Planète Révélations
Bienvenu sur Planète Révélations, bonne visite à vous...

Planète Révélations


 
AccueilFAQRechercherGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Dossier sur l'Iran, géostratégie, manipulations, nucléaire, cartes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
geoff78

avatar

Masculin Taureau Buffle
Messages : 4399
Date d'inscription : 02/05/2009
Age : 32
Localisation : Partout

MessageSujet: Dossier sur l'Iran, géostratégie, manipulations, nucléaire, cartes   Dim 12 Déc 2010 - 21:32

Rappel du premier message :

Connaître l'Iran



Iran : La Russie brise l’embargo américain en matière énergétique, un défi à Obama ?

La Russie est décidément bien déroutante. Après les déclaration du Président russe Dimitri Medvenev, dont se sont bruyamment réjouis les commentateurs occidentaux mais dont nous avons ici même analysé les « subtilités » puisque d’un côté il était affirmé malgré les négations de l’Iran que ce pays allait se doter de l’arme nucléaire et que son attitude était « décevante », mais tout aussitôt qu’une politique de pression et de sanction outrancière ne convenait pas, voici que la Russie brise l’embargo que tentent de créer les Etats-Unis et leurs alliés (Israël et l’Europe).


L'Iran est le troisième producteur de pétrole au monde et le deuxième exportateur de l'Organisation des Pays Exportateurs de Pétrole (OPEP). Il dispose aussi de la deuxième plus grande réserve en gaz naturel, après la Russie, et en est le sixième producteur.

Le ministre russe de l’Energie, Sergueï Shmatko et le ministre iranien du Pétrole Masud Mir-Kazemi se sont en effet rencontrés mercredi 14 juillet à Moscou, et ont signé un certain nombre de contrats d’importance stratégique majeure, l’un d’eux portant sur la livraison à l’Iran de carburants et de produits dérivés du pétrole.



Un accord russo-iranien de coopération énergétique

Le ministre iranien du Pétrole, Massoud Mirkazemi, et le ministre de russe de l’Energie, Sergueï Chmatko, ont apposé mercredi leurs signatures au-bas d’une déclaration conjointe prévoyant la coopération bilatérale dans le pétrole, le gaz et la pétrochimie, rapporte le correspondant de RIA Novosti sur place.

La déclaration valide la « feuille de route » de projets prometteurs dans le secteur pétrochimique, élaborée par le groupe de travail russo-iranien. Les parties ont en outre convenu d’examiner la possibilité de créer une banque conjointe de financement des projets pétroliers, gaziers et pétrochimiques des groupes russes et iraniens.

Le document prévoit également la mise au point d’une « feuille de route » pour la coordination de l’activité dans le domaine de l’énergie électrique et nucléaire et des sources d’énergie renouvelables.

Les ministres ont également discuté de la vente du pétrole brut raffiné par les deux pays et de la recherche d’autres partenaires désireux d’exercer ce genre d’activité. Dans le même temps, l’Iran a précisé que bientôt le pays serait en mesure de se passer de l’importation de pétrole raffiné puisque dans ce domaine, grâce aux raffineries qu’il envisage de mettre en exploitation d’ici la fin de 2010, l’Iran compte se hisser au rang des principaux exportateurs mondiaux d’essence au cours des deux à trois prochaines années, a annoncé le ministre iranien du pétrole Massoud Mirkazemi. « D’ici la fin de l’année, une série de raffineries entreront en service conformément au calendrier, si bien que dans deux à trois ans nous figurerons, je pense, parmi les plus grands exportateurs d’essence de la région et du monde entier », a-t-il déclaré jeudi dans une interview à la chaîne de télévision anglophone Russia Today.

La déclaration russo-iranienne précise que la prochaine réunion du groupe de travail russo-iranien se tiendra à Téhéran au cours du quatrième trimestre de l’année 2010.



Un défi à Obama signé Poutine ?

Les contrats signés ne laissent aucune place au doute : « la Russie et l’Iran ont l’intention d’intensifier leur coopération, tant dans le domaine de l’approvisionnement, les échanges et la commercialisation du gaz naturel, des carburants et des produits pétrochimiques ». Mieux encore, Moscou a également aidé Téhéran à contourner l’embargo imposé par Washington sur les institutions bancaires et les compagnies d’assurances qui doivent accompagner les transactions commerciales. Les deux ministres ont notamment prévu la création d’une banque commune aux deux pays, et qui sera chargée de financer les transactions prévues par les contrats signés.

En cela, Moscou brise non seulement de manière ouverte et totale l’embargo décidé par les Etats-Unis sur le produits pétroliers à destination de l’Iran mais défie également Washington, pour voir si les Américains se risqueront à prendre des mesures contre les institutions bancaires ou les sociétés russes qui seront impliquées dans ces transactions commerciales.

En effet, dans le texte signé par Barack Obama le 2 juillet dernier, il est clairement stipulé « que les Etats-Unis ne coopéreraient plus avec des sociétés ou des banques étrangères qui effectueront des transactions commerciales avec l’Iran dans le domaine pétrolier ». A la suite de cela, la plupart des grandes compagnies d’assurances et pétrolières (BP) ainsi que les grandes banques européennes avaient annoncé « qu’elles se mettaient au diapason de la décision américaine ».

Les commentateurs toujours à l’affut des bruits de couloirs du Kremlin et des divergences entre les deux têtes de l’aigle russe, disent que face à un Dimitri Medvedev qui jouerait ostensiblement la carte de l’Occident, ce serait le premier ministre Vladimir Poutine qui aurait ainsi rectifié le tir, ce qui est d’autant plus vraisemblable que c’est ce dernier qui a en charge la politique énergétique russe.

C’est en tout cas un défi au président Obama , au plus bas dans les sondages (60% des américains ne lui font pas confiance selon un sondage paru dans le Washington Post le 13 juillet), s’il maintient ce qui a été stipulé dans le texte du 2 juillet, il entre en conflit avec la Russie. C’est le coup du berger à la bergère car Poutine (comme les Chinois) a assez mal vécu qu’après n’avoir pas opposé leur droit de véto au Conseil de Sécurité le 9 juin, aussitôt les Etats-Unis et l’Europe se soient employés à durcir les sanctions unilatéralement. A cette unilatéralité, Poutine répond donc en ignorant les mesures de Washington. Ce qui de fait aboutit à démonter l’embargo qu’il a prétendu créer en offrant un terrain privilégié non seulement aux Russes et aux Chinois mais à de nombreux autres pays d’Asie centrale. D’ailleurs si la Russie est la première a envoyer balader les diktats nord-américains en matière pétrolière il semble que la Chine et la Turquie soit déjà à pied d’oeuvre…

Il faut noter que la presse russe fait état des mises en garde de Fidel Castro sur les dangers d’un conflit nucléaire qui partirait d’Iran. En tout les cas on peut interpréter la signature des contrats énergétiques avec l’iran et même l’aide bancaire comme une sorte de veto a posteriori sur l’aggravation des sanctions décidée par les Etats-Unis et l’Europe.

Les sanctions internationales contre l’Iran n’auront pas d’impact négatif sur la coopération russo-iranienne dans le domaine énergétique, a déclaré clairement mercredi le ministre russe de l’Energie Sergueï Chmatko.

« Les sanctions ne nous empêcheront pas de coopérer », a annoncé M. Chmatko aux journalistes après la signature d’une déclaration conjointe des deux pays sur la coopération dans les domaines du pétrole, du gaz et de la pétrochimie.

« Les sanctions n’influeront pas sur le développement économique et industriel de l’Iran », a indiqué à son tour le ministre iranien du Pétrole, Massoud Mirkazemi, soulignant que les sanctions internationales visaient les compagnies collaborant avec l’Iran dans l’industrie pétrolière et non pas le pays dans son ensemble.

« Les pays réellement indépendants peuvent coopérer avec l’Iran », a-t-il ajouté.

Source : https://mecanoblog.wordpress.com/2010/07/21/iran-la-russie-brise-l%E2%80%99embargo-americain-en-matiere-energetique-un-defi-a-obama/


La guerre d’Iran aura-t-elle lieu ?

L’accord tripartite de Téhéran sur le nucléaire iranien provoquera t-il un conflit au lieu d’en résoudre ? C’est ce que pense Jean-Michel Vernochet pour qui, les Etats-Unis n’ayant plus d’arguments pour justifier leurs sanctions contre l’Iran pourraient être tentés d’en finir en passant à l’acte. Bien sur, la guerre ne doit pas nécessairement être entreprise contre Téhéran, elle peut aussi éclater à sa marge pour l’y précipiter.


La guerre contre l’Iran aura-t-elle lieu ? Inutile de jouer les Cassandre, la réponse à cette question devant nous être donnée par les événements eux-mêmes. Par contre peut-être n’est-il pas vain de s’intéresser au rapport des forces en présence dans leur dynamique d’évolution. Nous parlons ici essentiellement de rapports de forces politiques tant la question semble réglée d’avance en ce qui concerne le différentiel de forces militaires en cas de confrontation directe entre Washington, Tel-Aviv… et Téhéran.

En effet, la disproportion entre le potentiel militaire de coercition des uns et celui des autres ne prête à aucune équivoque. De ce point de vue, ce sont exclusivement des paramètres de nature « politiques » qui déterminent avant tout, encore aujourd’hui, le gouvernement iranien à ne pas céder aux injonctions de la « Communauté internationale ». Aussi parce que Téhéran considère qu’il est loin d’avoir « épuisé » la carte de l’accord tripartite turco-irano-brésilien [1]. Celui-ci pouvant, le cas échéant, lui offrir une issue raisonnable (voire « honorable », ne pas perdre la face en Orient étant un souci premier). Rendez-vous est à ce propos pris avec Brasilia et Ankara pour la fin août…

Reste que le succès de cette entreprise de contournement de la diplomatie états-unienne est loin d’être assurée au vu des réactions violemment négatives des Anglo-Américains (voir infra). Surtout que, lorsqu’on parle de « négociation » avec Téhéran, encore faut-il bien entendre que l’on attend du gouvernement iranien une reddition sans condition. En contrepartie, Téhéran fera tout, et jusqu’au bout, pour éviter de passer sous les Fourches caudines comme le département d’État l’y convie avec une pressante insistance.

Mais de ce point de vue, tout n’est pas dit. D’abord parce que l’Iran se sait, en principe, totalement vulnérable « à une attaque instantanée et non détectable, écrasante et dévastatrice, sans possibilité de défense et sans capacité réelle d’exercer des représailles dissuasives » [2] ; ensuite parce que la Turquie trouverait dans l’aboutissement réussi de l’accord de Téhéran un moyen de s’affirmer sur la scène régionale tout en rendant la monnaie de sa pièce à Tel-Aviv après l’humiliation de l’épisode sanglant de la flottille humanitaire pour Gaza.

A contrario, d’autres facteurs ne plaident pas en faveur d’un règlement négocié par le truchement de la Turquie et du Brésil associés dans le sauvetage de l’Iran national-islamiste [3]. Russes et Chinois pratiquant, volens nolens, un jeu de bascule diplomatique, ont voté le 9 juin la Résolution 1929 du Conseil de Sécurité des Nations Unies durcissant le régime des sanctions internationales imposées à l’Iran [4]. Résolution qui surtout a donné caution au Congrès états-unien, puis à l’Union européenne – Bruxelles devant faire connaître son propre train de sanctions vers la fin du mois de juillet – pour prendre en concertation des mesures draconiennes à l’encontre de la République islamique, notamment d’ordre économique (voir infra).

En ce qui concerne Moscou, cette décision semble bien refléter une certaine « schizophrénie » au sommet de l’État ou un bicéphalisme ouvertement divergent entre une Présidence a priori plus « occidentaliste » que ne le serait le Premier ministre Vladimir Poutine. Cela se traduit à la fois par un ralliement âprement négocié à la politique de sanctions états-uniennes et européennes, et simultanément par des « consultations » irano-russes portant sur le renforcement de la coopération bilatérale ; certes « en premier lieu économique » comme l’a souligné récemment le vice-ministre des Affaires étrangères russe, Alexeï Borodavkine… ou encore le maintien d’une complète ambigüité quant aux livraisons de batteries de missiles hypersoniques anti-aériens S300.


Tandis que les essais du nouveau système antimissiles sol-air S-400 Triumph (photo) viennent de s'achever et commencent à équiper l'armée russe, que Moscou a signé un contrat prévoyant de livrer quinze S-300 PMU-2 Favorit à la Chine, le contrat de 30-40 unités S-300 signé avec l'Iran en 2005 n'a toujours pas été respecté par les Russes.

Examinons maintenant quelques unes des raisons qui sont vraisemblablement intervenues Moscou pour décider le Kremlin à voter en faveur de la Résolution 1929, le 9 juin 2010, moins d’un mois après avoir applaudi à la conclusion de l’accord tripartite.

Passons sur la nécessité impérieuse, pour la Fédération de Russie, d’une réduction de la production afghane d’opium (dont les produits dérivés occasionnent quelque 30 000 décès annuels en Russie), et notons, par une heureuse coïncidence, la levée des sanctions états-uniennes contre quatre groupes russes réputés avoir commercé de façon « illégale » avec l’Iran et la Syrie après 1999.

Selon le Washington Post du 22 mai 2010, l’administration Obama – trois jours après l’annonce par la Secrétaire d’État, Mme Hillary Clinton, que la Russie acceptait d’avaliser le projet de résolution – abandonnait ses « poursuites » contre Rosoboronexport épinglé en 2006 et 2008 pour des ventes illicites à l’Iran ; également concerné l’Institut moscovite d’avionique, ainsi que l’université des sciences et techniques de la chimie Dimitri Mendeleyev pour transferts illégaux de techniques relatives au domaine balistique. Depuis janvier 2010, l’Administration Obama a su apparemment donner des gages substantiels et avait déjà opéré la levée préalable des sanctions frappant Glavkosmos et l’Université technologique de la Baltique pour leurs échanges avec l’Iran…

Mais pour qu’un marchandage soit complet, il faut aussi que certaines portes restent entrouvertes, ainsi l’Administration Obama, dans la formulation de son projet de résolution, a su maintenir un flou artistique quant à l’interdiction de le vente de systèmes de missiles hypersoniques sol-air russes S300 à l’Iran. Un marché représentant plusieurs centaines de millions de dollars, vraisemblablement en partie déjà payés, mais dont les livraisons ont été jusqu’à présent ajournées pour des « raisons techniques » sous la pression conjointe américano-israélienne. Passé en 2005 ce contrat concerne 30 à 40 systèmes d’armes (dont un aurait peut-être été livré en 2008), des matériels ayant la capacité de rendre l’Iran en grande partie imperméable à d’éventuelles frappes israélo-américaines… sachant que dix systèmes seulement suffiraient théoriquement à assurer la couverture des sites stratégiques perses, et ce, notamment contre une aviation israélienne aux performances limitées par une relative vétusté…

À l’incartade turco-brésilienne, Washington avait aussitôt répondu en ignorant superbement l’accord tripartite signé la veille du dépôt de son propre projet de sanctions renforcées devant le Conseil de Sécurité. Un camouflet pour la Turquie et le Brésil remis à leur « juste » place dans le concert des Nations, dont le président des États-Unis monopolise le pupitre de chef d’orchestre. Des « signaux forts » ayant été envoyés à Ankara [5], il convenait de présenter à la Turquie une « carotte » assez appétissante pour l’inciter à regagner le giron atlantiste et suffisante pour lui faire oublier ses velléités de jeu personnel dans l’arène régionale, de la Méditerranée orientale à la Caspienne via la Mer noire. Tant et si bien que, le 30 juin, l’Union européenne relançait les négociations d’adhésion de la Turquie en ouvrant à Bruxelles un nouveau chapitre relatif à la sécurité alimentaire, vétérinaire et phytosanitaire (le treizième depuis l’ouverture des négociations d’adhésion en 2004 sur les 35 prévus afin d’adapter la législation des candidats aux normes européennes)…

À l’évidence l’UE, dans le cadre du smart power [6] préconisé à Washington (une étroite association de produits d’appels et de contraintes) avait été mandatée afin de « récupérer » Ankara. Le secrétaire états-unien à la Défense, M. Robert Gates n’avait-il pas en effet dénoncé un peu auparavant « ceux qui en Europe poussent la Turquie vers l’Est en refusant de lui donner le lien organique avec l’Occident qu’elle recherche ». Autrement dit son entrée dans une Union pourtant déjà incapable de se gérer à vingt-sept ! Autre coïncidence ou hasard calendaire, toujours le 30 juin 2010, la discrète rencontre ministérielle à Bruxelles entre représentants turcs et israéliens au moment même où Ankara demandait à Washington moins de laxisme à l’égard de la rébellion armée du PKK [7].

Parallèlement, le 24 juin, à la suite des sanctions adoptées par le Conseil de sécurité, le Congrès états-unien avait validé le durcissement la politique US à l’encontre de l’Iran en votant un nouveau train de mesures coercitives, mesures adoptées à l’unanimité par le Sénat (99 pour, 0 contre)… Le chef de la majorité démocrate de la chambre haute Harry Reid résumant l’état d’esprit des parlementaires : « Notre objectif est de viser l’Iran là où cela fait le plus mal« !

En l’occurrence il s’agit de créer une pénurie énergétique (mortelle à terme) en interdisant toute entrée de produits pétroliers raffinés ou tout équipement destiné à rendre à l’Iran une quelconque capacité de raffinage. Quatrième producteur mondial de pétrole brut, l’Iran manque cependant de raffineries, certaines ayant d’ailleurs fait l’objet d’attentats ces dernières années [8] et de fait, dépend fortement de ses importations pour la satisfaction de ses besoins intérieurs, importés à quelque 40%. Remarquons ici que la Résolution du Conseil de Sécurité (votée à l’unanimité des cinq membres permanents, Turquie et Brésil ayant voté contre et le Liban s’étant abstenu) n’a eu pour objet que de servir de cache-sexe, autrement dit de cautionner les mesures autrement plus sévères prises par les États-Unis et prochainement par l’UE.

Le républicain John McCain, concurrent de Barack Obama à la présidence, avait pour sa part clairement explicité la portée d’un texte dont le but est de « forcer les entreprises partout dans le monde à faire un choix : voulez-vous travailler avec l’Iran, ou bien voulez-vous travailler avec les Etats-Unis ? Les deux ne sont pas compatibles », énonçant de cette façon que les rigueurs du Nouvel Ordre Mondial ne s’adressent pas seulement aux récalcitrants arcboutés sur l’État-nation, fût-il islamique, mais à tous ceux qui se refusent à passer sous les fourches caudines du Marché unique universel dont le chef d’orchestre est, évidemment, anglo-américain. C’était déjà la teneur du message envoyé au monde par le président Bush au lendemain du 11 Septembre « ceux qui ne sont pas avec nous, seront contre nous »…

Un message reçu cinq sur cinq à Bruxelles et anticipé par quelques géants européens tels l’allemand Siemens ou le français Total [9], contraints et forcés l’un et l’autre en vertu de choix politiques. Une fois n’est pas coutume, le politique ayant pris le pas dans ce cas sur des intérêts économiques quasiment vitaux en période de récession.

En janvier 2010, Siemens officialisait la rupture – imposée par Mme Merkel – de ses liens commerciaux avec la République islamique d’Iran tout en honorant les commandes en cours… une décision en réalité déjà effective depuis octobre 2009. Fin janvier, la chancelière allemande pouvait annoncer que l’Allemagne s’associerait pleinement à de nouvelles sanctions « dans tous les secteurs concernés ». Sachant que les sociétés allemandes avaient exporté vers l’Iran pour environ 3,3 milliards d’euros dans les premiers 11 mois de l’année 2009 (la part Siemens se montant alors à quelque 500 millions d’euros annuels) on voit ici qu’elle est l’ampleur du sacrifice consenti par l’industrie allemande pour se mettre en conformité avec les engagements transatlantiques européens. Résultat, la position strictement atlantiste de Mme Merkel au détriment des intérêts immédiats de l’économie allemande, a beaucoup contribué à l’affaiblissement de son crédit politique aujourd’hui déclinant.

Quant au pétrolier français Total, agissant également à rebours des intérêts nationaux et sur injonction directe de la présidence, a officialisé le 28 juin la cessation de ses livraisons d’hydrocarbures à l’Iran rejoignant de cette manière ses consœurs British Petroleum et Royal Dutch Shell dans la cohorte des compagnies pétrolières boycottant l’Iran. Une déclaration de pure forme car la suspension effective, sine die avait commencé depuis plusieurs semaines avant même le vote de la Résolution 1929 et des oukases du Congrès… lesquels faisaient aboutir le projet de loi d’avril 2009 instituant des sanctions contre les compagnies fournisseuses de carburants à l’Iran, au premier chef, Total et British Petroleum. À ce titre, nul n’a été surpris de voir la décision de renoncer au marché iranien du groupe français annoncée d’abord sur le site du Financial Times et ce, avant toute déclaration en France même.

Last but not least, depuis juin dernier, l’UE avait commencé d’interdire son espace aérien à la majorité des appareils Airbus et Boeing de la compagnie Iran Air. Un mois plus tard, Bruxelles ajoutait à sa liste d’interdiction les Airbus A-320, les Boeing B‑727 et B-747. Simultanément, le Royaume-Uni et l’Allemagne, à l’instar des Émirats arabes unis [10], eu égard aux sanctions tant états-uniennes qu’européennes, refusaient tout ravitaillements en kérosène aux avions civils iraniens en dépit d’une évidente violation des conventions internationales pertinentes.

Guerre de communiqués et gesticulations militaires

Aux mesures de confinement économique et financier (la plus part des transactions financières de l’Iran ayant été rendues impossibles hors de ses frontières) viennent s’ajouter d’autres mesures, actives celles-là (mesures actives terme désignant à l’origine les opérations de désinformation ne visant pas seulement les élites dirigeantes mais visant plus largement au conditionnement et à la manipulation des opinions publiques). Ces actions s’inscrivent dans le cadre d’une guerre psychologique qui ne dit pas non nom mais qu’a dénoncée à bon escient le gouvernement iranien le 28 juin 2010 alors que le Directeur de la Central Intelligence Service, Leon Panetta, estimait péremptoirement sur la chaîne ABC que « Téhéran dispose maintenant de suffisamment d’uranium enrichi pour la confection de deux armes nucléaires dans un délais de deux ans ».

Verdict qui tombe après que l’Agence Guysen International News eut diffusé le 24 juin une information donnée pour être d’origine iranienne (!) suivant laquelle « … des avions israéliens auraient atterris sur l’aéroport saoudien de Tabouk les 18 et 19 juin dernier…C’est ce qu’a rapporté l’agence iranienne FARS dans un article intitulé “Activité militaire douteuse du régime sioniste en Arabie Saoudite“ ». Rumeur reprise ensuite par le Times de Londres qui n’hésite pas à annoncer que l’Arabie Saoudite aurait ouvert son espace aérien à l’aviation israélienne en prévision d’une attaque contre l’Iran, une information bien entendu non confirmée à Tel-Aviv et démentie par Riyad.

Difficile alors de faire la part entre rumeurs et faits avérés. Parmi les faits documentés relevant (ou non) de l’intoxication et de la guerre psychologique, signalons que pendant que l’État hébreu se livrait à des manœuvres d’envergure pour contrer une éventuelle attaque de son territoire par des missiles, les États-Unis complétaient leur dispositif offensif dans le Golfe et alentours [11].

Toujours dans le contexte d’une guerre par médias interposés, d’après le quotidien londonien Al-Qods Al-Arabi, information encore reprise par Guysen News, un convoi composé de 11 frégates états-uniennes et une israélienne, le tout accompagnant le porte-avions à propulsion nucléaire USS Harry S. Truman, aurait transité par le Canal de Suez en direction la Mer Rouge. Enfin l’Iran aurait mis en état d’alerte ses forces proches de la Mer Caspienne en raison d’une « concentration de forces israélo-américaines en Azerbaïdjan » ! C’est en tout cas ce qu’a déclaré le 22 juin 2010 le général Mehdi Moini commandant des Gardiens de la Révolution : « la mobilisation se justifie par la présence de forces américaines et israéliennes sur la frontière de l’Ouest… ces renforts sont dépêchés dans la province d’Azerbaïdjan occidental car certains pays occidentaux attisent des conflits ethniques afin de déstabiliser cette région ». L’exécution le 20 juin 2010 d’Abdolmalek Rigi, chef du Jondallah, responsables de plusieurs attentats meurtriers contre les Gardiens de la Révolution au Baloutchistan iranien est à ce titre un signal fort envoyé par les autorités iraniennes à l’attention de toutes les autres minorités susceptibles de fomenter des troubles dans une conjoncture s’inscrivant dans une inexorable stratégie de la tension.

C’est dans ce contexte que l’État hébreu aurait en effet, toujours selon la rumeur, prépositionné une flotte aérienne d’attaque en Azerbaïdjan. Là encore l’extrême prudence étant de rigueur, il faut noter l’inflation de rumeurs qui crée un climat propice à toute provocation ou tout accident accélérateur ou déclencheur d’une confrontation directe. En tout état de cause, l’utilisation de l’Azerbaïdjan comme base de lancement de raids aériens parait assez improbable si l’on considère l’actuel refroidissement des relations entre Bakou et Washington depuis avril, l’Azerbaïdjan ayant pris ombrage du rôle joué par le département d’État dans le conflit du Haut-Karabakh qui l’oppose à l’Arménie et annulé en conséquence des manœuvres militaires conjointes avec la marine des États-Unis…

Faisant d’ailleurs écho, le même jour, aux déclarations du commandant des Pasdaran, le 22 juin donc, le Dr Uzi Arad, chef du Conseil de Sécurité nationale israélien et proche conseiller du Premier ministre Benjamin Netanyahou, avait jeté sa part d’huile sur le feu en jugeant « le dernier volet des sanctions du Conseil de sécurité des Nations Unies, est insuffisant pour contrarier les progrès iraniens en matière de fabrication de l’arme nucléaire. Une intervention militaire préventive pourrait être finalement nécessaire ». Aujourd’hui c’est au tour de la CIA par la voix de son directeur d’enfoncer le clou…

Alors gesticulations guerrières, guerre des mots et intoxication, ou préparation psychologique à ce que le camp belliciste s’acharne à présenter comme inéluctable : le recours à la force contre Téhéran ? Toujours est-il que la guerre des nerfs fait rage dans cette partie de poker menteur à échelle planétaire à laquelle, bon gré malgré, nous sommes conviés à participer !

Nous ne conclurons pas ici sur les conséquences à terme du défi que la Turquie au premier chef, le Brésil ensuite, ont lancé aux États-Unis et à ses commensaux britannique et hébreu. De toute évidence la Turquie n’avait pas envisagé que les choses iraient si loin, ni la vigueur de la réaction anglo-israélo-américaine… Chacun a priori s’attache aujourd’hui, de part et d’autre, à calmer le jeu et à replacer le contentieux dans le cadre formel des échanges diplomatiques [12]. On a, de ce point de vue, cru voir s’amorcer ce retour à la normale avec l’entretien de Bruxelles entre ministres turc et israélien, la Turquie en demandant des excuses israéliennes, l’indemnisation des victimes après l’affaire du Mavi Marmara, le tout assorti d’une levée du blocus de Gaza. Il était loisible de penser que dans le contexte d’un désaccord affiché entre Washington et Tel-Aviv, la Turquie aurait dû obtenir, au moins partiellement, gain de cause : Tel-Aviv n’est-il pas déjà en train d’alléger le dispositif d’asphyxie de la bande de Gaza dont le but avoué était de pousser la population à se soulever contre le gouvernement élu du Hamas ?

Un embargo qui s’est avéré être non seulement erroné mais, qui plus est, est devenu totalement contreproductif… Et bien contre toute attente Ankara s’est vu opposer un refus cassant et intransigeant à sa demande d’excuse, qui aurait pu être simplement « formelle ». Immédiatement après, ce nouveau camouflet : la Maison-Blanche, accueillant à bras ouverts le Premier ministre israélien, M. Benyamin Netanyahou, a offert au monde le spectacle d’une réconciliation d’assez mauvaise augure en ce qu’elle cautionne contre vents et marées la politique de la coalition dominée par le Likoud ultrasioniste au pouvoir à Tel-Aviv.

Des démonstrations d’amitiés qui suivent de peu le limogeage du général McChrystal, chef des forces états-uniennes et de l’OTAN en Afghanistan, pour des propos malvenus d’après boire et son remplacement par le général David Petraeus [13] déjà chargé du commandement central [United States Central Command] du front allant de la Mésopotamie au Waziristan (Zones tribales du Pakistan).

La démarche turco-brésilienne a par conséquent certainement procédé d’une mauvaise évaluation du rapport de forces réel existant toujours entre les États-Unis – maîtres du jeu planétaire jusqu’à plus ample informé – et le reste du monde, malgré le fait incontestable que ce jeu se complexifie et se diversifie davantage avec l’arrivée, sur la scène internationale, de puissances montantes qui à leur tour revendiquent une place à la table des « Grands ».

La punition militaro-diplomatique n’ayant pas tardé sous forme d’un « acte de guerre » perpétré en haute mer (et en toute impunité), les mesures de rétorsions économiques et commerciales ne devraient pas se faire attendre très longtemps. Prenons l’exemple de la France qui, après 2003 et sa sortie au Conseil de Sécurité (intolérable du point de vue des partisans de l’annihilation de l’Irak), a souffert de la vindicte états-unienne au point d’amorcer dès 2004 son retour dans le giron atlantique [14].


En résumé, l’initiative tripartite, opération éminemment louable du point de vu de la paix entre les nations, se sera révélée au final assez désastreuse parce ce que non seulement elle n’a pas permis de squeezer les États-Unis, mais qu’elle leur a offert la possibilité de déplacer leurs pions plus vite que prévu sur le grand échiquier eurasiatique. Pire, l’initiative tripartite a fourni le prétexte et l’occasion aux États-Unis de faire preuve de cette capacité de « rebond », cette « ressource » qu’exalte au plus haut degré la culture du Nouveau Monde. De plus, elle a, d’une certaine façon, précipité les « événements » en créant l’urgence et en entamant la marge de manœuvre des Anglo-Américains jusqu’à les pousser, peu ou prou, au passage à l’acte dans un processus de diplomatie armée qui va crescendo.

Alors quelles leçons tirer de cet accord turco-irano-brésilien qui a suscité le fugace espoir de voir s’engager une amorce de stabilisation régionale ? En premier lieu que le rapport du fort au faible n’offre que peu d’échappatoires. La Fontaine nous l’a autrefois enseigné : la rhétorique du « loup » ne tient aucun compte ni de la raison, ni du Droit, a fortiori du droit international, ni de la justice… Que le discours du « fort » subvertit en soi les valeurs en principe fondatrices des relations entre les individus d’abord, entre les sociétés ensuite.

Nous avons là une sophistique consensuelle donnant une apparence de rationalité légaliste à l’expression de l’imperium hégémonique, verbalisme de chancellerie qui n’est au demeurant qu’une transposition du dialogue au bord du ruisseau des deux animaux de la fable. L’Iran est pareillement un coupable sui generis et doit par conséquent se soumettre inconditionnellement. S’il ne s’y résigne pas de son propre gré, il sera ramené de gré ou de force dans le droit chemin démocratique et libéral. Ce cas de figure n’est pas nouveau et les historiens, s’ils cherchent un peu, trouveront de multiples précédents au cours du XXe siècle.

Nous voyons donc ici, à la croisée des chemins, à quel point, au XXIe siècle, la ruse, enveloppée du brouillard verbal propre au smart power prime sur l’immédiat exercice de la force brutale, mais qu’elle l’annonce cependant tout comme la nuée porte l’orage. À ce titre les « prophéties » du Líder Máximo cubain, quelqu’atteint par l’âge qu’il soit, renvoie étonnamment aux avertissements prodigués par la présidence russe.

La guerre, si elle devait avoir lieu, n’aurait à ce titre pas grand chose à voir avec une quelconque fatalité plus ou moins inhérente à de supposées lois physiques de la nature géopolitique du monde. Elle interviendrait pour la simple et unique raison que des factions influentes d’ultras, à Washington, à Londres et à Tel-Aviv, la veulent assidûment et la préparent avec ardeur et que ces mêmes factions auront fini par l’emporter sur les clans et les hommes hostiles à l’affrontement entre forces matérielles.

Bien des naïfs, croyaient en décembre 1990 que la guerre du Koweït serait évitée parce que des négociations allaient bon train entre Bagdad et Riyad ; parce qu’également le raïs Saddam Hussein avait offert de se retirer si un certain délais lui était accordé lui permettant de « sauver la face ». La guerre a eu lieu. Elle a eu lieu pour l’unique raison que l’« on » voulait qu’elle eût lieu. Or la situation d’aujourd’hui offre de nombreuses similitudes avec celle de décembre 1990. Il ne manque plus au tableau qu’un prétexte plausible, une provocation intervenant n’importe où dans le monde mais suffisamment spectacularisable pour frapper les opinions de sidération, cela, le temps nécessaire à lancer les premières frappes qui tétaniseront les oppositions en les prenant de court et enclencheront automatiquement l’escalade militaire.

Conflit qui serait sans doute appelé à déborder rapidement hors du cadre régional comme l’en a averti le président russe, Dimitri Medvedev. Un conflit qui alors pourrait constituer une opportune porte de sortie à la crise systémique globale qui, aujourd’hui, commence à menacer le statut d’idole du divin dollar [15] : la guerre n’est-elle pas « le » moyen de régulation par excellence ?


Dernière édition par geoff78 le Jeu 14 Fév 2013 - 13:22, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

AuteurMessage
geoff78

avatar

Masculin Taureau Buffle
Messages : 4399
Date d'inscription : 02/05/2009
Age : 32
Localisation : Partout

MessageSujet: Re: Dossier sur l'Iran, géostratégie, manipulations, nucléaire, cartes   Jeu 26 Jan 2012 - 22:08

Merci à toi l'ami car ton article va complètement dans mon sens et reprend quasiment tous les points que j'ai développé plus haut.

Ce que je retiens de ton article c'est que l'U.E, au travers de ce futur embargo, va précipiter sa chute en compliquant l'approvisionnement énergétique de pays déjà très endettés à cause de la crise : Italie, Espagne et la Grèce pour les principaux acheteurs européens du pétrole Iranien.

L'article cite Mahmud Ahmadinejad qui dit que c'est l'occident qui a besoin de l'Iran (énergétiquement parlant) et non l'inverse!

Donc non seulement l'Italie, l'Espagne et la Grèce ont le couteau sous la gorge, mais le plus beau c'est que c'est l'Europe même qui va les trancher, c'est fou.

De toutes façons, jusqu'au 1er juillet 2012, date d'entrée en vigueur de l'embargo, l'Europe à tout le temps d'éclater jusque là et de se précipiter elle-même dans la guerre civile et les émeutes. Sans l'aide de l'Iran!

Merci donc encore Master01 pour cette source plus qu'explicite.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Dossier sur l'Iran, géostratégie, manipulations, nucléaire, cartes   Ven 27 Jan 2012 - 16:47

Mais avec plaisir toujours....... Cool Cool Cool


a plus l'ami
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Dossier sur l'Iran, géostratégie, manipulations, nucléaire, cartes   Ven 27 Jan 2012 - 18:09


J'ai encore trouvée ça........http://www.alterinfo.net/La-situation-dans-le-detroit-d-Ormuz_a70219.html

a plus
Revenir en haut Aller en bas
geoff78

avatar

Masculin Taureau Buffle
Messages : 4399
Date d'inscription : 02/05/2009
Age : 32
Localisation : Partout

MessageSujet: Re: Dossier sur l'Iran, géostratégie, manipulations, nucléaire, cartes   Ven 27 Jan 2012 - 20:21







Revenir en haut Aller en bas
geoff78

avatar

Masculin Taureau Buffle
Messages : 4399
Date d'inscription : 02/05/2009
Age : 32
Localisation : Partout

MessageSujet: Re: Dossier sur l'Iran, géostratégie, manipulations, nucléaire, cartes   Mar 31 Jan 2012 - 12:46

Des bâtiments de l'US Navy entrent en mer Rouge (médias)



Le sous-marin nucléaire américain Annapolis accompagné du destroyer USS Momsen ont franchi le canal de Suez et gagné la mer Rouge, a annoncé lundi le portail égyptien Alamat.

Lors du passage des navires américains, l'administration du canal a pris des mesures de sécurité exceptionnelles, en interrompant le trafic des ferries et le trafic automobile sur le pont qui enjambe le canal.Le point de destination des deux navires n'est pas annoncé, mais leur entrée en mer Rouge coïncide avec l'apogée des tensions entre Washington et Téhéran, qui a menacé de fermer unilatéralement le détroit d'Ormuz à la suite de l'adoption des sanctions contre ses exportations pétrolières.La Marine américaine a déjà réuni dans le Golfe persique un nombre important de navires, dont les porte-avions Carl Vinson et Abraham Lincoln. Un autre porte-avions, l'USS Enterprise est attendu dans la région au mois de mars.


Source : http://french.irib.ir/info/international/item/166950-des-b%C3%A2timents-de-lus-navy-entrent-en-mer-rouge-m%C3%A9dias
Revenir en haut Aller en bas
Jargonaute

avatar

Masculin Messages : 292
Date d'inscription : 30/01/2011

MessageSujet: Re: Dossier sur l'Iran, géostratégie, manipulations, nucléaire, cartes   Mar 31 Jan 2012 - 13:50




Revenir en haut Aller en bas
geoff78

avatar

Masculin Taureau Buffle
Messages : 4399
Date d'inscription : 02/05/2009
Age : 32
Localisation : Partout

MessageSujet: Re: Dossier sur l'Iran, géostratégie, manipulations, nucléaire, cartes   Mar 31 Jan 2012 - 13:51

Pékin et Moscou devraient profiter des sanctions contre l'Iran



La Chine et la Russie devraient être les principaux bénéficiaires des sanctions européennes et américaines contre l'Iran, tandis que la majeure partie des compagnies pétrolières occidentales en seront les grandes perdantes, estiment les spécialistes des milieux pétroliers.

L'Iran continuera d'écouler le même volume de pétrole - 2,6 millions de barils, par jour, (bpj), soit 3%, environ, de l'offre mondiale - mais la quasi-totalité de ce brut partira en Chine. Comme celle-ci restera le seul gros client de l'Iran, elle sera en mesure de négocier un prix considérablement revu à la baisse, notent les analystes. L'Union européenne a décidé, lundi, d'interdire tout nouveau contrat concernant l'importation, l'achat ou le transport de pétrole iranien, mais les contrats, déjà, signés entre l'Iran et les pays membres pourront être honorés, jusqu'au 1er juillet.

Les Etats-Unis comptent imposer des sanctions à la Banque centrale d'Iran et, peut-être, à sa compagnie maritime. Des majors du pétrole, comme "Total" et "Royal Dutch Shell" ont, dores et déjà, renoncé à leurs achats de brut iranien ou sont en train de le faire. Le Japon et la Corée du Sud ont fait comprendre, de leur côté, qu'ils pourraient réduire leurs achats de brut iranien, pour s'aligner sur les sanctions américaines, qui visent à faire pression sur l'Iran, dans le domaine du nucléaire. Un nombre croissant de clients vont être en concurrence, pour obtenir de nouveaux fournisseurs.

L'attention se tourne, inévitablement, vers l'Arabie saoudite, premier exportateur mondial et seul pays en mesure d'accroître, rapidement, sa production pétrolière, et d'évite,r ainsi, une montée en flèche du cours de l'or noir. "Tout ce que nous avons à faire, c'est ouvrir des valves", expliquait, il y a dix jours, le ministre saoudien du Pétrole, Ali al-Naimi.


Source : http://french.irib.ir/info/economie/item/166476-p%C3%A9kin-et-moscou-devraient-profiter-des-sanctions-contre-liran




L’embargo unilatéral de l’Europe n’aura aucun impact sur le marché pétrolier iranien (S. Lavrov)



Le pétrole iranien a toute une pléthore de clients, les sanctions unilatérales européennes n’auront aucun impact sur la RII, a indiqué dimanche le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov. Il a vu en la décision de l’Iran de fermer ses vannes sur l’Europe, une réponse logique de la part de Téhéran aux sanctions unilatérales de l’Europe. « Dans l’optique de la Russie, les sanctions unilatérales contre Téhéran sont inefficaces, et n’auront aucun résultat pour les Européens, a renchéri Lavrov, rappelant qu’au maximum 20% du brut iranien étaient exportées vers l’Europe, l’embargo européen n’aurait donc aucun effet sur le marché pétrolier iranien, car l’Iran a de nombreux autres clients pour son pétrole.

La Russie a dès le début dénoncé le nouveau train de sanctions anti-iraniennes de l’Union européenne.


Source : http://french.irib.ir/info/iran-actualite/item/166927-lembargo-unilateral-de-leurope-naura-aucun-impact-sur-le-marche-petrolier-iranien-s-lavrov
Revenir en haut Aller en bas
Argaïl

avatar

Masculin Messages : 105
Date d'inscription : 20/04/2011

MessageSujet: Re: Dossier sur l'Iran, géostratégie, manipulations, nucléaire, cartes   Mar 31 Jan 2012 - 23:39

Bonsoir à tous !!!j'ai une petite video interressante . http://www.youtube.com/watch?v=3Q8s0Qz61hQ&feature=related
Revenir en haut Aller en bas
geoff78

avatar

Masculin Taureau Buffle
Messages : 4399
Date d'inscription : 02/05/2009
Age : 32
Localisation : Partout

MessageSujet: Re: Dossier sur l'Iran, géostratégie, manipulations, nucléaire, cartes   Mer 1 Fév 2012 - 0:10

Merci Argaïl j'ai pris la peine d'intégrer ta vidéo ci-dessous :

Revenir en haut Aller en bas
Golden

avatar

Masculin Sagittaire Singe
Messages : 111
Date d'inscription : 08/10/2011
Age : 49
Localisation : Planète Terre (Pour le moment)

MessageSujet: Le directeur d’American Intel prépare le public pour un événement False Flag   Mer 1 Fév 2012 - 10:46

Bonjour à tous,



Prêt à tous pour enter en guerre, les États-Unis se préparent à accuser l'Iran d'attaque sous fausse bannière.

«... il serait bien plus préférable si les Etats-Unis pouvaient citer une provocation Iranienne
pour justifier des frappes aériennes avant de les lancer. Manifestement, la plus scandaleuse, la plus meurtrière,
et plus l'action Iranienne serait délibérée, la meilleure situation tournerait en faveur des États-Unis.
Bien sûr, il serait très difficile pour les Etats-Unis d'inciter l'Iran à une telle provocation
sans que le reste du monde reconnaisse ce jeu, ce qui serait alors une grave atteinte.
(Une méthode qui aurait quelques chances de succès serait de mettre en place secrètement
un changement de régime dans l'espoir que Téhéran riposte ouvertement, ou même à moitié,
ce qui pourrait alors être présenté comme un acte d'agression non provoquée iranienne) ».
Ceci est tiré du rapport"Which Path to Persia?", page 84-85...

Les responsables de la politique extérieure américaine ont noté depuis des années maintenant que l'Iran,
en réalité, ne constitue pas une menace pour la sécurité nationale américaine ou israélienne
et que leur acquisition de l'arme nucléaire sert plus comme un moyen de dissuasion
contre de futures incursions militaires contre la République islamique par l'Occident,
que comme un moyen de lancer des attaques délibérées contre les pays
qui possèdent chacun la dissuasion nucléaire de l'échelle apocalyptique…

Pour lire la suite de cette pertinente réflexion
(en anglais) de Tony Cartalucci

US Intel Director Prepares Public for False Flag Event

Vous pouvez consulter le rapport citer ci-dessus au lien suivant :

Which Path to Persia? Options for a New American Strategy toward Iran

Ce rapport est un produit de la Saban Center for Middle East Policy à la Brookings Institution.
Les essais ont été écrits par les universitaires de Saban Centre Daniel L. Byman, Martin Indyk,
Suzanne Maloney, Michael E. O'Hanlon, Kenneth M. Pollack, et Bruce Riedel.
Kenneth Pollack est également éditeur.

Aucune des idées exprimées dans ce volume doit être interprété comme représentant les vues
de l'un des auteurs individuels. La collection est un effort collaboratif, et les auteurs ont tenté
de présenter chacune des options de manière aussi objective que
possible, sans introduire leurs propres opinions subjectives.
Le but de cet exercice
était de faire ressortir les défis de toutes les options
et de permettre aux lecteurs de décider eux-mêmes
ce qu'ils croient être les meilleurs.

Tous les énoncés de faits, d'opinion ou d'analyse exprimés sont celles des auteurs
et ne reflètent pas les positions officielles ou les vues de la CIA
ou toutes autres agences gouvernementales U. S.
Ce matériel a été examiné par la CIA pour empêcher la divulgation d'informations classifiées.

Bien Amicalement.
Revenir en haut Aller en bas
http://ledormeur.forumgratuit.org/
POSTKILL

avatar

Masculin Messages : 179
Date d'inscription : 23/01/2010

MessageSujet: POSTKILL   Mer 1 Fév 2012 - 17:42

Je suis désolé, mais je trouve nul part votre foutu version du porte avion USS ENTERPRISE,

C'est une information erroné, qui a fait boule de neige, comme le net c'est le faire.

C'est le porte-avions USS Abraham Lincoln

Y a meme qu'a regarder vos plans ou photos

Revenir en haut Aller en bas
geoff78

avatar

Masculin Taureau Buffle
Messages : 4399
Date d'inscription : 02/05/2009
Age : 32
Localisation : Partout

MessageSujet: Re: Dossier sur l'Iran, géostratégie, manipulations, nucléaire, cartes   Mer 1 Fév 2012 - 17:50

Bonjour POSTKILL, je ne sais pas de quelle façon tu effectues tes recherches mais permets-moi de t'orienter vers cette page : http://www.meretmarine.com/article.cfm?id=114663 C'est tout ce qu'il y a de plus officiel. Wink
Revenir en haut Aller en bas
Golden

avatar

Masculin Sagittaire Singe
Messages : 111
Date d'inscription : 08/10/2011
Age : 49
Localisation : Planète Terre (Pour le moment)

MessageSujet: Toutes les nouvelles de l' USS Entreprise   Jeu 2 Fév 2012 - 9:24

Bonjour à tous,

Je te remercie geoff78 pour ton soutien.

Comme le dit geoff78, je ne sais pas si tu fais les bonnes recherches, Postkill.



Mais en ce qui me concerne, j'utilise plusieurs méta moteurs.
Et lorsque je tape sur PolyMeta, par exemple, la recherche suivante :

USS Entreprise headed for the Persian Gulf

Voila les résultats que j'obtiens :

USS Entreprise headed for the Persian Gulf

Et si les recherches ne sont pas concluantes, j'ai d'autres méta moteurs à ma disposition.
Je suis désolé de te dire que Google.fr occulte certains résultats
et il y a bien longtemps que je ne l'utilise plus mis à part pour chercher des images à ajouter à mes posts.

Bien Amicalement,
Golden Awaken.
Revenir en haut Aller en bas
http://ledormeur.forumgratuit.org/
Kaydonimo

avatar

Masculin Lion Dragon
Messages : 358
Date d'inscription : 11/08/2011
Age : 29
Localisation : NOVI PAZAR

MessageSujet: Re: Dossier sur l'Iran, géostratégie, manipulations, nucléaire, cartes   Jeu 2 Fév 2012 - 10:57

Eh oui , il est de temps de regarder du bon coté les amis et surveiller cette affaire de très près car elle pourrai nous prévenir d' une future intervention "héroïque" de nos chers américains en Iran ...
Revenir en haut Aller en bas
geoff78

avatar

Masculin Taureau Buffle
Messages : 4399
Date d'inscription : 02/05/2009
Age : 32
Localisation : Partout

MessageSujet: Re: Dossier sur l'Iran, géostratégie, manipulations, nucléaire, cartes   Jeu 2 Fév 2012 - 12:01

Permettez-moi de reprendre les propos de Pierre Jovanovic lors de sa revue de presse d'hier. Il dit que l'Iran est un des 7 pays au monde qui n'est pas endetté et que la guerre menée contre cette nation n'a pour autre but que de voler l'argent des Iraniens.

En effet l'Iran dispose à ce jour de 168 tonnes d'or ainsi que de nombreuses liquidés sous différentes devises (monnaies de pays différentes, exemple : $, £, €...).

Sachez également que même si la guerre (militaire) n'est pas engagée contre l'Iran, toutes les mesures bancaires et financières actuellement possibles sont effectuées contre la République Islamique d'Iran.

C'est donc bien une guerre économique qui est menée en ce moment même contre l'Iran, qui n'a que d' autre choix que de refuser les déchargements de certains bateaux ( http://www.journaux.ma/maroc/actualite-internationale/iran-des-navires-empeches-de-decharger ).

D'ailleurs je pencherais pour un escalade des rapports entre Iraniens et occidentaux car comme vous le savez aujourd'hui l'Iran se fait acheter son pétrole autrement qu'en dollars US (pour une grande partie de sa production). Escalade car rappellez-vous les tentatives de Saddam Hussein et de Khadafi de passez outre l'imposition du pétrodollars (obligation mondiale d'acheter le pétrole en dollars par quiconque) en remplacement cette mesure par d'autres. Saddam Hussein a en effet tenté de se faire payer son pétrole en or et en euro, le résultat vous le connaissez. Il en fut de même pour Khadafi qui voulait instaurer le dinar-or.

Bien trop gênant pour les ricains et leur économie qui, sous couvert de faux prétextes, comme à leurs habitudes, n'ont pas hésiter à leur faire la guerre et tuer leur dirigeants! Les ricains tantôt sol, tantôt aidé de l'Otan.

Pour Hussein, donc l'Irak, le prétexte fut des armes de destructions massives!

Pour Khadafi, donc la Libye, le prétexte fut tout autre puisqu'il se sont servis du prétexte d'une révolution populaire pour la démocratie! Fomentée par nous savons qui!

Pour l'Iran il en sera de même que pour l'Irak, le prétexte des armes de destructions massives couplé au programme nucléaire Iranien.

Vous voyez que quand une nation sort du rang pétrolo-impérialo-économico-zunien, les sanctions ne tardent pas, économiques dans un 1er temps (comme en Iran actuellement), puis militaire dans un 2nd temps.

Qui vivra, verras!

Revenir en haut Aller en bas
Argaïl

avatar

Masculin Messages : 105
Date d'inscription : 20/04/2011

MessageSujet: Re: Dossier sur l'Iran, géostratégie, manipulations, nucléaire, cartes   Jeu 2 Fév 2012 - 15:56

Bonjour à tous !!!!

Merci geoff78 de ton aide !!!!!
Revenir en haut Aller en bas
POSTKILL

avatar

Masculin Messages : 179
Date d'inscription : 23/01/2010

MessageSujet: POSTKILL   Jeu 2 Fév 2012 - 18:24

Moi je veux bien vous croire les mecs, mais tout vos lien, je l'ai lis et y a QUEDAL

geoff78, as tu lu ton lien, ou tu vois que USS ENTERPRISE est la, le seul lien c'est celui ci sur ton site

http://www.meretmarine.com/article.cfm?id=116649

Moi je vois rien, les seuls sites qui en parle, c'est que des copier colé de revue mal compris, C'est le porte-avions USS Abraham Lincoln

le reste c'est du grand n'importe quoi
Revenir en haut Aller en bas
geoff78

avatar

Masculin Taureau Buffle
Messages : 4399
Date d'inscription : 02/05/2009
Age : 32
Localisation : Partout

MessageSujet: Re: Dossier sur l'Iran, géostratégie, manipulations, nucléaire, cartes   Jeu 2 Fév 2012 - 18:29

Bon regardes celui-ci c'est le site officiel de l'US NAVY : http://www.navy.mil/search/display.asp?story_id=64443

C'est bon où tu as encore des problèmes de vue?

lol!

Revenir en haut Aller en bas
POSTKILL

avatar

Masculin Messages : 179
Date d'inscription : 23/01/2010

MessageSujet: postkill   Jeu 2 Fév 2012 - 18:31

Non la seul information c'est celle ci mais elle date de 2011 - 28 janvier

http://www.meretmarine.com/article.cfm?id=115205

On creuse
Revenir en haut Aller en bas
geoff78

avatar

Masculin Taureau Buffle
Messages : 4399
Date d'inscription : 02/05/2009
Age : 32
Localisation : Partout

MessageSujet: Re: Dossier sur l'Iran, géostratégie, manipulations, nucléaire, cartes   Jeu 2 Fév 2012 - 18:46

Recherches par toi-même je ne sais plus quoi faire pour t'aider!
Revenir en haut Aller en bas
geoff78

avatar

Masculin Taureau Buffle
Messages : 4399
Date d'inscription : 02/05/2009
Age : 32
Localisation : Partout

MessageSujet: Re: Dossier sur l'Iran, géostratégie, manipulations, nucléaire, cartes   Mar 14 Fév 2012 - 16:05

Frappes sur l'Iran : le compte à rebours d'Israël



Les nouvelles diatribes du président Ahmadinejad samedi pourraient accélérer les préparatifs d’un raid israélien massif sur les sites nucléaires iraniens.

Pour allumer les bougies du 33e anniversaire de la Révolution islamique, en Iran, le président Mahmoud Ahmadinejad a, une fois de plus, rajouté de l’huile sur le feu. "Si vous utilisez le langage de la force, je vous le dis clairement, la nation iranienne ne capitulera jamais", a-t-il martelé devant une foule électrisée. Surenchère verbale presque rituelle mais qui correspond aussi à un calendrier israélien qui se resserre de plus en plus.

Si l’Iran doit recevoir la semaine prochaine une délégation d’inspecteurs de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), Israël ne ralentit en rien ses préparatifs pour aller frapper les installations nucléaires iraniennes. D’abord, parce que le Premier ministre de l’État hébreu, Benjamin Netanyahou, reste persuadé que l’Iran ne doit pas franchir le seuil de fabrication de la bombe. Il en va de la "survie" même d’Israël, selon le ministre de la défense, Ehoud Barak. Sur ce dernier point, le chef du Mossad, Tamir Pardo, est en retrait, parle de "banalisation" de l’excès de langage, tandis que son prédécesseur, Meir Dagan, met en garde le cabinet israélien contre tout "aventurisme".

Attaquer avant les élections en Russie et aux États-Unis

Deuxième argument sur l’échéancier, l’État hébreu, s’il veut frapper, souhaite utiliser de préférence le corridor aérien qui passe par l’Irak tant que les alliés américains le contrôlent, autrement dit, avant que le gouvernement chiite pro-iranien de Bagdad n’en ait la maîtrise totale. Israël, enfin, ne souhaite pas attendre que les élections à venir en Moyen-Orient Les nouvelles diatribes du président Ahmadinejad samedi pourraient accélérer les préparatifs d’un raid israélien massif sur les sites nucléaires iraniens Russie et aux États-Unis modifient sa capacité d’agir. Or, rien ne dit que Vladimir Poutine tiendra longtemps la promesse de la Russie de ne pas livrer des batteries de missiles antiaériens S-300 aux forces iraniennes, systèmes performants capables de repérer et d’éliminer les appareils israéliens.

Et Barack Obama, dans l’hypothèse où il serait réélu, pourrait utiliser tous les moyens offerts par une légitimité renforcée pour empêcher Israël de frapper. La venue à Washington le 3 mars de Benyamin Netanyahou sera l’occasion pour lui de vérifier la loyauté de ses alliés. À l’heure où les républicains en campagne reprochent au camp démocrate sa "faiblesse" face à l’Iran. À l’image de l’éditorialiste pro-israélien du Wall Street Journal, Bret Stephens, qui écrit : "Détruire les sites iraniens sera une victoire de courte durée si cette action n’épouse pas l’objectif plus large de mettre fin au régime iranien." En attendant, comme l’observent les spécialistes du renseignement consultés par le JDD, l’armée de l’air israélienne a testé ses capacités d’agir. "Une centaine d’avions pourrait être mobilisée", nous dit-on, pour mener à bien une frappe multiple ou une série de bombardements étalés sur quelques jours.

Quelle riposte pour l’Iran?

"Ils n’auront jamais la salle des centrifugeuses de Fordo, qui est enfouie à près de 80 mètres sous le granit, mais pourquoi pas la cantine des ingénieurs nucléaires?", avance un expert militaire qui veut garder l’anonymat. Avec le risque que, dès le deuxième jour, l’Iran riposte avec les moyens qui lui restent. "Leurs F-14 et leurs Mig-29 ne sont pas tout neufs mais il suffirait qu’Israël perde un ou plusieurs appareils pour que la mission soit déréglée.



Les Iraniens ont menacé de s’en prendre au détroit d’Ormuz (voir carte) ( http://www.lejdd.fr/International/Moyen-Orient/Actualite/Petrole-l-Iran-menace-le-trafic-mondial-447754/ ), par lequel transitent 35 % du pétrole mondial. "Ils ont multiplié la production de vedettes rapides lance-missiles pour les prépositionner sur les côtes", constate un militaire expert du Golfe. Pour pousser les Américains et leurs alliés sur zone à la faute? "Au moindre signal de fumée dans le Golfe, les prix des assurances maritimes et du baril de brut s’envoleront", prévient un spécialiste. Et cette phase irrationnelle sera une alliée précieuse pour l’Iran. Voilà pourquoi la fameuse conférence annuelle d’Herzliya, organisée fin janvier par le lobby militaro-industriel israélien, a fait plancher ses têtes pensantes sur des thèmes aussi évidents que "la bombe à retardement iranienne" ou "comment se préparer à un baril à 250 dollars?" Dans le même temps, Tsahal intensifie le renforcement de ses dispositifs de défense sur le front nord, à la frontière du Sud-Liban contrôlée par le Hezbollah, autour de Gaza, et multiplie les exercices de protection civile. Sans s’en cacher. Ce qui fait évidemment partie de la guerre psychologique.

François Clémenceau avec Christian Brunel, à Jérusalem, et Alexandra Geneste, à New York - Le Journal du Dimanche


Source : http://www.lejdd.fr/International/Moyen-Orient/Actualite/Frappes-sur-l-Iran-le-compte-a-rebours-d-Israel-486038/

Lire aussi :

http://www.courrierinternational.com/article/2012/01/12/scenario-de-guerre-dans-le-detroit-d-ormuz

http://liesidotorg.wordpress.com/2012/01/11/une-recente-analyse-de-gerald-celente-suite-partie-iii/














Revenir en haut Aller en bas
geoff78

avatar

Masculin Taureau Buffle
Messages : 4399
Date d'inscription : 02/05/2009
Age : 32
Localisation : Partout

MessageSujet: Re: Dossier sur l'Iran, géostratégie, manipulations, nucléaire, cartes   Mer 15 Fév 2012 - 14:44

Voici un petit tour de l'actualité internationale concernant l'Iran et l'état d'esprit de ses ennemis :


Iran, convocation d'ambassadeurs européens au ministère des Affaires Étrangères : http://french.irib.ir/info/iran-actualite/item/170238-iran-convocation-dambassadeurs-européens-au-ministère-des-ae

Washington, contrarié par la poursuite des relations irano-indiennes : http://french.irib.ir/info/iran-actualite/item/169792-washington-decu-de-la-poursuite-des-relations-irano-indiennes

L’Iran est en mesure de porter préjudice aux Etats-Unis : http://french.irib.ir/info/iran-actualite/item/169825-liran-est-en-mesure-de-porter-prejudice-aux-etats-unis-commandant-de-la-ve-flotte-americaine

La flotte de la Marine iranienne peut être présente, partout, dans le monde : http://french.irib.ir/info/iran-actualite/item/169919-la-flotte-de-la-marine-iranienne-peut-être-présente-partout-dans-le-monde

Iran/Inde, coopérations bancaires, accrues : http://french.irib.ir/info/iran-actualite/item/169966-iraninde-cooperations-bancaires-accrues

Renforcement des coopérations entre l'Iran et le Malaisie : http://french.irib.ir/info/economie/item/169834-renforcement-des-coopérations-entre-lira-net-le-malaisie

Sanction anti-Iranienne, les entreprises de l'UE, dans la tourmente : http://french.irib.ir/info/iran-actualite/item/169970-sanction-anti-iranienne-les-entreprises-de-lue-dans-la-tourmente

L'Iran cherche à élargir ses relations avec les pays d'Asie : http://french.irib.ir/info/iran-actualite/item/169996-liran-cherche-à-élargir-ses-relations-avec-les-pays-dasie

Une éventuelle attaque contre l'Iran coûterait très cher aux Etats-Unis : http://french.irib.ir/info/iran-actualite/item/169995-une-éventuelle-attaque-contre-liran-aurait-de-lourds-frais-pour-les-etats-unis-rédacteur-en-chef-datlantique

La Turquie n'a pas l'intention de boycotter le pétrole iranien : http://french.irib.ir/info/moyen-orient/item/170154-la-turquie-na-pas-lintention-de-boycotter-le-pétrole-iranien

Diabolisation de l'Iran se poursuit, Israël accuse l'Iran d'être derrière les attentats de Bangkok : http://french.irib.ir/info/moyen-orient/item/170090-diabolisation-de-liran-se-poursuit-israël-accuse-liran-dêtre-derrière-les-attentats-de-bangkok

L'Iran a de nouvelles centrifugeuses : http://french.irib.ir/info/international/item/170228-liran-a-de-nouvelles-centrifugeuses




Revenir en haut Aller en bas
evol

avatar

Masculin Messages : 6219
Date d'inscription : 15/05/2011
Localisation : systeme solaire - milkyway

MessageSujet: Re: Dossier sur l'Iran, géostratégie, manipulations, nucléaire, cartes   Mer 15 Fév 2012 - 16:39

Quand on regarde ou se trouve l'iran elle est clairement a un point géostratégique totale et absolue...

Non seulment elle a du petrole mais l'ensemble des grand bloc passe par elle... inde chine russie

Ca m'etonnererait que les USA ou autre peuvent lui déclarer la guerre sans avoir l'accord de tout les pays environnant...

Israel est comme un chien qui aboit en permanence...

"chien qui aboit ne mord pas..."

beaucoup de déclaration sont faite a travers les medias juste pour faire de l'intimidation...

jamais rien résultat...

Par contre la cyber guerre avec le virus capable de mettre en berne les centifuguse est carrément du génie lol

Un virus informatique qui a été capable de déjouer la totalité des System de sécurité, c'est fort quand meme...

mais l'iran ira surment au bout de son programme nucléaire...

La betise humaine etant infinie....


Le jour ou il penseront au bien etre de leur peuple il dépenseront moins pour faire la guerre No



Revenir en haut Aller en bas
yous_f



Masculin Messages : 1076
Date d'inscription : 10/06/2011

MessageSujet: Re: Dossier sur l'Iran, géostratégie, manipulations, nucléaire, cartes   Ven 17 Fév 2012 - 18:55

Bernard Hourcade, Directeur de recherche au CNRS, interviewé par radio France Culture:

http://www.franceculture.fr/player/reecouter?play=4385589

Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
geoff78

avatar

Masculin Taureau Buffle
Messages : 4399
Date d'inscription : 02/05/2009
Age : 32
Localisation : Partout

MessageSujet: Re: Dossier sur l'Iran, géostratégie, manipulations, nucléaire, cartes   Ven 17 Fév 2012 - 20:59

bien merci yous_f bien
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Dossier sur l'Iran, géostratégie, manipulations, nucléaire, cartes   

Revenir en haut Aller en bas
 

Dossier sur l'Iran, géostratégie, manipulations, nucléaire, cartes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

 Sujets similaires

-
» Iran et l'arme nucléaire
» LE PRÉSIDENT RUSSE MEDVEDEV AVERTIT SÉRIEUSEMENT L'IRAN... BRAVO !
» GUERRE EN IRAN : DES FRAPPES-ECLAIRS SONT PREVUES: ARTICLE!
» L’Iran proche de la bombe atomique. Faut-il redouter le pire ?
» Géopolitique, Actualités, Prophéties

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Planète Révélations :: Informations Mondiales :: Dossiers-