générale, les marchandises françaises demeureront systématiquement plus chères que celles venant de l’étranger et même si les produits venus d’ailleurs sont moins bons, devant le coût de la vie, hormones ou pas hormones, la majorité des Français sera (en fonction de ses revenus) obligée d’acheter ce qu’il y aura de moins cher et cela ne changera rien aux difficultés de nos agriculteurs, car les grandes surfaces leur demanderont alors de s’aligner sur le prix des denrées étrangères et les difficultés reprendront de plus belle pour tous nos producteurs.
Le but final d’ailleurs n’est-il pas de liquider partout les petites et moyennes exploitations et de livrer la production agricole aux grandes sociétés capitalistes, à l’exemple de la «ferme des mille vaches», quitte à empoisonner la population ?
Le seul moyen de se débarrasser de ce carcan, c’est de sortir de cette U.E., prison des peuples !

____________________

http://france3-regions.francetvinfo.fr/bretagne/la-confederation-paysanne-denonce-les-mensonges-de-la-fnsea-799297.html

La Confédération paysanne dénonce les mensonges de la FNSEA.

Les FDSEA de Bretagne ne défendent pas l'emploi mais la "productivité".

Les FDSEA bretonnes ne défendent pas la qualité à la française mais une diminution des normes pour développer leur "vocation exportatrice".

L'alternative, c'est donner la priorité à l'emploi agricole et à l'autosuffisance alimentaire.

__________________

http://www.alternativelibertaire.org/?FNSEA-Un-syndicat-contre-les


Une autre force de ce syndicat réside dans sa propagande corporatiste. Le corporatisme, issu de l’idéologie pétainiste, réside dans le fait de faire croire à toute une population exerçant le même métier qu’ils ont les mêmes intérêts. Le syndicat étant tenu par des gros exploitants et des fervents défenseurs de l’industrialisation, les intérêts de ces derniers deviennent ceux de tous : agrandissement, « modernisation », export… C’est un formidable outil de contrôle social. Et la FNSEA est passée maîtresse dans l’art du double discours : elle organise la contestation de politiques qu’elle contribue à mettre en place. Son projet consiste à transformer les paysannes et paysans en industriels produisant de l’alimentation. C’est un syndicat dont le projet prévoit la disparition des paysans !


________


Ici un PDF :


La FNSEA et le sac de blé


https://books.google.fr/books?id=1YIONUGleQUC&pg=PT72&lpg=PT72&dq=la+fnsea+un+syndicat+?&source=bl&ots=LhvXe5YHmS&sig=Vma9Rpr2BXtJIYMu-W_ZBHPmB58&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwjxztr0ytjTAhUCwxQKHQw6CU84WhDoAQhHMAY#v=onepage&q=la%20fnsea%20un%20syndicat%20%3F&f=false

________


https://francais.rt.com/opinions/16576-crise-agriculture-francaise-on-est-coupe-union-europeenne

La France est prise entre les agriculteurs et l’Union européenne, juge Olivier Frey, docteur en économie, professeur associé à l’Université de Sherbrooke.

RT France : Quelles sont les racines de la crise agricole française ?


-La «concurrence déloyale» vient de la directive européenne

RT France : Nous avons pu discuter avec quelques agriculteurs français. Ils estiment qu’ils se trouvent dans une situation beaucoup plus difficile que d’autres agriculteurs européens, notamment à cause d’une concurrence déloyale. Est-ce le cas selon vous ?


https://francais.rt.com/opinions/16576-crise-agriculture-francaise-on-est-coupe-union-europeenne


.
Revenir en haut Aller en bas
OSIRIS

avatar

Masculin Capricorne Chien
Messages : 2737
Date d'inscription : 12/10/2012
Age : 46

MessageSujet: Re: Le Frexit, ou comment on revient à la monnaie Franc    Ven 5 Mai 2017 - 14:55

Citation :
Trève de plaisanterie Osiris, l'Union Européenne incite et d'une certaine manière oblige les paysans à produire de plus en plus certaines cultures, et pousse les éléveurs à produire industriellement afin d'exporter. La France n'a jamais eu besoin d'exporter des quantités phénoménales elle se suffit à elle-même.

Et quel serait les prix dans des commerces français ,,, les autres pays européen , qui sont subventionne par l'UE vendre a une prix bcp moins que les producteurs français,,, et les grandes surfaces achete ce qui est le moins cher.

Citation :
 Son climat tempéré les diverses géologies du pays permettent une variété infinie de productions et une pêche maritime variée grâce à l'atlantique, la manche, la méditérannée, les lacs, les fleuves etc...

http://www.csif.eu/sites/fr/qui-sommes-nous/le-secteur-de-l-importation.html

 
   En France, 46% des fruits et légumes consommés proviennent de l’importation ou de l’introduction (provenant d’un autre pays de l’UE). Parmi ces fruits et légumes importés, 36% ne peuvent être produit en France.
   L’importation française permet de compléter l’offre de fruits et légumes afin d’élargir le choix du consommateur par une gamme variétale diversifiée et de lui apporter un « plus plaisir » tout au long de l’année : l’ananas et la mangue en sont de bons exemples.




https://www.sciencesetavenir.fr/nature-environnement/mers-et-oceans/le-moratoire-sur-la-peche-au-bar-est-prolonge-lors-des-negociations-europeennes_108897

Les négociations annuelles sur les quotas de pêche dans les eaux européennes sont terminées. Le secrétaire d’Etat à la mer, Alain Vidalies, se félicite d’avoir préservé les intérêts des pêcheurs français. Au détriment des poissons ?

L'avis scientifique s'efface souvent devant la valeur du poisson

les négociations entre pays pêcheurs (principalement Espagne, France, Royaume-Uni et Irlande) sont de plus en plus rudes, surtout sur les espèces à haute valeur ajoutée. Et les recommandations du CIEM passent alors par pertes et profits.

Ainsi, alors que la Commission demandait une réduction de 68% des prises de cabillaud de la mer Celtique, c'est une baisse de 38% qui a été obtenue. Pour la sole de la Manche, c'est une baisse de 15% qui a été décidée alors que le CIEM préconisait -26%. Quant à la baudroie, le taux de prise a été reconduit alors que les scientifiques plaidaient pour une baisse de 12%. Le stock de merlu aurait dû bénéficier d'une baisse de 31% alors que -8% a été accordé. Ces concessions arrachées à la Commission au détriment de l'avis des scientifiques font l'objet de communiqués triomphants de la part d'un ministère qui estime avoir répondu à sa mission de défense de la profession. "Mais plus on recule le moment de l'action, plus elle sera difficile à mettre en œuvre et les pêcheurs risquent d'avoir de gros sacrifices à faire en 2019 et 2020 quand il faudra respecter le règlement européen " prévient Stephan Beaucher. Une attitude d'autant plus dommageable qu'en agissant très tôt, les stocks se reconstituent plus vite, autorisant leur augmentation. Ainsi, en 2017, les pêcheurs de langoustines du golfe de Gascogne pourront prendre 8% de crustacés en plus, fruit de quelques années de bonne gestion du stock.

Citation :
Donc la France est auto-suffisante, elle peut sans conteste se passer de la mondialisation et de l'union européenne.

... si on veut boufer des pommes de terres, tomates, pommes, poires, etc etc uniquement pendant leur periodes de recoltes en france....

sans parler des fruits qui viens de l'etrangere.


http://www.consoglobe.com/poissons-eau-douce-menaces-france-3811-cg

Quels sont les poissons d’eau douce menacés en France ?

Une nouvelle étude réalisée sur les 69 espèces de poissons d’eau douce en France métropolitaine révèle que 15 sont menacées de disparition, en raison principalement de la dégradation des milieux naturels et malgré une pêche réglementée.

(( 7 pages c'est trop pour citez ici donc lire sur le lien pour plus d'info ))



Revenir en haut Aller en bas
OSIRIS

avatar

Masculin Capricorne Chien
Messages : 2737
Date d'inscription : 12/10/2012
Age : 46

MessageSujet: Re: Le Frexit, ou comment on revient à la monnaie Franc    Ven 5 Mai 2017 - 15:07

PS : -

http://www.telegraph.co.uk/news/2017/02/03/no-three-lettuce-heads-supermarkets-tell-customers-extreme-weather/

Citation :
Supermarkets have taken to rationing vegetables after extreme weather in the Mediterranean caused supply shortages.

Shoppers have been venting their frustration on social media, sharing pictures of empty vegetable aisles during their trips to supermarkets.

il suffit d'avoir les mèmes conditions en France pour que les commerces font la mème en France,,,, et la en serait obliger d'importer des fruits et légumes,,,,, a une prix exorbitant.... sans parler des agriculteurs qui de coup n'ont plus de revenus car plus rien a vendre ...
Revenir en haut Aller en bas
OSIRIS

avatar

Masculin Capricorne Chien
Messages : 2737
Date d'inscription : 12/10/2012
Age : 46

MessageSujet: Re: Le Frexit, ou comment on revient à la monnaie Franc    Ven 5 Mai 2017 - 15:17

et il y a pire que les effets sur les agriculteurs...

http://www.gazetteassurance.fr/frexit-probabilite-et-consequences/

Conséquences en cas de sortie ?

La France est beaucoup plus engagée dans la construction européenne (euro, Schengen, membre fondateur,…) que le Royaume-Uni, qui n’était rien de cela et qui pense même se rattraper sur son Commonwealth et sa relation « spéciale » avec les USA.

Sortir de la zone euro aurait des conséquences désastreuses pour l’hexagone :

– D’abord la dévaluation. La Livre a perdu 15% de sa valeur avec le Brexit (sans même sortir d’un système monétaire européen, puisque la Livre n’en faisait plus partie). Légère consolation, on aurait un rétablissement relatif de la balance commerciale. La France et l’Allemagne ont en 2016 un écart de balances commerciales de près de 300Md€.

– Par conséquence de la dévaluation, il y aurait croissance de l’inflation (par hausse du coût des matières importées). Cela peut aider à masquer les difficultés (ne pas augmenter une personne en période d’inflation revient à diminuer son pouvoir d’achat).

– L’Etat éprouverait des difficultés pour l’Etat à refinancer le flux des déficits. Certains imaginent de revenir sur la loi de 1973 (dite « Rothschild » car Pompidou y avait fait un passage), qui interdit à la Banque centrale de prêter directement à un Etat. Ce serait le retour de la planche à billet au profit de l’Etat. Cela reviendrait aux pratiques de Philippe le Bel qui diluait la part d’or dans ses deniers.

– La fuite des capitaux serait inéluctable. Les sorties de capitaux en 1981 ont été limitées, car les fortunés se sentaient en danger. Cette fois-ci, c’est l’ensemble des épargnants qui serait touché.

– Des contentieux sur le stock de dettes apparaîtraient. Si les dettes restent en euros, il faudra plus de francs pour les rembourser. L’Etat et les débiteurs y perdraient beaucoup. Au contraire, si une loi décide de convertir les créances d’euro à franc, c’est une forme de défaut de paiement, susceptible de recours (clause non prévue dans les créances). Les investisseurs institutionnels (et donc les épargnants) essuieraient des pertes par centaines de milliards. De plus, environ la moitié de la dette française est détenue par des non-résidents, ce qui provoquerait des contentieux internationaux.




Revenir en haut Aller en bas
Iceman

avatar

Masculin Lion Dragon
Messages : 66
Date d'inscription : 13/04/2017
Age : 28

MessageSujet: Re: Le Frexit, ou comment on revient à la monnaie Franc    Ven 5 Mai 2017 - 18:21

OSIRIS a écrit:



[...]


Blablabla...


[...]




OSIRIS, mondialiste laquais de l'Empire. Vous êtes payé combien pour vos propagandes mensongères ?

Tout ce que vous suggérez via vos copiés-collés est faux. La seule et unique preuve est que les français se portaient beaucoup mieux avant que leur soit imposé l'euro. D'autre part, je vous rappelle que ce même peuple français a voté non à la Constitution européenne en 2005 par 55% des voix.




Les illusions économiques de l'Union européenne






Les illusions économiques de l’Union européenne

Conférence de Charles-Henri Gallois, responsable national de l’UPR pour les questions économiques, enregistrée le 19 mai 2015 à Paris 20ème.

Dans cette conférence qui met en évidence les illusions économiques de l’Union européenne, Charles-Henri Gallois démonte, toutes preuves à l’appui, les arguments européistes sur les bénéfices de l’UE et de l’euro.

L’UE finance des projets en France

L’UE a encore des marges de manœuvre économique

L’UE protège des marchés concurrents du reste du monde

L’euro nous amène plus de croissance

L’euro nous protège du chômage

L’euro amène une gestion saine des finances publiques

Peurs des conséquences de la sortie de l’euro

Les grands bénéfices attendus du TAFTA

Le TAFTA est une chance pour notre agriculture et notre industrie

Le TAFTA ne remettra pas en cause la puissance étatique et les services publics

Le libre-échange apporte une prospérité mutuelle

La mondialisation heureuse


Source : https://www.upr.fr/conferences/les-illusions-economiques-de-l-union-europeenne-par-charles-henri-gallois



L’Union européenne a toujours été un projet de la CIA, comme les partisans du Brexit le découvrent.


Les partisans du Brexit auraient dû être préparés pour l’intervention bouleversante des États-Unis. L’Union européenne a toujours été un projet américain.

C’est Washington qui a conduit l’intégration européenne à la fin des années 1940, et a secrètement financé la mise en œuvre sous les administrations Truman, Eisenhower, Kennedy, Johnson et Nixon.

Quoique parfois agacés, les États-Unis se sont depuis appuyés sur l’UE comme l’ancrage des intérêts régionaux américains aux côtés de l’OTAN.

Il n’y a jamais eu de stratégie de « diviser pour régner ».




Le président américain Barack Obama a sommé la Grande-Bretagne
de rester dans l’UE. (CRÉDIT : AFP/GETTY)



Le camp des eurosceptiques a été étonnamment aveugle à ce fait, supposant probablement que des forces puissantes de l’autre côté de l’Atlantique incitent à la sécession britannique, qu’ils salueront ensuite comme des libérateurs.

Le mouvement anti-Bruxelles en France (dans une moindre mesure en Italie et en Allemagne, ainsi que parmi la gauche nordique) part du principe contraire, à savoir que l’UE est essentiellement un instrument du pouvoir et du capitalisme sauvage [en français dans le texte] anglo-saxon.

La Française Marine Le Pen est vigoureusement anti-américaine. Elle défie la suprématie du dollar. Son Front national s’appuie sur le financement de banques russes liées à Vladimir Poutine.

Qu’on le veuille ou non, c’est à tout le moins stratégiquement cohérent.

La déclaration Schuman qui a donné le ton de la réconciliation franco-allemande et a conduit par étapes à la Communauté européenne, a été concoctée par le secrétaire d’État américain Dean Acheson lors d’une réunion à Foggy Bottom. « Tout a commencé à Washington », a déclaré le chef de cabinet de Robert Schuman.

C’est l’administration Truman qui, dans les années de l’immédiat après-guerre, a fait pression sur les Français pour qu’ils parviennent à un modus vivendi avec l’Allemagne, menaçant même, lors d’une réunion furieuse avec les dirigeants français récalcitrants auxquels ils s’opposaient en septembre 1950, de supprimer les aides du plan Marshall.

Le mobile de Truman était évident. Les accords de Yalta avec l’Union soviétique se fissuraient. Il voulait un front uni pour dissuader le Kremlin d’une nouvelle expansion après que Staline eut englouti la Tchécoslovaquie, d’autant plus que la Corée du Nord communiste avait franchi le 38e parallèle et envahi la Corée du Sud.




Les chars soviétiques pénètrent dans Prague en vrombissant.


Pour les eurosceptiques britanniques, Jean Monnet, éminence grise de l’infamie supranationale, plane haut au panthéon fédéraliste. Peu de gens sont conscients du fait qu’il a passé une grande partie de sa vie en Amérique et a été, pendant la guerre, les yeux et les oreilles de Franklin Roosevelt.

Le général Charles de Gaulle le considérait comme un agent américain, comme il l’était en effet au sens large. La biographie de Monnet par Éric Roussel révèle comment il a travaillé, main dans la main, avec les administrations successives.

Il est curieux que cette magistrale étude de 1 000 pages n’ait jamais été traduite en anglais, car c’est la meilleure œuvre jamais écrite sur les origines de l’UE.

Peu nombreux aussi sont au courant des documents déclassifiés du service des archives américaines du département d’État, qui montrent que le renseignement américain a secrètement financé le mouvement européen pendant des décennies et a travaillé de manière acharnée en coulisse pour impliquer la Grande-Bretagne dans le projet.




Le général Charles de Gaulle a toujours été profondément méfiant
vis-à-vis des desseins américains. (CRÉDIT : ALAMY)



Comme ce journal l’a établi en tout premier lorsque ce trésor a été rendu disponible, une note datée du 26 juillet 1950 fait état d’une campagne visant à promouvoir un véritable Parlement européen. Elle est signée par le général William J. Donovan, chef du Bureau américain des affaires stratégiques en temps de guerre, précurseur de l’Agence centrale du renseignement [Central Intelligence Agency, ou CIA].

La tête pensante de la CIA était le Comité américain pour une Europe unie [American Committee for a United Europe, ou ACUE], présidé par Donovan. Un autre document montre qu’en 1958 cet organisme a fourni 53,5 % des fonds du mouvement européen. Le conseil d’administration comprenait Walter Bedell Smith et Allen Dulles, directeurs de la CIA dans les années 1950, et une caste d’anciens agents de l’OSS [Office of Strategic Services ou « Bureau des services stratégiques »] qui, tour à tour, prenaient des fonctions au sein de la CIA.

Des documents montrent qu’il a traité certains des « pères fondateurs » de l’UE comme de serviles employés et les a résolument empêchés de trouver une autre source de financement qui aurait brisé leur dépendance à l’égard de Washington.

Il n’y a rien de particulièrement méchant là-dedans. Les États-Unis ont agi avec ruse dans le contexte de la guerre froide. La reconstruction politique de l’Europe a été un formidable succès.




Bill Donovan, le chef légendaire de l’OSS en temps de guerre,
a ensuite été chargé d’orchestrer le projet européen.



Bien sûr, d’horribles erreurs de jugement se sont produites en cours de route. Une note datée du 11 juin 1965 charge le vice-président de la Communauté européenne de poursuivre l’union monétaire de manière subreptice, en supprimant le débat jusqu’à ce que « l’adoption de telles propositions devienne pratiquement inéluctable ». C’était extrêmement futé, comme nous le constatons aujourd’hui avec le piège déflationniste causé par la dette et le chômage de masse partout dans le sud de l’Europe.

En un sens, ces documents sont de l’histoire ancienne. Ce qu’ils montrent, c’est que « l’État profond » américain était trempé jusqu’au cou. On peut se demander si Boris Johnson a franchi la limite la semaine dernière en exhumant « l’ascendance partiellement kenyane » du président Barack Obama, mais l’erreur fondamentale a été de supposer que la menace commerciale de M. Obama avait quoi que ce soit à voir avec le calvaire de son grand-père dans un camp de prisonniers Mau Mau. C’était le parfait cliché de la politique étrangère américaine.

En effet, M. Obama pourrait tout à fait avoir un sentiment de rancune après les abus récemment mis à jour de la révolte des Mau Mau. C’était l’échec infâme de la discipline policière coloniale, au grand dégoût des vétérans ayant servi dans d’autres parties de l’Afrique. Mais le message de son livre extraordinaire, Les rêves de mon père, est qu’il s’est efforcé à s’élever au-delà des rancœurs de l’histoire.

Les partisans du Brexit se réconfortent à l’idée que l’optimiste républicain Ted Cruz voudrait un Royaume-Uni post-Brexit prêt à sauter à pieds joints dans un « accord de libre-échange », mais il se berce d’illusions. M. Cruz respectera les impératifs palmerstoniens de Washington [de lord Palmerston, ministre britannique des Affaires étrangères du XIXe siècle, réputé pour son impérialisme], quels qu’ils soient à ce moment, si jamais il entre à la Maison-Blanche.

Il est exact que l’Amérique s’est interrogée à propos de l’UE, lorsque les fanatiques idéologiques européens ont gagné de l’influence à la fin des années 1980, remaniant l’union en superpuissance rivale, avec les ambitions de défier et de dépasser les États-Unis.

John Kornblum, chef de cabinet des Affaires européennes dans les années 1990, a déclaré que c’était un cauchemar de traiter avec Bruxelles. « J’ai fini par être totalement frustré. Dans les domaines militaire, de la sécurité et de la défense, c’est totalement dysfonctionnel. »




Le grand-père du président Obama était prisonnier
lors de la répression de la révolte des Mau Mau au Kenya,
un épisode honteux de l’histoire coloniale britannique.



Kornblum soutient que l’UE « a psychologiquement quitté l’Otan » lorsqu’elle a essayé de mettre sa propre structure de commandement militaire en place, et qu’elle l’a fait avec son attitude et son incompétence habituelles. « La Grande-Bretagne comme l’Occident seraient en bien meilleure forme si celle-ci ne faisait pas partie de l’UE », a-t-il déclaré.
C’est intéressant, mais ce n’est qu’un point de vue minoritaire dans les milieux politiques américains. La frustration vis-à-vis de l’UE a passé lorsque la Pologne et la première vague d’États d’Europe de l’Est ont rejoint l’UE en 2004, introduisant un ensemble de gouvernements atlantistes.

Nous savons que c’est loin d’être une histoire d’amour. Il y a deux ans, pendant la crise ukrainienne, lors de l’interception d’une conversation téléphonique, un haut fonctionnaire américain a été pris à écarter Bruxelles avec ces paroles lapidaires : « Que l’UE aille se faire foutre ! »

Pourtant, l’idée omniprésente est que l’ordre libéral occidental subit un triple assaut et que l’UE doit être soutenue, tout comme la Grande-Bretagne et la France ont soutenu au XIXe siècle l’Empire ottoman chancelant, et à juste titre, étant donné que son lent effondrement a directement mené à la Première Guerre mondiale.

Aujourd’hui, les menaces conjuguées viennent du terrorisme djihadiste et d’une série d’États défaillants au Maghreb et au Levant ; d’un régime paria hautement militarisé à Moscou, qui va bientôt manquer d’argent mais dispose d’une fenêtre d’opportunité avant que l’Europe ne se réarme ; et d’une crise extrêmement dangereuse en mer de Chine méridionale qui s’intensifie chaque jour du fait que Beijing teste la structure de l’alliance américaine.

Les dangers de la Russie et de la Chine sont évidemment interdépendants. Il est probable — les pessimistes disent certain — que Vladimir Poutine profiterait d’une sérieuse aggravation dans le Pacifique pour tenter sa chance en Europe. Selon Washington, Ottawa, Canberra et les capitales du monde entier qui considèrent largement la Pax Americana comme un bénéfice, ce n’est pas le moment pour la Grande-Bretagne de lancer un bâton de dynamite dans l’édifice européen chancelant.

L’affreuse vérité pour la campagne du « oui » au Brexit est que le pouvoir en place dans tout le monde occidental le considère comme un vandalisme stratégique. Les partisans du Brexit doivent répondre à ce reproche, juste ou non. Certains, comme lord Owen, saisissent l’ampleur du problème. La plupart en étaient allègrement inconscients jusqu’à ce que M. Obama en ait soufflé mot la semaine dernière.

À mon avis, le camp du Brexit devrait prévoir des plans visant à augmenter les dépenses militaires du Royaume-Uni de moitié, pour les passer à 3 % du PIB, s’engageant à propulser la Grande-Bretagne en tête, comme la puissance militaire européenne incontestée. Ils devraient viser à rapprocher ce pays de la France dans une alliance militaire encore plus étroite. Ce type d’action clouerait au sol au moins l’un des plus importants arguments du « Project Fear ».

Les partisans du Brexit devraient faire taire toute suggestion selon laquelle le retrait de l’UE signifierait échapper à la responsabilité mondiale, ou déchirer la Convention européenne (cette « Grande Charte » de la liberté, rédigée par les Anglais, pas par l’UE), ou tourner le dos aux accords sur le climat de la COP21 ou tout autre incartade fébrile du mouvement.

C’est peut-être trop d’attendre un plan cohérent de la part d’un groupe disparate, artificiellement réuni par les événements. Pourtant, nombre d’entre nous qui ont des sympathies pour le camp du Brexit, qui veulent également recouvrer notre autonomie et notre souveraineté et échapper à la suprématie artificieuse et usurpée de la Cour de justice européenne, attendent encore d’entendre comment les partisans du Brexit conçoivent que cette sortie puisse s’opérer sans dommage collatéral considérable et d’une manière qui soit compatible avec l’honneur de ce pays.

Vous pouvez vous quereller avec l’Europe, ou avec les États-Unis, mais c’est jouer avec le destin que de se quereller avec l’ensemble du monde démocratique en même temps.


Source : https://www.upr.fr/actualite/france/article-danalyse-traduit-lupr-lunion-europeenne-a-toujours-ete-projet-de-cia-partisans-brexit-decouvrent




ADBK : Victoire du Brexit ... ou des Mondialistes ?





Une semaine après l'assassinat douteux de la députée pro européenne, Jo Cox, par un soi disant partisan de l'extrême droite identitaire britannique, une espèce de redite de l'assassinat de la ministre des affaires étrangères suédoise, en 2003, dans les mêmes conditions du referendum à l'entrée de la Suède à l'Euro, afin d'influer sur les intentions de vote pour forcer la main du peuple suédois à voter oui, le vote démocratique à la sortie de la Grande-Bretagne de l'Euro, vient de rendre son verdict. L’assassinat de Cox, aura donc été vain. Et c’est Cameron qui est mort.

Le Brexit a gagné, et comme prévu, c'est la catastrophe annoncée de la dictature européenne. Cataclysme selon les uns, tempête sur les marchés financiers, titrent les autres, comme si seuls les intérêts supérieurs des puissants comptaient. Mais les Britanniques ont bien décidé de quitter l’Union européenne, suite au vote du 23 juin 2016.

Cependant, les conséquences cachent forcément une enculerie quelque part, et pourrait profiter aux Mondialistes ...


Dernière édition par Iceman le Ven 5 Mai 2017 - 18:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
OSIRIS

avatar

Masculin Capricorne Chien
Messages : 2737
Date d'inscription : 12/10/2012
Age : 46

MessageSujet: Re: Le Frexit, ou comment on revient à la monnaie Franc    Ven 5 Mai 2017 - 18:42

Iceman a écrit:
[...]


Blablabla...


[...]
Revenir en haut Aller en bas
OSIRIS

avatar

Masculin Capricorne Chien
Messages : 2737
Date d'inscription : 12/10/2012
Age : 46

MessageSujet: Re: Le Frexit, ou comment on revient à la monnaie Franc    Ven 5 Mai 2017 - 18:47

PS : -

Iceman a écrit:
Tout ce que vous suggérez via vos copiés-collés est faux.

dommage que vos copies/colles ne soutiens pas ton affirmation , ni demontre que ce que Jai partager soit faux .
Revenir en haut Aller en bas
Iceman

avatar

Masculin Lion Dragon
Messages : 66
Date d'inscription : 13/04/2017
Age : 28

MessageSujet: Re: Le Frexit, ou comment on revient à la monnaie Franc    Ven 5 Mai 2017 - 18:57

Spoiler:
 

Modération Akasha : doublon et attaque ad dominem
Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
orné

avatar

Masculin Gémeaux Buffle
Messages : 4452
Date d'inscription : 11/06/2012
Age : 44
Localisation : UNIFIÉS CORPS, ÂME, MENTAL. LA TRINITÉ PARFAITE QUI REGARDE DANS LA MÊME DIRECTION, NE SE COMBAT PLUS MAIS RESTE SOLIDAIRE

MessageSujet: Re: Le Frexit, ou comment on revient à la monnaie Franc    Ven 5 Mai 2017 - 18:59

ZOOM - Jacques Sapir dénonce les mensonges de l'Union Européenne



Economiste prônant la démondialisation et pour la dissolution de l’Euro, Jacques Sapir est venu dans nos studios pour présenter “La grande dissimulation”, ouvrage sur l’Union européenne dont il a signé la préface. Dans cet entretien, Jacques Sapir dévoile le mensonge qui a fondé l’idée d’Europe fédérale, le caractère anti-démocratique des instances bruxelloises. Il évoque également les élections présidentielles en France et aux Etats-Unis ainsi que l’arrêt des négociations sur le traité tansatlantique.


http://www.tvlibertes.com/

https://www.facebook.com/tvlibertes

https://twitter.com/tvlofficiel

Pour nous soutenir :

http://www.tvlibertes.com/don/

Ou directement via Facebook :

https://www.facebook.com/tvlibertes/a...

_______________________________________________

A lire aussi :


Brexit : vraie ou fausse bonne nouvelle ?



A propos du Brexit : un brouhaha politico-médiatique soigneusement alimenté

Suite au vote anglais pour sortir des institutions européennes (Brexit), l’essentiel du discours ambiant consiste à affirmer que le peuple aurait gagné une grande victoire démocratique sur la finance internationale. L’emblématique allocution de Nigel Farage en est l’exemple le plus parfait. Or, il se trouve que Nigel Farage, charismatique et déjà ancien leader du parti britannique UKIP, est lui-même une émanation de la City 1. Un émissaire de la City prétend donc que le peuple a gagné une grande victoire sur la finance internationale ; il y a de quoi, pour le moins, sourire…

Lire la suite : http://lesakerfrancophone.fr/brexit-vraie-ou-fausse-bonne-nouvelle


Revenir en haut Aller en bas
OSIRIS

avatar

Masculin Capricorne Chien
Messages : 2737
Date d'inscription : 12/10/2012
Age : 46

MessageSujet: Re: Le Frexit, ou comment on revient à la monnaie Franc    Ven 5 Mai 2017 - 20:31

OSIRIS a écrit:
Iceman ,,, c'est pas parce que tu poste ENCORE la mème chose que ça donne de la crédibilité....

Iceman a écrit:
   Tout ce que vous suggérez via vos copiés-collés est faux.

dommage que vos copies/colles ne soutiens pas ton affirmation , ni démontre que ce que Jai partager soit faux .

la question c'est pas qui, comment ou pourquoi a eu la création du l'union européen ,,, mais quel serait les conséquences si le France le quitte.

donc ton DOUBLON tu peut refaire autant des fois que tu le voudrait ça ne change pas le faite que ton pavée ne répondre pas au potentiel conséquences si le France quitte l'UE.

Revenir en haut Aller en bas
akasha

avatar

Féminin Taureau Buffle
Messages : 3067
Date d'inscription : 12/05/2013
Age : 32

MessageSujet: Re: Le Frexit, ou comment on revient à la monnaie Franc    Ven 5 Mai 2017 - 23:30

Bonsoir
On évite les doublons si il vous plait bien, inutile de recommencer les mauvais b=habitudes et on débat sereinement merci de votre compréhension.
Revenir en haut Aller en bas
Iceman

avatar

Masculin Lion Dragon
Messages : 66
Date d'inscription : 13/04/2017
Age : 28

MessageSujet: Re: Le Frexit, ou comment on revient à la monnaie Franc    Sam 6 Mai 2017 - 5:16

OSIRIS a écrit:
OSIRIS a écrit:
Iceman ,,, c'est pas parce que tu poste ENCORE la mème chose que ça donne de la crédibilité....

Iceman a écrit:
   Tout ce que vous suggérez via vos copiés-collés est faux.

dommage que vos copies/colles ne soutiens pas ton affirmation , ni démontre que ce que Jai partager soit faux .

la question c'est pas qui, comment ou pourquoi a eu la création du l'union européen ,,, mais quel serait les conséquences si le France le quitte.

donc ton DOUBLON tu peut refaire autant des fois que tu le voudrait ça ne change pas le faite que ton pavée ne répondre pas au potentiel conséquences si le France quitte l'UE.



Mais vous êtes un arriéré ou quoi ?!

À votre avis combien de membres de ce forum de Planète Révélation sont contre l'UE ?

99,99% des membres, sauf vous qui représentez le 0,1% restant !

Vous êtes donc tout seul, ici, dans votre délire propagandiste sionisto-mondialiste !

Arrêtez de vous comporter en pisse-froid ! Vous êtes encore plus ridicule que votre façon de vous exprimer en écriture !




Union Européenne, l'escroquerie du siècle !








ADBK : Assassinat de Jo Cox - False Flag !





Les attentats sous faux drapeau sont de sortie. A peine avoir consommer le false flag homophobe de la tuerie d'Orlando, puis, deux jours après, celui de l'assassinat d'un couple de policiers, à Magnanville, par le dénommé Larossi Abballa, voici un autre venu d'outre manche, le 16 Juin dernier.

La Grande-Bretagne est sous le choc après le meurtre, jeudi après-midi, d’une députée travailliste de 41 ans, Jo Cox, à une semaine du référendum sur l’Europe. L’élue s’est effondrée dans une mare de sang, selon un témoin, après avoir été agressée en pleine rue, à la mi-journée dans la petite ville de Birstall, au cœur de sa circonscription du Yorkshire. Elle aurait reçu deux ou trois balles, et des coups de couteau.
Elle a succombé à ses blessures, peu après son transfert à l’hôpital de Leeds, dans le nord de l’Angleterre. Un homme de 52 ans a été arrêté. La police évoquait un « événement isolé », et un homme de 77 ans a été blessé dans l’attaque. Conséquence : les campagnes opposées pour le référendum, ont été rapidement suspendues pour le reste de la journée, au moins. Tout juste arrivé à Gibraltar, où il devait tenir un meeting dans ce cadre, le Premier ministre, David Cameron, a annulé l’événement. Son rival à la tête du camp en faveur du Brexit, Boris Johnson, a immédiatement cessé ses activités de campagne, après avoir appris l’horrible nouvelle. Le chef du Parti travailliste, Jeremy Corbyn, s’est dit sous le choc, et le chagrin, devant l’horrible meurtre de Jo Cox », tout comme une interminable succession de politiciens de tous bords.

Beaucoup témoignaient de leur respect pour cette nouvelle venue au Parlement, où elle avait été élue il y a un an seulement.
Selon des témoignages cités par la presse britannique, non confirmés par la police, l’agresseur aurait été entendu crier « Britain First », « la Grande-Bretagne d’abord ».

Ainsi sont les faits, tous les ingrédients sont là, les mêmes signatures, y compris des similitudes, dont on va découvrir au fur et à mesure. Tout d'abord, ce qu'il faut savoir, c'est que, avant cet assassinat, le non à l'Union Européenne, ou plutôt, le Oui à la sortie de l'Euro, était largement en tête, avant le vote final. Avec ce OUI, l'Angleterre donnait le gros coup dur au siège de Bruxelles, voire même que ce serait la véritable catastrophe pour le projet mondialiste, qui consiste d'abord à éradiquer les nations d'Europe, en les ruinant, et en les forçant à être ralliés au sein d'une dictature totale. Et voilà que tout risque de finir par s'arranger, avec l'assassinat de cette député pro Union Européenne fasciste.
Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
OSIRIS

avatar

Masculin Capricorne Chien
Messages : 2737
Date d'inscription : 12/10/2012
Age : 46

MessageSujet: Re: Le Frexit, ou comment on revient à la monnaie Franc    Sam 6 Mai 2017 - 11:01

Spoiler:
 

Modération Akasha : HS
Revenir en haut Aller en bas
akasha

avatar

Féminin Taureau Buffle
Messages : 3067
Date d'inscription : 12/05/2013
Age : 32

MessageSujet: Re: Le Frexit, ou comment on revient à la monnaie Franc    Sam 6 Mai 2017 - 16:05

Bien...
A la prochaine attaque personnelle ou hors sujet je banni, vu que vous ne comprenez pas le français.
Revenir en haut Aller en bas
OSIRIS

avatar

Masculin Capricorne Chien
Messages : 2737
Date d'inscription : 12/10/2012
Age : 46

MessageSujet: Re: Le Frexit, ou comment on revient à la monnaie Franc    Sam 6 Mai 2017 - 16:28

Spoiler:
 

Modération Akasha : HS
Revenir en haut Aller en bas
akasha

avatar

Féminin Taureau Buffle
Messages : 3067
Date d'inscription : 12/05/2013
Age : 32

MessageSujet: Re: Le Frexit, ou comment on revient à la monnaie Franc    Sam 6 Mai 2017 - 16:31

Tu le fait exprès ?
Ce n'est pas ce que je fais depuis des semaines, passer après vous ? et Nettoyer les sujets ?
Personne n'est favorisé tout le monde est modéré et banni le cas échéant, tu postes un article de la charte que moi même et rappelé il y a 4

jours.

Tu mens j'ai modérer aussi Orné pour une toutes petites phrases de rien du tout où j'aurai franchement pu passé tu es malhonnêtes la prochaine je te banni.

Je te signale que Iceman revient d'un ban encore, donc arrête de dire n’importe quoi, le prochain c'est toi.

J'ai supprimé pleins de HS déjà et ceux si le seront aussi quand j'ai le temps.

La preuve que j'ai modéré Orné :
Revenir en haut Aller en bas
Iceman

avatar

Masculin Lion Dragon
Messages : 66
Date d'inscription : 13/04/2017
Age : 28

MessageSujet: Re: Le Frexit, ou comment on revient à la monnaie Franc    Sam 6 Mai 2017 - 18:28

OSIRIS a écrit:
et vous êtes un paranoïaque dépressif enragez ou quoi ?


Source ?


OSIRIS a écrit:
 source ?


Source ?


OSIRIS a écrit:
[sarcasme] ah oui, ta raison TOUTES les meutres assassinats accidents de route actes terroristes attentats etc etc etc sont TOUS des false flags,,,

les terroristes n'existe pas , les citoyennes malade mentale n'existe pas, les accidents n'existe pas , les attentats n'existe pas ,,,, TOUTES c'est des mechants gouvernements qui le font pour manipuler les gens ,,, [/sarcasme]


Source ?


Plus sérieusement, alors que vous menez votre « croisade » solitaire dans ce forum via vos multiples messages pro-UE en soutenant de facto le projet mondialiste et ultra-sioniste contre des populations innocentes dont les hommes, les femmes, les enfants, les vieillards sont bombardés, gazés, massacrés, exterminés en Palestine, en Afghanistan, en Libye, en Syrie, en Afrique, en Amérique du Sud, en etc. et qui constituent la vraie barbarie raciste, de véritables génocides, des crimes contre l'humanité... de notre côté, nous, les chercheurs de vérité, ne cesserons jamais de dénoncer les véritables coupables et leurs complices directs ou indirects de toutes ces atrocités !





ADBK : Anti-Complotisme - Le Fascisme Rampant !





La sphère collaborationniste s'est de nouveau réunie, pour la seconde édition des Assises de la Lutte contre la Haine sur Internet, organisée par la mafia d'extrême droite mondialiste anglo-saxonne et sioniste en culotte courte, les « FEUJ » de la crapulerie sioniste ( UEJF ), celle qui persécute les goyims insoumis, par des procédés judiciaires particulièrement immoraux.

On retrouvera les mêmes mafias victimaires, telles que « la Licra », « le Crif », « Ni Putes Ni Soumises », « Hoaxbusteur », « Conspiracy Watch », entre autres. Trois heures de discussion interminables, à sens unique, pour prôner le fascisme de la Pensée Unique. Parmi la moitié des intervenants, on observe que la moitié voire plus, est sioniste.

Tous des pros d'extrême droite israélienne, mais tout en pointant un autre.

Nous n'allons pas passer en revue toutes les interventions, car l'essentiel provient de deux crapules en question, que sont Rudy Reichstadt, le Neuneu, le sioniste délateur de Conspiracy Watch, et le dénommé Gilles Clavreul, la serpillière de Matignon.





ADBK : Chronique d'une propagande anti-complot !





Décryptage de l'émission de Mars 2015 sur France Inter - Pourquoi les théories du complot séduisent-elles ? (Voir ici : https://www.youtube.com/watch?v=zeM3vkrUhyo )

Aujourd'hui, nous allons faire un bon d'un an et demi en arrière. lors de l'émission, consacrée aux « théories du complot », présentée par le sioniste Guillaume Erner, qui avait invité sur son plateau, le blogueur et pitoyable, le sioniste Tristan Mendes France, le pseudo sociologue sioniste, Gérald Bronner, ainsi que le sioniste Matthieu Aron, directeur des enquêtes et de l'investigation de Radio France.

Datant de Mars 2015, il s'agit ici d'un faux débat sans aucun détracteur, en mode propagande officielle, loin de toute retenue critique, et loin de toute analyse factuelle, en raison de l'inquiétude gouvernementale, face au complotisme grandissant.





ADBK : Décodex - L'outil Orwellien & Totalitaire !





Après le pathétique et ridicule, « OnTeManipule.fr », le fameux outil de propagande pour lutter contre l'anticomplotisme (mais démontés depuis, voir : ICI, ICI, et ICI), voici la nouvelle trouvaille du net, un outil de la mouvance des collabos journaputes, et de leurs financiers, afin de lutter contre la concurrence, et redorer le blason ...

Le 2 février 2017, le site du journal Le Monde, a donc lancé un outil en ligne, dénommé « Décodex », qui vise à lutter contre la diffusion virale, de soi-disant fausses informations.
Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
OSIRIS

avatar

Masculin Capricorne Chien
Messages : 2737
Date d'inscription : 12/10/2012
Age : 46

MessageSujet: Re: Le Frexit, ou comment on revient à la monnaie Franc    Sam 6 Mai 2017 - 19:10

Spoiler:
 

Modération Akasha : HS
Revenir en haut Aller en bas
akasha

avatar

Féminin Taureau Buffle
Messages : 3067
Date d'inscription : 12/05/2013
Age : 32

MessageSujet: Re: Le Frexit, ou comment on revient à la monnaie Franc    Dim 7 Mai 2017 - 1:11

Modération Akasha :

Bon je vois que je parle à un mur, vous avez décidez de prendre le forum pour votre court de récréation et de mépriser ma modération et de surcroit, les membres et le staff du forum. ce n'est pas le premier sujet ou vous vous comportez de cette manière.

Iceman, je t'ai banni que un jour pour voir comment tu réagirais, tu te fiche du monde, je te banni 10 jours.

Osiris, vu que tu n'avais pas encore été banni depuis un retours ou on a pu constater un certains changement en bien, je te banni 3 jours.

En espérant que cela soit salutaire.

Revenir en haut Aller en bas
safran_



Féminin Verseau Rat
Messages : 298
Date d'inscription : 15/03/2017
Age : 57

MessageSujet: Re: Le Frexit, ou comment on revient à la monnaie Franc    Dim 7 Mai 2017 - 12:03

La conséquence, Osiris, en cas de sortie de l'Union Européenne nous vivrons plus riches et plus heureux !

Alors il faut se débarrasser de cette Communauté Européenne décidée par les Anglais et les Américains après guerre. Ils ont obligé la France, l'Allemagne et les autres pays Européens à créer et mettre en place cette "fichue Union-Européenne" sans tenir compte de l'opinion des Peuples qui refusaient ce traquenard !

Tu avances l'inflation Osiris, nous y sommes en plein dedans jusqu'au cou dans l'inflation et ce depuis le passage à l'euro.

Nous sommes pris à la gorge, nous les gens qui vivont en dessous du seuil de pauvreté et la caste au-dessus n'y échappe pas non plus !

Tu causes des matières importées, la France n'a nul besoin d'importer des matières ce pays bénéficie de tout ce qui lui faut pour survivre, vivre et même très confortablement. La France à toujours vécue sans avoir besoin d'importer les matières essentielles à son développement.

Nous les Français nous nous passerons sans problème des autres pays européens ou des Etats-Unis qui eux ont besoin de nous vendre leurs saletés pour survivre. Le Royaume-Uni à lui par contre besoin d'importer la plupart de ces matières premières, et d'en exporter en Europe.
Hé les Anglais ! Nous avons mal digéré le coup de la viande contaminée par la Creutzfeldt Jakob qui fait encore des victimes.

-La loi de 1973 Pompidou-Rothschild -POUBELLE ! C'est un cadeau fait aux Banquiers. Le Bel est mort depuis la nuit des temps on s'en fiche ! Nous vivons Ici et Maintenant  !

-On épargne si on est riche, et la richesse doit être équitablement répartie !


La prise de pouvoir permet de faire ce que l'on veut dans un pays, prétendre le contraire prouve que certains nous prennent pour des imbéciles !

Les élites se moquent toujours du bon sens populaire car ils savent que le peuple comprend et perçoit qu'il se fait mener en bateau et qu'il en paiera tôt ou tard les pots-cassés !


.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le Frexit, ou comment on revient à la monnaie Franc    

Revenir en haut Aller en bas
 

Le Frexit, ou comment on revient à la monnaie Franc

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» prix de revient
» prix de revient/an PRESTO
» prix de revient repas
» recherche coût de revient d'un repas
» comment reconquérir un taureau

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Planète Révélations :: Informations Mondiales :: Crise Financière / Economique :: Articles-