Planète Révélations
Bienvenu sur Planète Révélations, bonne visite à vous...

Planète Révélations


 
AccueilFAQRechercherGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Manipulations mentales, Réseaux pédophiles et services-secrets

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
a2zeiss
Administrateur
Administrateur
avatar

Masculin Lion Rat
Messages : 6943
Date d'inscription : 18/04/2009
Age : 33
Localisation : Dans d'autres spheres!!!

MessageSujet: Révélations Cathy Obrien (MK ULTRA et RITES SATANIQUES)   Lun 7 Sep 2009 - 21:11

partie 1:



partie 2:



traduction en français:

Cathy O'brien est une survivante d'experiences de "manipulations mentales, ou de l'esprit" orquestrées dans des programmes confidentiels du gouvernement américain. Née dans une famille ou ses parents avaient été victimes de programmes similaires, de façon à créer des lignées d'esclaves "robotiques". Elle fut "programée"entre autres pour etre une esclave sexuelle. Elle rapporte que sa propre fille de 8 ans en a été victime elle aussi, et violée par "Mr" George Bush Senior. Sa aproximité avec ces hommes d'état tels ronald reagan, clinton, sénateur R.C BIRD ,lui a apporté ce point de vue terriblement réel que voici.

"Lorsque j'étais étudiante, l'un des premiers de mes abuseurs était en rapport avec le président des états-unis. On proposa de me conditionner (pas traductionexacte) en me disant que je n'avait nulle part ou aller ni ou me cacher .Et comment aurais je pu leur échapper? A qui pouvais je parler, a mon pere, ma mere? Mon pere qui m'aurait prostituée lui aussi. Je ne pouvais meme pas me tourner vers le président de mon pays. Je croyais fermement, il était établi pour moi que le monde entier faisait partie de ce programme de "mindcontrol". Je croyais que le monde entier cautionnait les abus d'enfants, je croyais que c'etait ça la vie. J'ai compris lorsque Mark Phillips m'a sauvée (agent de la cia) que ça peut etre autrement, et qu'il n'y a pas de secret qui tienne dans la vie. Ceux qui font ces crimes se cachent, et ils se cachent derriere le sceau de "securité nationale". Et je sais ce que je dois faire maintenant, je dois dire haut et fort ce qu ils font; mais pas uniquement à ma fille et moi meme, ils ont tout pris de nous... Le sénateur Byrd décida que je sois envoyée a la base de l'air force de tampa pour etre programmée. j'ai aussi ete emmenee dans des installations de la "nasa". Bird ordonna alors que je sois mise sous le controle de "mon" premier "entraineur". Un entraineur est une personne (dans cette hiérarchie) qui suit les ordres d'un "maitre" de façon que c'était le sénateur Byrd qui me dirigeait . Mon premier "entraineur" est une personne nommée W.COXX. J'ai été emmenée à W.COXX, pour de multiples traumatisations destinées à crer le chaos dans mon esprit; pour faire de moi une esclave du pentagone. "W.Coxx est est tueur en série de sang froid; et il est libre dans nos rues . Il réside (ou résidait) en louisianne; W.Coxx travaillait en partie sous la direction du sénateur de louisianne john bennet johnston. La façon dont cela est fait est que les autres enfants que l'on fait évoluer dans le projet de façon multi generationnelle (leus parents aussi ont été manipulés depuis l'enfance ),étaient emmenés a w coxx, pour y etre exposés a differents traumas, on leur dicte alors exactement ce qu on attend d eux qu ils fassent ,et ils l executent (voir la prophétie d'énoch le passage des guerriers clonés des "états-unis").Les traumatismes que j'ai endurés par W.C. sont absolument horribles. Et johnston tira grand avantage de ces experiences sur moi".IL lui fit croire en manipulant son esprit qu il etait un alien ,utilisant des photos d appareils furtifs totalement inconnus alors, pour qu elle se sente alors d'avantage sans defense."Chaque fois q'un gouvernement tient un secret caché de nous, il peut ainsi nous manipuler (avec des mensonges).Ils ont au moins 25 ans d'avance ,en technologie, science, découvertes, et ils les utilisent contre nous. J'ai aussi entendu dire que le plan du "nouvel ordre mondial" est de faire que les habitants de la planète se sentent totalement sans défense, pour amener ce "nwo" (vous aurez remarqué, à l'envers ça donne "own"=posséder ), et qu'une fois nous sentant abandonnés, nous appelerions les aliens au secours. Alors gardez bien à l'esprit qu'il y a un plan, une orquestration, à partir de technologies basées sur la dissimulation et le mensonge et sous le sceau d'actes dits "de sécurité nationnale". En 1978, JB Johnston était pret à m'envoyer apres les traumas endurés afin que je sois programmée. Je fus envoyée dans une base de l'air force, en oklahoma. Je fus programmée pour couvrir une affaire criminelle qui impliquait des hommes de JB Johnston. Une fois l'opération avec les mercenaires terminée, il voulut que l'avion les ayant transportés revienne chargé. Il revint alors rempli d'une pleine cargaison de drogue. Il devait aller par le biais des lignes americaines dans l'état de l'Arkansas, dans un Aéroport a Washita forest ,mena airport (des réactions commencent à etre audibles dans l'assistance, ce sujet etant tres secret, et quasi inconnu). Le gouverneur de l'Arkansas était Bill Clinton. Ce fut ma premiere rencontre avec Bill Clinton. Je contribuai à délivrer cet énorme charge de drogue, comme le demandaient les ordres, et j'ajoute, un message secret à l'intention de B.C. ainsi qu'un petit paquet contenant un échantillon de la cargaison, que je l'ai vu tester devant moi. En 1980, je suis tombée enceinte et donnai naissance à ma fille KELLY. Il y a un systeme qui conditionne des familles sur plusieurs lignées parents - enfants, de façon à créer de "parfaits" robots espions prets à faire exactement ce qu'on leur dit de faire, quoi que ce soit, de façon totalement inconsciente. Une fois née, Bird nous a transférées au deuxième "entraineur" (ou gourou ), Alex houston qui est hypnotiseur, doublé d'un homme d'affaire dans la country musique aux états unis. Cette dernière activité fournissait (certainement y a t il aujourd'hui d autres couvertures connues de nous )une couverture pour certaines affaires secrètes de la CIA, auxquelles on allait me faire participer. J'ai alors voyagé de bases en bases, dans des installations de la nasa, ou j ai enduré encore des programmations mentales, qui incluaient privation de sommeil et de nourriture, soumission à des tensions de haut voltage, et programmation par induction hypnotique. Ma fille Kelly est née dans ce projet, et fut exposée littéralement depuis la naissance, à ces tortures. L'un de mes premiers programmeurs fut Mickael aquino, il fonda le temple de sète, et les lieux ou l'on se voue à ce culte sont dans les bases militaires. Il est aussi considéré comme un abuseur d 'enfants. Il ne croit pas en fait en satan, ou au démon, mais au statut que lui confère une arme; une espece de pistolet à émission de décharges électriques. C'est par ce genre de pistolet, qu'il nous a torturées ma fille, et moi.
En 1983, Byrd me prostitua pour les besoins du président Ronald Reagan. Reagan était hautement concerné par les recherches de programation mentale, et je l'ai souvent entendu dire que le seul moyen de mener le monde à la paix était de controler mentalement les "masses". Je ne crois pas qu'il puisse y avoir de paix mondiale sans paix dans l'esprit, et je sais de mon experimentation forcée qu'il n y a pas de paix de l'esprit sous le controle mental. J ai aussi été emmenée à Charmschool (pas certain du nom)dans l'Ohio, et c'est la que j ai enduré la privation "habituelle" de nourriture et de sommeil, et la prrogramation d'esclave sexuel. J'étais programmée pour faire différents actes sexuels, pour différents hommes d'état en fonction de leurs fantasmes, de façon, ils pensaient, qu'ils ne soient jamais révélés . . .Ils avaient tort. Il y a des détails dans le livre "trance formation of america". J'ai aussi été programmées pour faire certains actes sexuels à "bohemian grove" B. G. au nord de la californie est un lieu de rencontres pour personnalités politiques. C'est ici que l'on parle "business"... C'est ici que j ai entendu George Bush parler de génocide de masse. C'est ici aussi que ma fille et moi avont servi a plusieurs actes sexuels. Les meetings sont d'ailleurs filmés. Le principe est que, n'ayant pas confiance les uns aux autres, ils sont tenus par ce document secret au cas ou l'un d'entre eux "deraperait". Ils se controlent les uns les autres. J'ai aussi été dans differents lieux liés a la cia. Le lieu ou je suis allée le plus souvent est sur la frontiere de l'Arkansas, pas tres loin d'ailleurs de mena airport, lampe misouri. C'est un lieu ou il y a beaucoup de "black helicopters" (helicopters utilisant des technologies cachées du grand publique) et ou des individus sont programmés pour s'occuper de missions diverses. C'est aussi le lieu ou differents acteurs du trafique de drogues organisé se rencontrent. De là partent certaines cargaisons. Ensuite, pendant le milieu des années 80, une personne nommée B.Karl Willy, abusa de ma fille . Connu du publique par son activité dans la country music qu il semblait occuper, il travaillait pour la cia dans des operations liees aux lobby de la cocaine, ainsi que du "white slavery" (literalement; esclavage blanc)... C'est aussi à Lampe missouri que jai vu Bill Clinton et G Bush, ensembles,en 1984, pour des "soteries avec esclaves", ainsi que pour ce qu'ils appellent Le JEU LE PLUS DANGEREUX: "LA CHASSE AUX HUMAINS". Des humains se battent pour leur vie, courent pour survivre. George Bush dit que c'est son sport favori. Quelques jours apres les elections (84) ils parlaient ensemble et du fait que dans les prochaines elections G.Bush devait etre vice président, idée que Georges B. n'aimait particulierement pas. Il est aussi important de rappeler que G.bush a été formé avec la cia, et l'ordre de la rose, dont Reagan, Clinton reçoivent aussi leurs ordres. Il y a ce jour ou ils etaient en train de parler, ils disaient qu'ils metraient Bill Clinton comme démocrate, pour faire croire aux gens qu'un vent de changement étaient en train de souffler ,alors qu'en fait il n'y avait pas de changement, les agendas sont exactement les memes. Et ils riaient de la façon dont cela allait etre ignorer du peuple ... C'est aussi là qu'elle a eu des experiences avec Bill Clinton et constata que Hilary Clinton .H.et Bill Clinton sont considérés comme etant tous les deux bi sexuels. Elle a aussi appris qu'il y a conivence avec Larry Flint qui a déjà utilisé des filles programmées par la cia dans certains numéros de son "magasine". Au cours de certaines experiences, on lui a laissé comprendre que le virus du sida ne présentait aucun risque pour eux autres, suggérant ainsi qu ils sont en possession d'un antidote. Il y a beaucoup d'autres opérations que j'ai couvertes pour la cia, ces opérations sont détaillées dans notre livre (mark philips et lle) trance formation of america " TFOA est comprend des témoignages, faits rapportés. La justice a été suspendue depuis si longtemps pour raisons de sécurité nationnale, avec de la chance, ce livre poussera quelqu'un à prendre des mesures contre ce qui se passe, et de cette manière, cela ouvrira les yeux du publique américain (et nous aussi) sur ce "qui fait quoi " dans ce pays et pour quelle raison, et vous allez voir que ce sera facile de comprendre beaucoup de choses alors .


Dernière édition par a2zeiss le Dim 30 Jan 2011 - 4:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.dailymotion.com/a2zeiss
a2zeiss
Administrateur
Administrateur
avatar

Masculin Lion Rat
Messages : 6943
Date d'inscription : 18/04/2009
Age : 33
Localisation : Dans d'autres spheres!!!

MessageSujet: Re: Manipulations mentales, Réseaux pédophiles et services-secrets   Dim 8 Aoû 2010 - 23:26

Revenir en haut Aller en bas
http://www.dailymotion.com/a2zeiss
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Manipulations mentales, Réseaux pédophiles et services-secrets   Mer 8 Sep 2010 - 9:38



[img][/img]
Revenir en haut Aller en bas
a2zeiss
Administrateur
Administrateur
avatar

Masculin Lion Rat
Messages : 6943
Date d'inscription : 18/04/2009
Age : 33
Localisation : Dans d'autres spheres!!!

MessageSujet: Manipulations mentales, Réseaux pédophiles et services-secrets   Lun 13 Sep 2010 - 11:51

(Source: Futur Quantique)

Mecanopolis, 12 septembre 2010 Le journaliste Alain Gossens est décédé en juillet dernier, dans des circonstances pour le moins troublantes*. Depuis 1989, il s’était spécialisé dans l’actualité judiciaire, principalement sur les affaires de réseaux pédophiles qui ont secoué la Belgique. Cet article, que nous plaçons aujourd’hui en guise d’hommage, est le premier d’une série que nous allons consacrer au sujet.

* Mecanopolis s’est procuré plusieurs procès-verbaux de la police belge qui éclairent sous un jour pour le moins particulier les circonstances du « suicide » d’Alain Gossens. Notre équipe rédactionnelle est actuellement mobilisée, de sorte à confondre les différents protagonistes proches du dossier et faire toute la lumière sur cette affaire. Nous publierons très prochainement, en collaboration avec deux magazines français, le résultat de nos investigations.



Par Alain Gossens

Pour ceux qui sont familiers des multiples sujets qui taraudent les esprits torturés des « enquêteurs » conspirationnistes, le Projet « MK Monarch » (MK pour Mind Kontrol, parait-il) est sans doute une sorte de pierre philosophale, de holly graal capable de changer le plomb en or et d’ouvrir les portes des plus sombres mystères de cette foutue planète. En effet, tout homme ou femme qui trouverait les preuves indiscutables de l’existence officielle de ce projet, de ces tenants et aboutissants serait certainement l’individu le mieux informé et le plus puissant de cette bonne vieille terre et peut-être aussi la cible plus convoitée de tous les assassins sous influence.

Délire paranoïaque ?

Pour les novices matière de « conspirationnisme » qui constituent peut-être 99,99% des lecteurs, Monarch est ce que l’on appelle une horrible étrangeté qui n’est pas supposée exister, une série d’occultes expériences de manipulation du comportement menées par une ou plusieurs des nombreuses agences de renseignements, laboratoires militaires ou section Delta qui forment la nébuleuse sécuritaire américaine. Pour parler en termes encore plus précis, Monarch désignerait l’ensemble des techniques de conditionnements psychologiques – de l’usage de drogue en passant par la torture, les électrochocs, le viol ou les armes psychotroniques – destinés à créer de toutes pièces à partir d’un individu lambda, de préférence un enfant, un futur petit soldat qui répondra à tous les ordres, même les plus pervers. Les gens qui auraient « inventé » Monarch auraient réussi à contourner l’obstacle de la volonté, de la conscience d’un individu pour envahir puis prendre possession de ce qu’une âme a de plus intime : son inconscient !

Délire paranoïaque et conspirationniste que ces élucubrations me direz-vous ! Peut-être pas. Certainement pas à en croire des gens comme le journaliste John Rappoport ou encore John De Camp, ancien sénateur du Nebraska, avocat spécialisé dans les affaires de pédophilie et de culte satanique. Un personnage certes controversé mais assez crédible et qui a rassemblé plus que tous les autres auteurs (comme les improbables Mark Philips, David Icke etc..) un faisceau de présomptions qui les ont amenés à penser que MK Monarch est fondé sur une réalité tangible.

Tortures nazies

A ma connaissance, il n’existe aucun document officiel « déclassifié » de quelque agence de renseignement que ce soit évoquant nommément l’existence d’un projet MK Monarch qui serait – comme l’affirment bon nombre d’auteurs – un sous projet du fameux projet de la CIA MK Ultra (pour lequel les documents déclassifiés de la CIA abondent). Mais ce n’est pas pour autant que Monarch n’existe pas sous une forme ou une autre.

Pour rafraîchir les mémoires, MK Ultra recouvre tous les agissements de la CIA qui avaient pour but de manipuler les consciences, faire ce que l’on appelle du « Mind Kontrol ». En pleine guerre froide, surtout au cours de la guerre de Corée, il s’agissait de parfaire des techniques d’interrogatoires des suspects et de découvrir un sérum de vérité. Se fondant sur les premiers travaux de médecins nazis (d’où le K de Kontrol) dans les camps de concentration (notamment celui de Dachau où l’on expérimenta des séances d’électrochocs suivis d’injection de doses massives de Mescaline sur des prisonniers) qui furent évacués aux Etats-Unis sous couvert de l’opération Paperclip, les psychiatres de la CIA n’avaient qu’une envie, découvrir les procédures et les produits psychotropes qui ouvriraient l’âme des sujets jugés subversifs comme de vulgaires boites de conserve. Ainsi, le Dr Ewen Cameron, financé et patronné par la CIA alla jusqu’à rendre raide dingue de pauvres civils, de pauvres ménagères venues soigner leur dépression dans un institut de santé mental celui de Mont Royal, près de la ville de Montréal. Les malheureux « clients » dépressifs de ce « brave » et zélé Dr Cameron se voyaient réveillés de grand matin par des injections intraveineuses de Thorazine, de Phénergan, de Séconal et autres barbituriques hypnotiques hyperpuissants. Puis les patients étaient menés de gré ou de force trois fois par jour à des séances d’électrochocs de plus de 150 volts. Ce traitement baptisé par un curieux euphémisme « cure de sommeil » durait de 15 à 65 jours. Ensuite, le ou la patiente se voyait alors traiter pendant une période aussi longue à la Methédrine (amphétamine) et au LSD injectés également en doses massives. Et peu importaient alors les atroces souffrances de ces pauvres sujets qui se voyaient plongés des semaines durant dans d’odieuses transes hallucinatoires et psychotiques induites artificiellement. Enfin, les « malades » étaient conduits dans des « chambres à dormir », sorte de caisson d’isolation sensoriel dans lesquels ils étaient enfermés et où on leur diffusait 24 sur 24 un même message préenregistré pendant deux semaines. De quoi vraiment y laisser sa santé mentale ! Cameron, en torturant sans vergogne ses sujets, contre leur gré, voulait arriver en fait à déprogrammer ces derniers, effacer leur mémoire affective et créer un « blank state », sorte de mémoire vide pour procéder ensuite à une reprogrammation.

Ceci démontre au mieux les folies de l’école de psychiatrie comportementale (behavouriste) sur laquelle la psychiatrie et la sociologie modernes se sont construites. C’est sur ce même genre d’idée que des gens comme Zbigniew Brzezinski ont mis au point des concepts plus généraux de « tabula rasa » (faire table rase), de déprogrammation des valeurs de la société en général par l’usage du chaos et de la souffrance. Et une fois que la société arrivée à une sorte d’état comateux, une forme d’anarchie peuplée de peurs et de violences, il n’y a plus qu’à réinsuffler dans le corps social – à savoir Mr. tout le monde – de nouvelles valeurs, plus fonctionnelles… A brave New World, le Nouvel Ordre Mondial en pleine action si vous voyez ce que je veux dire !

Déprogrammation par le trauma

Certes, les actes de Cameron furent dénoncés et la CIA abandonna officiellement l’idée d’utiliser le LSD pour laver les cerveaux. Il y eut même des procès en dommages et intérêts gagnés par certains plaignants. Mais en fait, cette technique de déprogrammation de l’esprit par l’usage de tortures, de souffrances et trauma le plus souvent infligés par des sévices sexuels n’aurait nullement cessé. Mieux encore, la technique se serait affinée, codifiée, standardisée et répandue à travers le monde dans toutes les sphères du pouvoir. Elle aurait servi de base à une autre opération que certains témoins, victimes présumées de ces agissements horribles appellent l’opération MK Monarch. On raconte que le terme Monarch désigne symboliquement ce fameux papillon de taille exceptionnel qui passe de l’état de larve à un état plus achevé. Comme ce serait le cas des victimes de cette opération ! Autre hypothèse : butterfly, papillon, est souvent utilisé en prostitution pour désigner l’acte de « butiner » de fleurs en fleurs, de changer sans cesse de partenaires. Bref, pour revenir à nos témoins victimes de l’opération Monarch, ceux-ci racontent à peu près tous le même genre d’histoire : ils ont été utilisés dès la plus tendre enfance dans des réseaux prostitutionnels très hard et vendus aux fantasmes les plus dingues de notables, d’hommes politiques, de nobles, de militaires, de magistrats, de vedettes du show business qui forment entre eux des sortes de réseaux, de sociétés secrètes soumis à d’étranges rituels à mi-chemin entre le satanisme, l’ésotérisme New Age et la reprogrammation béhavouriste.

Les actes sexuels comprenant des viols d’enfants, de nouveau nés, des mises à mort, des chasses à l’homme ainsi que des séances de cannibalisme auraient deux buts : d’une part « mouiller » les notables participants et puis acheter la fidélité à toute épreuve de ces puissants qui sont invités à ces étranges « fêtes » une première fois, une sorte d’initiation où ils acquièrent le goût du sang et en deviennent hyperdépendants. D’autre part, générer sur la victime un état de traumatisme qui a pour effet de susciter l’apparition de ce que l’on appelle des personnalités multiples. Chacune des personnalités a sa mémoire propre, sa fonction propre (une personnalité pour la prostitution, une autre pour l’assassinat, une troisième comme paravent officiel etc…) et ne communique pas avec l’autre (sauf sous certaines procédures) et l’on s’assure ainsi que la victime ne parlera pas puisqu’elle ne se souviendra de rien ou que de façon fantasmée, imparfaite. D’où, peut-être, le côté parfois vraiment délirant de certains témoignages, la victime étant incapable de réinterpréter les informations contenues dans « ses mémoires segmentées ». Les enfants sujets de l’opération de reconditionnement Monarch deviendraient alors des prostitués travaillant dans ces réseaux d’influence et de pouvoir mais également des agents de renseignements ou des tueurs à gage. Certains auteurs conspirationnistes comme Jim Keith ont découvert l’étrange passé psychiatrique et militaire de certains tueurs célèbres comme Oswald, Shirhan Shirhan, Jim Jones ou même Tim Mc Veigh. Et toujours selon ces victimes, les cercles de pouvoir de nos pays industrialisés (celui du pouvoir policier, judiciaire, parlementaire, militaire puis industriel économique etc…) seraient littéralement pervertis par ce genre de pratiques. Le fonctionnement de ces réseaux occultes du vrai pouvoir et l’obéissance quasi absolue de « ces gens de pouvoir » ne reposeraient que sur ces rituels et pratiques sexuelles de conditionnement psychologique. C’est aux Etats-Unis qu’on a vu les premiers témoins apparaître et évoquer ainsi les rituels et pratiques atroces contrôlés par la CIA et certains militaires et auxquels se seraient adonnés la plupart des grands hommes politiques américains, à commencer par la famille Bush ou encore des gens comme Kissinger, North, Clinton, Reagan, etc… Tout le gotha de la haute finance et haute politique américaine.

Que penser de tout cela ?

Une première chose : les thérapeutes qui ont examiné ces victimes sont formels pour affirmer que ces dernières sont bel et bien des victimes et qu’elles ont subi de profonds sévices sexuels. Rien qu’aux Etats-Unis, j’ai dénombré une centaine d’associations ayant pour but de recueillir et d’aider les victimes de ce genre d’abus rituels. Etrange, une telle foison d’associations dont la plupart sont tout ce qu’il y a de plus sérieux pour un phénomène qui n’existe pas… officiellement. Autre bizarrerie : des psychiatres se sont même donnés la peine de créer une association, une sorte de lobby ayant pour but de prouver que le syndrome de personnalité multiple n’existe pas et qu’il s’agirait en fait d’une triste maladie – le « false memory syndrom » (le syndrome des faux souvenirs) – dont les enfants se servent pour poursuivre leurs pauvres pères en inventant à leur encontre de fausses allégations de viols « qu’ils vivent comme une réalité mais qui est une construction de leur imaginaire ». Ces gens ont pignon sur rue, de puissantes ramifications dans les universités américaines et tentent de devenir des experts incontournables dans les affaires de viols d’enfants qui viennent devant les tribunaux. Que d’énergie dépensée dans une affaire qui relèverait du pur fantasme (thèse prônée par une partie des experts psychiatres qui estiment que les réseaux pédophiles et les affaires de cultes sataniques et rituels divers n’existent pas !). Saviez-vous, que le FBI avait décrété officiellement, que les affaires de viols rituels ou sataniques ayant pour cadre des réseaux structurés relevaient de la légende urbaine, du fantasme de victimes en mal de démons imaginaires…?

L’exemple belge, l’affaire Dutroux et les dossiers noirs

Comme je ne peux évoquer avec consistance que ce que j’ai vécu personnellement en tant que journaliste judiciaire, je parlerai à titre d’illustration pour mieux frapper les consciences des événements qui ont secoué la Belgique en 1996-1997.

Il faut savoir que ce petit pays, véritable carrefour stratégique au centre de l’Europe du Nord et qui abrite les cerveaux de grandes institutions internationales – l’Union européenne, l’Otan, le Shape, Eurocontrol etc… – a semble-t-il servi de laboratoires grandeur nature à certaines opérations de la CIA. Comme l’affaire des réseaux Stay Behind où la CIA implanta après la seconde guerre mondiale des réseaux dormants et des structures paramilitaires d’action, de subversion et de renseignements anticommunistes. On attribue à ces structures la paternité effective ou accidentelle des fameuses tueries du Brabant Wallon qui déstabilisèrent le pays au début des années 80, permirent au pouvoir de museler les groupes d’extrême-gauche et surtout, aboutirent à ce que la gendarmerie deviennent un corps de police surdimensionné et extrêmement centralisé.

Dans le droit fil de ce dossier des tueurs du Brabant-Wallon, certains journalistes bien installés – une minorité malgré tout – estiment que l’affaire Dutroux et des témoins X en sont le triste prolongement.

Pourquoi ?

Parce que tant l’affaire des tueurs que l’affaire Dutroux et consort constituent de véritables séismes institutionnels, de jolies opérations de déstabilisation qui transformèrent la Belgique en un état paranoïaque, dysfonctionnant et ultra-policé. Ensuite, il y a fort parier que personne ne connaîtra jamais la vérité sur l’affaire Dutroux comme ce fut le cas dans le cadre des tueries et de tous les autres « dossiers noirs » belges (il y en a eu tellement, de Stay Behind aux CCC, des télex de l’Otan aux affaires criminelles liées à certaines pointures politiques belges!) qui ont secoué l’actualité de ce petit pays.

Les témoins « X »

Un petit mot d’abord sur ce qu’est l’affaire Dutroux pour le lecteur qui ne l’a pas suivie. L’affaire éclate en été 1996 lorsque la gendarmerie belge arrête Marc Dutroux et sauve d’un horrible sort deux fillettes terrifiées qu’il avait enlevées quelques semaines auparavant et dissimulées dans une cache habilement creusée dans la cave de sa petite maison de Sars-la-Bruissière, une petite localité du Hainaut. Deux fillettes que toute la Belgique traumatisée par plusieurs vagues de disparitions d’enfants recherchait activement. Activement selon la version officielle car on découvrira avec stupeur au fil d’enquêtes piégées, de contre-enquêtes sabotées, de commissions d’enquêtes parlementaires manipulées que la gendarmerie n’avait pas estimé que la recherche des enfants était prioritaire et ce, pour des raisons que personne n’a à ce jour réussi à éclaircir. Par la suite, les enquêteurs découvrirent que Dutroux avait enlevé au minimum 4 autres fillettes (sans compter le trafic des filles d’Europe de l’Est) dont on découvrit les restes enterrés dans l’une de ces propriétés.

A ce jour, face aux aveux fluctuants de Dutroux (qui en fait nie presque toute responsabilité) personne n’a été en mesure de savoir si Dutroux faisait partie ou non d’un réseau international de pédophilie et d’enlèvements d’enfants. Mais un faisceau de présomptions semblent démontrer que l’intéressé était peut-être l’un des fournisseurs qui alimentait en chaire fraîche un réseau constitué de personnes de pouvoir (industriels, noblesse, magistrat, hommes politiques).

Pourquoi ?

Car entre autre chose, un mois après l’arrestation de Dutroux et consort, se présentèrent tour à tour à la cellule d’enquête de Neufchâteau (chargée de l’affaire) une série de témoins, tous adultes, ne se connaissant pas entre eux, provenant des 4 coins du pays, d’âge et d’origines sociales différentes et qui désiraient conserver l’anonymat. Raison pour laquelle les enquêteurs, en l’occurrence des gendarmes, les baptisèrent les témoins « X », à savoir X1, X2, X3 etc… selon leur ordre d’arrivée. Et les faits que certains de ces témoins, en fait la plupart d’entre eux ont dénoncés sont tellement horribles, tellement incroyables que même le plus tolérant, le plus ouvert des enquêteurs, à fortiori pour le grand public avait du mal à accorder du crédit à ces faits ainsi dénoncés. D’abord parce qu’il s’agit de faits d’une violence, d’une cruauté inimaginable et racontés sur le ton de la banalité : faits de cannibalisme (on contraignait les victimes à manger des morceaux de corps de nouveaux nés mis à mort puis dépecés), de mise à mort d’enfants par des chiens, de viols d’enfants par des animaux, de viols de bébés, de parties de chasse dont le gibier était des enfants etc… Le tout se passait toujours dans des parcs et des donjons de châteaux ou de grosses villas (dont certaines ont pu être identifiées). Mais le pire était que ces faits, décrits dans le détail auraient été perpétré outre par Dutroux et ses complices (ayant un rôle subalterne de fournisseurs) par des personnalités connues en Belgique et dans le monde : hommes politiques, gendarmes, magistrats, industriels et… certains membres éminents de la famille royale belge dont le comportement est décrit avec un tel luxe de détails. Et certains des récits divulgués par des témoins différents se recoupent étrangement. Si l’affaire n’a pas été révélée dans ses moindres détails dans la presse belge, elle le fut suffisamment pour ébranler et dégoûter totalement l’opinion publique. Et il y eut à cause des témoins X une réelle fracture en Belgique tant au sein de l’appareil policier ou médiatique qu’au cœur de l’opinion publique, une sorte de guerre entre croyants et non croyants, entre ceux qui estimaient que les témoins X disaient la vérité, toute la vérité et ceux qui pensaient que ceux-ci relevaient plus de la psychiatrie ou du phénomène de monstres de foire.

Une chose est certaine, ces témoins X même de bonne foi, ont sans doute saboté à leur insu l’ensemble de l’enquête Dutroux à cause du climat houleux de haines irrationnelles qui électrisa la suite des investigations. Il n’y eut plus moyen de poursuivre sereinement les recherches dans le seul pan de l’affaire dans laquelle on possédait des inculpés : Dutroux et consort. On est arrivé à une telle impasse, à un tel désaveu de l’enquête et du juge d’instruction (qui fait bien entendu partie du clan des « non-croyants » qui estime que Dutroux est un prédateur isolé qui a enlevé des fillettes pour agrandir sa famille et les adopter (sic)….) que la plupart des parents des petites victimes ne se rendront même pas au procès de Dutroux en 2004, estimant qu’il s’agira d’une vulgaire mascarade qu’il est inutile cautionner par une présence.

En ce qui concerne les témoins X, on n’en parlera pas ou peu dans le cadre du procès Dutroux puisque cette partie du dossier a été disjointe pour permettre des suites d’enquête qui ne viendront sans doute jamais.

Entre fantasmes et réalités

Que penser de ces témoins X ? Sont-ils crédibles ?

Un premier constat : leur existence est incontournable. Ils racontent le même genre d’horreurs que narrent les victimes américaines du projet Monarch. Certains psychiatres belges qui ont examiné ces victimes affirment qu’elles ne sont ni délirantes, ni en état de démence ou de déséquilibre mental. Les experts précisent qu’il est certain que ces personnes ont bel et bien fait l’objet de sévices graves dans leur jeune âge.

Ont-ils raconté la vérité ?

Impossible de le dire. Mais il me semble inepte d’écarter ces récits parce qu’ils sont incroyables ou dérangeants. Ces dénonciations serviront peut-être de base pour nous expliquer une réalité dont nous n’avons aucune idée. L’un des gendarmes qui a été concerné par l’enquête Dutroux et qui a dénoncé certains des monstrueux dysfonctionnements qui paralysa l’enquête et empêcha que l’on sauve les enfants plus tôt m’expliqua la chose suivante : « selon certaines de mes indications, certains des témoins X mentent, reconstruisent la réalité. Ce sont des taupes envoyées par on ne sait qui et dont les mensonges et contradictions peuvent facilement être démontrés. Ils ont pour effet de décrédibiliser les propos des autres témoins, de semer le doute et la confusion parmi l’opinion publique et de contaminer le procès Dutroux avec le doute. ET surtout, ces faux témoins décourageront les vrais témoins, les authentiques victimes de ces réseaux de s’exprimer dans une telle cacophonie… » A mon avis, des gens comme David Icke par exemple, à cause de leur approximation, leur manque de rigueur et de recul nuisent à la cause en insistant que trop sur le côté sensationnaliste et en transformant des interprétations et des suppositions en certitudes. Les faits sont bien assez horribles et n’ont pas besoin de cette surenchère un chouïa emphatique. Cela ne va pas convaincre les vrais témoins, et ils existent, à venir s’exprimer et dénoncer des faits qui peuvent être vérifiés.

En d’autres termes, plutôt que de s’emballer sur le rôle joué par telle ou telle personnalité de la noblesse, de la politique ou du show business, il faudrait plutôt imaginer et mettre en place des structures d’accueil et de protection de ces témoins. Et garder l’esprit le plus ouvert possible car il se peut que ce que ces victimes nous raconteront nous secouera encore bien plus que tout ce qui a été dit jusqu’à présent dans le cadre de ses affaires. Je ne peux m’empêcher d’avoir le sentiment que ces témoins américains, belges etc.. ont parlé que parce qu’ « on » a bien voulu qu’ils parlent et que leur témoignage poursuivait des buts bien plus sordides de déstabilisation de l’opinion publique (qui n’a jamais autant vécu dans la peur) et de décrédibilisation des futurs témoins, des futures victimes. Je ne pense pas que les témoins X soient tous des menteurs mais je crois qu’ils ont été manipulés et mis sous pression avant de livrer le contenu de leur calvaire aux enquêteurs et aux journalistes.

Alain Gossens
Revenir en haut Aller en bas
http://www.dailymotion.com/a2zeiss
a2zeiss
Administrateur
Administrateur
avatar

Masculin Lion Rat
Messages : 6943
Date d'inscription : 18/04/2009
Age : 33
Localisation : Dans d'autres spheres!!!

MessageSujet: Programmation mentale par abus rituels (témoignages)   Jeu 20 Oct 2011 - 21:14


Revenir en haut Aller en bas
http://www.dailymotion.com/a2zeiss
samskaraa

avatar

Féminin Taureau Chien
Messages : 1006
Date d'inscription : 27/03/2011
Age : 35

MessageSujet: Re: Manipulations mentales, Réseaux pédophiles et services-secrets   Jeu 20 Oct 2011 - 22:03

proprement monstrueux...



en France on a eu l'affaire Karen Mulder dont on parlait à un moment, suite à une interview sur le plateau de Ardisson à Tout le monde en parle, mais on l'a faite passer pour folle et tout est rentré dans l'ordre...




"Tout le monde en parle


Tout le monde a en mémoire les remous provoqués dans la presse par l’émission censurée de Thierry Ardisson du 3 novembre 2001, « Tout le monde en parle ». Les invités étaient, entre autres, Karen Mulder et Ophélie Winter. Paradoxalement, la production décida de censurer ce dont tout le monde parla à l’époque.

Le 31 octobre 2001 a lieu l’enregistrement de l’émission au cours de laquelle Karen Mulder devait faire des révélations sur Elite. La prestigieuse agence de mannequin compte vingt-quatre succursales à travers le monde, six cents mannequins, et 99 millions d’euros de chiffre d’affaire. La BBC diffusa à la fin de l’année 1999 un reportage en caméra cachée sensé dévoiler l’exploitation sexuelle de jeunes mannequins et l’utilisation de stupéfiants dans ces milieux. L’affaire se finira par un arrangement judiciaire où la BBC fera son mea culpa. Pourtant Brenda Pola, la chroniqueuse du « Daily Mail » à la suite de la diffusion du reportage en question que « les révélations de cette émission ne font que confirmer ce que nous, journaliste de mode, soupçonnions depuis longtemps ; mais nous n’avions jamais pu en parler parce qu’il y a une conspiration du silence ».

Mais voilà que Karen Mulder brise cette conspiration et remet les supposées pratiques déviantes de l’agence au goût du jour en affirmant avoir été « violée par les dirigeants d’Elite »[1]. Il est nécessaire de préciser que avant de se rendre à l’enregistrement de l’émission, le célèbre top model a effectué courant octobre une série de dépositions au commissariat de la première DPJ (Direction centrale de la police judiciaire) mettant en cause un membre de son entourage ainsi qu'un certain nombre de personnalités qui, selon elle, l'auraient agressée sexuellement.[2]

Elle commença son interview en avouant avoir été violée par son père à l’âge de deux ans. « Je m’en suis rendu compte il y a quelques mois », et de poursuivre en expliquant que l’oubli de ses sévices était dû à l’état hypnotique dans lequel elle était plongée pendant qu’elle les subissait. C’est cette hypnose qui agita les forums et jeta le doute sur la crédibilité des propos de Karen Mulder. Il est théoriquement impossible de pratiquer quelque forme de violence physique que ce soit sur une personne hypnotisée. Mais faut-il encore que ce que Karen Mulder ait pris pour de l’hypnose en soit réellement.




Contrôle de l’esprit


A l’image de Cathy O'Brien, Brice Taylor, ou de K. Sullivan[3], Karen Mulder est peut-être sujette à un programme de contrôle de l’esprit par traumatisme, et ce depuis son plus jeune âge. K. Sullivan raconte ce qu’elle a subi : « Plusieurs personnes entraînèrent, conditionnèrent puis brisèrent ma volonté et ma psyché, et me programmèrent à différents états altérés[4]. Mon père fut celui qui m’en fit subir le plus. Il le fit par la terreur. Il le fit par la torture. (…) J’ai été utilisée en enfant et en adulte dans ces états altérés de la personnalité, et il y en a eu plus d’un. Dans ces états je ne résistais pas. Je n’avais pas de colère. J’étais une esclave sexuelle totale et je faisais tout ce que l’on me demandait, quoi que ce fût. » Cet esclavagisme, dont les personnes qui le subissent sont appelées « mannequin présidentiel »[5], profiterait aux membres du gotha et aux hommes politiques de haut rang. Karen Mulder assure que Garou est au courant et que Ophélie Winter est, elle aussi, une victime de ces pratiques. D’après Emmanuel, l’un des spectateurs lors de l’enregistrement, et également l’auteur du mail qui a mis le feu aux poudres sur internet : « Elle (Karen Mulder) a dit qu'elle avait eu une discussion avec O.Winter au cours de laquelle cette dernière lui a dit : "ce que je vais te dire ce soir tu vas l'oublier. Demain tu l'auras oublié". J'en déduis tout naturellement que K. Mulder faisait là référence à l'hypnose pour ce qui est de l'oubli. On a tous compris que Karen avait mis en cause O.Winter. » Mais cette réflexion pourrait aussi masquer une autre réalité, celle que je viens de décrire ci-dessus, et qui consisterait à rétablir son « alter » par un élément déclenchant ou une reprogrammation adéquate.

Karen Mulder affirme également avoir été violée par le Prince de Monaco, et confirme que « des hommes politiques paient pour avoir la compagnie des filles d’Elite ! ». Ces révélations n’apprennent rien à ceux qui connaissent les habitudes du milieu comme le journaliste Ian Halperin, qui publia aux Etats-Unis en 1999 « Shut up and smile »(Souris et tais-toi !). On pouvait découvrir dans cet ouvrage qu’un directeur d’agence a « touché une commission de 40 000 dollars pour avoir envoyé un top à un magnat du pétrole ». On nous rappelait également qu’un journaliste de la chaîne CBS qui demandait en 1988 à un directeur d’une célèbre agence si il avait eu recours au viol et au chantage sexuel avec ses modèles, eu droit pour toute réponse à : « Je ne me souviens pas. Peut-être. C’est bien possible… »



Kate Moss dénonça les cocktails drogue-alcool qu’elle était encouragée à ingurgiter par son entourage, « du moment qu’elle restait tranquille et séduisante devant l’objectif ». A l’image de Karen Mulder, certains top model disparaissent de la circulation pour prendre du repos à coup d’antidépresseur, selon la version officielle, comme Naomi Campbell. D’autre, moins connus, et donc moins enclins à susciter la curiosité des médias, quittent le milieu, et notre monde, de façon « accidentelle » et définitive comme Paula Brenken, Emanuelle Dano, ou Patricia Davis.[6]




Les soupçons se confirment


Le samedi 3 novembre c’est au tour de Philippe Berti[7] de recueillir les déclarations de Karen Mulder. Cette interview ne paraîtra dans la presse qu’au mois de janvier 2002. Celle-ci est troublante puisqu’elle va exactement dans le sens d’une manipulation du comportement initiée par un traumatisme, et réactivée par un élément déclencheur, conformément à la théorie évoquée plus haut. Il faut lire l’explication qu’elle fait de son état en se mettant à la place de quelqu’un qui vit cette expérience sans qu’on lui ait expliqué son mode opératoire : « Toute personne ayant de l’autorité et connaissant mon secret peut me manipuler. Tant que je n’avais pas évacué la terreur de mon enfance, n’importe qui, en me faisant peur, pouvait avoir une emprise sur moi ». Forts de la connaissance que vous avez maintenant des états altérés de consciences, avouez que cette phrase prend un autre sens que celui que vous lui avez donné quand vous l’avez découvert au début de ce texte. (Vous êtes rentré dans la matrice ☺ ).

Et la théorie se confirme dans la suite de l'entretien, lorsqu’elle participa au concours de l’agence Elite à 17 ans : « On a essayé de faire de moi une prostituée : c’était tellement facile, je ne me souvenais de rien, j’oubliais tout ». Ce que Karen Mulder explique par des trous de mémoires pourrait très bien correspondre à un changement de personnalités, puisque « les différentes personnalités, ou parties de la personnalité, appelées alters, peuvent être créées sans se connaître les unes des autres et prendre le contrôle du corps à des moments différents. Les murs d’amnésie qui sont construits par les traumas forment un écran assurant le secret sur l’identité des abuseurs et empêche la personne consciente d’avoir connaissance du système d’alters utilisé chez elle »[8]. Mais la méthode n’est pas infaillible, et une déstabilisation physique ou psychologique du sujet peut créer des ponts entre les différentes personnalités. En ce qui concerne Brice Taylor, c’est un accident de voiture qui fut l’élément révélateur : « J’ai commencé à avoir des flashes de souvenirs, comme une brèche ouverte entre un état de personnalité et un autre. » Pour Karen Mulder, ce fut lors de ses vacances à l’île Maurice où elle est « vraiment rentré dans la souffrance » et qu’elle a « eu les premiers flashs ».
Les souvenirs se précipitent. Les déviances des relations des Mulder ressembleraient à celles dont certains soupçonnent les membres du Bohemian Club à en croire la suite de ses propos : « En fait, tous les gens que ma famille fréquentait sont des pédophiles. C’est un cercle vicieux et aujourd’hui je le casse. »

Ce que vous auriez pris pour des élucubrations il y a encore peu de temps, prend aujourd’hui, à la lumière des explications qui précèdent, une toute autre dimension : « Il y a tout un complot autour de moi, depuis longtemps, ça concerne des gens dans le gouvernement, dans la police. Tout dans ma vie a été organisé ! Tout, tout, tout ! Je n’avais pas de volonté à moi. »




Un rebondissement inaperçu


Malgré toute la nébuleuse de soupçon qui règne autour de l’agence Elite, malgré la réitération des révélations de Karen Mulder par le biais d’au moins deux médias et non des moindres (« Tout le monde en parle » et « VSD »), malgré son dépôt de plainte pour viol et l’ouverture d’une information judiciaire le 20 novembre 2001, confiée au juge Jean-Pierre Gaury, Karen Mulder est internée.

Son hospitalisation est d’autant plus suspecte qu’elle est précipitée, ayant lieu quelques heures après l’interview de VSD, et qu’elle est réalisée à la demande de sa sœur, elle-même mannequin chez Elite. Elle sortira trois mois plus tard, début février 2002. Et pas plus tard que le 8 juin de la même année, elle présente son premier single (la reprise d’une chanson de Gloria Gaynor intitulée I am what I am) dans l’émission qui avait censuré ses propos, « Tout le monde en parle ». Elle remercie le présentateur de ne pas avoir diffusé l’interview diffamante, alors qu’elle l’avait quitté quelques mois auparavant, furieuse de ne pas avoir été confrontée à Ophélie Winter, en s’exclamant : « Je sais d’où vient le vent ! »

Dans le cadre d’une soumission à un programme de contrôle de l’esprit, les contradictions de Karen Mulder sur une période de quelques mois pourraient s’expliquer autrement que par un simple état dépressif passager, comme s’est empressée de le faire croire sa famille. Les récentes déclarations[9] de Omar Harfouch n’ont pas eu l’écho qu’elles méritaient alors qu’elles ont le double intérêt de donner du relief à cette affaire et de faire peser le doute sur la finalité du comportement familial.

Omar Harfouch organise des concours de mannequins en Ukraine. Il se fit connaître en dénonçant les concours supposément truqués et les soi-disant liens de l’agence Elite à la mafia Russe. Mais Harfouch est l’allié d’un riche homme d’affaire qui propose de racheter les actions d’Elite mise en vente par son fondateur, John Casablancas, à la suite du scandale de la BBC. Harfouch sera l’objet de manipulation l’accusant d’exploiter des mineures, mais il sortira blanchi de ces accusations calomnieuses. Pour Omar Harfouch, l’agence Elite n’est pas étrangère à toutes ces rumeurs sur son compte, qui ont débuté après qu’il ait mis le doigt sur certaines des pratiques douteuses de l’agence. Il a été obligé de mettre la société s’occupant du concours Miss@Net en faillite, car selon lui l’agence Elite « a proposé à toutes les miss de leur avancer des frais d’avocats ou de l’argent, afin qu’elles fassent des accusations contre moi ». A la question « Donc Elite serait mêlée à cette affaire ? », Omar Harfouch répond qu’ « ils essaient par tous les moyens de m’abattre ! Avec Karen Mulder, c’était facile, ils ont convaincu ses parents de la mettre en asile. Sauf qu’aujourd’hui, personne n’a pu prouver qu’elle était vraiment folle et que ce qu’elle avait dit chez Ardisson était faux. Moi, ils n’ont pas réussi à me mettre dans un asile alors ils ont essayé de me faire passer pour un proxénète lié à un groupe mafieux. Mais j’ai déjà gagné les trois procès. »

Karen Mulder a déclaré au magazine Elle à propos de sa dépression : « Quand on chante, on fait passer un message, alors voilà le mien : je suis ce que je suis. Je joue mes propres cartes, j'ai l'impression d'un nouveau départ. Je prends ma vie en main. [...] Pour la première fois, je sais vraiment ce que je suis, je n'en doute plus, je ne me remets plus en question, je vis, c'est tout. On sort grandie d'une telle épreuve. » Affaire classée.


Mais qu’en est il pour toutes celles qui traversent aujourd’hui les épreuves qui lui ont été imposées ? Karen Mulder aurait mérite à se souvenir de la lucidité dont elle faisait preuve avant son internement quand elle disait en substance : « La peur fait que les gens deviennent lâches ». D'un autre côté, on comprend qu'elle ne veuille plus se retourner sur son passé."


http://frenzy.chez.com/mulder.htm
Revenir en haut Aller en bas
Golden

avatar

Masculin Sagittaire Singe
Messages : 111
Date d'inscription : 08/10/2011
Age : 48
Localisation : Planète Terre (Pour le moment)

MessageSujet: Programmation mentale par abus rituels (témoignages)   Ven 21 Oct 2011 - 15:28

Bonjour à tous,

Je tiens à remercier à la foi a2zeiss pour mettre en ligne cette vidéo et samskaraa pour ses recherches sur le contrôle de l’esprit et ces victimes.
Je dois dire que j’ai été choqué la première foi que je suis tombé sur de telles révélations. Donc, comme à mon habitude, j’ai commencé à chercher des compléments d’informations à ce sujet.

Des vidéos de Cathy O’Brien sont disponibles en nombre assez impressionnant sur YouTube pour les personnes intéressées. Mais étant donné que je préfère la lecture, je me suis lancé dans le livre de Cathy O'Brien co-écrit avec Mark Philips : TRANCE Formation of AMERICA. Si ce que tu as vu sur cette vidéo est monstrueux pour toi samskaraa, je te déconseille de lire ce bouquin, car Cathy va beaucoup plus loin et même pour moi, c’était à la limite du supportable. Plusieurs fois j’ai jeté ce livre à travers le salon. Pour les plus téméraires d’entre vous, voici ce qui est écrit au dos du livre :

REMARQUE AU PUBLIC
Ce livre contient des citations sexuellement explicites et d'irréfutables détails anatomiques des agresseurs et est donc recommandé pour les lecteurs adultes uniquement.

TRANCE
FORMATION OF AMERICA

Cest l'autobiographie documentée d'une victime sous contrôle de l'esprit par le gouvernement. Cathy O'Brien est la seule survivante audible et récupérée du projet de la CIA MK-Ultra Project. Ciselés profondément dans la pierre blanche de la CIA à Langley, le siège en Virginie, est un verset partiel levé de la Sainte Bible et des écrits de Saint-Jean ... "et la vérité vous rendra libre". Cette déclaration, comme l'agence, est la réalité totale. …. La "Compagny" utilise la technologie la vérité et comme matières premières pour produire de "purs" mensonges pour vous contrôler ainsi que les alliés de l'Amérique. Dans les pages de ce livre, vous trouverez la vérité.


Il faut savoir que ce Programme gouvernemental du Contrôle de l’Esprit, connu sous le nom de MK-ULTRA, a fait l’objet d’audiences devant le congrès Américain le 3 Août 1977. Ce rapport peut être trouvé au lien suivant :


Et si vous pensez que ce programme a été banni, j’ai de mauvaises nouvelles pour vous. Effectivement, la société secrète,bien connue sous le nom des « Illuminati », a repris le flambeau. Si vous voulez plus amples informations sur ce sujet, vous pouvez chercher sur Google Fritz Springmeier qui a été un prisonnier politique Américain. Cet homme est à l’origine d’un papier aussi intéressant que le livre que j’ai cité ci-dessus. Vous aurez accès à ce document au lien suivant :


Ce que ces gens (je tiens à rester correct) sont capables de faire est tout simplement abominable et ils devraient être pendus haut et court, sans jugement. Ils le font bien, eux, et sans se poser de question.

Je vous encourage à lire ces documents que je partage avec vous et vous comprendrez pourquoi le livre(mais pas l’ordinateur!) s’est retrouvé de l’autre coté du salon.

Bien Cordialement,
Golden Awaken.

Revenir en haut Aller en bas
http://ledormeur.forumgratuit.org/
samskaraa

avatar

Féminin Taureau Chien
Messages : 1006
Date d'inscription : 27/03/2011
Age : 35

MessageSujet: Re: Manipulations mentales, Réseaux pédophiles et services-secrets   Ven 21 Oct 2011 - 18:02

Merci pour les liens Golden Awaken. Là on est dans l'inframonde, l'infra-humain... ce mal d'une ampleur sidérante, déconcertante... y-a-til sur terre des corps "humains" qui déambulent qui sont dénués de cerveau et d'âme, parfois on se demande... ils ont décidé de jeter leurs forces, leur être dans le mal, le côté obscur, il paraît que la loi karmique s'occupe de rétablir l'équilibre... ça n'en reste pas moins d'une abjection incommensurable
Revenir en haut Aller en bas
orné

avatar

Masculin Gémeaux Buffle
Messages : 4563
Date d'inscription : 11/06/2012
Age : 44
Localisation : UNIFIÉS CORPS, ÂME, MENTAL. LA TRINITÉ PARFAITE QUI REGARDE DANS LA MÊME DIRECTION, NE SE COMBAT PLUS MAIS RESTE SOLIDAIRE

MessageSujet: Mind control, Pédophilie: Quand Karen Mulder brisait la loi du silence   Sam 7 Déc 2013 - 18:34

Mind control, Pédophilie: Quand Karen Mulder brisait la loi du silence



Tout le monde a en mémoire les remous provoqués dans la presse par l’émission censurée de Thierry Ardisson du 3 novembre 2001, « Tout le monde en parle ». Les invités étaient, entre autres, Karen Mulder et Ophélie Winter. Paradoxalement, la production décida de censurer ce dont tout le monde parla à l’époque.


Le 31 octobre 2001 a lieu l’enregistrement de l’émission au cours de laquelle Karen Mulder devait faire des révélations sur Elite. La prestigieuse agence de mannequin compte vingt-quatre succursales à travers le monde, six cents mannequins, et 99 millions d’euros de chiffre d’affaire.

La BBC diffusa à la fin de l’année 1999 un reportage en caméra cachée sensé dévoiler l’exploitation sexuelle de jeunes mannequins et l’utilisation de stupéfiants dans ces milieux. L’affaire se finira par un arrangement judiciaire où la BBC fera son mea culpa. Pourtant Brenda Pola, la chroniqueuse du «Daily Mail » à la suite de la diffusion du reportage en question que « les révélations de cette émission ne font que confirmer ce que nous, journaliste de mode, soupçonnions depuis longtemps ; mais nous n’avions jamais pu en parler parce qu’il y a une conspiration du silence ».

Mais voilà que Karen Mulder brise cette conspiration et remet les supposées pratiques déviantes de l’agence au goût du jour en affirmant avoir été « violée par les dirigeants d’Elite »[1]. Il est nécessaire de préciser que avant de se rendre à l’enregistrement de l’émission, le célèbre top model a effectué courant octobre une série de dépositions au commissariat de la première DPJ (Direction centrale de la police judiciaire) mettant en cause un membre de son entourage ainsi qu’un certain nombre de personnalités qui, selon elle, l’auraient agressée sexuellement.[2]

Elle commença son interview en avouant avoir été violée par son père à l’âge de deux ans. « Je m’en suis rendu compte il y a quelques mois », et de poursuivre en expliquant que l’oubli de ses sévices était dû à l’état hypnotique dans lequel elle était plongée pendant qu’elle les subissait. C’est cette hypnose qui agita les forums et jeta le doute sur la crédibilité des propos de Karen Mulder. Il est théoriquement impossible de pratiquer quelque forme de violence physique que ce soit sur une personne hypnotisée. Mais faut-il encore que ce que Karen Mulder ait pris pour de l’hypnose en soit réellement.

A l’image de Cathy O’Brien, Brice Taylor, ou de K. Sullivan[3], Karen Mulder est peut-être sujette à un programme de contrôle de l’esprit par traumatisme, et ce depuis son plus jeune âge.

K. Sullivan raconte ce qu’elle a subi : « Plusieurs personnes entraînèrent, conditionnèrent puis brisèrent ma volonté et ma psyché, et me programmèrent à différents états altérés[4].

Mon père fut celui qui m’en fit subir le plus. Il le fit par la terreur. Il le fit par la torture. (…) J’ai été utilisée en enfant et en adulte dans ces états altérés de la personnalité, et il y en a eu plus d’un. Dans ces états je ne résistais pas. Je n’avais pas de colère. J’étais une esclave sexuelle totale et je faisais tout ce que l’on me demandait, quoi que ce fût. »

Cet esclavagisme, dont les personnes qui le subissent sont appelées « mannequin présidentiel »[5], profiterait aux membres du gotha et aux hommes politiques de haut rang. Karen Mulder assure que Garou est au courant et que Ophélie Winter est, elle aussi, une victime de ces pratiques.

D’après Emmanuel, l’un des spectateurs lors de l’enregistrement, et également l’auteur du mail qui a mis le feu aux poudres sur internet : « Elle (Karen Mulder) a dit qu’elle avait eu une discussion avec O.Winter au cours de laquelle cette dernière lui a dit : « ce que je vais te dire ce soir tu vas l’oublier. Demain tu l’auras oublié ».

J’en déduis tout naturellement que K. Mulder faisait là référence à l’hypnose pour ce qui est de l’oubli. On a tous compris que Karen avait mis en cause O.Winter. » Mais cette réflexion pourrait aussi masquer une autre réalité, celle que je viens de décrire ci-dessus, et qui consisterait à rétablir son « alter » par un élément déclenchant ou une reprogrammation adéquate.

Karen Mulder affirme également avoir été violée par le Prince de Monaco, et confirme que « des hommes politiques paient pour avoir la compagnie des filles d’Elite ! ». Ces révélations n’apprennent rien à ceux qui connaissent les habitudes du milieu comme le journaliste Ian Halperin, qui publia aux Etats-Unis en 1999 « Shut up and smile »(Souris et tais-toi !). On pouvait découvrir dans cet ouvrage qu’un directeur d’agence a « touché une commission de 40 000 dollars pour avoir envoyé un top à un magnat du pétrole ».

On nous rappelait également qu’un journaliste de la chaîne CBS qui demandait en 1988 à un directeur d’une célèbre agence si il avait eu recours au viol et au chantage sexuel avec ses modèles, eu droit pour toute réponse à : « Je ne me souviens pas. Peut-être. C’est bien possible… »

Kate Moss dénonça les cocktails drogue-alcool qu’elle était encouragée à ingurgiter par son entourage, « du moment qu’elle restait tranquille et séduisante devant l’objectif ». A l’image de Karen Mulder, certains top model disparaissent de la circulation pour prendre du repos à coup d’antidépresseur, selon la version officielle, comme Naomi Campbell. D’autre, moins connus, et donc moins enclins à susciter la curiosité des médias, quittent le milieu, et notre monde, de façon « accidentelle » et définitive comme Paula Brenken, Emanuelle Dano, ou Patricia Davis.[6]

Les soupçons se confirment

Le samedi 3 novembre c’est au tour de Philippe Berti[7] de recueillir les déclarations de Karen Mulder. Cette interview ne paraîtra dans la presse qu’au mois de janvier 2002. Celle-ci est troublante puisqu’elle va exactement dans le sens d’une manipulation du comportement initiée par un traumatisme, et réactivée par un élément déclencheur, conformément à la théorie évoquée plus haut.

Il faut lire l’explication qu’elle fait de son état en se mettant à la place de quelqu’un qui vit cette expérience sans qu’on lui ait expliqué son mode opératoire : « Toute personne ayant de l’autorité et connaissant mon secret peut me manipuler. Tant que je n’avais pas évacué la terreur de mon enfance, n’importe qui, en me faisant peur, pouvait avoir une emprise sur moi ».

Forts de la connaissance que vous avez maintenant des états altérés de consciences, avouez que cette phrase prend un autre sens que celui que vous lui avez donné quand vous l’avez découvert au début de ce texte. (Vous êtes rentré dans la matrice ☺ ).

Et la théorie se confirme dans la suite de l’entretien, lorsqu’elle participa au concours de l’agence Elite à 17 ans : « On a essayé de faire de moi une prostituée : c’était tellement facile, je ne me souvenais de rien, j’oubliais tout ».

Ce que Karen Mulder explique par des trous de mémoires pourrait très bien correspondre à un changement de personnalités, puisque « les différentes personnalités, ou parties de la personnalité, appelées alters, peuvent être créées sans se connaître les unes des autres et prendre le contrôle du corps à des moments différents. Les murs d’amnésie qui sont construits par les traumas forment un écran assurant le secret sur l’identité des abuseurs et empêche la personne consciente d’avoir connaissance du système d’alters utilisé chez elle »[8].

Mais la méthode n’est pas infaillible, et une déstabilisation physique ou psychologique du sujet peut créer des ponts entre les différentes personnalités. En ce qui concerne Brice Taylor, c’est un accident de voiture qui fut l’élément révélateur : « J‘ai commencé à avoir des flashes de souvenirs, comme une brèche ouverte entre un état de personnalité et un autre. » Pour Karen Mulder, ce fut lors de ses vacances à l’île Maurice où elle est « vraiment rentré dans la souffrance » et qu’elle a « eu les premiers flashs ».

Les souvenirs se précipitent. Les déviances des relations des Mulder ressembleraient à celles dont certains soupçonnent les membres du Bohemian Club à en croire la suite de ses propos : « En fait, tous les gens que ma famille fréquentait sont des pédophiles. C’est un cercle vicieux et aujourd’hui je le casse. »

Ce que vous auriez pris pour des élucubrations il y a encore peu de temps, prend aujourd’hui, à la lumière des explications qui précèdent, une toute autre dimension : « Il y a tout un complot autour de moi, depuis longtemps, ça concerne des gens dans le gouvernement, dans la police. Tout dans ma vie a été organisé ! Tout, tout, tout ! Je n’avais pas de volonté à moi. »

Un rebondissement inaperçu

Malgré toute la nébuleuse de soupçon qui règne autour de l’agence Elite, malgré la réitération des révélations de Karen Mulder par le biais d’au moins deux médias et non des moindres (« Tout le monde en parle » et « VSD »), malgré son dépôt de plainte pour viol et l’ouverture d’une information judiciaire le 20 novembre 2001, confiée au juge Jean-Pierre Gaury, Karen Mulder est internée.

Son hospitalisation est d’autant plus suspecte qu’elle est précipitée, ayant lieu quelques heures après l’interview de VSD, et qu’elle est réalisée à la demande de sa sœur, elle-même mannequin chez Elite. Elle sortira trois mois plus tard, début février 2002. Et pas plus tard que le 8 juin de la même année, elle présente son premier single (la reprise d’une chanson de Gloria Gaynor intitulée I am what I am) dans l’émission qui avait censuré ses propos, « Tout le monde en parle ».

Elle remercie le présentateur de ne pas avoir diffusé l’interview diffamante, alors qu’elle l’avait quitté quelques mois auparavant, furieuse de ne pas avoir été confrontée à Ophélie Winter, en s’exclamant : « Je sais d’où vient le vent ! »

Dans le cadre d’une soumission à un programme de contrôle de l’esprit, les contradictions de Karen Mulder sur une période de quelques mois pourraient s’expliquer autrement que par un simple état dépressif passager, comme s’est empressée de le faire croire sa famille

http://myreader.toile-libre.org/uploads/My_51aa60dd212f8.pdf

Source.

http://www.wikistrike.com/
Revenir en haut Aller en bas
salsa3

avatar

Féminin Messages : 643
Date d'inscription : 17/11/2012

MessageSujet: doublon   Dim 8 Déc 2013 - 1:12

Orné,

ce qui tu as posté , l'a déjà été un peu plus haut ......
Revenir en haut Aller en bas
set

avatar

Masculin Vierge Chien
Messages : 91
Date d'inscription : 16/09/2011
Age : 47
Localisation : setif lorient

MessageSujet: Re: Manipulations mentales, Réseaux pédophiles et services-secrets   Dim 8 Déc 2013 - 8:23

bonjour , je pense que ses ce temoin qui manque , Emmanuel qui était spectateur de l emission , TÉMOIGNAGE - L’émission

C’est un banal courrier électronique à des amis qui a mis le feu aux poudres et enflammé le net.

"Il est bientôt 2 h du mat’ et je reviens de l’émission de Thierry Ardisson "Tout le monde en parle". Je pense que chacun d’entre vous la connaît...

Si je vous parle de ma journée, c’est que quelque chose de proprement incroyable, et je pèse mes mots, est arrive sur le plateau de cette émission qui sera diffusée samedi soir sur la 2 et sur TV5. D’ailleurs ce que je vais vous racontez, c’est pas sûr que ce soit diffusé. La première invitée de la soirée était Karen Mulder, vous savez la fameuse top model hollandaise qui parle un bon français. Une fille, belle, sympa et qui s’affiche souvent pour des œuvres caritatives. Elle venait pour parler de la fameuse histoire de prostitution de certains mannequins de l’agence Elite.

Eh bien ! figurez-vous que c’est un cataclysme qui s’est abattu sur tout le plateau : le public, Ardisson et Baffie qui était sidéré. On savait pas quoi dire. Elle est venue avouer pour la première fois de sa vie que son père avait abusé d’elle quand elle était petite en l’hypnotisant à l’âge de 3 ans. Et cela a duré... ... Oui mais, attendez plutôt la suite. S’entourant très mal et avec des personnes qui avaient été mises au courant de sa faiblesse mentale et aussi du fait qu’elle avait été hypnotisée, la fameuse Karen Mulder nous sort qu’elle a été violée par un nombre incalculable de personnes extrêmement connues aussi bien en France qu’à l’étranger. L’un des plus connus d’entre eux : le prince Albert de Monaco.

La pauvre Karen, tout en pleurant, nous donnait les détails de toutes ces histoires. Elle se dit victime d’un terrible complot dont la racine principale est l’hypnose qu’elle a subie. Et à chaque fois, elle pesait ses mots. Baffie lui disait : "Mais vous savez que c’est extrêmement grave ce que vous dites... Dire que le prince Albert de Monaco vous a violée !"

Ardisson qui n’avait pas du tout prévu ça, vu qu’il devait juste l’interviewer sur ce qu’elle pensait de l’histoire de l’agence Elite, était complètement perdu... Il n’arrivait pas à sortir un mot et à chaque fois qu’il lui posait une question, c’était pour essayer de la faire parler de ce pour quoi elle était venue : toujours l’histoire Elite. Baffie, lui, nous a dit hors antenne : "J’en ai fait des émission de télé depuis plus de 15 ans, mais j’ai jamais vu, ni entendu ça de toute ma vie !!!"

La pauvre fille continuait à nous raconter sa terrible histoire. Elle a donné un nombre de noms complètement hallucinant faisant partie de la magouille, y compris celui d’Ophelie Winter qui était justement invitée ce soir. Vous imaginez un peu la scène : Karen Mulder en train d’accuser O. Winter, en pleine émission, d’une chose aussi grave alors qu’elle l’avouait pour la première fois !!!

Eh bien, ça, Ardisson ne l’a pas voulu. Alors, hors antenne, il a demandé a Karen Mulder de ne pas rester sur le plateau à l’inverse de ce qui était prévu. Au contraire, elle, elle insistait pour rester et provoquer le face-à-face. Voyant qu’elle n’était pas soutenue, elle s’est barrée direct et cela hors antenne. Je précise ça parce que, dans l’émission quand une personne se barre, eh bien, on filme sa sortie avec l’accompagnement d’un gingle et des applaudissements du public. Là, forcement, y’avait un problème pour le montage vu qu’on la voit pas partir. Et donc ils ont essayé de faire revenir Karen Mulder à sa place juste pour filmer sa sortie.

C’était le boxon total. Tout le monde était sur le cul. Baffie, avec qui j’ai un peu discuté, me disait qu’il n’en revenait pas. Elle n’est pas revenue. A ce moment-là, tout le public a été contrôlé pour savoir si certains n’avaient pas des caméscopes. Et ils ont trouvé une nana qui avait tout filmé... Illico confisqué... Ils ont effacé la bande. Par la suite on a justement vu O. Winter se ramener et elle faisait pas la fière, surtout hors antenne. Je ne sais pas ce que ça donnera au montage. Tout le monde dans le public était persuadé qu’ils couperont voire supprimeront le passage de Karen Mulder.

A la voir de mes yeux et sans montage, comme les autres personnes du public, je pense sincèrement qu’elle ne racontait pas des conneries. C’était surréaliste, hallucinant..."

Ce mail relate l’étrange expérience d’un membre du public lors de l’enregistrement de l’émission de Thierry Ardisson "Tout le monde en parle". Invitée pour parler de l’affaire Élite, Karen Mulder, la célèbre top model, a créé un choc en déclarant avoir été hypnotisée et violée depuis son enfance par diverses personnalités dont elle cite les noms. Le mail décrit la stupeur du public et de la production. Il s’interroge sur la réalité des propos de K. Mulder mais surtout il doute de la diffusion de la scène. De fait, la séquence décrite n’a pas été diffusée et la rumeur a pu commencer à se répandre !

Démontrant une fois de plus sa puissance, le net s’empare de l’e-mail et, par l’effet boule de neige, ce sont rapidement des centaines de personnes qui reçoivent ce témoignage. Scandale, sexe, stars et détresse, pas mal d’ingrédients de la rumeur sont réunis pour que cette histoire devienne un must de la "Net Set".

Comme toutes les vérités sont bonnes à dire (n’est ce pas Thierry ?), les remous causés par ce mail ont obligé Ardisson à admettre que l’histoire était vraie. Mais sa version des faits décrite dans [l’article à ce sujet paru dans] Le Monde dit-elle toute la vérité ?

Complément du 20 novembre 2001

A la demande de la société "Tout sur l’Ecran" qui semble être la boîte de production de Ardisson/Barma (nous n’avons pas eu de confirmation de leur part) nous publions ici un message de son président. Ses propos n’engagent que lui et sa société et vous sont communiqués ici à titre d’information.

"Nous avons pris connaissance des informations que vous diffusez sur votre site, relatives à la venue de Karen Mulder sur le plateau de "Tout Le Monde en Parle".

Afin de clore ce débat bien dérisoire, je vous serais reconnaissant de porter les faits suivants à la connaissance de vos lecteurs internautes.

1- Lors de ce tournage, des propos totalement incohérents ont été tenus par Karen Mulder, sous l’emprise d’une crise névrotique évidente, constatée avec effroi par l’immense majorité des personnes de bonne foi présentes ce soir-là.

2- Eu égard à ces circonstances, l’enregistrement a été interrompu et bien entendu censuré par la production dans l’intérêt, le respect et la protection des personnes citées et de la malade elle-même.

Toute autre interprétation sera abusive et n’honorera pas ses auteurs qui pourraient fort bien un jour prochain se sentir extrêmement mal à l’aise, vue la brutalité de leur affirmation et l’aggravation de l’état de santé de Karen Mulder.

Enfin, je dois vous informer que toute utilisation de photos de plateaux, d’enregistrements sonores et ou visuels, tous effectués à notre insu, et bien entendu contre notre gré, engagerait lourdement la responsabilité de celui qui déciderait de le porter à la connaissance du public, quel que soit le support y compris par internet, l’exposant ainsi à de lourdes poursuites engagées à son encontre.

Philippe Lefebvre.
Président de la société
TOUT SUR L’ECRAN PRODUCTIONS."

Interview

Pour en savoir plus, Hoaxbuster a retrouvé l’origine du courrier électronique et a interrogé son rédacteur qui faisait partie du public ce soir-là. Emmanuel (qui souhaite garder l’anonymat) n’a visiblement pas le même avis que ceux présentés dans les articles parus dans la presse. Sur le cas Ophélie Winter, Emmanuel nous affirme par exemple : "Elle a dit qu’elle avait eu une discussion avec O. Winter au cours de laquelle cette dernière lui a dit : "Ce que je vais te dire ce soir tu vas l’oublier. Demain tu l’auras oublié." J’en déduis tout naturellement que K. Mulder faisait là référence à l’hypnose pour ce qui est de l’oubli. On a tous compris que Karen avait mis en cause O. Winter." Que s’est-il passé exactement à l’émission "Tout le monde en parle" ?

Emmanuel revient à tête reposée sur cette soirée trash et hallucinatoire.

La rédaction - Emmanuel, pourquoi avoir accepté de répondre à nos questions ?

Emmanuel - Vous êtes un site internet "anti-intox" très consulté, et qui dit internet dit circulation très rapide de l’information. Mon mail en est la preuve vivante. Je trouve votre site très utile et je me rappelle m’en être servi pour cette fameuse rumeur à deux balles qui relatait une histoire de seringues contaminées dans Paris. Et puis, je suis une preuve vivante de la manière dont le courrier électronique échappe parfois à son émetteur.

La rédaction - En révélant cette affaire, qu’espériez-vous déclencher ?

Emmanuel - Mon intention première était de relater à mes potes cette histoire assez particulière pour qu’ils soient au courant que ça avait bien eu lieu et que ça ne serait pas diffusé après le montage. Ensuite, je me suis aperçu que mon mail avait fait le tour des médias un peu malgré moi, de forward en forward.

La rédaction - Après avoir pris connaissance de l’article paru dans Le Monde, vous déclarez que "pas mal de choses fausses y figurent", pouvez vous être plus précis ?

Emmanuel - En fait la journaliste n’a écrit son article qu’avec des infos qu’elle a trouvé dans les journaux et... dans mon mail. Elle ne m’a jamais contacté. Elle a affirmé à un journaliste de Technikart (qui m’a interviewé) qu’elle avait reçu le témoignage d’un membre du public et qu’elle ne voulait pas lui donner les coordonnées de son témoin. Pas étonnant, vu que le témoin en question, c’était moi et vu qu’elle n’avait pas mes coordonnées. Elle n’a donc pas pris la précaution de vérifier la source de ce mail, contrairement à ce que vous avez fait. D’autre part, je note qu’elle affirme : "A son retour, il a demandé à Karen Mulder de reprendre pour qu’ils filment sa sortie. La jeune femme s’est énervée devant le refus d’Ophélie Winter de venir témoigner avec elle puis s’est effondrée en larmes avant de quitter précipitamment le plateau." Or c’est une déformation de la vérité :

1) Ardisson n’a pas quitté le plateau, mais c’est Catherine Barma qui est venue discuter avec lui.

2) Ardisson a demandé à K. Mulder de quitter le plateau. Elle a refusé, insistant sur le fait qu’elle voulait avoir un face-à-face avec O. Winter. Elle ne pleurait pas.

3) Karen Mulder a, deux minutes plus tard, quitté le plateau énervée car elle voyait qu’elle n’était pas soutenue. Elle ne pleurait pas non plus.

4) C’est à ce moment-là que Thierry Ardisson a essayé de la faire revenir sur le plateau pour qu’ils filment sa sortie. Quant à la fin de son article, lorsqu’elle cite Baffie : "Ébahi, il aurait déclaré, selon les témoignages des spectateurs, qu’il en avait déjà vu beaucoup à la télévision, mais là...", elle ne fait que reprendre ce que j’ai précisément dit dans mon mail.

La rédaction - Avez-vous été briefés par la production à un moment ou à un autre ?

Emmanuel - Non, pas vraiment. En fait, après la pseudo interview de Karen Mulder qui était plutôt un monologue, c’était le bordel hors antenne. Ardisson gueulait contre le fait qu’il n’avait pas d’oreillette qui marchait et le réalisateur a annoncé au micro qu’une caméra amateur avait été repérée dans le public. A partir de là, la chef de plateau (Méline, je crois) est partie à la recherche de cette caméra accompagnée d’un gars de la sécurité. Elle l’a vite retrouvée car la personne (une fille située derrière moi sur ma droite) s’est dénoncée. A ce moment-là, ils ont confisqué la caméra malgré les protestations de certains membres du public. Ils ont effacé la bande (Méline est venue le dire à la nana en question) et ont restitué la caméra à la fin de l’émission. Parallèlement à ça, ils ont menacé de confisquer les appareils de photos. Mais, finalement, ils ne l’ont pas fait. Après ça l’émission a repris son cours tout à fait normalement et s’est terminée dans la jovialité. Nous avons quitté le plateau tout à fait normalement, sans aucun contrôle et en toute liberté.

La rédaction - D’après vous, les propos de la jeune femme étaient-ils "très approximatifs" et "non crédibles", voire "plus ou moins surréalistes", comme l’a déclaré Thierry Ardisson ?

Emmanuel - Là, c’est mon sentiment personnel que vous me demandez d’exposer. A partir de là, on met de côté l’objectivité... En tout cas, en me plaçant en tant que simple témoin oculaire, je peux vous dire les choses suivantes : Karen Mulder a eu du mal à sortir les premiers mots qu’elle a prononcés. Elle s’encourageait à voix haute du style : "Il faut que je le dise" ou au contraire disait : "Je peux pas..." Bref, elle est rapidement tombée en pleurs à ce moment où elle a commencé à décrire ce que lui avait fait son père. Mais elle a vite repris son sang froid. Ensuite, elle s’est lancée dans un monologue assez ahurissant de par la nature de ses déclarations : des noms qui fusaient, une description peu précise de certains faits qu’elle exposait. Mais aussi incroyables que ses propos puissent paraître, il n’y avait pas de contradictions. Quand Baffie lui a dit que certaines personnes pourraient taxer ses propos de délire paranoïaque, elle a affirmé qu’elle pesait bien ses mots. Alors en ce qui concerne les qualificatifs "très approximatifs", "non crédibles" ou "plus ou moins surréalistes", chacun est libre de se faire sa propre opinion. Moi, je me contenterai de les qualifier de "surréalistes". Personne sur le plateau (à part elle) n’avait les moyens de prouver si c’était crédible ou pas et si c’était approximatif ou pas, pour une bonne et simple raison : personne n’a aucune preuve de quoi que ce soit !

La rédaction - Pourquoi à votre avis, les propos de la jeune femme ont-ils été censurés ?

Emmanuel - Bon, là, je peux répondre en engageant mon opinion de manière plus forte :

1) Elle a mis en cause Ophélie Winter qui allait arriver sur le plateau et qui était déjà en coulisse.

2) Elle a balancé des noms très connus. Et je comprends tout à fait qu’on y réfléchisse à 2 fois avant de diffuser ça. Je me mets à la place d’Ardisson : vis à vis de la direction de la chaîne France 2, chaîne du service public rappelons-le. Et vis-à-vis du CSA ?

3) Hors antenne Ardisson a demandé à Karen Mulder de quitter le plateau (contrairement à ce qu’il a affirmé dans France Soir). Il voulait éviter la confrontation entre K. Mulder et O. Winter. Karen Mulder de son côté insistait pour rester (comme cela était prévu à l’origine, c’est à dire avant ses déclarations) et voulait faire face à O. Winter. Deux minutes plus tard, voyant qu’elle n’était pas soutenue et comprise, elle s’est barrée direct du plateau. Et, là, Ardisson a essayé de la faire revenir pour enregistrer sa sortie. C’est ce qu’il se fait de coutume dans cette émission : quand un invité quitte le plateau, il le fait sous les applaudissements accompagnés d’un speach d’Ardisson et d’une musique (cf. la sortie de Victoria Beckham dans cette même émission). En l’absence de ça, le raccord montage semblait compromis, donc la diffusion ! J’en déduis qu’à ce moment-là, il n’avait pas encore pris sa décision de diffuser cette histoire ou pas. Sinon pourquoi essayer de faire revenir K. Mulder sur le plateau pour un simple raccord montage ?...

La rédaction - Comment Ophélie Winter, également citée par Karen Mulder, a-t-elle réagi ?

Emmanuel - Elle n’a fait aucun commentaire, aucune allusion. Elle est arrivée comme si ça n’avait pas eu lieu. On ne l’a sentait pas joviale, c’est clair, mais elle n’a pas eu de mal à forcer le trait pour rire aux blagues de Baffie. Par la suite, une fois qu’elle n’avait plus la parole, on l’a vu plus effacée. Mais ça, tout le monde peut s’en apercevoir par soi-même dans la diffusion de l’émission. Sinon, hors antenne, elle ne laissait paraître aucun malaise. Et puis le professionnalisme d’Ardisson a fait le reste. Il a interviewé tous les autres invités comme si ça n’avait jamais eu lieu et cela avec flegme.

La rédaction - Quelle a été l’ambiance sur le plateau de l’émission après cet incident ?

Emmanuel - Incrédulité ! Baffie confiait à quelques personnes du public qui l’entouraient qu’il n’avait jamais vu ça depuis qu’il fait de la télé. Pas mal de personnes de la production étaient énervées : Ardisson qui se plaignait parce que ses oreillettes ne marchaient pas, la chef de plateau qui mettait en garde de manière virulente le public à propos des caméras et des appareils de photos. Dans le public on pariait déjà sur le fait qu’ils ne diffuseraient rien. Cela s’est confirmé quand ils ont confisqué la caméra. La demi-heure qui a suivi le départ de Karen Mulder était tendue. Ensuite, avec l’arrivée de Valérie Lemercier, puis plus tard de Jean Yanne et avec la présence de Baffie qui avait retrouvé tout son humour, les rires sont devenus plus naturels et l’émission s’est terminée dans une jovialité sincère. Ils ont laissé le public partir tranquillement et sans nous donner de consignes.

La rédaction - Dans votre mail, vous spécifiez que d’après Karen Mulder, Ophélie Winter aurait été partie prenante et non victime... Contrairement à ce que déclare l’article du Monde ["Ophélie Winter, qui était dans les coulisses à ce moment-là, était bien placée pour le savoir, ayant subi le même sort qu’elle"]... Pouvez-vous être plus précis ?

Emmanuel - Oui, mon mail est assez vague (il était destiné à des potes...), encore plus que les propos de Karen Mulder. Voilà ce qu’elle a dit à propos de O. Winter : elle l’a présentée comme témoin de sa détresse, en quelque sorte une complice passive du complot dont elle se sentait victime. Elle a dit qu’elle avait eu une discussion avec O. Winter au cours de laquelle cette dernière lui aurait dit : "Ce que je vais te dire ce soir, tu vas l’oublier. Demain tu l’auras oublié." Il est vrai que ses propos étaient vraiment vagues. D’ailleurs, j’en ai discuté avec des personnes du public pour voir si j’avais compris la même chose qu’eux. Et, effectivement, on a tous compris qu’elle avait mis en cause O. Winter. Par contre, je n’ai aucun souvenir qu’elle ait dit qu’Ophélie Winter était bien placée pour le savoir, ayant subi le même sort qu’elle. Je doute fortement qu’elle ait dit ça. Et les 7 ou 8 personnes du public avec qui j’ai discuté par la suite n’ont pas noté ça non plus. Et dieu sait qu’on a en parlé et qu’on a essayé de se remémorer !

Du côté de l’équipe de "Tout le monde en parle", nous n’avons pas encore reçu de réponses à nos e-mails...

Au-delà des spéculations qui ne vont pas manquer de se faire jour sur la valeur des déclarations de la top model, il nous paraît important de préciser que ce ne sont pas ses dires que nous mettons en lumière, mais bien un aperçu des conséquences qu’ils ne manqueront pas déclencher (rumeurs, démentis, incrédulité, étonnement, suspicion).

Chronologie :

31 octobre 2001 : lors de l’enregistrement public de "Tout le monde en parle" de Thierry Ardisson, Karen Mulder, invitée de l’émission à propos de l’affaire "Elite", tient certains propos jugés irrecevables par Thierry Ardisson qui décide de ne pas poursuivre l’interview.

1er novembre 2001 : un certain Emmanuel, présent dans le public lors de l’enregistrement de la veille, envoie un email à quelques amis dans lequel il relate les faits tels qu’il les a vus et surtout entendus (voir l’email original). Cet email fera rapidement le tour du net, et Emmanuel sera interviewé peu de temps après par la rédaction du site Internet Hoaxbuster.com (lire l’interview).

3 novembre 2001 : diffusion de l’émission sur France 2, Karen Mulder n’apparaît pas, elle a été "coupée" au montage ; Ardisson s’explique en disant que Karen Mulder est rentré dans un délire paranoïaque, tenant un discours délirant (cf. article du Monde), et refuse de relater ses propos, ayant même manifestement détruit les bandes vidéos (y compris celle d’un camescope amateur d’une personne du public).

Début novembre 2001 : Karen Mulder est hospitalisée dans une clinique parisienne pour des troubles psychologiques importants (cf. article du Parisien).

20 novembre 2001 : une information judiciaire contre X pour viols a été ouverte par le parquet de Paris, suite à un dépôt de plainte de Karen Mulder (cf. même article du Parisien, ainsi que l’article de The Independent en anglais).

Un autre témoignage

Le téléspectateur très attentif aura pu déceler quelques détails étranges en regardant, samedi soir, l’émission de Thierry Ardisson "Tout le monde en parle". Les yeux étrangement tristes de la chanteuse Ophélie Winter, ou un changement de tenue éclair de Titia, la gogo dancer de l’émission. Rien de plus. Et pourtant, cette émission en apparence comme les autres ne s’est pas déroulée dans l’ambiance mi-provoc’, mi-décontract’ qui caractérise le style Ardisson.

...

La célèbre top model Karen Mulder devait ouvrir le bal. Mais elle n’était pas venue pour parler de son actualité professionnelle. Selon Thierry Ardisson, interviewé dans France-Soir, elle l’avait contacté par téléphone une dizaine de jours avant l’émission en lui indiquant qu’elle avait des révélations à faire concernant l’agence Elite à la suite de l’enquête du magazine Capital et de celle du journal Le Monde.

Jusque-là, Ardisson était intéressé. Mais à son arrivée sur le plateau, mercredi 31 octobre, la mannequin hollandaise semblait avoir perdu son calme. "Je lui ai posé des questions sur l’affaire Elite, mais au lieu d’y répondre, elle est partie dans ce que l’on peut appeler un ’délire paranoïaque’", explique l’animateur. Selon Ardisson lui-même et des membres du public ayant envoyé leur témoignage au Monde.fr, Karen Mulder aurait non seulement accusé les dirigeants de l’agence Elite de l’avoir violée, mais aussi son père, et, enfin, le prince Albert de Monaco.

Ces déclarations se sont accompagnées de commentaires plus subjectifs : selon Karen Mulder, tous ces faits seraient le fruit d’un complot. Son père l’aurait notamment hypnotisée dès l’âge de deux ans, et les autres viols auraient également été perpétrés sous hypnose. Elle n’en aurait pris conscience que depuis peu. Elle aurait ajouté que le viol était une pratique courante sur le Rocher et qu’Ophélie Winter, qui était dans les coulisses à ce moment-là, était bien placée pour le savoir, ayant subi le même sort qu’elle.

Une fois ces révélations faites, Thierry Ardisson est lui-même parti en coulisse avec Catherine Barma pour une brève réunion de crise. A son retour, il a demandé à Karen Mulder de reprendre pour qu’ils filment sa sortie. La jeune femme s’est énervée devant le refus d’Ophélie Winter de venir témoigner avec elle puis s’est effondrée en larmes avant de quitter précipitamment le plateau.

Jugeant les propos de la jeune femme "très approximatifs" et "non crédibles", voire "plus ou moins surréalistes", Thierry Ardisson a estimé que son témoignage n’était "pas recevable" et a décidé de carrément gommer la présence de Karen Mulder de l’émission. Evoquant l’"état psychologique extrêmement perturbé" de la mannequin, il conclut dans son interview : "Il faut que Karen Mulder se fasse soigner."

Laurent Baffie, qui était aux côtés d’Ardisson sur le plateau, en avait perdu son habituel sens de la répartie. Ebahi, il aurait déclaré, selon les témoignages des spectateurs, qu’il en avait déjà vu beaucoup à la télévision, mais là... Thierry Ardisson a la provocation pour fonds de commerce, mais quant à se laisser dépasser, certainement pas... Au final, aucun débordement sur le petit écran.

Réflexions par Lufti, sur le fil du forumsoral

Les recherches que j’avais commencées en juillet 2009 se sont axées principalement sur 5 affaires, même si quelques autres affaires ont été évoquées :

1) l’affaire Roche
2) l’affaire Alègre
3) l’affaire Dutroux
4) l’affaire Zandvoort
5) l’affaire : viols d’enfants : la fin du silence ?

Récemment, j’ai ouvert ce fil sur les affaires Roche et Clearstream :

1) Affaire Roche
2) Affaire Clearstream

C’est dans le cadre de cette recherche que je suis tombé sur le témoignage de Marie Laforêt, mis en ligne par micaours, cela ouvrait aussi sur l’affaire Karen Mulder :

1) Affaire Karen Mulder
2) Affaire Marie Laforêt

Malgré le titre actuel, le fil pourrait s’orienter bien plus que je ne le pensais sur les deux affaires en question et les liens avec l’affaire Roche, ainsi qu’un certain nombre d’autres affaires (dont la mort du juge Borel, qui a été très peu traitée).

Donc on peut envisager plusieurs films, ou envisager le film tout autrement. Et les liens avec l’affaire Karen Mulder et Albert de Monaco pourraient contribuer à ce que l’information aille plus vite

Donc on pourrait envisager plusieurs films en perspective.

En tout cas, tout ce que l’on peut dire pour l’instant, c’est que ce qui se profile à une très courte vue, puisque c’est maintenant, c’est un triomphe momentané du Mal.


Source : News Of Tomorrow
Revenir en haut Aller en bas
akasha

avatar

Féminin Taureau Buffle
Messages : 3549
Date d'inscription : 12/05/2013
Age : 32

MessageSujet: La C.I.A crée-t-elle des 'super espions' ?   Jeu 19 Déc 2013 - 15:07

La C.I.A crée-t-elle des 'super espions' ?



"Je suis une survivante d'abus sexuels et de tortures durant l'enfance. J'ai aussi été soumise à du contrôle mental." Voici ce que dit une femme de Jersey City. Une pétition de 2013 demande une enquête par le Congrès:
http://www.change.org/petitions/request-congressional-investigation-cia-mind-control-of-children

La thérapeute Valerie Wolf a déclaré: "Lorsque cela a commencé à sortir lors d'une audience au Congrès où j'étais présente en 1995, près de 40 thérapeutes à travers tout le pays m'ont alors contacté pour parler de leurs patients qui avaient déclaré avoir été sujets (dans l'enfance) à des expériences d'irradiation et de contrôle mental..... électrochocs, absorption forcée d'hallucinogènes, privation sensorielle, hypnose et abus sexuels."




"Je suis une survivante des ces programmes de tortures financés par l'impôt, il s'agit d'esclavage, de traite des personnes et de contrôle mental, avec également de la violence sexuelle" déclare une autre femme.
"Deux autres membres de ma famille se remettent également de ces crimes, y compris un mineur." http://ritualabuse.us
Ce programme de contrôle mental de la CIA torturant des enfants pour en faire des "super-espions" a commencé en 1953 avec la migration de nazis spécialisés dans le contrôle mental lors de l'opération Paperclip




La version officielle est que ces expériences de tortures sur des enfants se sont terminées en 1964 après que des victimes aient gagné un procès contre le CIA et le gouvernement canadien.
Il y a eu des audiences au Congrès américain sur ces expériences en 1977 et en 1995, mais le Congrès vota de ne pas publier les résultats, alors que les victimes/survivants demandaient une enquête plus approfondie.
Ce genre de tortures sur des enfants par le gouvernement semble encore se poursuivre aujourd'hui car des survivants disent bien que leurs enfants sont encore accessibles/disponibles pour ces programmes de la CIA.

Une femme de Burbank en Californie a déclaré: "J'ai connu trop de survivants de cette horreur, et je connais au moins un enfant qui est actuellement en danger."
David Free de Doubleview en Australie estime que ces tortures sur enfants par la CIA est un problème mondial, "Je suis un survivant de programmation/contrôle mental en Australie et en Asie du sud-est. La CIA américaine est grandement impliquée dans ces violences.... Les abus que j'ai subis sont corroborés par des témoignages similaires de victimes en Amérique du Nord."
De nombreux témoignages américains et canadiens d'abus rituels parlent aussi d'organisations gouvernementales comme le FBI.
Le contrôle mental développé par la CIA a pour but la création d'espions, d'assassins, la récupération d'argent de manière illégale. Ce sont des black-project - opérations secrètes - telles que l'espionnage, le trafique de drogue et d'armes.http://keepethicallightburning.org/chris-denicola-survivor/#comment-33820

Ces graves abus relèvent de la traite internationale d'enfants. Sur 1471 survivants interrogés lors d'une enquête en 2007, 451 ont répondu qu'au moins un groupe qui les avait abusé avait une portée internationale. 177 ont affirmé qu'ils avaient été transportés hors de leur pays d'origine à des fins de rituels pour du contrôle mental. Il y a en a eu 500 à répondre positivement à la question si ils avaient participé à de la prostitution infantile et ont affirmé également avoir été impliqués dans de la pédo-pornographie. http://extreme-abuse-survey.net

La thérapeute néerlandaise (survivante d'abus rituels) Toos Nijenhuis, décrit ces cultes qui kidnappent, qui droguent, qui violent et torturent régulièrement des enfants dans des propriétés privées en Hollande, en France... elle parle aussi d'une base militaire en Australie. Toos Nijenhuis a parlé également de sacrifices d'enfants (2010) à Kevin Annett dans cette

vidéo :https://www.youtube.com/watch?v=-A1o1Egi20c

Version intégrale: https://www.youtube.com/watch?v=XhnG76vwNms

L'ITCCS prépare une action en justice de droit commun contre les élites européennes qui semblent impliquées dans ces réseaux d'exploitation des enfants. En février 2013, l'une de ces procédures judiciaires concernant 50 000 enfants amérindiens-canadiens disparus - dont certains ayant été maltraités dans des expériences de contrôle mental dans les hôpitaux provinciaux du Canada - a remporté un succès et semble avoir influencé la démission du pape Ratzinger.www.itccs.org

En Californie, la survivante Jenny Hill dit avoir été témoin de l'assassinat d'une petite fille identifiée comme Kathleen Shea de Tyrone en Pensylvanie. Ce 21 juin 1965, la cérémonie aurait été supervisée par un certain Dr Green - Ce même Dr Green nommé en 1995 par le témoin Christina DeNicola lors de l'audience au Congrès. Le livre biographique de Jenny Hill est intitulé "22 faces", son témoignage vidéo: http://www.youtube.com/watch?v=F626Lsrdwg4

Green a également été rapporté par d'autres témoins en 1995 lors des audiences au Congrès. La thérapeute Valerie Wolf a déclaré: "Des patients ont nommé des mêmes personnes, en particulier un certain Dr Green, associé à des techniques inductrices de douleurs chez les enfants, des techniques de contrôle mental et des abus sexuels sur enfants... Une personne du même nom a été le directeur scientifique de 'Chemical and Radiological Laboratories at the Army Chemical Center' (Laboratoire de chimie et de radiologie d'un centre de recherche de l'armée), il a été engagé pour effectuer des recherches pour l'armée mais aussi pour des agences de renseignement" http://goo.gl/i8uTbG

Les parents doivent-ils se sentir concernés ?
Ces réseaux d'exploitation d'enfants hautement organisés, tels que celui impliqué dans l'enlèvement de Kathleen Shea semblent communs.
Selon un article daté du 25 juillet 2007, "Beyond the Dutroux Affair" - Traduction partielle par Joel van der Reijden:
"L'idée d'un pédophile solitaire kidnappant les enfants dans la rue semble être un cas rare, tant il y a une quantité importante de preuves que beaucoup de maltraitance d'enfants se passe au sein même des réseaux constitués de familles dégénérées et de leurs relations, ce milieu étant protégé par des gens haut placés dans cette chaîne "alimentaire". Les enfants de ces réseaux sont souvent forcés d'apporter d'autres enfants. Les nouveaux venus sont ensuite contrôlés par des manipulations psychologiques impliquant des menaces, de la honte et de la culpabilité."
https://wikispooks.com/ISGP/dutroux/Belgian_X_dossiers_of_the_Dutroux_affair.htm

"J'étais l'un des neuf canadiens a avoir poursuivis en justice la CIA ainsi que le gouvernement du Canada", a déclaré Amanda Bynes. "J'ai ma mémoire qui a été effacée, on m'a donné du LSD et j'ai reçu des électrochocs, j'ai été mise dans un état de sommeil profond alors qu'une bande sonore répétait en boucle: "Vous avez tué votre mère"..... Je n'ai jamais pu m'en remettre...."


Source; Examiner, traduction; MK-Polis/..
Revenir en haut Aller en bas
Lilith 168

avatar

Féminin Lion Cheval
Messages : 2407
Date d'inscription : 27/03/2011
Age : 63
Localisation : Lot

MessageSujet: Re: Manipulations mentales, Réseaux pédophiles et services-secrets   Jeu 19 Déc 2013 - 17:45


Non seulement des Supers-Espions mais aussi des Super-Tueurs, et des Supers Manipulateurs mentaux.

Je pense qu'il y a plusieurs degrés d'implication, certaines victimes étant plus ou moins profondément conditionnées par rapport aux objectifs à atteindre.

Nous en avons plusieurs exemple avec les différents massacres perpétrés aux Etats-Unis ou dernièrement en France. Ceux-ci justement m'ont fortement fait pensé à "l'affaire Mérat" qui sans aucun doute relevait, elle aussi, d'un Mind-Contrôle.

Aujourd'hui l'imprégnation peut-être réaliser par Haarp et autres "cyclotrons", mais également grâce à Internet, les smarphones, les tablettes, et compagnie...

Les opérateurs et fournisseurs d'accès passent maintenant à la vitesse supérieure en étendant des réseaux de Wiffi encore plus puissants, et plus nocifs comme la 4 G.

La 5 et la 6 G sont désormais prêtes et attendent dans les placards le moment venu.




Revenir en haut Aller en bas
set

avatar

Masculin Vierge Chien
Messages : 91
Date d'inscription : 16/09/2011
Age : 47
Localisation : setif lorient

MessageSujet: Re: Manipulations mentales, Réseaux pédophiles et services-secrets   Ven 20 Déc 2013 - 3:42

bonjour, je lisait ton post akasha er celui de estelle sur matrix , le vert , jai trouver sa , jai chercher sur le forum le sujet na jamais eter aborder , ses greenbaum ou dr green , ses super instructif , je vous met le lien car un copier coller serait trop long plusieurs pages , tout est i decrit en contrôle mentale , meutre pedophilie ectttttt http://quantumfuture.net/fr/greenbaum.htm , un livre est dispo Hypnosis in MPD ritual abuse
Revenir en haut Aller en bas
trust



Masculin Lion Chien
Messages : 7
Date d'inscription : 20/12/2013
Age : 47

MessageSujet: Re: Manipulations mentales, Réseaux pédophiles et services-secrets   Ven 20 Déc 2013 - 10:33

lol! 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Manipulations mentales, Réseaux pédophiles et services-secrets   

Revenir en haut Aller en bas
 

Manipulations mentales, Réseaux pédophiles et services-secrets

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Les Services Secrets en Indochine
» Le secret d'Adolf Jacob Hitler
» Le 11 sept. 2001
» Blague ou révélation de Mr Medvedev au sujet des ETs ?
» Un garde du corps extraterrestre pour Obama?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Planète Révélations :: Informations Mondiales :: Sociétés Secrètes :: Réseaux Pédocriminels & Satanisme-