Planète Révélations
Bienvenu sur Planète Révélations, bonne visite à vous...

Planète Révélations


 
AccueilFAQRechercherGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 MORCEAUX CHOISIES (conversation avec Dieu) BY ME

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ofsen



Masculin Lion Dragon
Messages : 301
Date d'inscription : 09/04/2011
Age : 28
Localisation : la Réunion

MessageSujet: Re: MORCEAUX CHOISIES (conversation avec Dieu) BY ME   Mer 8 Juin 2011 - 16:43

Pour te remercier Pascale, voici la parabole de la petite âme et du Soleil :

Il y avait jadis une âme qui se savait lumière.
Comme c'était une âme neuve, elle avait hâte de faire des expériences.
" Je suis la lumière, disait-elle. Je suis la lumière ".
Mais elle avait beau le savoir et le dire, cela ne remplaçait pas l'expérience de la chose.
Et dans le royaume d'où émergeait cette âme, il n'y avait que de la vie.
Chaque âme était grande, chaque âme était magnifique et chaque âme luisait de
l'éclat de Mon imposante lumière.
Alors, la petite âme en question était comme une chandelle au soleil.
Au milieu de la plus grande lumière (dont elle faisait partie) elle ne pouvait ni se voir,
ni faire elle-même l'expérience de Qui et de Ce Qu'elle Est Vraiment.
Alors, cette âme se mit à aspirer de plus en plus à se connaître.
Et si grande était son aspiration qu'un jour Je lui dis :
" Sais-tu, Petite, ce que tu dois faire pour satisfaire ton aspiration ? "
" Quoi donc, Dieu ? Quoi ? Je ferais n'importe quoi ! " dit la petite âme.
" Tu dois te séparer de nous, lui répondis-Je,
puis tu dois invoquer l'obscurité sur toi. "
" Qu'est-ce que l'obscurité, ô Divin ? " demanda la petite-âme.
" C'est ce que tu n'es pas " lui répondis-Je, et l'âme comprit.
Alors, c'est ce que fit l'âme :
elle se détacha du tout, mais oui, et se rendit même dans un autre royaume.
Et dans ce royaume, l'âme avait le pouvoir d'invoquer
dans son expérience diverses sortes d'obscurité.
C'est ce qu'elle fit.
Mais, au milieu de toute l'obscurité,
elle s'écria :
" Père, Père, pourquoi m'as-Tu abandonnée ?

" Tout comme tu l'as fait, toi, à tes heures les plus sombres.
Mais Je ne t'ai jamais abandonné,
Je te suis toujours fidèle, prêt à te rappeler Qui Tu es Vraiment ;
prêt, toujours prêt, à te ramener chez toi.
Par conséquent, sois une lampe dans l'obscurité et ne la maudis pas.
Et n'oublie pas Qui Tu Es au moment où tu seras encerclé par ce que tu n'es pas.
Mais loue la création, au moment même où tu cherches à la changer.
Et sache que ce que tu feras au moment de ta plus grande épreuve
sera peut-être ton plus grand triomphe.
Car l'expérience que tu crées est une affirmation de qui Tu es et de Qui Tu Veux Etre.
" Tu peux choisir d'être une partie de Dieu,
n'importe laquelle, celle que tu veux, ai-Je dit à la Petite Âme.
Tu es l'absolue divinité qui fait l'expérience d'elle-même.
De quel aspect de la divinité veux-tu maintenant faire l'expérience ? "
" Tu veux dire que j'ai le choix ? " demanda la Petite Âme.
Et J'ai répondu :
" Oui. Tu peux faire l'expérience de n'importe quel aspect de la divinité,
en toi, en tant que toi et par ton intermédiaire. "
" D'accord, poursuit la Petite Âme, je choisis alors le pardon.
Je veux faire l'expérience de moi-même
en tant que cet aspect de Dieu appelé pardon complet. "
Alors, ça a créé un petit défi, comme tu peux l'imaginer.
Il n'y avait personne à qui pardonner.
Tout ce que j'ai créé est Perfection et Amour.

" Personne à qui pardonner ?
" demanda la Petite Âme, quelque peu incrédule.
" Personne, répétai-Je. Regarde autour de toi.
Vois-tu des âmes moins parfaites, moins merveilleuses que toi ? "
Là-dessus, la Petite Âme se retourna et fut surprise
de se voir entourée de toutes les Âmes du ciel.
Elles étaient venues des régions les plus éloignées du Royaume,
car elles avaient entendu dire que la Petite Âme
avait une extraordinaire conversation avec Dieu.
" je n'en vois aucune qui soit moins parfaire que moi ! s'exclama la Petite Âme.
A qui, alors, devrai-je pardonner ? "
A ce moment même, une autre âme se détacha de la foule.
" Tu peux me pardonner ", dit cette âme sympathique.
" D'avoir fait quoi ? " demanda la Petite Âme.
" Je viendrai dans ta prochaine vie physique et ferai quelque chose
que tu auras à me pardonner ", répondit l'Âme sympathique." Mais quoi ?
Qu'est-ce qu'un être d'une Lumière si parfaite comme toi
pourrait faire pour que je veuille lui pardonner ? "
voulut demander la Petite Âme.
" Oh ! répondit l'Âme sympathique en souriant,
je suis certaine que nous pourrons trouver quelque chose. "
" Mais pourquoi ferais-tu cela ? " .
La Petite Âme ne pouvait imaginer pourquoi un être d'une telle perfection
voudrait ralentir sa vibration
au point de pouvoir faire
quelque chose de " mauvais ".

" C'est simple, expliqua l'Âme sympathique,
je le ferais parce que je t'aime.
Tu veux faire l'expérience de toi-même en tant que pardon, n'est-ce pas ?
Et puis, tu as fait la même chose pour moi. "
" Vraiment ? " demanda la Petite Âme.
" Bien sûr. Tu ne te rappelles pas ?
Nous avons été tout cela, toi et moi.
Nous en avons été le haut et le bas, et la gauche et la droite.
Nous en avons été l'ici et le là, et le maintenant et le alors.
Nous en avons été le grand et le petit , le mâle et la femelle, le bon et le mauvais.
Nous avons été tout cela.
" Et nous l'avons fait selon un accord pour que chacun de nous
puisse faire l'expérience de soi en tant que la partie la plus grandiose de Dieu.
Car nous avons compris que…
" Faute de ce que tu n'es pas, ce que tu es, n'est PAS.
" Faute de " froid ", tu ne peux avoir de " chaleur " ;
Faute de " tristesse ", tu ne peux te sentir " heureux " ;
Faute de " mal ", l'expérience que tu appelles " bien " ne peut exister.
Si tu choisis d'être une chose,
quelque chose ou quelqu'un de contraire à cela doit apparaître quelque part
dans ton univers pour rendre cela possible. "

L'Âme sympathique expliqua alors que ces gens sont les anges spéciaux de Dieu,
et ces circonstances, les cadeaux de Dieu.
" Je ne demande qu'une chose en retour ", déclara l'Âme sympathique
" N'importe quoi ! N'importe quoi ! " s'écria la Petite Âme.
A présent, elle était excitée à l'idée de savoir qu'elle pouvait faire l'expérience
de chaque aspect divin de Dieu.
Elle comprenait le plan.
" A l'instant où je te frappe et te châtie,dit l'Âme sympathique,
à l'instant où je te fais le pire que tu puisses imaginer -
à ce même instant…rappelle-toi qui je suis vraiment. "
" Oh ! je n'oublierai pas, promit la Petite Âme.
Je te verrai dans la perfection dans laquelle je te tiens maintenant
et me rappellerai qui tu es, toujours . "


Extraite de " Conversations avec Dieu " de Neal Donald Walsh (Ed. Ariane)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: MORCEAUX CHOISIES (conversation avec Dieu) BY ME   Mer 8 Juin 2011 - 17:06

wow... Merci Ofsen sunny
Revenir en haut Aller en bas
Rico



Masculin Messages : 141
Date d'inscription : 17/12/2010

MessageSujet: Re: MORCEAUX CHOISIES (conversation avec Dieu) BY ME   Mer 8 Juin 2011 - 21:13

coeur

Merci Pascale , Merci Ofsen
Revenir en haut Aller en bas
silverlord06



Masculin Balance Cheval
Messages : 468
Date d'inscription : 20/05/2011
Age : 38
Localisation : ADI WORLD

MessageSujet: MORCEAUX CHOISIES (conversation avec Dieu) BY ME   Mer 13 Juil 2011 - 12:51

jai repertorie certains morceaux de textes assez interressants qui sont aussi des archives pour moi du livre conversation avec Dieu tome 3

en esperant que certaines questions trouvent leurs reponses grace a ca :)



Je suis la Déesse.
Je suis l'Être suprême. Le Tout de chaque chose. Le commencement et la fin. L'alpha et l'oméga.
Je suis la somme et la substance. La question et la réponse. Le haut et le bas. La gauche et la droite, l'ici et le maintenant, l'avant et l'après.
Je suis la lumière, et Je suis l'obscurité qui crée la lumière et la rend possible. Je suis la bonté infinie, et la «méchanceté» qui fait que la «bonté» est bonne. Je suis toutes ces choses — le Tout de chaque
chose — et Je ne peux faire l'expérience d'aucune partie de moi-même sans faire l'expérience de tout moi-même.

Je suis le Tout magnifique, et ce que Je cherche, c'est de me connaître d'une façon expérientielle. Je fais cela à travers toi, et à travers tout ce qui existe. Et Je fais l'expérience de moi-même comme d'un être magnifique par les choix que Je fais. Car chaque choix crée le Soi. Chaque choix est définitif. Chaque choix me représente — c'est-à-dire qu'il me re-présente — comme étant qui Je choisis d'être maintenant.
Je ne peux pas choisir d'être magnifique si je n'ai aucun choix. II faut qu'une partie de moi soit moins magnifique pour que Je choisisse la partie de moi qui est magnifique.
Il en va de même pour toi.
Je suis Dieu, plongé dans l'acte de création de moi-même.
Et il en va ainsi pour toi.
C'est ce que ton âme se languit de faire. C'est ce dont ton âme a faim.
Si Je t'empêchais d'avoir ce que tu choisis, Je m'empêcherais moi-même d'avoir ce que Je choisis. Car mon plus grand désir est de faire l'expérience de moi-même en tant que ce que Je suis. Et, comme Je l'ai soigneusement et méticuleusement expliqué dans le tome 1, Je ne peux le faire que dans l'espace de ce que Je ne suis pas.
Ainsi, J'ai soigneusement créé ce que Je ne suis pas, afin de faire l'expérience de ce que Je suis.
Mais Je Suis tout ce que Je crée — donc Je Suis, en un sens, ce que Je ne suis pas.
tant que Créateur.
Je ne suis ni le Dieu de vos mythologies ni la Déesse. Je suis Le Créateur – celui qui crée. Mais Je choisis de me connaître dans ma propre expérience.
Tout comme Je connais la perfection de mon dessin par l'intermédiaire d'un flocon de neige, mon incroyable beauté par celui d'une rose, ainsi, aussi, Je connais mon pouvoir créateur – par ton intermédiaire.
À toi, J'ai donné la capacité de créer consciemment ton expérience, qui est la capacité que J'ai.
Par ton entremise, Je peux connaître chaque aspect de moi. La perfection du flocon de neige, l'incroyable beauté de la rose, le courage des lions, la majesté des aigles, tout réside en toi. En toi, J'ai placé toutes ces choses et une de plus : la conscience de cela.
Ainsi êtes-vous devenus conscients du Soi. Ainsi avez-vous reçu le plus grand cadeau, car vous avez été conscients d'être vous-mêmes – ce qui est exactement ce que Je suis.
Je suis moi-même, conscient de moi-même étant moi-même.
C'est ce que signifie l'énoncé : Je suis ce que je suis.
Tu es cette part de moi qui est la conscience en pleine expérience.
Et ce dont tu fais l'expérience (et ce dont Je fais l'expérience par ton intermédiaire), c'est moi, en train de me créer.
Je suis dans l'acte continuel de me créer.

les âmes rapidement libérées du corps se souviennent de surveiller et de maîtriser très soigneusement leurs pensées, car tout ce à quoi elles pensent, elles le créent et en font l'expérience.
Je le redis, il en va de même pour les âmes qui résident encore dans un corps, sauf qu'en général, les résultats ne sont pas aussi immédiats. Et c'est le délai entre la pensée et la création - qui peut s'étaler sur des jours, des semaines, des mois ou même des années - qui crée l'illusion que les choses t'arrivent, et non que c'est toi qui les fais survenir. C'est une illusion qui te pousse à oublier que tu es en cause dans ce cheminement.
Comme je l'ai décrit plusieurs fois, cet oubli est «intégré au système». Il fait partie du processus. Car tu ne peux créer qui tu es à moins d'oublier qui tu es. Ainsi, l'illusion qui provoque l'oubli est un effet délibérément créé.
Lorsque tu quitteras ton corps, ce sera donc pour toi une grande surprise que de voir le lien instantané et évident entre tes pensées et tes créations. La surprise sera d'abord bouleversante, puis très agréable, lorsque tu commenceras à te rappeler que tu es en cause dans la création de ton expérience et non le simple récepteur des effets.

lumière devant les hommes afin que ceux qui se tiennent dans l'obscurité soient illuminés par la lumière de ton être et que vous tous voyiez, enfin, qui vous êtes vraiment.
Sois un Messager de la Lumière. Car ta lumière peut éclairer davantage que ton propre chemin. Elle peut vraiment éclairer le monde.
Continue de briller, alors, ô luminaire ! Continue de briller ! Que le moment de ta plus grande obscurité puisse devenir ton plus grand cadeau. Et alors même que tu reçois un cadeau, ainsi, offre-le aux autres pour leur donner un trésor indicible : eux-mêmes.
Que ce soit ta tâche, que ce soit ta plus grande joie : redonner les gens à eux-mêmes. Même à l'heure la plus sombre. Surtout à cette heure-là.
Le monde t'attend. Guéris-le. Maintenant. Là où tu te trouves. Ton action peut être considérable.
Car mes brebis sont perdues, et il faut maintenant les retrouver. Soyez donc de bons bergers et ramenez-les-moi.

Si votre seul désir est de connaître l'éternelle vérité de tout ce qui est, de comprendre les grands mystères, de faire l'expérience de la réalité la plus grande, vous y arriverez.
Oui, il y existe une unique grande vérité ; il existe une réalité finale. Mais vous recevrez toujours ce que vous choisissez, sans égard à cette réalité - précisément parce qu'en réalité, vous êtes une créature divine, créant divinement votre réalité au moment même où vous en faites l'expérience.
Mais si vous choisissez de cesser de créer votre propre réalité individuelle et commencez à comprendre et à faire l'expérience d'une réalité plus vaste, unifiée, vous aurez une occasion immédiate de le faire.
Ceux qui «meurent» dans l'état de ce choix, de ce désir, de cette volonté et de cette connaissance, passent immédiatement à l'expérience de l'unité. Les autres n'en font l'expérience que s'ils le désirent, comme ils le veulent et quand ils le veulent.
II en va précisément de même lorsque l'âme est avec le corps.
Tout est question de désir, de choix, de création et, en définitive, de création de «l'incréable» ; c'est-à-dire que vous faites ainsi l'expérience de ce qui a déjà été créé.
C'est le créateur créé. Celui qui bouge sans bouger. C'est l'alpha et l'oméga, l'avant et l'après, l'aspect maintenant-alors-toujours de tout, que vous appelez Dieu.
Je ne t'abandonnerai pas, mais Je ne m'imposerai pas à toi. Je ne l'ai jamais fait et ne le ferai jamais. Tu me reviendras chaque fois que tu le voudras. À présent, tandis que tu es avec ton corps, ou après que tu l'auras quitté. Chaque fois qu'il te plaira, tu pourras retourner à l'Un et faire l'expérience de la perte de ton être individuel. Tu pourras également recréer l'expérience de ton Soi individuel.
Tu peux faire l'expérience, comme il te plaira, de n'importe quel aspect de tout ce qui est, dans une proportion infime ou grandiose. Tu peux faire l'expérience du microcosme ou du macrocosme.

Durant la période qui suivra ta «mort», tu pourras choisir de recevoir une réponse à chaque question que tu t'es jamais posée - et de t'ouvrir à de nouvelles questions dont tu n'as jamais rêvé l'existence. Tu pourras choisir de faire l'expérience de l'unité avec tout ce qui existe. Et tu auras une chance de décider de ce que tu veux être, faire et avoir ensuite.
Choisis-tu de retourner à ton corps le plus récent ? Choisis-tu de refaire l'expérience de la vie sous une forme humaine, ou sous une autre ?
Choisis-tu de rester où tu es, dans le «monde des esprits», au niveau dont tu feras alors l'expérience? Choisis-tu de continuer, d'aller plus loin, dans ta connaissance et ton expérience ? Choisis-tu de «perdre ton identité» complètement et de faire partie de l'Un ?
Que choisis-tu ? Que choisis-tu ? Que choisis-tu ?
Toujours, voilà la question que Je te poserai. Toujours, voilà l'interrogation de l'univers. Car l'univers ne sait rien d'autre que de t'accorder ton souhait le plus cher, ton désir le plus grand. En effet, il fait cela à chaque instant, chaque jour. La différence entre toi et moi, c'est que tu n'en es pas conscient.
Moi, je le suis.

1. Toute pensée est énergie.
2. Toutes les choses sont en mouvement.
3. Tout le temps est dans l'instant présent.
Les médiums sont des gens ouverts aux expériences que produisent ces phénomènes : des vibrations. Parfois sous forme d'images dans l'esprit. Parfois une pensée sous la forme d'un mot.
Le médium devient habile à sentir ces énergies. Ce n'est peut-être pas facile au début, puisque ces énergies sont très légères, très flottantes, très subtiles. Comme la brise la plus légère d'un soir d'été que tu as cru sentir effleurer tes cheveux - sans en être sûr. Comme le moindre son, très loin, que tu crois avoir entendu, sans en être certain. Comme le faible tremblement d'une image dans le coin de ton oeil que tu aurais juré avoir vu mais qui, quand tu le regardes en face, disparaît. S'évanouit. Se trouvait-il vraiment là ?
C'est la question que le médium débutant se pose toujours. Le médium accompli ne se la pose jamais, car poser la question écarte la réponse. Poser la question engage l'esprit, et c'est la dernière chose qu'un médium désire. L'intuition ne réside pas dans l'esprit. Pour être médium, il faut perdre la tête. Car l'intuition a son siège dans la psyché. Dans l'âme.
L'intuition est l'oreille de l'âme.
L'âme est l'unique instrument assez sensible pour «attraper» les moindres vibrations de la vie, «sentir» ces énergies, sentir ces ondes dans le champ, et les interpréter.
Tu as six sens, et non cinq. Ce sont : l'odorat, le goût, le toucher, la vue, l'ouïe et... la connaissance.
Alors, voici comment agit le «pouvoir médiumnique».
Chaque fois que tu as une pensée, elle envoie une énergie. Elle est de l'énergie. L'âme du médium intercepte cette énergie. Le véritable médium ne s'arrêtera pas pour l'interpréter, mais se contentera probablement de laisser échapper ce que lui inspire cette énergie. C'est ainsi qu'un médium peut te dire ce que tu es en train de penser.
Chaque sentiment que tu as jamais eu réside dans ton âme. Ton âme est la somme de tous ces sentiments. Elle en est l'entrepôt. Même si tu y as emmagasiné ces sentiments il y a des années, un médium véritablement ouvert peut «percevoir» ces «sentiments» ici et maintenant. C'est que tous ensemble, maintenant...

Alors... la raison d'être et le dessein de votre vie se résument à décider et à être qui vous êtes vraiment. Vous le faites chaque jour. A partir de chaque geste, de chaque pensée, de chaque parole. Dans la mesure où vous êtes satisfaits de cela - de qui vous êtes selon votre expérience -, dans cette mesure, vous vous en tiendrez, plus ou moins, à la création, en n'apportant que des ajustements mineurs, ici et là, pour la rapprocher de plus en plus de la perfection.
Paramahansa Yogananda est un exemple d'un être très proche de la «perfection» en tant que représentation de ce qu'il pensait de lui-même. II avait une idée très claire de lui-même et de sa relation avec moi, et il a utilisé sa vie pour «représenter» cela. Il désirait faire l'expérience de l'idée qu'il se faisait de lui-même dans sa propre réalité ; se connaître en tant que tel, de façon expérientielle.
Babe Ruth [grand joueur de baseball américain des années 30] a fait la même chose. II se faisait une idée très claire de lui-même et de sa relation avec moi, et il a utilisé sa vie pour représenter cela ; pour se connaître dans sa propre expérience.
Peu de gens vivent à ce niveau. D'accord, le maître et Babe se faisaient des idées entièrement différentes d'eux-mêmes, mais ils les ont tous deux jouées de façon magnifique.
De plus, ils se faisaient tous les deux des idées dissemblables sur moi, c'est sûr, et venaient de niveaux différents de conscience à propos de qui je suis et de leur véritable relation avec moi. Et ces niveaux de conscience se reflétaient dans leurs pensées, leurs paroles et leurs gestes.
L'un passa presque toute sa vie dans un espace de paix et de sérénité, et apporta une paix et une sérénité profondes aux autres. L'autre se trouvait dans un espace d'anxiété, d'agitation, de colère occasionnelle (surtout lorsqu'il ne pouvait arriver à ses fins) et apporta de l'agitation à la vie de ceux qui l'entouraient.
Mais tous les deux avaient bon coeur - personne n'eut jamais de toucher plus doux que Babe Ruth -, et la différence entre eux, c'est que l'un n'avait presque rien en matière d'acquisitions matérielles, mais ne voulut jamais plus que ce qu'il possédait, tandis que l'autre «avait tout» et n'obtint jamais ce qu'il voulait vraiment.
Si c'était la fin pour George Herman [son nom véritable], Je suppose que nous pourrions tous nous sentir un peu tristes, mais l'âme qui s'est incarnée en tant que Babe Ruth est loin d'en avoir terminé avec ce processus appelé évolution. Cet homme a eu une occasion de revoir les expériences qu'il a produites pour lui-même, comme les expériences qu'il a produites pour les autres. Et à présent, il est sur le point de décider de ce dont il aimerait faire l'expérience ensuite, en cherchant à se créer et à se recréer dans des versions de plus en plus grandioses.
Nous allons interrompre ici notre récit sur ces deux âmes, car elles ont toutes deux fait leur prochain choix concernant ce dont elles veulent faire l'expérience à présent - et en fait, elles en font maintenant l'expérience.

après ce que vous appelez votre mort.
Certaines âmes sentent qu'elles aimeraient en connaître bien davantage et se retrouvent à l'«école», tandis que d'autres âmes - que vous appelez les «vieilles âmes» - leur enseignent. Et que leur enseignent-elles ? Qu'elles n'ont rien à apprendre. Qu'elles n'ont jamais rien eu à apprendre. Que tout ce qu'elles ont jamais eu à faire, c'était de se rappeler. Se rappeler qui et ce qu'elles sont vraiment.
On leur «enseigne» que l'expérience de qui elles sont s'acquiert dans le fait de le mettre en action ; dans le fait de l'être. On le leur rappelle en le leur montrant gentiment.
D'autres âmes se sont déjà rappelé cela au moment où elles sont arrivées - ou peu après leur arrivée - «de l'autre côté». (J'utilise à présent le langage qui vous est familier, en parlant dans votre jargon pour, autant que possible, ne pas nous embarrasser de mots.) Ces âmes peuvent alors chercher la joie immédiate de faire l'expérience d'elles-mêmes en tant que tout ce qu'elles veulent «être». Elles peuvent choisir parmi les millions, les trillions d'aspects de moi, et choisir d'en faire l'expérience, sur place et sur-le-champ. Certaines peuvent aussi choisir de retourner à la forme physique pour le faire.

La conscience est une chose merveilleuse. Elle peut se diviser en mille morceaux. Un million. Un million multiplié par un million.
Je me suis divisé en un nombre infini de «morceaux» - afin que chaque «morceau» de moi puisse se regarder et voir la merveille de qui et de ce que Je suis.

Aucune expérience n'est conférée à aucune âme contre la volonté de celle-ci. C'est, par définition, impossible, puisque l'âme crée chaque expérience.
L'âme ne veut rien. L'âme a tout. Toute la sagesse, toute la connaissance, tout le pouvoir, toute la gloire. L'âme est la partie de toi qui ne dort jamais ; qui n'oublie jamais.
L'âme désire-t-elle que le corps meure ? Non. Le désir de l'âme est que tu ne meures jamais. Mais l'âme quittera le corps - changera de forme corporelle, laissant derrière elle, en un clin d'oeil, la plus grande part du corps matériel - lorsqu'elle ne verra plus la nécessité de demeurer sous cette forme.

tu dois contempler la mort et la perte dès que tu perçois le moindre instant de vie, sinon tu n'auras perçu aucune vie, mais n'en connaîtras que la moitié.
Chaque instant se termine aussitôt qu'il commence. Si tu ne vois pas cela, tu ne verras pas ce qu'il y a là d'exquis, et l'instant te semblera ordinaire.
Chaque interaction «commence à finir» dès qu'elle «commence à être». Ce n'est que lorsqu'on le contemple véritablement et qu'on le comprend profondément que le trésor entier de chaque instant - et de la vie même - s'ouvre à vous.
La vie ne peut se donner à toi si tu ne comprends pas la mort. Tu dois faire plus que la comprendre. Tu dois l'aimer, autant que tu aimes la vie.
Le temps que tu passes avec chaque personne serait glorifié si tu savais que c'est la dernière fois que tu es avec elle. Ton expérience de chaque instant serait accrue d'une façon incommensurable si tu pensais que c'est le dernier moment semblable. Ton refus de contempler ta propre mort mène à ton refus de contempler ta propre vie.
Tu ne la vois pas vraiment. Tu rates l'instant et tout ce qu'il recèle pour toi. Tu regardes à côté plutôt qu'à travers.
Lorsque tu regardes profondément quelque chose, tu vois à travers. Contempler profondément quelque chose, c'est voir à travers. Ainsi, l'illusion cesse d'exister. On voit une chose pour ce qu'elle est vraiment. Et c'est alors, seulement, qu'on peut vraiment en jouir - c'est-à-dire y mettre de la joie. («Jouir», c'est rendre une chose joyeuse.)
Même l'illusion, tu peux alors en jouir. Car tu sais que c'est une illusion, et c'est la moitié de la jouissance ! Ce qui cause la douleur, c'est le fait que tu crois que c'est réel.
Aucune chose n'est douloureuse si tu comprends qu'elle n'est pas réelle. Permets-moi de le répéter.
Aucune chose n'est douloureuse si tu comprends qu'elle n'est pas réelle.
C'est comme un film, un drame, joué sur la scène de ton esprit. Tu crées la situation et les personnages. Tu écris les répliques.
Rien n'est douloureux dès que tu comprends que rien n'est réel. C'est aussi vrai de la mort que de la vie.
Quand tu comprendras que la mort, aussi, est une illusion, alors tu pourras dire : «Ô mort, où est ta victoire ?»
Tu pourras même jouir de la mort ! Tu pourras même jouir de la mort de quelqu'un d'autre.
Cela te semble-t-il étrange ? Cela te semble-t-il étrange à dire ? Seulement si tu ne comprends pas la mort - et la vie.
La mort n'est jamais une fin ; c'est toujours un commencement. Une mort est une porte qui s'ouvre et non une porte qui se ferme.
Lorsque tu comprendras que la vie est éternelle, tu comprendras que la mort est une illusion qui te garde fort inquiet et qui, par conséquent, t'aide à croire que tu es ton corps. Mais tu n'es pas ton corps ; ainsi, la destruction de ton corps n'a aucun intérêt pour toi.
La mort devrait t'enseigner que ce qui est réel, c'est la vie. Et la vie t'enseigne que ce qui est inévitable n'est pas la vie, mais «l'impermanence».
«L'impermanence» est la seule vérité.
Rien n'est permanent. Tout se transforme. À chaque instant. À chaque moment.
S'il existait quelque chose de permanent, ce ne pourrait pas être. Car pour avoir une signification quelconque, le concept même de permanence dépend de «l'impermanence» . Par conséquent, même la permanence est «impermanente». Regarde cela en profondeur. Contemple cette vérité. Comprends-la, et tu comprendras Dieu.
C'est le Dharma et c'est le Bouddha. C'est le Bouddha Dharma. C'est l'enseignement et l'enseignant. C'est la leçon et le maître. C'est l'objet et l'observateur, enroulés ensemble.
Ils n'ont jamais été autrement qu'Un. C'est toi qui les as déroulés, afin que ta vie puisse se dérouler devant toi.
Mais en regardant ta propre vie se dérouler devant toi, ne te défais pas toi-même. Garde l'unité de ton Soi ! Vois l'illusion ! Jouis-en ! Mais ne la deviens pas !
Tu n'es pas l'illusion, mais son créateur.
Tu es dans ce monde, mais tu n'en fais pas partie.
Alors, utilise ton illusion de la mort. Utilise-la ! Permets-lui d'être la clé qui t'ouvrira à une plus grande part de la vie.
Vois la fleur en train de mourir et tu verras la fleur d'un regard triste. Mais considère la fleur comme une partie de tout un arbre en train de changer, et qui portera bientôt ses fruits, et tu verras la fleur dans sa véritable beauté.
Observe cela soigneusement, et tu verras que la vie est sa propre métaphore.
Rappelle-toi toujours que tu n'es pas la fleur, que tu n'es même pas le fruit. Tu es l'arbre. Et tes racines sont profondes, incrustées en moi. Je suis le sol dont tu as jailli, et tes fleurs et tes fruits retourneront à moi, créant à nouveau un sol riche. Ainsi, la vie engendre la vie et ne peut connaître la mort,jamais.

Si tu te rappelais tout, la partie serait finie. Tu es venu pour une raison particulière, et ton divin dessein serait contrecarré si tu comprenais comment tout s'emboîte. À ce niveau de conscience, certaines choses resteront toujours un mystère, et c'est bien ainsi.
Alors, n'essaie pas de résoudre tous les mystères. Pas d'un seul coup, en tout cas. Accorde une chance à l'univers. Cela se déroulera en temps voulu.
Jouis de l'expérience du devenir.

II est important d'apprendre à connaître la divine dichotomie et de la comprendre à fond, si on veut vivre avec grâce dans notre univers.
Elle soutient qu'il est possible, pour deux vérités apparemment contradictoires, d'exister simultanément dans le même espace.
Sur votre planète, actuellement, les gens ont de la difficulté à accepter cette idée. Ils aiment l'ordre, et tout ce qui ne cadre pas avec cette image est automatiquement rejeté. Voilà pourquoi, lorsque deux réalités commencent à s'affirmer et semblent se contredire, on suppose immédiatement que l'une d'elles doit être fausse. II faut beaucoup de maturité pour voir et accepter qu'en fait, elles sont peut-être vraies toutes les deux.
Mais dans le domaine de l'absolu - par opposition au domaine du relatif dans lequel tu vis -, il est très clair que la seule vérité qui est tout ce qui existe produit parfois un effet qui, lorsqu'on le voit en termes relatifs, ressemble à une contradiction.
Cela s'appelle la divine dichotomie, et c'est une partie très réelle de l'expérience humaine. Et comme Je l'ai dit, il est quasi impossible de vivre dans la grâce sans accepter cela. On est toujours en train de grogner, de se mettre en colère, de tout démolir, cherchant vainement la «justice» ou tentant sincèrement de réconcilier des forces contraires qui ne peuvent l'être, mais qui, par la nature même de la tension entre elles, produisent exactement l'effet désiré.
En fait, le domaine du relatif est structuré par ce genre de tensions, comme celle entre le bien et le mal. Dans la réalité ultime, il n'y a ni bien ni mal. Dans le domaine de l’absolu, il n'y a que de l'amour. Mais dans le domaine du relatif, vous avez créé l'expérience de ce que vous «appelez» le mal, et vous l'avez fait pour une très bonne raison. Vous vouliez faire l'expérience de l'amour, et non seulement «savoir» que l'amour est tout ce qui existe, mais vous ne pouvez faire l'expérience d'une chose lorsqu'il n'y a rien d'autre qu'elle. Ainsi, vous avez créé dans votre réalité (et vous continuez de le faire chaque jour) une polarité du bien et du mal, en utilisant l'un pour expérimenter l'autre.
Nous sommes donc ici confrontés à une divine dichotomie - deux vérités apparemment contradictoires qui existent en même temps, au même endroit. Précisément : le bien et le mal n'existent pas.
Tout ce qui existe est amour.




À mesure que l'énergie se coagule, elle devient, comme Je l'ai dit, très concentrée. Mais plus on s'éloigne du point de cette concentration, plus l'énergie se dissipe. L'«air s'amincit». L'aura pâlit. L'énergie ne disparaît jamais entièrement, car elle ne le peut pas. C'est l'étoffe dont tout est fait. C'est tout ce qu'il y a. Mais elle peut devenir très très mince, très subtile - presque «absente».
Par contre, à un autre endroit (comprendre : une autre partie de soi-même), elle peut à nouveau se coaguler, une fois de plus «se grumeler» pour former ce que vous appelez la matière et ce qui «ressemble» à une unité distincte. À présent, les deux unités semblent séparées l'une de l'autre, mais en vérité, aucune séparation n'existe.
Voilà, en termes très, très simples et élémentaires, l'explication de ce qui sous-tend tout l'univers physique.
Vos scientifiques découvrent déjà que les briques de toute la vie sont les mêmes.
Ils ont rapporté des pierres de la Lune et y ont découvert de la matière qu'on trouve dans les arbres. Ils dissèquent un arbre et y découvrent la même matière qu'en toi.
Je te dis ceci : Nous sommes tous de la même étoffe.
Nous sommes tous de la même énergie, coagulée, comprimée de façons différentes pour former des formes autres et de la matière différente.
Rien n'a d'importance* en soi. C'est-à-dire que rien ne peut, tout seul, devenir matière. Jésus disait : «Sans le Père, Je ne suis rien.» Le Père de tout est pure pensée. C'est l'énergie de la vie. C'est ce que vous avez choisi d'appeler Amour absolu. C'est le Dieu et la Déesse, l'Alpha et l'Oméga, le Commencement et la Fin. C'est le Tout-en-Tout, Celui-Qui-Bouge-Sans-Bouger, la Source première. C'est ce que tu cherches à comprendre depuis le début des temps. Le Grand Mystère, l'Énigme Sans Fin, la vérité éternelle.
Nous ne faisons qu'Un, et par conséquent, c'est CE QUE TU ES.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: MORCEAUX CHOISIES (conversation avec Dieu) BY ME   Mer 13 Juil 2011 - 14:22

merci pour ton travail je conseil aussi ces livres a tous...cheers
tout ce qui peut nous élever vers nous même et briser l'illusion de la séparation tout ce qui renvois un miroir de nous même et de nôtre vision la plus élever de ce que nous sommes
est une bénédiction :)

rappeler vous qui vous êtes
une manifestation énergétique de l'UN interconnecté et inséparable... la séparation est illusion...nous contenons tout et tout nous contient :)
je n'ai rien as rajouter a se post c'étai juste pour lui mettre un up... lol!
car la y'as du positif et de la réalisation et de l'éveil...
pas de la paranoïa dans les voile de l'oubli qui tire vers le bas...
par rapport à qui nous sommes réellement tous ensemble dans nos coeur christique
la manifestation de la source elle même qui s'expérimente a travers nos choix...
et c'est magnifiquement immense pour nous remplir d'amour et d'humilité sur cet création éternel et consciente
je remercie tout les jours cet vie car elle est aussi bénédiction dans le négatif ou positif car tout ne fait qu'UN...
quand on porte l'amour et la connaissance en nous cela deviens magique car l'amour est ce qui EST...et nous donne accès a ce que nous sommes réellement, c'est a dire toute chose...

ça permet d'aider les morceaux de nous qui veulent aussi retrouvé leur vrai identité divine :)
ceux qui se sont séparé illusoirement de la source pour l'expérience tous sont aimé car tout est nous personne sera jugé
ainsi est t'il
:)
Revenir en haut Aller en bas
silverlord06



Masculin Balance Cheval
Messages : 468
Date d'inscription : 20/05/2011
Age : 38
Localisation : ADI WORLD

MessageSujet: Re: MORCEAUX CHOISIES (conversation avec Dieu) BY ME   Jeu 14 Juil 2011 - 0:05

oui ca m a pris du temps mais ca valait le coup non? ^^
Revenir en haut Aller en bas
cassandre173



Féminin Messages : 542
Date d'inscription : 21/05/2011
Localisation : 06

MessageSujet: Re: MORCEAUX CHOISIES (conversation avec Dieu) BY ME   Jeu 14 Juil 2011 - 7:57

MERCI de nous faire partager ça Silver!

C'est superbe!
Revenir en haut Aller en bas
winipeg



Masculin Messages : 246
Date d'inscription : 02/03/2011

MessageSujet: Re: MORCEAUX CHOISIES (conversation avec Dieu) BY ME   Jeu 14 Juil 2011 - 8:56

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: MORCEAUX CHOISIES (conversation avec Dieu) BY ME   Jeu 14 Juil 2011 - 9:01

.


Dernière édition par Mäzähäal le Mer 27 Juil 2011 - 23:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Markosamo



Masculin Messages : 942
Date d'inscription : 26/01/2011

MessageSujet: Re: MORCEAUX CHOISIES (conversation avec Dieu) BY ME   Jeu 14 Juil 2011 - 19:45

j'ai lu le premier livre et c'est vraiment d'utilité publique ! formidable que de tels livres soient des best-sellers en amérique et ailleurs.
L'inspiration est directe, et il n'y a à rien à jeter, tant que c'est difficile de citer. Pas mal d'humour déroutant aussi, même en traduction ça passe.

Extrait de "Conversations avec Dieu - Tome 1" de Neale Donald Walsch

Certains disent que la vie est une école, que nous sommes venus ici pour apprendre des leçons précises, qu'en recevant notre "diplôme", nous pourrons aborder des activités plus considérables, car nous ne serons plus entravés par le corps. Est-ce vrai ?

C'est un autre aspect de votre mythologie, qui est fondée sur l'expérience humaine.

La vie n'est pas une école ?

Non.

Alors pourquoi donc sommes-nous ici ?

Pour vous rappeler, et re-créer, Qui Vous Etes.
Je te l'ai dit, Je te l'ai répété. Tu ne Me crois pas. Cependant, c'est bel et bien ainsi que cela devrait être. Car, en vérité, à moins de devenir, par ta propre création, Qui Tu Es, tu ne pourras l'être.

Ca y est, je ne Te suis plus. Revenons à cette histoire d'école. J'ai entendu une foule de maîtres nous dire que la vie est une école. Je suis franchement bouleversé de T'entendre nier cela.

L'école est un endroit où tu vas s'il y a quelque chose que tu ne sais pas et que tu veux savoir. Ce n'est pas un endroit où tu vas si tu sais déjà quelque chose et que tu veux tout simplement faire l'expérience du fait que tu le sais.
La vie (comme tu l'appelles) est une occasion pour toi de savoir de façon expérientielle ce que tu sais déjà de façon conceptuelle. Pour cela, tu n'as rien à apprendre. Tu n'as qu'à te rappeler ce que tu sais déjà et à le mettre en pratique.

Je ne suis pas sûr de comprendre.

Commençons ainsi. L'âme (ton âme) sait toujours tout ce qu'il faut savoir. Rien ne lui est caché, rien ne lui est inconnu. Mais ça ne lui suffit pas. L'âme cherche à faire l'expérience.
Tu peux savoir que tu es généreux mais, à moins de faire quelque chose qui démontre la générosité, tu n'as qu'un concept. Tu peux te savoir gentil mais, à moins que tu ne fasses une gentillesse à quelqu'un, tu n'as qu'une idée de toi-même.
Ton âme n'a qu'un désir : changer l'idée la plus élevée qu'elle se fait d'elle-même en sa plus grande expérience. Tant que ce concept ne deviendra pas une expérience, ce ne sera que spéculation. J'ai longtemps spéculé sur Moi-même. Plus longtemps que toi et Moi ne pourrions nous rappeler ensemble. Plus longtemps que l'âge de cet univers multiplié par l'âge de l'univers. Comme tu vois, Mon expérience de Moi-même est jeune (et nouvelle) !

Tu viens encore de me perdre. Ton expérience de Toi-même ?

Oui. Permets-Moi de te l'expliquer ainsi :
Au commencement, il n'y avait que ce qui Est et rien d'autre. Cependant, Tout Ce Qui Est ne pouvait pas se connaître, car il n'y avait que Tout Ce Qui Est et rien d'autre. Ainsi, Tout Ce Qui Est... n'était pas. Car en l'absence d'autre chose, Tout Ce Qui Est n'est pas.
C'est le grand Est-N'Est pas auquel les mystiques font allusion depuis la nuit des temps.
Alors, Tout Ce Qui Est savait que c'était tout, mais ça ne lui suffisait pas, car il ne pouvait connaître son absolue magnificence que de façon conceptuelle, et non expérientielle. Mais il désirait faire l'expérience de Soi, car il voulait sentir ce que c'était que d'être si magnifique. Mais c'était impossible, car le terme "magnifique" est relatif. Tout Ce Qui Est ne pouvait pas savoir ce que c'était que de se sentir si magnifique, tant que n'apparaîtrait pas ce qui n'est pas. En l'absence de ce qui n'est pas, ce qui EST n'est pas.
Comprends-tu cela ?

Je crois que oui. Continue.

Très bien.
La seule chose que savait Tout Ce Qui Est, c'est qu'il n'y avait rien d'autre. Ainsi, Cela ne pourrait jamais Se connaître, et ne se connaîtrait jamais, à partir d'un point de référence extérieur à Soi-même. Ce point n'existait pas. Il n'existait qu'un point de référence, et c'était l'unique lieu intérieur. Le "Est-N'Est pas". Le Suis-Suis pas.
Cependant, le Grand Tout choisit de Se connaître de façon expérientielle.
Cette énergie (cette énergie pure, que personne n'avait jamais vue, ni entendue, ni observée, ni, par conséquent, connue) choisit de sentir d'Elle-même l'absolue magnificence qu'Elle était. Pour ce faire, Elle s'aperçut qu'Elle devrait utiliser un point de référence intérieur.
Elle se dit, avec assez de justesse, que toute portion d'Elle-même devrait nécessairement être plus petite que le tout et que, par conséquent, si Elle se divisait tout simplement en portions, chaque portion, étant plus petite que le tout, pourrait regarder le reste d'Elle-même et y voir la magnificence.

Ainsi, Tout Ce Qui Est Se divisa, devenant, en un seul et merveilleux instant, ce qui est ceci, et ce qui est cela. Pour la première fois, ceci et cela existèrent séparément. Et pourtant, les deux existaient simultanément. De même que tout ce qui n'était ni l'un ni l'autre.
Ainsi, trois éléments existèrent soudainement : ce qui est ici, ce qui est là, et ce qui n'est ni ici ni là, mais qui doit exister pour qu'ici et là existent.
C'est le rien qui maintient le tout. C'est le non-espace qui maintient l'espace. C'est le tout qui maintient les parties.
Peux-tu comprendre cela ? Me suis-tu ?

Je crois bien que oui. Crois-le ou non, Tu as utilisé une illustration si claire que je crois vraiment comprendre.

Je vais aller plus loin. Ce rien qui soutient le tout, c'est ce que certaines personnes appellent Dieu. Mais ce n'est pas une formulation exacte, non plus, car elle suggère qu'il y a quelque chose que Dieu n'est pas, c'est-à-dire tout ce qui n'est pas "rien". Mais comme Je suis Toutes Choses (visibles ou invisibles), le fait de Me décrire comme étant le Grand Invisible, la Non-Chose, ou l'Espace Intermédiaire, une définition essentiellement mystique et orientale de Dieu, n'est pas plus valable que la description essentiellement pratique et occidentale de Dieu, c'est-à-dire : tout ce qu'on voit. Ceux qui croient que Dieu est Tout Ce Qui Est et Tout Ce Qui N'est Pas s'en font une idée juste.

Alors, en créant ce qui est "ici" et ce qui est "là", Dieu a permis à Dieu de Se connaître. Au moment de cette grande explosion surgie de l'intérieur, Dieu a créé la relativité : c'est le plus grand cadeau qu'Il Se soit jamais fait. Ainsi, la relation est le plus grand cadeau que Dieu t'ait jamais fait. C'est un point qui sera plus tard exposé en détail.
Ainsi, de la Non-Chose surgit le Tout ; cet événement spirituel est tout à fait compatible, d'ailleurs, avec ce que vos scientifiques appellent la Théorie du Big Bang.

A mesure que les éléments jaillissaient du tout, le temps fut créé, car une chose fut d'abord ici, puis elle fut là - et la période qu'il fallait pour passer d'ici à là était mesurable.
Au moment où les parties visibles de Soi-même commençaient à se définir, "en relation" les unes avec les autres, il en allait de même pour les parties invisibles.

Dieu savait que pour que l'amour existe (et se connaisse en tant qu'amour pur), son contraire exact devait exister lui aussi. Alors, Dieu créa volontairement la grande polarité : le contraire absolu de l'amour, tout ce que l'amour n'est pas, ce que l'on appelle à présent la peur. Dès que la peur se mit à exister, l'amour put exister comme une chose dont on pouvait faire l'expérience.

C'est cette création de la dualité entre l'amour et son contraire, que les humains appellent, dans leurs diverses mythologies, la naissance du mal, la chute d'Adam, la rébellion de Satan et ainsi de suite.
Tout comme vous avez choisi de personnifier l'amour pur en créant le personnage que vous appelez Dieu, vous avez choisi de personnifier la peur abjecte en créant le personnage que vous appelez diable.

Sur la Terre, certains ont fondé autour de cet événement des mythologies plutôt élaborées, dotées de scénarios de batailles et de guerres, de soldats angéliques et de guerriers diaboliques, de forces du bien et du mal, de lumière et d'obscurité.
Pour l'humanité, cette mythologie a été la première tentative de comprendre, et de dire à d'autres d'une façon qu'ils pouvaient comprendre, un événement cosmique dont l'âme humaine est profondément consciente mais que votre mental peut à peine concevoir.
En faisant de l'univers une version divisée de Lui-même, Dieu a tiré, à partir d'une énergie pure, tout ce qui existe à présent : le visible et l'invisible.

Autrement dit, c'est ainsi que fut créé non seulement l'univers physique, mais aussi l'univers métaphysique. La partie de Dieu qui forme la seconde moitié de l'équation Suis-Ne Suis Pas a, elle aussi, explosé en un nombre infini d'unités plus petites que le tout. Ces unités d'énergie, vous les appelleriez esprits.

Dans certaines de vos mythologies religieuses, il est dit que "Dieu le Père" a eu de nombreux enfants spirituels. Ce parallèle avec les expériences humaines de la multiplication de la vie semble être la seule façon de faire saisir aux masses, dans la réalité, l'idée de l'apparition soudaine - de la soudaine existence - d'innombrables esprits dans le "Royaume du Ciel".

Dans ce cas, vos contes et récits mythiques ne sont pas très éloignés de l'ultime réalité, car les innombrables esprits qui forment la totalité de Moi sont, au sens cosmique, Ma progéniture.
Mon divin dessein, en Me divisant, était de créer suffisamment de parties de Moi pour pouvoir Me connaître de façon expérientielle. Il n'y a qu'une façon, pour le Créateur, de Se connaître de façon expérientielle en tant que Créateur : c'est en créant. Ainsi, j'ai donné à chacune des parts innombrables de Moi-même (à tous Mes enfants spirituels) le même pouvoir de création que J'ai en tant qu'ensemble.

C'est ce qu'entendent tes religions lorsqu'elles disent que tu as été créé "à l'image et à la ressemblance de Dieu". Cela ne veut pas dire, comme certains l'ont affirmé, que nos corps physiques se ressemblent (bien que Dieu puisse adopter n'importe quelle forme physique dans un but particulier). Cela veut dire que notre essence est la même. Nous sommes composés de la même étoffe. Nous SOMMES la "même étoffe" ! Avec toutes les mêmes propriétés et capacités, y compris la capacité de créer la réalité physique avec rien du tout.

Mon but, en te créant, Ma progéniture spirituelle, était de Me connaître en tant que Dieu. Je ne peux le faire qu'à travers toi. Ainsi, on pourra dire (et on l'a dit bien des fois) que Mon dessein, en ce qui te concerne, est que tu te connaisses en tant que Moi.

Cela semble si étonnamment simple, mais cela devient très complexe, car il n'y a qu'une façon, pour toi, de te connaître en tant que Moi : c'est que tu te connaisses d'abord en tant qu'autre chose que Moi.
Alors, essaie de suivre (efforce-toi de continuer) car, à partir d'ici, cela devient très subtil. Es-tu prêt ?

Je crois, oui.

Bien. Rappelle-toi, c'est toi qui as demandé cette explication. Tu as attendu des années. Tu l'as demandée en termes simples, et non sous forme de doctrines théologiques ou de théories scientifiques.

Oui, je sais que je l'ai demandée.

Et tu la recevras comme tu l'as demandée.
Alors, pour simplifier les choses, Je vais fonder Mon exposé sur votre modèle mythologique des enfants de Dieu, car c'est un modèle qui t'est familier et, sous bien des aspects, il n'est pas si mauvais.
Alors, revenons à la façon dont ce processus d'auto-connaissance doit fonctionner.
J'aurais pu faire en sorte, d'une façon ou d'une autre, que tous les enfants spirituels se connaissent en tant que parties de Moi : il s'agissait tout simplement de leur dire. C'est ce que J'ai fait. Mais tu vois, il n'était pas suffisant, pour l'Esprit, de Se connaître en tant que Dieu, ou partie de Dieu, ou enfant de Dieu, ou héritier du royaume (peu importe la mythologie que tu veuilles utiliser).

Comme Je l'ai déjà expliqué, savoir quelque chose et en faire l'expérience, c'est fort différent. L'esprit voulait se connaître de façon expérientielle (tout comme Je l'avais fait !). La conscience conceptuelle ne te suffisait pas. Alors, J'ai conçu un plan. C'est l'idée la plus extraordinaire de tout l'univers et la collaboration la plus spectaculaire. Je dis collaboration car vous y prenez tous part avec Moi.
Selon ce plan, vous, purs esprits, alliez entrer dans l'univers physique qui venait tout juste d'être créé. Car la matérialité est le seul moyen de connaître de façon expérientielle ce que tu connais de façon conceptuelle. En fait, c'est la raison pour laquelle J'ai d'abord créé le cosmos physique., ainsi que le système de relativité qui le gouverne et qui gouverne toute la création.

Une fois dans l'univers physique, vous, Mes enfants spirituels, alliez pouvoir faire l'expérience de ce que vous savez de vous-mêmes, mais d'abord, vous deviez parvenir à connaître le contraire. Pour expliquer cela de façon simpliste, tu ne peux te connaître en tant que personne de grande taille, à moins et avant de prendre conscience de la petite taille. Tu ne peux faire l'expérience de cet aspect de toi-même que tu appelles grosseur, à moins d'arriver à connaître la minceur.

En allant jusqu'au bout de cette logique, tu ne peux faire l'expérience de toi-même en tant que ce que tu es, avant d'avoir rencontré ce que tu n'es pas. C'est la base de la théorie de la relativité et de toute vie physique. Ce qui te définit, c'est ce que tu n'es pas.
Alors, dans le cas de la connaissance ultime (te connaître en tant que Créateur), tu ne peux t'éprouver en tant que créateur à moins et avant de te créer. Et tu ne peux te créer à moins de te dé-faire. En un sens, tu dois d'abord "ne pas être" afin d'être. Me suis-tu ?

Je crois bien...

Tiens bon.
Bien entendu, tu n'as aucun moyen de ne pas être qui et ce que tu es : tu es tout simplement cela (un pur esprit créatif), tu l'as toujours été et le seras toujours. Alors, tu as adopté la solution suivante. Tu t'es arrangé pour oublier Qui Tu Es Vraiment.
En entrant dans l'univers physique, tu as renoncé à te souvenir de toi-même. Cela te permet de choisir d'être Qui Tu Es, plutôt que de seulement te réveiller dans le château, pour ainsi dire.

C'est dans l'acte de choisir de faire partie de Dieu, au lieu de seulement te le faire dire, que tu fais l'expérience de ta capacité de choisir, c'est-à-dire, par définition, de ta nature divine. Mais comment peux-tu choisir lorsqu'il n'existe aucun choix ? Tu ne peux pas ne pas être Ma progéniture, même en essayant très fort, mais tu peux oublier que tu l'es.

Tu es, as toujours été, et seras toujours, une part divine du tout divin, un membre du corps. C'est pourquoi l'acte de réunir le tout, de retourner à Dieu, s'appelle le rappel. Tu choisis de te r-appeller Qui Tu Es Vraiment, c'est-à-dire de réunir les diverses parties de ton être pour faire l'expérience de sa totalité, c'est-à-dire de la Totalité de Moi.

Ton travail sur la Terre n'est donc pas d'apprendre (car tu sais déjà), mais de te r-appeler Qui Tu Es. Et de te r-appeler qui es chacun. C'est pourquoi une grande partie de ton travail est de le rappeler aux autres (c'est-à-dire de leur r-appeler) afin qu'ils puissent se r-appeler aussi.
Tous les merveilleux maîtres spirituels n'ont fait que cela. C'est ton seul but. C'est-à-dire, le but de ton âme.

"L'âme sait toujours tout ce qu'il faut savoir. Rien ne lui est caché, rien ne lui est inconnu.Mais ça ne lui suffit pas.L'âme cherche à faire l'expérience.
Tu peux savoir que tu es généreux, mais à moins de faire quelque chose qui démontre ta générosité, tu n'a qu'un concept.
Tu peux te savoir gentil mais, à moins que tu ne fasses une gentillesse à quelqu'un, tu n'as qu'une idée de toi-même.
Ton âme n'a qu'un désir : changer l'idée la plus élevée qu'elle se fait d'elle-même en sa plus grande expérience.
Tant que ce concept ne deviendra pas une expérience, ce ne sera que spéculation."
Revenir en haut Aller en bas
erikk



Masculin Messages : 254
Date d'inscription : 02/09/2010

MessageSujet: Re: MORCEAUX CHOISIES (conversation avec Dieu) BY ME   Jeu 14 Juil 2011 - 23:14

j ai accroche cet auteur depuis le debut !!! et puis quelle ne fut pas ma surprise dans le tome 2 ; ce monsieur fait l apologie du nouvel ordre mondial !!! dans le tome 2 ; a un moment donne ; il parle de politique et dis ceci au sujet de bush ancien president des usa : il a ete un precurseur ; les generations futur reconnaitrons son travail // bien sur je resume !!! et la ; comme une prise de concience je me suis dit : l amour rends vraiment aveugle !!!! jocolor
Revenir en haut Aller en bas
atriumgp



Masculin Messages : 88
Date d'inscription : 06/03/2011

MessageSujet: Re: MORCEAUX CHOISIES (conversation avec Dieu) BY ME   Jeu 14 Juil 2011 - 23:45

Pour ma part, je retiens spécialement que la vie n'est pas une école car l'on a pas besoin d'apprendre ce que l'on ne sait pas mais se souvenir de ce que l'on sait déjà et surtout, le plus important, tu ne le ressentiras pas à moins d'en avoir fait l'expérience en donnant aux autres.

J'ai spécialement aimé ces livres, ils sont d'une très grande justesse. Mais biensur il faut en faire l'expérience.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: MORCEAUX CHOISIES (conversation avec Dieu) BY ME   Mer 20 Juil 2011 - 21:13

bien
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: MORCEAUX CHOISIES (conversation avec Dieu) BY ME   Aujourd'hui à 14:43

Revenir en haut Aller en bas
 

MORCEAUX CHOISIES (conversation avec Dieu) BY ME

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» CONVERSATION AVEC DIEU tome 1, 2 et 3 - Neale Donald Walsh
» CONVERSATION AVEC DIEU tome 1, 2 et 3 - Neale Donald Walsh
» NEALE DONALD WALSCH CONVERSATIONS AVEC DIEU!
» Conversation avec Dieu :
» Qui connaît le livre (en 3 tomes) CONVERSATIONS AVEC DIEU ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Planète Révélations :: Spiritualité / Philosophie / Humanisme :: Spiritualité / Philosophie / Humanisme-