Planète Révélations
Bienvenu sur Planète Révélations, bonne visite à vous...

Planète Révélations


 
AccueilFAQRechercherGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Rome antique, la salle de Néron

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Rome antique, la salle de Néron   Ven 18 Mar 2011 - 10:32

La salle de banquet tournante de Néron, à Rome - octobre 2009

La découverte des vestiges de la salle de banquet tournante de Néron viennent d'être révélés, par une équipe d'archéologues dirigée par Françoise Villedieu, directeur de recherche CNRS au Centre Camille Jullian (CNRS/Université de Provence). Élément de prestige de la « Domus Aurea », palais impérial bâti au 1er siècle après Jésus-Christ sur le Mont Palatin à Rome, cette pièce de réception avait été décrite par l'historien romain Suétone. Elle avait tout pour impressionner les invités : une riche décoration, mais aussi une salle à manger circulaire, la « Cenatio rotunda » qui tournait jour et nuit en imitant le mouvement de la terre.

D'ores et déjà, les fouilles ont permis d'identifier des salles pouvant correspondre à des espaces de service, situés sous la pièce, ainsi qu'une partie du mécanisme assurant la rotation du plancher. Sans comparaison connue aujourd'hui, il représente un élément unique de l'architecture romaine.
L'édifice de plan circulaire, que vient de dégager partiellement l'équipe d'archéologues dirigée par Françoise Villedieu du Centre Camille Jullian (CNRS/Université de Provence), appartient certainement à un corps de bâtiment du palais de Néron. Ce « nouveau » pavillon de la Domus Aurea pourrait être conservé sur environ 60 m de longueur, ainsi que le révèlent quelques indices.

Au stade actuel, les fouilles ont mis au jour un court tronçon du mur qui circonscrit la rotonde : un mur de 2,10 m d'épaisseur, qui dessine un cercle mesurant 16 m de diamètre. Au centre se dresse, sur plus de 10 m de hauteur, un pilier de 4 m de diamètre. Le pilier et le mur sont reliés par deux séries d'arcs placés en position radiale, qui couvrent l'un le rez-de-chaussée, en cours de fouille, l'autre le premier étage. Sept arcs ont déjà été vus : quatre au niveau supérieur - parmi lesquels un seul est intact – et trois au niveau inférieur.

Les murs, bien que réalisés avec le plus grand soin, sont dépourvus de revêtements décoratifs, un détail qui nous apprend que les salles concernées étaient des espaces de service. L'étage noble devait donc nécessairement se trouver au-dessus, à un niveau où l'on observe que le sommet des maçonneries ne conserve aucune trace de l'arrachement d'une couverture ou de murs.

Le seul vestige de cet aménagement se présente sous la forme de trois cavités hémisphérique mesurant 23 cm de diamètre, qui devraient avoir servi de logement à des sphères en bronze ou en basalte. Les cavités, qui évoquent nos roulements à billes, la forme circulaire de l'édifice et les dimensions du pilier central laisse supposer que cet édifice serait la « cenatio rotunda » dont parle Suétone, une salle à manger qui était ronde et tournait sur elle-même, jour et nuit, en imitant le mouvement du monde. Il faut donc imaginer un pavement de bois articulé autour d'un axe fixé dans ou sur le pilier central, et entraîné par un mécanisme assisté par les sphères. L'hypothèse, pour devenir certitude, devra être renforcée par de nouvelles données, que seule l'extension de la fouille peut fournir, tout en livrant les informations complémentaires nécessaires afin de mieux comprendre le fonctionnement du dispositif qui devait assurer une rotation lente, mais continue, de la cenatio.

Il est déjà possible d'affirmer qu'il s'agit d'un édifice exceptionnel. La base étonne par ses qualités architecturales et l'étage noble occupait une position privilégiée en hauteur. De là, on dominait le parc et l'atrium du palais et le regard portait sur la plus grande partie de la ville : Capitole, Forum, Caelius, Palatin...

Dans le cadre d'un programme de préservation des vestiges antiques, la nécessité de mener une enquête complémentaire sur le système adopté au Ier siècle pour créer la grande terrasse artificielle de la Vigna Barberini s'est imposée. Mariantonietta Tomei, responsable du Palatin au sein de la Soprintendenza archeologica, a confié la direction de cette fouille à Françoise Villedieu du Centre Camille Jullian (CNRS/Université de Provence). Si les résultats recueillis au cours d'une campagne qui a duré deux mois (et vient de s'achever, le 25 septembre) ont permis d'atteindre le but fixé, ils ont aussi largement dépassé l'attente des intervenants. En conséquence, la Soprintendenza archeologica et le Ministero per i Beni culturali ont décidé d'étendre la fouille.


.
Revenir en haut Aller en bas
 

Rome antique, la salle de Néron

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» La Médecine Dans La Rome Antique (en construction)
» Plan de la Rome antique
» Question sur la Rome antique (situation de monuments)
» Devinette Rome Antique
» sorcellerie dans la grèce et la rome antique

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Planète Révélations :: Légendes & mystères :: Anciennes civilisations-