Planète Révélations
Bienvenu sur Planète Révélations, bonne visite à vous...

Planète Révélations


 
AccueilFAQRechercherGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le mensonge permanent, notre menace la plus mortelle, par Chris Hedges

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
akasha

avatar

Féminin Taureau Buffle
Messages : 4149
Date d'inscription : 12/05/2013
Age : 32

MessageSujet: Le mensonge permanent, notre menace la plus mortelle, par Chris Hedges   Jeu 8 Fév 2018 - 2:16

Bonsoir mes frères & sœurs  Very Happy
Je vous proposes ce soir en lecture un très bon texte qui exprime bien la raison d'un tel forum que le notre. Il exprime bien dans quel état d'esprit la plupart des membres doivent se trouver et se re_trouver. Il exprime surtout dans quel marasme le mode actuel se trouve confronter à cette inversion des valeurs, là ou le peuple crédule se laisse manipuler par de la propagande déguisée en vraie info et ou le chercheur de bonne foi ou le journaliste qui respecte l'étique de son métier est pourchassé, diffamé et broyer par le système et relégué à l'état de diffuseur de fake news. Est est dans un monde ou les oligarques ayant pris le pouvoir le façonne à leur image en privatisant tout et pour se protéger crée une vérité unique et indiscutable sous peine d'être traité en paria et détruit si il ne rejoint pas les rangs. Voilà on nous en sommes et surtout vers quoi nous allons car on est qu'au début... Voici une vision certainement pessimiste, mais bien des visionnaires avaient vu venir le bazar, savoir voir la vérité en face, n’exclut pas de garder espoir et surtout de continuer de vivre selon ses convictions et garder un esprit spirituel. De continuer de lutter selon nos moyens en rejetant leur mode de consommation, boycotter les multinationales, favoriser une nourriture saine et bio de proximité favoriser fruits et légumes de saisons et de votre région, le circuit court, ils existent bien des solutions pour enrayer la propagation de leur monde injuste.
Akasha.



Le mensonge permanent, notre menace la plus mortelle, par Chris Hedges

Source : Truthdig, Chris Hedges, 17-12-2017





Le danger le plus menaçant auquel nous faisons face ne vient pas de l’éradication de la liberté d’expression par l’abolition de la neutralité d’Internet ou par la mise en place par Google d’algorithmes visant à éloigner les gens des sites dissidents, de gauche, progressistes ou pacifistes. Il ne vient pas de l’adoption d’une loi fiscale supprimant tout simulacre de responsabilité fiscale pour permettre aux entreprises et oligarques de s’enrichir et prépare la mise en place de programmes du démantèlement d’institutions comme la Sécurité Sociale. Il ne vient pas de l’ouverture de terrains publics aux industries minières et pétrolières, ni de l’accélération de la destruction de l’environnement par la suppression des réglementations environnementales ou de la destruction de l’éducation. Il ne vient pas de la dilapidation des deniers publics dans le maintien d’un corps d’armée trop important alors que le pays s’effondre, ni de l’utilisation des systèmes de sécurité nationale pour criminaliser les dissidents. Le danger le plus menaçant auquel nous faisons face provient de la marginalisation et de la destruction de nos institutions, parmi lesquelles les tribunaux, les universités, le corps législatif, les organisations culturelles et la presse, qui ont, par le passé, garanti l’enracinement du discours public dans les faits et la réalité, qui nous ont aidé à distinguer le vrai du faux et ont facilité l’application de la justice.


Donald Trump et l’actuel parti Républicain représentent la dernière étape de l’émergence du totalitarisme d’entreprise. Le pillage et l’oppression sont justifiés par le mensonge permanent. Ce mensonge permanent est différent de la malhonnêteté et des demi-mensonges proférés par des politiciens tels que Bill Clinton, George W. Bush et Barack Obama. Le mensonge politique ordinaire employé par ces politiciens ne servait pas à cacher la réalité. C’était une forme de manipulation. Lors de la signature de l’Accord de Libre-Échange Nord Américain (ALENA), Clinton promettait : « L’ALENA veut dire emplois, des emplois pour les américains et des emplois bien payés ». George W. Bush justifiait l’invasion de l’Irak par la soi-disant possession d’armes de destruction massive par Saddam Hussein. Mais Clinton n’a pas continué de prétendre que l’ALENA était bénéfique pour la classe ouvrière quand les faits ont démontré que ce n’était pas le cas. Bush n’a plus prétendu que l’Irak détenait des armes de destruction massive après qu’aucune n’a pu être découverte.

Le mensonge permanent n’est pas limité par la réalité. Il est même perpétré à la face de preuves écrasantes le discréditant. C’est irrationnel. Ceux proférant la vérité et s’appuyant sur les faits sont traités de menteurs, de traîtres et de pourvoyeurs de « fake news ». Ils sont bannis de l’espace public quand les élites totalitaires ont accumulé suffisamment de pouvoir, un pouvoir qui leur est maintenant octroyé par la suppression de la neutralité du Net. Le refus catégorique d’admettre la réalité par les participants à ce mensonge, peu importe à quel point la réalité devient évidente, crée un climat de psychose collective.

« Le constant et total remplacement de la réalité des faits par le mensonge ne conduit pas tant à l’acceptation du mensonge comme vérité ou de la vérité comme mensonge qu’à la destruction de l’établissement de nos repères dans le monde réel – la classification de ce qui est considéré comme vérité ou comme malhonnêteté fait partie des moyens utilités dans ce but », écrivait Annah Arendt dans L’origine du Totalitarisme.

Le mensonge permanent transforme le discours politique en théâtre de l’absurde. Donald Trump, qui a menti à propos du nombre de personnes présentes dans la foule lors de son investiture malgré les preuves photographiques, soutient qu’au regard de ses finances personnelles, il va « être assassiné » par la loi fiscale qui va en réalité permettre, à lui ainsi qu’à ses héritiers, d'économiser plus d'un milliard de dollars. Le ministre des Finances américain Steven Mnuchin affirme avoir en sa possession un rapport prouvant que les réductions d’impôts n’auront pas d’effet et ne creuseront pas le déficit – seulement ce rapport n'a jamais existé. Le sénateur John Cornyn soutient, malgré les preuves factuelles, que « ce n’est pas une loi destinée à bénéficier en premier lieu aux riches et aux grandes entreprises ».

Dans le même temps, un million d’hectares de terrain public sont octroyés à l’industrie minière et pétrolière pendant que Trump affirme que ce transfert signifie que « les terrains publics seront de nouveau utilisés à des fins publiques ». Quand les écologistes ont dénoncé ce transfert de vol, le républicain Rob Bishop a qualifié leurs critiques de « propos mensongers ».

Après avoir mis un terme à la neutralité de l’Internet, tuant efficacement la liberté d’expression sur internet, le président de la Commission Fédérale des Communications Ajit Pai a dit : « Ceux qui ont dit que l’Internet tel que nous le connaissons touchait à sa fin ont eu tort. Nous aurons un Internet libre dans le futur ». Et au Centre pour la Prévention et le Contrôle des Maladies, des expressions telles que « s’appuyant sur des preuves » et « basé sur des preuves scientifiques » sont bannies.

Le mensonge permanent est l’apothéose du totalitarisme. Ce qui est vrai n’a plus d’importance. Seulement ce qui est « convenable » compte. Les cours de justice fédérales sont bondées de juges imbéciles et incompétents au service de l’idéologie corporatiste du « convenable » et des mœurs sociales rigides du puritanisme chrétien. Ils méprisent la réalité, y compris la science et les règles de droit. Ils cherchent à bannir ceux qui vivent dans le monde réel défini par les indépendances intellectuelle et morale. Le règne du totalitarisme grandit le cruel et l’imbécile. Ces idiots tout-puissants n’ont aucun vrai but ni aucune vraie philosophie politique. Ils utilisent des clichés et des slogans, souvent absurdes et contradictoires, pour justifier leur avidité et leur soif de pouvoir. C’est aussi vrai pour le puritanisme chrétien qui remplit le vide idéologique de l’administration Trump que pour les dirigeants d’entreprise qui prêchent le néolibéralisme et la globalisation. L’union de ces dirigeants d’entreprise avec les puritains chrétiens est le mariage de Godzilla avec Frankenstein.

Dans The Rape of the Mind : The Psychology of Thought Control, Menticide, and Brainwashing [Le viol de l’esprit : la psychologie du contrôle de la pensée, du suicide mental et du lavage cerveau, NdT] le psychiatre Joost A.M. Meerloo a écrit : « Les figures politiques vénales n’ont même pas besoin de comprendre les conséquences politiques et sociales de leur comportement. Ils ne sont contraints à aucune croyance idéologique, peu importe leurs propres efforts pour se convaincre eux-mêmes du contraire, mais ils sont contraints aux déformations de leur propre personnalité. Ils ne sont pas motivés par leur besoin affiché de servir leur pays ou l’humanité, mais plutôt par le besoin urgent et compulsif de satisfaire les envies irrésistibles des personnages qu’ils se sont créés. Les idées qu’ils débitent ne sont pas de réels buts mais les moyens cyniques employés par ces hommes tordus pour acquérir un sentiment de valeur personnelle et de pouvoir. De subtiles mensonges qu’ils se répètent les poussent à passer de mauvais à pire. Aveuglement défensif, perspicacité enrayée, fuite de l’identification émotionnelle aux autres, dégradation de l’empathie – l’esprit dispose de nombreux mécanismes de défense avec lequel il aveugle la conscience. »

Quand la réalité est remplacée par les caprices de l’opinion et l’opportunisme, ce qui est vrai un jour devient faux le lendemain. La constance est mise au rebut. La complexité, la nuance et la profondeur sont remplacées par la croyance simpliste des menaces et de la force. C’est pourquoi l’administration Trump méprise la diplomatie et torpille le Département d’État. Le totalitarisme, a écrit le romancier et sociologue Thomas Mann, s’articule autour du désir d’une simple croyance populaire. Quand cette croyance populaire remplace la réalité, la moralité et l’éthique sont abolies.

« Ceux qui peuvent vous faire croire à des absurdités peuvent vous faire commettre des atrocités », prévenait Voltaire.

Les élites corporatistes, qui même au cours des meilleures périodes désavantageaient les gens de couleur, les pauvres et la classe ouvrière, ne respectent plus aucune règle. Leurs lobbyistes à la solde des politiciens, des intellectuels accommodants, des juges corrompus et des présentateurs de journaux télévisés gouvernent un état kleptomane régit par le chantage légal et l’exploitation à outrance. Les élites corporatistes rédigent les lois et les décrets qui développent le pillage des ressources tout en imposant une dette paralysante au public, comprenant aussi les jeunes diplômés écrasés par de lourds prêts étudiants. Ils font adopter de force des mesures d’austérité qui démantèlent les services municipaux et de l’État, qui doivent souvent être cédés à des entreprises privées, et réduisent les moyens destinés aux programmes sociaux tels que l’éducation et la santé publique. Ils insistent cependant sur le besoin, en cas de grief, de recourir à ces mêmes institutions qu’ils ont abîmées et corrompues. Ils nous demandent d’investir notre temps et notre énergie dans des campagnes politiques truquées, envoient leur requêtes aux membres élus du gouvernement ou font appel à la justice. Ils cherchent à nous attirer dans leur monde schizophrénique où les propos rationnels font face à leur charabia. Ils nous demande de chercher la justice dans un système mis en place pour perpétuer l’injustice. C’est un jeu que nous ne pourront jamais gagner.

« Ainsi toute notre dignité réside dans la pensée », écrivait Pascal. « C’est de la pensée que doit dépendre notre rétablissement, pas de l’espace ni du temps que nous ne pourrions jamais combler. Laissez-nous donc nous efforcer de bien penser ; c’est le principe de base de la moralité. »

Nous devons opposer le pouvoir au pouvoir. Nous devons bâtir des institutions et des organisations parallèles nous protégeant des assauts des grandes entreprises et résistantes à leur domination. Nous devons nous distancer autant que possible de l’état vampire. Plus nous pourrons créer de communautés autonomes, disposant de leur propre monnaie et de leurs propres infrastructures, plus nous pourrons affaiblir et handicaper le monstre corporatiste. Ça signifie établir des coopératives gérées par ses employés, la mise en place de circuits courts avec une alimentation basée sur un régime alimentaire végétarien et la création d’organisations artistiques, culturelles et politiques indépendantes. Ça signifie entraver de n’importe quelle manière les agressions des grandes entreprises, y compris en bloquant les pipelines et les sites de fracturation hydraulique et en occupant la rue avec des actes soutenus de désobéissance civile contre la censure et les attaques menées à l’encontre de nos libertés individuelles. Ça signifie aussi créer des villes refuges. Tout ceci devra être fait comme tout a été fait auparavant, par l’établissement de relations personnelles, en face-à-face. Nous ne nous sauverons peut-être pas nous-mêmes, à cause particulièrement du refus par les élites de s’intéresser aux ravages du changement climatique, mais nous pouvons créer des pôles de résistance où la vérité, la beauté, l’empathie et la justice résistent.

Traduit par les lecteurs du site www.les-crises.fr. Traduction librement reproductible en intégralité, en citant la source.


Revenir en haut Aller en bas
 

Le mensonge permanent, notre menace la plus mortelle, par Chris Hedges

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Ecologie. Notre planète menacée?
» Les eaux inonderont la cachette du mensonge
» Le rosaire permanent : prier le rosaire avec Internet.
» Problème de voisinage et menace de mort
» Notre Père!!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Planète Révélations :: Informations Mondiales :: Révolution & Résistance-