Planète Révélations
Bienvenu sur Planète Révélations, bonne visite à vous...

Planète Révélations


 
AccueilFAQRechercherGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le G20 s'achève sur un accord a minima

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
geoff78

avatar

Masculin Taureau Buffle
Messages : 4399
Date d'inscription : 02/05/2009
Age : 32
Localisation : Partout

MessageSujet: Le G20 s'achève sur un accord a minima   Ven 12 Nov 2010 - 14:00

Le G20 s'achève sur un accord a minima


Les dirigeants du G20, réunis en sommet à Séoul, se sont quittés vendredi 12 novembre sur un accord limité permettant de réduire les tensions, notamment entre les Etats-Unis et la Chine, sur les changes et les déséquilibres économiques. Ils ont promis de s'attaquer aux "tensions et points faibles" du système monétaire international qui ont fait craindre une guerre des monnaies et un retour au protectionnisme.

Le président américain, Barack Obama, a souligné qu'il y avait un large consensus international sur la voie à suivre pour une reprise économique mondiale, à l'issue d'un sommet dominé par le conflit autour des déséquilibres des échanges. Il a une nouvelle fois appelé la Chine à faire des progrès pour que le cours de sa monnaie "sous-évaluée" soit davantage déterminé par le marché.

Le président français, Nicolas Sarkozy, qui a pris vendredi et pour un an la tête du forum réunissant les vingt nations les plus riches de la planète, a affirmé qu'il voulait conduire sa présidence avec "responsabilité et réalisme". Il a annoncé qu'il tiendrait une conférence de presse "en janvier" à l'Elysée pour expliquer les ambitions de la France pour le G20. Selon lui, les chantiers que la France entend mener à cette occasion sont "colossaux". Il a affirmé qu'il travaillerait "main dans la main avec le FMI", qu'il recevrait son directeur général, Dominique Strauss-Kahn, "en décembre".

Le communiqué final du G20 témoigne d'une tentative de reforger l'unité qui s'était fait jour lorsque la crise financière a éclaté. Mais les chefs d'Etat et de gouvernement ne se sont pas aventurés très au-delà de ce qu'avaient convenu leurs ministres des finances le mois dernier lors de leur réunion préparatoire au sommet :

Stabilité de l'économie mondiale.
Le G20 estime que la reprise mondiale se poursuit mais que demeurent des risques baissiers. Il juge par ailleurs que le système monétaire international présente des tensions et des points faibles nettement visibles. Le communiqué final appelle donc un groupe de travail du G20 à proposer, en faisant appel à l'expertise technique du FMI et d'autres organismes, une série d'instruments, "y compris des indicateurs", à même d'identifier les déséquilibres qui font peser des menaces sur la stabilité de l'économie mondiale. Il lui serait demandé de remettre ses conclusions à temps pour une réunion des ministres des finances et des banquiers centraux du G20 le printemps prochain.

Les participants n'ont donc pu se mettre d'accord sur la manière de déterminer à partir de quand les déséquilibres mondiaux représentent une menace pour la stabilité économique. En renvoyant à 2011 l'élaboration d'un cadre "indicatif" d'instruments de mesure des déséquilibres financiers mondiaux, ils s'offrent un délai susceptible de ramener le calme après des échanges très vifs à propos des évolutions de leurs monnaies.

Taux de change.
Les pays du G20 se sont également engagés à s'abstenir d'avoir recours à des dévaluations compétitives de leurs monnaies, alors que ce sommet s'est déroulé sur fond de vives tensions à propos des taux de change, notamment entre la Chine et les Etats-Unis. Adoptant la formulation convenue par les ministres des finances à l'issue de leur réunion du mois dernier, les chefs d'Etat et de gouvernement s'engagent à évoluer vers des taux de change davantage déterminés par le marché et à développer la flexibilité des devises pour mieux refléter les fondamentaux économiques.

Les économies avancées doivent se prémunir de tout mouvement de change désordonné, ce qui permettra d'atténuer le risque d'une volatilité excessive des flux de capitaux auxquels sont confrontés certains pays émergents, lit-on encore dans le communiqué. Dans ce contexte, le G20 juge que ces pays émergents dont le taux de change est de plus en plus surévalué seraient bien avisés de prendre "des mesures macroprudentielles élaborées avec soin" pour freiner les flux de capitaux qui leur sont destinés. Le communiqué indique par ailleurs que "des actions économiques non coordonnées ne peuvent qu'aggraver la situation pour tous".

Banques.
Les dirigeants des vingt pays les plus puissants ont également indiqué être prêts à mettre en œuvre de façon complète les nouvelles normes bancaires, dites "de Bâle III", destinées à rendre les institutions financières plus résistantes, selon le communiqué final du sommet. Ces normes sont destinées à entrer en vigueur à partir de 2013 et prévoient notamment une augmentation des fonds propres des banques d'ici le 1er janvier 2015.

Le G20 juge enfin qu'il faut aller de l'avant dans l'élaboration de méthodes permettant aux banques "too big to fail" (trop importantes pour les laisser faire faillite) de développer leurs capacités financières à résister aux crises. Ils n'ont toutefois donné aucun détail sur les moyens qu'ils entendaient mettre en œuvre pour y parvenir.

Pays en développement.

Le G20 a adopté vendredi un plan d'action pour les pays en développement visant à renforcer leurs infrastructures, mieux assurer leur sécurité alimentaire et lutter contre l'évasion fiscale, mais dont les termes sont trop vagues pour rassurer les ONG. Le plan adopté par les dirigeants des principaux pays développés et émergents de la planète prévoit de faciliter l'investissement public et privé dans des projets d'infrastructure qui constituent des goulets d'étranglement pour les économies de nombreux pays en développement.

Climat.
Le G20 s'engage enfin à assurer le succès de la conférence mondiale sur le climat de Cancun, fin novembre au Mexique, destinée à limiter le réchauffement de la planète, au-delà des engagements du protocole de Kyoto. "Nous n'épargnerons aucun effort pour parvenir à un résultat équilibré et couronné de succès à Cancun", selon le texte dans lequel les chefs d'Etat et de gouvernement du G20 "réaffirment leur engagement résolu à combattre le changement climatique". Le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, avait jugé le mois dernier "improbable" qu'un accord global et contraignant puisse être signé à Cancun, un an après l'échec du sommet de Copenhague. Il avait cependant indiqué que des progrès étaient possibles sur certaines mesures concrètes qui font l'objet d'un consensus. Les dirigeants des pays du G20 veulent également "protéger l'environnement mondial marin".


Source
: http://www.lemonde.fr/economie/article/2010/11/12/g20-vers-un-accord-a-minima_1438889_3234.html#ens_id=1437765&xtor=RSS-3208
Revenir en haut Aller en bas
 

Le G20 s'achève sur un accord a minima

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Accord participe passé
» Règles d'accord du participe passé avec être /avoir
» Nouvel Accord d'entreprise
» accord verbes pronominaux quatrième
» dictée accord adjectif

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Planète Révélations :: Bienvenue sur Planète Révélations :: Rencontres / Interviews / Conférences / Entretiens :: Evènements-