Planète Révélations
Bienvenu sur Planète Révélations, bonne visite à vous...

Planète Révélations


 
AccueilFAQRechercherGroupesS'enregistrerConnexion
anipassion.com
Partagez | 
 

 Recherches concernant le bouddhisme

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Recherches concernant le bouddhisme   Ven 15 Juil 2011 - 17:23

Bonjour,

j'ai glâné ci et là, pour le moment dans le livre "se voir tel qu'on est", du Dalai Lama, quelques écrits qui me semblent intéressants. Je souhaite vous les faire partager (extraits qui me semblent opportuns, écrits ainsi par des phrases et extraits de ce livre).

à vos plumes ! flower

Se voir tel que l'on est

Se défaire d'une vision erronée de notre vie, comme on retire un voile. La suppression de l'avidité et de la haine sont indispensables.

L'ignorance n'est pas une méconnaissance de la réalité des êtres et des choses, mais la manifestation d'une perception erronée de leur nature fondamentale. La vraie connaissance de soi s'acquierten démasquant nos idées erronées pour nous y confronter.

Augmenter l'aptitude à reconnaître la différence qui existe entre la perception que nous avons de nous-mêmes et la réalité.

Mieux évaluer l'interdépendance entre les choses.

Prendre conscience dont chaque chose dépend de la pensée et dont la pensée agence nos perceptions - nous rend ainsi lucides -.

La révélation de l'inanité des afflictions mentales et de la vérité de la souffrance renforcent l'amour.

Quelle est l'origine du désordre dans le monde ? Nos émotions contre-productives.

Lutter contre la convoitise : par exemple, l'attention portée sur ce qu'il y a sous la peau, chair, os, organes, sang, excréments, urine.

Avant de développer la perspicacité, il faut d'abord reconnaître l'ignorance. L'ignorance ne correspond pas à une absence de savoir ; c'est une méprise avérée de la nature des choses.

L'ignorance est à l'origine des phénomènes et entrave toutes les prises de conscience. Les scientifiques affirment que l'observation infinitésimale de la matière révèle du vide. L'ignorance, qui attribue une apparence aux choses et aux êtres, donne le sentiment qu'ils sont solides, cela est fallacieux.

Réflexion méditative

Réfléchissez au fait que :
. Toutes les émotions contre-productives sont liées et dépendent de l'ignorance de la vraie nature des êtres et des choses.
. Supprimer la convoitise et la haine ponctuellement n'est pas impossible. Mais en éliminant l'ignorance, qui nous trompe sur la nature de nous-mêmes, des autres et de toutes les choses, les émotions perturbatrices sont annihilées.
. L'ignorance fait percevoir les phénomènes qui n'existent pas selon leur propre nature - comme extérieurs à la pensée -.

___

La suite ultérieurement sunny
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Recherches concernant le bouddhisme   Ven 15 Juil 2011 - 17:58

Merci Pascale_ c'est très sympa :)

Je voudrais apporter une petite précision : le Dalaï Lama n'est pas l'équivalent du Pape pour les catholiques. En fait, il est le leader du bouddhisme tibétain, qui n'est qu'une partie assez petite de ce qu'on appelle le "bouddhisme" au sens large qui comprend de nombreuses écoles différentes.

Normalement le bouddhisme traditionnel dirais-je (car le rôle de Dalaï Lama tel qui s'est imposé au Tibet date des années 1500, c'était en gros un roi qui s'est auto proclamé le chef si je ne m'abuse) suit les enseignements de Siddartha Gautama, le Bouddha, qui sont selon moi un peu plus fondamentaux que tout ce que pourrait dire le Dalaï Lama, c'est un peu comme si on comparait les paroles d'un évêque de France à celui de Jésus...

Ceci dit, le Dalaï Lama dit des choses intéressantes malgré tout, même si personnellement je ne suis pas tout à fait d'accord sur certains points de son raisonnement ni de sa façon de mener politiquement son pays, mais ça...
Revenir en haut Aller en bas
winipeg



Masculin Messages : 246
Date d'inscription : 02/03/2011

MessageSujet: Re: Recherches concernant le bouddhisme   Ven 15 Juil 2011 - 18:41

Merci, pascale merci kil,
Une autre école, L’Advaita Vedanta,
C’est celle que FRANCIS LUCILLE à choisie, bonne vidéo, une remarque encore, il faut la visionner plusieurs fois.


L absence de pensées par lemariol_959
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Recherches concernant le bouddhisme   Ven 15 Juil 2011 - 19:50


Merci les amis alien J'avoue être d'accord avec toi kil, dans une certaine mesure. En effet, disons, j'ai mis ça de côté, pour n'en prendre que ce que j'estime être le meilleur, en particulier ses écrits du Dalai Lama, "le sens du bonheur" etc.

je complèterai ces écrits ultérieurement, et je verrai ta vidéo winipeg ! sunny Sujet fort intéressant, que nous pouvons argumenter flower
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Recherches concernant le bouddhisme   Sam 16 Juil 2011 - 8:27

Kikou Winipeg alien

Je dois dire que j'apprécie bien cette vidéo, en effet il s'est passé une chose étrange lorsque je la regardais, disons, j'ai bien perçu une sorte de calme mental en moi rien que par le fait de l'écouter. Ce que je veux dire, c'est que cet homme sait de quoi il parle. Il en parle avec lenteur et maturité, il est posé dans chacun de ses mots, il ne fait aucune forfanterie, aucun artifice, il n'y a aucun arrière-son et c'est comme percevoir une dimension du vide qui est en effet l'absence de pensée.

Seuls ceux qui y ont accédé un jour,peuvent en parler ainsi. Merci pour cette vidéo, très importante.

Cette vidéo "l'absence" de pensée", est le départ de base de toute méditation. Lorsque nous ne pensons plus, avec l'aide de la méditation (qui est une technique une aide un moyen), nous accédons en effet à tout ce qui n'est pas la pensée.
Car en effet comme il le décrit si justement dans cette vidéo, le fait de percevoir, intuition etc., n'est pas issu de la pensée, car la pensée ne peut pas percevoir.

sunny
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Recherches concernant le bouddhisme   Sam 16 Juil 2011 - 8:53

Suite

Les sens exacerbent l'ignorance. Les bouddhistes qualifient un tel mental d'ignorant parce qu'il admet des formes erronées au lieu de s'en défier.

L'observation du mental est le seul moyen de déceler les idées erronées.

Le passage décisif de la simple prise de conscience à la perception erronée se situe au moment où l'ignorance grossit les qualités ou les défauts de l'objet. Il est alors perçu comme intrinsèquement (cf. intrinsèquement : intérieur, qui est de l'essence même de) bon ou mauvais, intrinsèquement attrayant ou repoussant, intrinsèquement beau ou laid.

Par ignorance, la confusion entre apparence erronée et réalité ouvre le chemin à l'avidité, à la haine et à une multitude d'émotions perturbatrices. Ces afflictions mentales poussent, à leur tour, à des actes forgés par l'avidité et la haine.
Ces actes constituent les propensions karmiques de notre mental, qui commandent le processus du cycle de l'existence, vie après vie.
Le cycle de l'existence venant d'être ainsi décrit est un processus qui montre comment l'ignorance nous mine et nous retient dans le cercle de la souffrance, une après l'autre.

L'ignorance condamne l'accès à la vérité, selon le postulat que les êtres et les autres phénomènes sont assujettis aux lois de la causalité (cf. causalité : rapport de cause à effet) et qu'ils n'ont pas d'existence proprement indépendante.

Les afflictions mentales relèvent de l'ignorance. Sans elle, les émotions contre-productives ne naissent pas. L'ignorance est leur matrice.

Réflexion méditative

Réfléchissez au fait que :
. l'attrait est-il intrinsèque à l'objet ?
. l'attrait de l'objet cache-t-il ses défauts et ses inconvénients ?
. est-ce que l'attrait exagéré pour certains objets mène à l'avidité ?
. est-ce que l'aversion pour certains objets mène à la haine ?
. remarquez-vous comment vous :
-regardez d'emblée un objet
-notez ensuite qu'il est beau ou laid
-concluez que l'objet existe avec ses caractéristiques propres et indépendantes
-puis décidez que ses bonnes ou mauvaises qualités lui sont inhérentes
-et rejetez-le ou désirez-le en suivant votre opinion.

---

De la nécessité de saisir la vérité

"La plupart de nos projets se comparent à attendre près d'un ravin asséché pour y nager". (Patrül Rinpoché)

Sans un regard perspicace sur la situation dans laquelle vous et les choses êtes plongés, il est impossible de discerner les obstacles pour les surmonter et se libérer du cycle de l'existence. Nous ne pouvons pas venir en aide aux autres. Sans une vue prufonde ou perspicacité, vous ne pouvez vous intéresser à la source des problèmes pour détruire les germes qu'elle pourrait nourrir dans le futur.

Il est crucial de saisir la réalité des êtres et les choses sans exagération.

La suite ultérieurement alien
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Recherches concernant le bouddhisme   Sam 16 Juil 2011 - 9:43


suite

Pour y parvenir, l'analyse mentale est la seule voie. Vous devez renoncer aux fausses idées qui voilent la réalité.
Il n'y a pas de moyens extérieurs pour éliminer la convoitise ou la haine. Pour vous débarrasser d'une attitude interne, vous devez déterminer distinctement les croyances erronées qui la motivent.

Utiliser le raisonnement pour percevoir la véritable nature des phénomènes, et puis méditer sur ce qui a été compris.

Lorsque vous comprendrez que ces émotions problématiques - et, finalement, l'ensemble des problèmes - reposent sur une méprise, le désir de vous délivrer d'une telle ignorance va s'affirmer.

La méthode pour y parvenir se construit sur le raisonnement qui démontrera que l'existence inhérente (cf. inhérente : associé, inséparable) est totalement sans fondement.

Les grands maîtres Indiens Nagarjuna, Aryadeva, Candrakirti et Dharmakirti avaient compris que la vérité était impossible sans prendre conscience que nous jetons sur les choses et les êtres le voile d'un statut de substantialité et de durabilité qui n'existe pas.

Suite des recherches sur ce livre, plus tard alien
Revenir en haut Aller en bas
winipeg



Masculin Messages : 246
Date d'inscription : 02/03/2011

MessageSujet: Re: Recherches concernant le bouddhisme   Sam 16 Juil 2011 - 12:24

Pascale,
ton inspiration est magique, il y a de l’intervention libératrice, celle qui nous pousse à nous débattre dans ce fatras de pensées, où le mental nous maintient dans ses sables mouvants.
Le mental perçoit ses pensées, et Francis nous dit que les pensées ne pensent pas, c’est de l’auto conditionnement qui se clone en nous-mêmes, en utilisant sa force d’inertie, mais elle n’est pas suffisante pour nous empêcher d’aller voir ailleurs, toi, et bien d’autres ici, ne s’en privent pas, ailleurs que le mental, il y a cet espace que les mots décrivent maladroitement, tellement c’est éloigné de cet étape archaïque, sans doute essentielle à notre évolution. sunny



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Recherches concernant le bouddhisme   Sam 16 Juil 2011 - 13:20

l'ailleurs, winipeg, le vide ! cheers

le vide mental. En effet j'y vais de temps en temps, surtout quand ça déborde. Comment tu le sais tiens ? scratch

pas facile cependant de tenir à distance les pensées. Les pensées sont-elles le mental justement, une seule et même chose ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Recherches concernant le bouddhisme   Sam 16 Juil 2011 - 14:54

J'aime beaucoup vos discussions. Vous qui semblez être familiers du bouddhisme, j'aurais une question à vous poser.

Voyez-vous, je trouve que la doctrine bouddhiste amène la paix, mais pas forcément en prenant le chemin de l'amour. Je vais prendre un point particulier sur lequel je vais débattre, car c'est assez confus pour moi, et j'espère que vous pourrez m'éclairer Wink

Alors il me semble que tout est considéré comme impermanent dans le bouddhisme. Que ce soient les choses matérielles (le corps) ou les choses immatérielles (l'esprit, l'âme), selon les bouddhistes, tout est soumis au cycle de la naissance puis de la mort, de l'apparition puis de la disparition, et rien ne subsiste. "Il n'existe rien de constant si ce n'est le changement." disait Bouddha.

Deuxièmement, selon la doctrine bouddhiste, tout est souffrance. L'amour est aussi considéré comme une souffrance, car il amènerait l'attachement, et l'attachement est une souffrance. Quand on aime quelque chose ou quelqu'un, on souffrirait parce qu'on aurait peur de le perdre. Et quand on est seul, on souffrirait parce qu'on voudrait être aimé. En fait, le bouddhisme propose alors, selon cette théorie que tout est souffrance, de lâcher prise, et c'est alors quand on cesse de souffrir, qu'on devient sage. En oubliant tous ses désirs, on devient sage ? Je pense que le désir de faire le bien est nécessaire !

Donc d'un côté, rien n'est permanent (il n'y a pas de "Dieu" créateur, car cela voudrait dire qu'il est permanent, et nous n'avons pas d'âme divine non plus) et tout est souffrance. Donc l'objectif du bouddhiste est de réaliser ce qui s'appelle "la Vérité", d'ouvrir les yeux et de devenir éveillé, de réaliser ces cycles de souffrances, et de s'en sortir pour enfin de compte disparaître dans le nirvana.

En somme, il est ou l'amour là dedans ? L'amour d'une création parfaite, qui permet à des milliers d'êtres de théoriquement vivre dans l'abondance, dans l'émerveillement ? Il est ou l'amour omniprésent en chaque chose, l'Amour permanent, et Dieu ? Et nous ? Nous n'existons que pour souffrir, pour supporter cela et apprendre à ne plus souffrir, alors qu'il suffirait peut-être de cesser de faire souffrir les autres ou de souffrir soi-même pour rien ?

Bouddha je t'ai écouté quand tu as dit : "Doutez de tout et surtout de ce que je vais vous dire.". J'y vois là probablement le plus bel enseignement que tu aies pu donner !

Je pense personnellement que la souffrance est très présente car l'être humain est encore trop jeune en tant qu'espèce pour en être à une étape supérieure. L'être humain, dans sa globalité, en est au stade de l'adolescence. Il a peur de tout, confiance en personne, souffre de rien. Mais la souffrance c'est l'homme qui la crée, le monde ne contient pas cette notion, les animaux souffrent-ils ? Même lorsqu'ils se blessent, ils souffrent physiquement, mais ils survivent et continuent comme si de rien était. Les animaux sont heureux : ils mangent, s'accouplent, se reposent.

Ensuite, je pense que les structures matérielles sont en effet impermanentes, mais que ce qui se crée dans l'immatériel est permanent. Ainsi, toutes nos pensées, feront écho jusqu'à l'infini. Nos âmes existeront jusqu'à la fin des temps, soit individualisées comme c'est le cas maintenant, soit complètement fondues dans un ensemble plus grand, une âme plus grande, par exemple en ce qui nous concerne, l'âme de l'humanité, ou l'âme de la Terre.

Qu'en pensez-vous les amis, vous qui connaissez sûrement les arcanes du bouddhisme mieux que moi, parce que je ne peux accepter l'idée d'un monde où l'amour aurait le second rôle car je le vois à chaque instant autour de moi ! Et pour moi, la paix, le respect, la patience, la sagesse, l'entraide, la positivité, l'attention, le détachement, etc... Tout ce que peut apporter de positif le bouddhisme, même si on en fait la somme, ça n'est pas équivalent à l'amour pur, et l'amour pur apporte tout cela dans un phénomène de cause à effet !

Alors ce qui me rassure malgré tout, ce sont les citations de Bouddha, c'est à nous de faire le chemin vers ce qui est juste et bon :

"Puisque la haine ne cessera jamais avec la haine, la haine cessera avec l'amour."
"On peut allumer des dizaines de bougies à partir d'une seule sans en abréger la vie. On ne diminue pas le bonheur en le partageant."
"Entre le ciel et la terre, il n'y a qu'une demeure temporaire."
"Il y a quatre pensées illimitées : l'amour, la compassion, la joie et l'égalité d'âme."

Paix et amour sur vous, mes soeurs et mes frères !
Revenir en haut Aller en bas
winipeg



Masculin Messages : 246
Date d'inscription : 02/03/2011

MessageSujet: Re: Recherches concernant le bouddhisme   Sam 16 Juil 2011 - 17:40

Kil,
Au vue de tes pots, j’ai aussi l’impression que tu côtoies les bruits de la nature, le vent qui s’infiltre dans le silence de ton regard, et cette générosité qui transpire de ton cœur gros comme une étoile, tu peux essayer d’apercevoir son éclat, si tu te lève la nuit sans allumer
Les lampes, marche dans l’obscurité, le regard apaisé, fixe le grand large, il se peut
Que les pigmentations de tes yeux, sensibles à la lueur de l’aura, aperçoivent la lueur blanchâtre / dorée d’une sphère, à la hauteur du thorax, fait si tu le veux bien, fais cette expérience.
Je suis familier le plus souvent de ma perplexité, mais j’ai aussi des intuitions, et c’est cette forme de communication qui nous lie peut être avec le tout, on ne peut se séparer de rien, ni des atomes qui pleurent de joie, où de tristesse, ni des réponses qui tardent parfois à venir.
L’amour ne meurt jamais, même dans la haine il à sans doute une petite place, alors il me semble qu’il ne faut rien lâcher, et surtout pas cette relation qui nous fait réagir, et que l’on nomme la vie. sunny

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Recherches concernant le bouddhisme   Sam 16 Juil 2011 - 18:13

wow... alors là.

Kilvaiden, perso j'y connais trop peu dans le bouddhisme. Tu as une question qui me semble t'il est précise pourtant : le bouddhisme semble ne pas concevoir ni parler de l'amour, ou de l'âme, ou d'un Dieu. Oui en effet, c'est assez "flou" à ce niveau-là. Ils sont très avancés plus que quiconque dans la connaissance du processus de la réincarnation c'est clair. Et dans la méditation. Les sutras, les mantras, le tantrisme.
Ils possèdent également des reliques et ont pour certains, des pouvoirs. Cela, je l'ai découvert il n'y a pas longtemps.

Le monde de Siddharta se rapprocherait d'un monde bouddhiste, ou bien même d'autres mondes à des dimensions plus hautes, que nous ne voyons pas actuellement hein ? qui sait ?

Ca ne résoud quand même pas ta question, essentielle, que je me suis posée moi-même. Toi et moi et bien d'autres personnes d'ailleurs, sentent au fond de leur coeur que nous aurions en effet une âme quoi qu'on en dise, et également que l'amour est l'alpha et l'oméga de toute chose. Et que sans l'amour, on ne peut ni créer ni construire ni aider c'est clair.

Ils disent, la compassion. D'autres disent, l'amour.

Pourrions-nous vouloir déjà définir, qu'est-ce que l'amour ? Et qu'est-ce que la compassion ? Mais est-ce que ça ne dépend pas, de comment nous sommes nous-mêmes au fond tout au fond ?
Nous ne pouvons donner un degré d'amour qu'en fonction de ce que nous sommes présentement, qu'en fonction de notre nature propre, ou même de notre 'niveau', si on peut éventuellement l'appeler ainsi. Il va donc être très difficile, de dire exactement, c'est quoi l'amour ? Pass1111, tu en penses quoi par exemple ? Lui saura peut-être nous dire, qui est si proche de l'amour inconditionnel.

En effet, certains disent, l'amour c'est l'amour inconditionnel, càd aimer tous tout comme "le soleil brille sur les justes comme sur les méchants".

mais est-ce que ça suffit ? pour moi par exemple, l'amour c'est quand je vois ma petite plante s'épanouir tout droit vers le ciel parce qu'elle est contente d'être là. C'est quand un bambin tout confiant me tend la main et me fait un sourire. C'est quand un chat me tourne autour et se frotte sur mes chevilles, et ne veut plus me lâcher jusqu'à ce que je lui fasse un câlin. C'est quand je fais un plat bon à manger pour satisfaire des invités, et qu'ils sont heureux de vivre un instant si simple, même si après tout le plat a brûlé (sic !).
Est-il donc possible de déterminer ce qu'est l'amour ?

est-ce une chose qu'on ressent dans son être, qui est comme une nature ?

La compassion, pour les bouddhistes, résumerait l'amour. Mais est-il possible de déterminer la compassion ? de dire ce qu'elle est ? tout comme l'amour, comment la dire ?
il m'est arrivé de toucher du doigt la compassion, je ne sais pas, un instant comme ça, ça m'est arrivé je crois 4 fois de mon vivant.

J'ai senti une sorte de chose étrange. Je vais essayer de décrire : j'ai constaté les êtres face à moi, ou bien un être, et j'ai su alors. J'ai su tout ce qu'il était, d'où il venait, le chemin qui lui restait à parcourir, je ne peux absolument pas dire ni pourquoi ni comment.
Alors, dans mon coeur il s'est produit que le coeur s'est comme ouvert et que le coeur se serait mis à me parler et à aimer cet être ou ces êtres, durant ces quelques secondes. Vraiment, c'est un mouvement du coeur.

Alors Kil je vais te dire, l'amour pour moi, oui l'amour c'est vraiment la compassion. Et la compassion pour les bouddhistes, et bien ce serait l'amour vrai. C'est carrément une sorte de mouvement, comme si le coeur bougeait tout seul et aime l'autre ou les autres, subitement. C'est un effet incontrôlable. Quelle que soit l'action de l'autre, un mouvement du coeur donc. La compassion, serait donc l'amour et l'amour, serait donc la compassion.

Pour ce qui est de l'amour universel, comme nous l'enseigne pass1111 parfois, je n'ai pas le niveau. J'appellerais ça quand même, plutôt, une nature bienveillante.

Ensuite tu dis une âme. Et en effet Bouddha a dit qu'on ne doit croire qu'en ce qu'on aura vécu soi-même. Et bien, vivons notre âme pour voir si elle existe. Vivre son âme c'est oser être, et être aussi capable d'aimer. Le coeur de compassion nous fait comprendre que l'âme est carrément une réalité. Le bouddhisme croit en l'âme, puisqu'il parle de la transmigration des âmes (le cycle de la réincarnation), et en même temps le bouddhisme dit qu'il n'y a pas d'âme 'individuelle'. Perso ça me dépasse, je ne sais pas.

Pour un Dieu, le bouddhisme dit qu'il n'y a pas de Dieu. Peut-être que le bouddhisme dit, qu'il n'y aurait pas de Dieu comme on l'entend ou comme on le croit depuis toujours, mais peut-être un "dieu" d'une autre nature ? puisque le bouddhisme suggère l'existence des enfers, cela suggère évidemment l'existence des paradis (le nirvana), donc forcément un bon dieu ?
à méditer.

Quant à toi Winipeg, tu es d'une profondeur qui m'enchante. C'est carrément un partage, chacune de tes interventions. Tu parles à l'être direct.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Recherches concernant le bouddhisme   Sam 16 Juil 2011 - 18:34

winipeg a écrit:
Kil,
Au vue de tes pots, j’ai aussi l’impression que tu côtoies les bruits de la nature, le vent qui s’infiltre dans le silence de ton regard, et cette générosité qui transpire de ton cœur gros comme une étoile, tu peux essayer d’apercevoir son éclat, si tu te lève la nuit sans allumer
Les lampes, marche dans l’obscurité, le regard apaisé, fixe le grand large, il se peut
Que les pigmentations de tes yeux, sensibles à la lueur de l’aura, aperçoivent la lueur blanchâtre / dorée d’une sphère, à la hauteur du thorax, fait si tu le veux bien, fais cette expérience.
Je suis familier le plus souvent de ma perplexité, mais j’ai aussi des intuitions, et c’est cette forme de communication qui nous lie peut être avec le tout, on ne peut se séparer de rien, ni des atomes qui pleurent de joie, où de tristesse, ni des réponses qui tardent parfois à venir.
L’amour ne meurt jamais, même dans la haine il à sans doute une petite place, alors il me semble qu’il ne faut rien lâcher, et surtout pas cette relation qui nous fait réagir, et que l’on nomme la vie. sunny


Oui mon cher ami winipeg, je suis totalement d'accord avec toi ! Cette liaison avec le Tout nous offre aussi d'apercevoir les signes qu'autrement nous aurions ignorer, ça nous fait voir les gens comme ils sont réellement, c'est à dire toutes et tous des êtres admirables. On ne peut pas tout cautionner au nom de la morale, mais en tout cas cela n'empêche pas que l'on reconnaisse l'étincelle de vie, et donc d'amour, qui rayonne plus ou moins fortement en chacun de nous.

Je ferais l'expérience dont tu parles, ça a l'air intéressant, merci pour le partage ! cheers Tu as une très belle façon de communiquer l'ami !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Recherches concernant le bouddhisme   Sam 16 Juil 2011 - 18:41

Pascale_ a écrit:
wow... alors là.

Kilvaiden, perso j'y connais trop peu dans le bouddhisme. Tu as une question qui me semble t'il est précise pourtant : le bouddhisme semble ne pas concevoir ni parler de l'amour, ou de l'âme, ou d'un Dieu. Oui en effet, c'est assez "flou" à ce niveau-là. Ils sont très avancés plus que quiconque dans la connaissance du processus de la réincarnation c'est clair. Et dans la méditation. Les sutras, les mantras, le tantrisme.
Ils possèdent également des reliques et ont pour certains, des pouvoirs. Cela, je l'ai découvert il n'y a pas longtemps.

Le monde de Siddharta se rapprocherait d'un monde bouddhiste, ou bien même d'autres mondes à des dimensions plus hautes, que nous ne voyons pas actuellement hein ? qui sait ?

Ca ne résoud quand même pas ta question, essentielle, que je me suis posée moi-même. Toi et moi et bien d'autres personnes d'ailleurs, sentent au fond de leur coeur que nous aurions en effet une âme quoi qu'on en dise, et également que l'amour est l'alpha et l'oméga de toute chose. Et que sans l'amour, on ne peut ni créer ni construire ni aider c'est clair.

Ils disent, la compassion. D'autres disent, l'amour.

Pourrions-nous vouloir déjà définir, qu'est-ce que l'amour ? Et qu'est-ce que la compassion ? Mais est-ce que ça ne dépend pas, de comment nous sommes nous-mêmes au fond tout au fond ?
Nous ne pouvons donner un degré d'amour qu'en fonction de ce que nous sommes présentement, qu'en fonction de notre nature propre, ou même de notre 'niveau', si on peut éventuellement l'appeler ainsi. Il va donc être très difficile, de dire exactement, c'est quoi l'amour ? Pass1111, tu en penses quoi par exemple ? Lui saura peut-être nous dire, qui est si proche de l'amour inconditionnel.

En effet, certains disent, l'amour c'est l'amour inconditionnel, càd aimer tous tout comme "le soleil brille sur les justes comme sur les méchants".

mais est-ce que ça suffit ? pour moi par exemple, l'amour c'est quand je vois ma petite plante s'épanouir tout droit vers le ciel parce qu'elle est contente d'être là. C'est quand un bambin tout confiant me tend la main et me fait un sourire. C'est quand un chat me tourne autour et se frotte sur mes chevilles, et ne veut plus me lâcher jusqu'à ce que je lui fasse un câlin. C'est quand je fais un plat bon à manger pour satisfaire des invités, et qu'ils sont heureux de vivre un instant si simple, même si après tout le plat a brûlé (sic !).
Est-il donc possible de déterminer ce qu'est l'amour ?

est-ce une chose qu'on ressent dans son être, qui est comme une nature ?

La compassion, pour les bouddhistes, résumerait l'amour. Mais est-il possible de déterminer la compassion ? de dire ce qu'elle est ? tout comme l'amour, comment la dire ?
il m'est arrivé de toucher du doigt la compassion, je ne sais pas, un instant comme ça, ça m'est arrivé je crois 4 fois de mon vivant.

J'ai senti une sorte de chose étrange. Je vais essayer de décrire : j'ai constaté les êtres face à moi, ou bien un être, et j'ai su alors. J'ai su tout ce qu'il était, d'où il venait, le chemin qui lui restait à parcourir, je ne peux absolument pas dire ni pourquoi ni comment.
Alors, dans mon coeur il s'est produit que le coeur s'est comme ouvert et que le coeur se serait mis à me parler et à aimer cet être ou ces êtres, durant ces quelques secondes. Vraiment, c'est un mouvement du coeur.

Alors Kil je vais te dire, l'amour pour moi, oui l'amour c'est vraiment la compassion. Et la compassion pour les bouddhistes, et bien ce serait l'amour vrai. C'est carrément une sorte de mouvement, comme si le coeur bougeait tout seul et aime l'autre ou les autres, subitement. C'est un effet incontrôlable. Quelle que soit l'action de l'autre, un mouvement du coeur donc. La compassion, serait donc l'amour et l'amour, serait donc la compassion.

Pour ce qui est de l'amour universel, comme nous l'enseigne pass1111 parfois, je n'ai pas le niveau. J'appellerais ça quand même, plutôt, une nature bienveillante.

Ensuite tu dis une âme. Et en effet Bouddha a dit qu'on ne doit croire qu'en ce qu'on aura vécu soi-même. Et bien, vivons notre âme pour voir si elle existe. Vivre son âme c'est oser être, et être aussi capable d'aimer. Le coeur de compassion nous fait comprendre que l'âme est carrément une réalité. Le bouddhisme croit en l'âme, puisqu'il parle de la transmigration des âmes (le cycle de la réincarnation), et en même temps le bouddhisme dit qu'il n'y a pas d'âme 'individuelle'. Perso ça me dépasse, je ne sais pas.

Pour un Dieu, le bouddhisme dit qu'il n'y a pas de Dieu. Peut-être que le bouddhisme dit, qu'il n'y aurait pas de Dieu comme on l'entend ou comme on le croit depuis toujours, mais peut-être un "dieu" d'une autre nature ? puisque le bouddhisme suggère l'existence des enfers, cela suggère évidemment l'existence des paradis (le nirvana), donc forcément un bon dieu ?
à méditer.

Quant à toi Winipeg, tu es d'une profondeur qui m'enchante. C'est carrément un partage, chacune de tes interventions. Tu parles à l'être direct.

Coucou Pascale Wink

Je ressens ce que tu dis, c'est très fort.

L'amour serait-il inclus dans la compassion, ou est-ce plutôt l'inverse ?

Si on parle selon moi de l'amour véritable, je pense que tous les bons sentiments y sont inclus. Quand on aime, on compatit, même on peut aller jusqu'à une compassion fusionnelle, mais est-ce que l'inverse est forcément vrai ? Je crois que l'amour c'est comme un énorme tuyau, dans lequel passent plusieurs fils. L'un d'entre eux c'est la compassion, un autre ce sera le pardon, un autre la charité, par exemple. En fait, cet énorme tuyau, quand on a compris qu'il existait, tous les autres deviennent sous-jacent, on ne se dit plus "j'agis par compassion" mais on agit avec amour tout simplement, car la compassion est comprise dans l'amour.

Ma définition de l'amour véritable est donc ainsi, je le vois comme le canal le plus puissant et le plus global qui porte le bien en lui. C'est même LE canal du bien ! Plus on est quelqu'un de bon, plus on est rayonnant, c'est à dire, plus on véhicule dans ce canal. Quand on est engagé dans ce canal le plus possible, qu'on est sincère avec soi-même et avec les autres, on est forcément heureux, parce qu'on est dans le bien.

J'aurais d'autres choses à commenter sur tes paroles très justes, mais je voulais te soumettre cette réflexion, nous aurons de toutes façons l'occasion de rediscuter de tout cela. Quand on a réussi à se centrer dans la boule de l'amour, on voit le monde au travers de ses parois, et donc on regarde tout avec amour : c'est cela l'amour universel, ce n'est pas quelque chose de forcé, c'est automatique, une fois qu'on a éliminer toutes les problématiques intérieures qui nous empoisonnent et parfois nous font dévier du canal.

Paix et amour les amis ! I love you
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Recherches concernant le bouddhisme   Sam 16 Juil 2011 - 19:11

d'acco d'ac' mon Jean flower cheers
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Recherches concernant le bouddhisme   Sam 23 Juil 2011 - 22:38

Continuant les recherches sur ce livre, je vous ai gardé un peu de suite, de ce qui m'a semblé le plus intéressant. Il ne m'a pas été facile de comprendre le sens de ces phrases, que j'ai dû relire plusieurs fois, mais j'ai pu relever des chapitres importants.

Se voir tel qu'on est, du Dalaï Lama

Interroger sa conscience
La perception d'un vase bleu par la conscience n'occupe pas champs spatiaux car il n'y a rien de physique.
Le vase existe à travers une succession de moments qui forment un continuum temps.
La perception du vase bleu dans la conscience se compose de moments précoces et tardifs ; ils forment les composés du jet de conscience ; leur durée n'a pas d'importance, si courte soit-elle.

Revenons sur le moment le plus bref dans un continuum temps. Sans début, milieu et fin, ce moment ne pourrait pas s'ajouter à un autre moment analogue pour former une continuité.

Réflexion méditative
. Observez la conscience concentrée sur un vase bleu.
. Réfléchissez à la dépendance des éléments qui le font exister : les différents moments qui forment son continuum temps.
. Observez si la dépendance aux différents composés s'oppose à son apparence d'autonomie.

Regarder l'espace
Même l'espace est formé de composés.

Réflexion méditative
. Observez l'espace d'un bol.
. Réfléchissez à la dépendance des composés qui le font exister : sa moitié supérieure et sa moitié inférieure.
. Observez si la dépendance aux différents composés s'oppose à son apparence d'autonomie.

Comprendre le processus du raisonnement sur la production conditionnée
"Puisqu'il n'y a pas de phénomène sans production conditionnée, il n'y a pas de phénomène qui ait une existence inéhrente" (Nagarjuna)

Les phénomènes permanents ou impermanents sont donc composés. Les composés et le phénomène sont dépendants mais apparaissent comme ayant leur entité propre.
Si le phénomène et ses composés étaient tels qu'ils vous apparaissent, vous pourriez démontrer que le phénomène se distingue de ses composés. Mais vous ne le pouvez pas.

L'apparence du phénomène et celle de ses composés sont en conflit avec la réalité. Cela ne signifie pas que les phénomènes n'existent pas. En conclusion, il y a des entités qui existent en fonction de l'interaction de leurs composés : ils ne sont pas autonomes.

Dépendance ou interdépendance, il n'y a pas d'autre solution. La table pour exister dépend de ses différentes parties. Nous appelons l'accumulation des éléments la base sur laquelle l'objet est instauré. Aucun des composés de la table n'est en lui-même une table.
Ainsi, des parties, qui ne sont pas une table, forment une table grâce à la pensée. La table n'existe donc pas selon sa propre nature.

De ce point de vue, la table dépend de certaines causes, de ses composés et de la pensée. Ce sont les trois modalités de la production conditionnée.

Ici, la pensée est primordiale car elle définit l'objet. Par exemple, le 'moi' du Dalaï Lama doit être à l'endroit où est son corps. Il ne peut pas être ailleurs. C'est clair. Mais si vous n'êtes plus à cet endroit, le 'moi' substantiel devient introuvable.
Néanmoins, le Dalaï Lama est un homme, un moine, un tibétain. Il parle, boit, mange et dort. C'est la preuve suffisante pour qu'il existe même si le trouver est impossible.

En finalité, rien n'incarne le 'moi' mais cela n'implique pas que le 'moi' n'existe pas. Comment le pourrait-il ?
Le 'moi' existe donc vraiment, mais sa nature est indécelable. Nous devons donc admettre qu'il se forme en interaction avec la pensée. Ce principe ne peut être posé autrement.

La vacuité n'est pas le néant

Il n'y a aucun doute sur l'exitence des êtres et des choses. La seule question est de savoir comment, de quelle manière ils existent.
Il serait absurde de nier la réalité des êtres et des choses alors qu'ils ont des incidences sur nous. L'idée que les êtres et les choses n'existent pas est un refus de la réalité.

Nagarjuna n'avance pas que les phénomènes sont vides car ils n'auraient aucun rôle à jouer. Il nous interpelle plutôt sur le fait qu'ils sont conditionnés aux causes et conditions.

Réflexion méditative
. Dépendant et indépendant forment une dichotomie (division en 2 parties égales). Chaque chose est soi l'un, soit l'autre.
. Une chose dépendante ne peut pas être autonome.
. Dans les parties du corps ou du mental qui forment la base du 'moi', nous ne pouvons pas découvrir le 'moi'. Finalement, le 'moi' n'est pas autonome : il dépend de l'influence d'autres conditions : ses causes, ses composés et la pensée.

Observer l'interdépendance du phénomène

"En comprenant le principe de la production conditionnée, le sage n'adhère plus aux idées extrêmes". (Bouddha)

Les conséquences de la production conditionnée

Les phénomènes avantageux ou nuisibles, causes et effets, ceci et cela, naissent en relation avec d'autres facteurs.

"Quand ceci existe, cela apparaît. Comme le court quand l'autre est long. Quand ceci apparaît, cela est produit. Comme la lumière surgit de la flamme". (Nagarjuna)

Dans ce contexte de dépendance, aide et nuisance apparaissent, les phénomènes impermanents oeuvrent, ils ne sont plus seulement imaginaires et le karma, les actes et leurs effets, est plausible.

"Ayant ainsi observé que les effets naissent des causes, chacun admet que l'apparence appartient aux conventions mondaines (vie en société), et refuse le nihilisme (négation de toute croyance)". (Nagarjuna)

Ces deux extrêmes - la notion exagérée de l'autonomie des phénomènes et le refus de la causalité (rapport de cause à effet) - sont deux abîmes où le mental peut glisser.

Pour trouver une harmonie entre la production conditionnée et la vacuité, nous devons distinguer la nature inhérente (liée d'une manière intime) de l'existence ordinaire.

Lorsque nous disons, examinons ou pensons à des termes comme vacuité ou vérité ultime, nous voyons un sujet séparé de l'objet : la conscience d'un côté et la vacuité de l'autre. Pourtant, lors d'une méditation intense, le sujet et l'objet ne font qu'un : la vacuité et la conscience qui perçoit la vacuité.
.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Recherches concernant le bouddhisme   Aujourd'hui à 10:46

Revenir en haut Aller en bas
 

Recherches concernant le bouddhisme

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Comment dois-je enseigner le Bouddhisme à mes enfants?
» Essais sur le bouddhisme zen (D.T. Suzuki)
» pratique du bouddhisme chinois ?
» Bouddhisme en occident
» Bibliothèque : Bouddhisme Tibétain : Savoir pardonner de Sa Sainteté le Dalaï- Lama

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Planète Révélations :: Spiritualité / Philosophie / Humanisme :: Spiritualité / Philosophie / Humanisme-