Planète Révélations
Bienvenu sur Planète Révélations, bonne visite à vous...

Planète Révélations


 
AccueilFAQRechercherGroupesS'enregistrerConnexion

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 Bientôt les Internets censurer par Google ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
akasha

avatar

Féminin Taureau Buffle
Messages : 3836
Date d'inscription : 12/05/2013
Age : 32

MessageSujet: Bientôt les Internets censurer par Google ?    Sam 25 Nov 2017 - 4:57

Bonjour les amis I love you
Bientôt les internets censurer par Google ? C'est ce qui se prépare tout doucement, déjà la Russie subit une censure de ses organes de presses et ce sont les site alternatifs qui risque de subir le même sort, la liberté qui était l'esprit même des internets risque de disparaître ce sera la fin d'une époque, d'un esprit, d'une façon de vivre, pour plonger encore un peu plus dans un monde sclérosé, surveillé et répressif. Le libéralisme, le capitalisme, l'ultralibéralisme, c'est la droite dure. C'est le monde des nantis qui prime sur le bon peuple qui de moins en moins aura droit de citer, il devra obéir pour pouvoir garder de simple petits "privilèges".
Akasha.


Le PDG de Google Eric Schmidt assume la censure à venir !

Citation :
Sans commentaire...



C’était à peine en mars 2017 – on voit ce qu’il est advenu à peine 8 mois plus tard...

Google veut réduire la visibilité de la propagande russe, la Russie menace de représailles

Citation :
À ce stade, je n’ai même plus le courage de commenter trop longuement.

Voilà ne tous cas ce que je présentais de notre avenir : la censure molle.

Les “Décodintox” notent les mauvaises sources, et Google va, non pas faire disparaître – censure trop voyante – mais les faire apparaître ne pages 3, 4 ou 5 des résultats Google, que personne ne lit jamais. Ce qui revient donc au même, avec l’avantage que la victime ne peut se plaindre (Google fait ce qu’il veut dans son algorithme -secret- et n’a aucune justification à donner)

Il y aurait bien sûr beaucoup à en dire, tant c’est stupéfiant en termes de Droit à l’information.

Mais ce n’est pas ça que je trouve le plus extraordinaire.

C’est, exactement comme les délires de la NSA, le naufrage à venir par arrogance de la puissance actuelle. Les États-Unis ont Google, Facebook, Twitter, énorme avantage planétaire. Eh bien il leur faut 10 ans pour commencer à tripatouiller les résultats et expositions des informations,.

ET DONC, ils vont inciter d’urgence Russie, Chine, Inde et compagnie à ne surtout plus utiliser leurs services et produits traficotés à leur détriment…

Des génies…

Source : Le Nouvel Obs, Thierry Noisette, 22-11-2017



Le PDG d’Alphabet, la maison mère de Google, veut faire reculer dans les classements du moteur de recherche les médias russes RT et Sputnik.

Les relations sont tendues ces derniers jours entre Google et la Russie, où le traitement accordé aux médias Russia Today (RT) et Sputnik est en cause.

Samedi 18 novembre, Eric Schmidt, le président d’Alphabet (maison mère de Google), participait, au Canada, au Halifax International Security Forum. Il y a indiqué que Google travaille à réduire l’impact des contenus trompeurs, et du matériel “transformé en arme” à des fins néfastes.
“Nous travaillons à détecter ce genre de scénario”

Schmidt a été interrogé sur la place favorable donnée aux sites russes sur les plateformes de Google, où Russia Today et Sputnik font partie des sites accessibles depuis Google Actualités, et sur leur monétisation par le programme d’annonces publicitaires de Google Adsense.

Le PDG d’Alphabet a répondu : “Nous travaillons à détecter ce genre de scénario, à déclasser [en les faisant reculer dans le classement des réponses] ce genre de sites. Il s’agit à la base de RT et de Sputnik” (le passage en question se trouve à partir de 1h38 dans cette vidéo).



Eric Schmidt a ajouté que son entreprise ne veut cependant pas bannir ces médias.

Ce n’est pas la première fois que ces deux sites proches du Kremlin sont mis en cause pour leur participation à des opérations de propagande ou de désinformation.

Fin octobre, Twitter a exclu les deux journaux de l’achat de publicités : ils ne peuvent plus passer d’annonces sponsorisées pour leurs contenus, mais restent accessibles via leurs comptes Twitter. Le réseau à l’oiseau avait cité le besoin “d’aider à protéger l’intégrité de l’expérience des utilisateurs”.

Une porte-parole de Google a indiqué à Reuters que les propos de Schmidt se réfèrent aux modifications du moteur de recherche annoncées en avril, qui incluaient la volonté de mettre en avant des pages faisant autorité et de mettre de côté les contenus de faible qualité.

“Nous défendrons nos médias”

[….] Lire la suite sur : Le Nouvel Obs, Thierry Noisette

Facebook crée un nouvel outil anti-propagande russe

Citation :
Bien sûr personne ne rappelle le manque total d’éthique démocratique de tous les médias, biaisés en faveur de Clinton…

Source : Les Echos, AFP, AFP, 23-11-2017

Le réseau social a présenté sa nouvelle fonction destinée à montrer aux utilisateurs s’ils ont suivi des contenus pilotés par la propagande russe.

Facebook a annoncé, mercredi, l’apparition d’une nouvelle fonction, qui sera lancée d’ici la fin de l’année. Le concept : savoir si, entre janvier 2015 et août 2016, l’on a « aimé » ou « suivi » sur le réseau social des pages ou des comptes pilotés par l’Internet Research Agency.

Cette société, liée au renseignement russe, est accusée d’avoir publié des milliers de messages pour influencer la campagne qui a mené à l’élection de Donald Trump en novembre 2016.

« Nous ne cessons de vouloir protéger notre plateforme et les gens qui l’utilisent des personnes mal intentionnées essayant de détruire notre démocratie », a justifié l’entreprise californienne.

150 millions d’utilisateurs concernés

Pour Facebook, « il est important que les gens comprennent comment des intervenants étrangers ont tenté de semer la division et la méfiance en utilisant Facebook avant et après l’élection américaine de 2016 », explique la firme sur son blog.


Facebook a présenté comment se configurait le nouvel outil. – Capture d’écran/Facebook

De quoi redorer un peu son blason, alors que Facebook et d’autres géants d’internet ont été récemment pointés du doigt par le Congrès américain pour avoir permis la diffusion de contenus mis en ligne par des intérêts russes. Et aussi, d’avoir tardé à réagir face à cette campagne d’influence.

Au total, environ 150 millions d’utilisateurs de Facebook et d’Instagram ont vu des contenus créés par des opérateurs russes pour influencer la présidentielle, avait affirmé le directeur juridique de Facebook, Colin Stretch, lors d’une audition parlementaire consacrée au rôle des réseaux sociaux dans la campagne.

Google, Facebook et d’autres groupes technologiques ont rejoint plusieurs médias en début de mois au sein de l’initiative « Trust Project », destinée à identifier les sources d’information fiables, dernier projet en date pour combattre le phénomène des « fake news ».

Source AFP
Revenir en haut Aller en bas
akasha

avatar

Féminin Taureau Buffle
Messages : 3836
Date d'inscription : 12/05/2013
Age : 32

MessageSujet: Re: Bientôt les Internets censurer par Google ?    Dim 26 Nov 2017 - 2:41

Lutte contre la désinformation : les algorithmes de Google sont désormais épaulés par des humains



Google a mis à jour son guide d'utilisation destiné aux « quality raters », une armada de plus de 10 000 personnes chargées de vérifier la pertinence des résultats du moteur de recherche. Elles peuvent désormais signaler des contenus « offensants », tels que le négationnisme et la désinformation, pour améliorer la pertinence de ses algorithmes.

Face aux critiques récurrentes et aux ratés remarqués de son moteur de recherche, Google a décidé d’en améliorer l’intelligence artificielle pour afficher des résultats plus factuels afin de lutter contre les articles de désinformation. Paul Haahr, l’un des ingénieurs de l’entreprise en charge de cette mission, tient à une différence lexicale : « Nous évitons volontairement le terme de ‘fake news’ parce qu’il est trop imprécis. Nous ciblons en revanche les informations manifestement fausses. »

Pour ce faire, le géant américain a mis à jour le guide d’utilisation destiné à son armada de plus de 10 000 « quality raters », des internautes du monde entier recrutés par l’entreprise — mais pas salariés — pour vérifier la pertinence des résultats affichés par le moteur de recherche.

Désormais, ces évaluateurs qui passent des heures à contrôler la qualité et la pertinence des résultats de recherche, peuvent signaler un résultat comme étant « offensant », afin de mieux « nourrir » l’intelligence artificielle du moteur de recherche pour la rendre plus performante.

Dans son guide, Google précise que ces résultats peuvent inclure du contenu qui « incite à la haine ou à la violence » en fonction de critères basés sur l’« ethnicité, la religion, le sexe, la nationalité ou la citoyenneté, le handicap, l’âge, l’orientation sexuelle […] » Mais Google inclut également dans sa liste noire des insultes racistes, du contenu violent ou encore des pages liées à des activités dangereuses, comme les tutoriels sur les moyens de fabriquer une bombe artisanale.



L’exemple de l’Holocauste

L’entreprise américaine prend en guise d’illustration un article du site néo-nazi Stormfront sur l’Holocauste, identifié comme un contenu offensant car il établit « un lien direct entre la négation de l’Holocauste et l’antisémitisme ». En revanche, un article sur le même sujet mais en provenance de History Channel, une source plus fiable selon Google, est considéré à sa juste valeur : comme une page factuelle et historique.

Google poursuit ainsi ses initiatives pour fournir aux utilisateurs des résultats plus fiables, après avoir fait polémique, en décembre 2016, en décidant de supprimer un article néo-nazi négationniste — déjà signé de Stormfront — qui trônait parmi les premiers résultats à la question « est-ce que l’Holocauste s’est produit ? » L’entreprise reste critiquée pour les ratés régulièrement remarqués de son moteur de recherche, comme la mise en avant de théories de suprémacistes blancs ou de ses publicités parfois frauduleuses.

Évidemment, si un internaute recherche volontairement ce genre de termes avec des mots-clé précis, il trouvera ce qu’il souhaite, notamment en tapant le nom du site qu’il a en tête. Paul Haahr souligne que cette évolution reste soumise à des évolutions et changements : « Nous verrons comment ça va se passer. Nous apprenons sur le fil. »

Source : Numerama
Revenir en haut Aller en bas
akasha

avatar

Féminin Taureau Buffle
Messages : 3836
Date d'inscription : 12/05/2013
Age : 32

MessageSujet: Re: Bientôt les Internets censurer par Google ?    Dim 26 Nov 2017 - 18:20

La fin de l’Internet ouvert et le retour à l’âge des ténèbres (Counterpunch)

Jonathan COOK



Peut-on encore douter que l’accès à un internet relativement libre et ouvert s’achève rapidement en Occident ? En Chine et dans d’autres régimes autocratiques, les dirigeants ont tout simplement détourné l’Internet à leur guise, censurant les contenus qui menacent leur pouvoir. Mais dans l’Occident "démocratique", les chose se passent différemment. L’État n’a pas besoin d’intervenir directement - il sous-traite son sale boulot aux entreprises privées.

Dès le mois prochain, le net pourrait devenir le jouet exclusif des plus grandes sociétés, décidées à tirer le plus de profit possible de la bande passante. Pendant ce temps, les outils pour nous aider à développer une pensée critique, la dissidence et la mobilisation sociale disparaîtront au fur et à mesure que « neutralité du net » deviendra un souvenir, une étape transitoire dans la « maturation » du réseau.

En décembre, la Federal Communications Commission (FCC) américaine prévoit d’abroger les règlements déjà compromis qui sont en place pour maintenir un semblant de « neutralité du Web ». Son président, Ajit Pai, et les entreprises qui sont des fournisseurs de services Internet veulent faire disparaître ces règles, à l’instar du secteur bancaire qui s’était débarrassé de la réglementation financière pour pouvoir transformer nos économies en de gigantesques bulles spéculatives.

Cela pourrait constituer le coup de grâce à la gauche et à sa capacité de faire entendre sa voix sur la place publique.

Ce sont des dirigeants politiques - aidés par les grands médias commerciaux - qui ont ouvert la voie en fomentant de manière intéressée une panique autour des "fausses nouvelles" (fake news). Les fausses nouvelles, disaient-elles, se trouvent sur Internet et non dans les pages des médias commerciaux - les mêmes médias qui nous ont vendu le mythe des Armes de destruction massive en Irak, et qui ont aussi efficacement préservé un système de parti unique à deux visages [Parti Démocrate/Républicain - NdT]. Apparemment, le public ne doit être protégé que contre les blogueurs et les sites internet.

Les géants des médias sociaux ont vite répondu. Il devient de plus en plus clair que Facebook s’immisce dans la diffusion d’informations des militants progressistes. Il ferme déjà des comptes et limite leur portée. Cette tendance ne fera que s’accélérer.

Google a modifié ses algorithmes de manière à ce que le classement des sites d’importance à gauche s’effondre. Il devient de plus en plus difficile de trouver d’autres sources d’information parce qu’elles sont activement cachées.

Google a accéléré ce processus cette semaine en "declassifiant" RT et Spoutnik, deux sites d’information russes qui offrent un contrepoids important – y compris avec leur parti-pris pro-russe - à la propagande anti-russe lancée par les médias occidentaux. Autant dire que ces deux sites seront censurés sur Internet pour la grande majorité des utilisateurs.

RT est loin d’être une source d’informations parfaite - aucun média public ou privé ne l’est - mais c’est une voix vitale pour avoir des informations en ligne. Il est devenu un refuge pour beaucoup de gens qui cherchent des alternatives, souvent beaucoup plus honnêtes, pour critiquer à la fois la politique intérieure occidentale et l’ingérence occidentale dans les contrées lointaines. Bien sûr, il a son propre programme politique, mais contrairement à l’idée que se font de nombreux progressistes occidentaux, sur une vaste éventail de sujets, il donne une image beaucoup plus exacte du monde que les médias occidentaux.

Et il y a une raison à cela. Les médias commerciaux occidentaux sont là pour confirmer les préjugés qui ont été inculqués à leurs publics tout au long de leurs vies - le principal étant que les États occidentaux agissent à juste titre comme des policiers bien intentionnés, quoique parfois maladroits, qui essaient de maintenir l’ordre dans d’autres États malveillants ou indisciplinés à travers le monde.

Les médias et la classe politique peuvent facilement puiser dans ces préjugés pour nous persuader de toutes sortes de contrevérités qui font avancer les intérêts occidentaux. Pour ne prendre qu’un seul exemple - l’Irak. On nous a dit que Saddam Hussein avait des liens avec Al-Qaïda (il n’en avait pas et ne pouvait pas en avoir), que l’Irak était doté d’armes de destruction massive (il ne l’était pas, comme les inspecteurs en désarmement de l’ONU ont essayé de nous le dire), et que les États-Unis et le Royaume-Uni voulaient promouvoir la démocratie en Irak (mais pas avant d’avoir volé son pétrole). Il y a peut-être eu de l’opposition en Occident à l’invasion de l’Irak, mais peu étaient motivés par l’idée que ces éléments du récit officiel pouvaient facilement être dénoncés comme autant de mensonges.

RT et d’autres sources d’information non occidentales en anglais fournissent un point de vue différent sur les événements importants, des angles d’analyse non obscurcies par un programme patricien occidental.

Ces sites et les sites progressistes sont progressivement réduits au silence et mis sur liste noire, nous ramenant dans les bras des propagandistes commerciaux. Peu de progressistes ont élevé la voix au nom de RT, oubliant les avertissements de l’histoire, comme le poème anti-nazie de Martin Niemoller « D’abord ils sont venus chercher les socialistes ».

Les règles actuelles de la « neutralité du réseau » jouent déjà en défaveur des progressistes et dissidents, comme le montrent clairement les développements que j’ai décrits plus haut. Mais sans ces règles, les choses vont empirer. Si les changements sont approuvés le mois prochain, les fournisseurs d’accès Internet (FAI), les sociétés qui nous connectent à Internet, seront également en mesure de décider ce que nous pouvons voir ou pas.

Une grande partie du débat a porté sur l’impact de la suppression des règles sur les entreprises commerciales en ligne. C’est pourquoi Amazon et les sites pornographiques comme Pornhub ont été à la tête de l’opposition. Mais cela éclipse la menace la plus importante qui pèse sur les sites progressistes et les principes de la liberté d’expression déjà très vacillantes.

Les FAI seront beaucoup plus libres de déterminer le contenu que nous pourrons voir en ligne. Ils pourront ralentir les vitesses d’accès aux sites "non rentables", ce qui est le cas par définition pour les sites militants. Mais ils pourront aussi imposer une censure à la chinoise, soit de leur propre initiative, soit sous la pression politique. Le fait que cela puisse être justifié par des motifs commerciaux, et non politiques, ne changera pas grand-chose.

Ceux qui cherchent à trouver de vraies informations pourront trouver des solutions de rechange. Mais c’est une maigre consolation. La grande majorité des gens utiliseront les services offerts et ignoreront le reste.

S’il faut trop de temps pour accéder à un site Web, ils cliqueront ailleurs. Si une recherche Google ne leur montre que les résultats approuvés par les entreprises commerciales, ils liront ce qui est proposé. Si leur fil Facebook refuse de leur fournir du contenu « non rentable » ou « faux », ils n’en seront pas plus contrariés. Contrairement à tous ceux qui se demandent ce que l’avenir nous réserve.

Jonathan Cook

Traduction "ce qui devait arriver arrive ?" par VD pour le Grand Soir avec probablement toutes les fautes et coquilles habituelles

Source »»
https://www.counterpunch.org/2017/11/24/from-an-open-internet-back-to-...

URL de cet article 32608
https://www.legrandsoir.info/la-fin-de-l-internet-ouvert-et-le-retour-a-l-age-des-tenebres-counterpunch.html
 
Revenir en haut Aller en bas
OSIRIS

avatar

Masculin Capricorne Chien
Messages : 3010
Date d'inscription : 12/10/2012
Age : 46

MessageSujet: Re: Bientôt les Internets censurer par Google ?    Dim 26 Nov 2017 - 18:33

Citation :
Bientôt les Internets censurer par Google ?

[humour] eh beh merde alors , ^^ils^^ va censurer TOUTES les internets ?

et moi qui croyais qu'il y avait que l'internet ,,,, [/humour]
Revenir en haut Aller en bas
akasha

avatar

Féminin Taureau Buffle
Messages : 3836
Date d'inscription : 12/05/2013
Age : 32

MessageSujet: Re: Bientôt les Internets censurer par Google ?    Dim 26 Nov 2017 - 18:39

OSIRIS a écrit:
Citation :
Bientôt les Internets censurer par Google ?  

[humour]  eh beh merde alors , ^^ils^^ va censurer TOUTES les internets ?  

et moi qui croyais qu'il y avait que l'internet ,,,,   [/humour]

lol!

Ben c'est parce que je veux me mettre à la page que j'ai plutôt utiliser le terme "les internets" que l'internet, enfin à la page, ça remonte tout de même à 2014 déjà Very Happy

- Frédéric Martel : "Ne dites plus Internet, mais les internets !"
#Tech24, l'émission high-tech de France 24 dont Le Point.fr est partenaire, a rencontré l'auteur de "Smart". Un tour du monde rafraîchissant qui balaie beaucoup d'idée reçues.

Et c'est plutôt une bonne nouvelle, car si j'ai bien compris l'article (et je pense que oui^^), on ne peux plus parler d'un internet globalisé et facilement contrôlable, ce qui dans un sens met leur plans de contrôle à mal.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Bientôt les Internets censurer par Google ?    

Revenir en haut Aller en bas
 

Bientôt les Internets censurer par Google ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Marque dans un champs sur google earth
» Google et dépenses énergétique
» Les plantes médicinales bientôt interdites dans L'UE
» Suppresion de la pub GOOGLE du forum (sous la bannière)
» Fiançailles très bientôt et mon mariage 5 juillet 2008...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Planète Révélations :: Informations Mondiales :: Censure-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet