Planète Révélations
Bienvenu sur Planète Révélations, bonne visite à vous...

Planète Révélations


 
AccueilFAQRechercherGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 "L'ayahuasca, le serpent et moi"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
khelgar

avatar

Masculin Gémeaux Chèvre
Messages : 85
Date d'inscription : 10/07/2009
Age : 38
Localisation : Limoges

MessageSujet: "L'ayahuasca, le serpent et moi"   Ven 10 Juil 2009 - 23:38

Voici un documentaire sur ce fameux breuvage utilisé par les différentes tribus indiennes d'Amazonie. Le "vin de l'esprit" comme il est appelé, comporte entre autres propriétés médicinales, des effets psychotropes semblables à l'iboga, Wiskycoka a d'ailleurs posté un documentaire très intéressant à ce sujet. Semblables puisque ces 2 enthéogènes possèdent le même principe actif, le DMT ou diméthyltryptamine. Celui-ci permet d'élargir ses perceptions de la réalité et du monde, enfin de se réconcilier avec sa propre conscience, ou encore guérir définitivement des addictions et accoutumances à des drogues telles que la cocaïne, quelque chose qu'on ne sait pas faire en Occident...



Le documentaire dure environ 50 minutes et comporte 5 parties, dont voici la première :

L'ayahusca, le serpent et moi 1/5

Revenir en haut Aller en bas
http://www.myspace.com/khelgarlim
khelgar

avatar

Masculin Gémeaux Chèvre
Messages : 85
Date d'inscription : 10/07/2009
Age : 38
Localisation : Limoges

MessageSujet: Re: "L'ayahuasca, le serpent et moi"   Ven 10 Juil 2009 - 23:40

L'ayahuasca, le serpent et moi 2/5

Revenir en haut Aller en bas
http://www.myspace.com/khelgarlim
khelgar

avatar

Masculin Gémeaux Chèvre
Messages : 85
Date d'inscription : 10/07/2009
Age : 38
Localisation : Limoges

MessageSujet: Re: "L'ayahuasca, le serpent et moi"   Ven 10 Juil 2009 - 23:41

L'ayahuasca, le serpent et moi 3/5

Revenir en haut Aller en bas
http://www.myspace.com/khelgarlim
khelgar

avatar

Masculin Gémeaux Chèvre
Messages : 85
Date d'inscription : 10/07/2009
Age : 38
Localisation : Limoges

MessageSujet: Re: "L'ayahuasca, le serpent et moi"   Ven 10 Juil 2009 - 23:42

L'ayahuasca, le serpent et moi 4/5

Revenir en haut Aller en bas
http://www.myspace.com/khelgarlim
khelgar

avatar

Masculin Gémeaux Chèvre
Messages : 85
Date d'inscription : 10/07/2009
Age : 38
Localisation : Limoges

MessageSujet: Re: "L'ayahuasca, le serpent et moi"   Ven 10 Juil 2009 - 23:43

L'ayahuasca, le serpent et moi 5/5

Revenir en haut Aller en bas
http://www.myspace.com/khelgarlim
77Scred77

avatar

Masculin Messages : 146
Date d'inscription : 27/04/2011
Localisation : Nice

MessageSujet: Re: "L'ayahuasca, le serpent et moi"   Mar 14 Juin 2011 - 20:12

Citation trouvée sur le net :
L'ayahuasca est une plante magnifique, celle des dieux, permettant de connaitre une certaine mort mentale, pour affronter son mal, et découvrir le bien en soi, explosant sous nos yeux, mais l'utiliser a but récréatif n'est bien sur pas la solution, pour comprendre le véritable sens du voyage il faut le faire avec des shamans trés expérimentés qui vous guideront dans ce monde sans mot et qui pourtant vous dit tout ce qu'il y a a savoir. Ne nous improvisons pas apprenti shamans, car nous ne le sommes pas, c'est le travail d'une vie, d'une vie de respect de soi, de l'autre et de la nature, alors ne prenez pas cette plante en la commandant, suivant simplement ses instructions pour améliorer sa vie, mais prenez la entre de bonne main, paix a tous.


A voir!!! Trés intéressant et instructif!

Ce reportage permet de vraiment comprendre (le but de) cette science sacrée!
Revenir en haut Aller en bas
Pollux

avatar

Masculin Messages : 288
Date d'inscription : 30/03/2011
Localisation : prairie du géant vert

MessageSujet: Re: "L'ayahuasca, le serpent et moi"   Jeu 16 Juin 2011 - 12:57

77Scred77 a écrit:
Citation trouvée sur le net :
L'ayahuasca est une plante magnifique, celle des dieux, permettant de connaitre une certaine mort mentale, pour affronter son mal, et découvrir le bien en soi, explosant sous nos yeux, mais l'utiliser a but récréatif n'est bien sur pas la solution, pour comprendre le véritable sens du voyage il faut le faire avec des shamans trés expérimentés qui vous guideront dans ce monde sans mot et qui pourtant vous dit tout ce qu'il y a a savoir. Ne nous improvisons pas apprenti shamans, car nous ne le sommes pas, c'est le travail d'une vie, d'une vie de respect de soi, de l'autre et de la nature, alors ne prenez pas cette plante en la commandant, suivant simplement ses instructions pour améliorer sa vie, mais prenez la entre de bonne main, paix a tous.


A voir!!! Trés intéressant et instructif!

Ce reportage permet de vraiment comprendre (le but de) cette science sacrée!

+1
Le shaman est le conducteur de la plante. Les deux sont INDISSOCIABLES.
J'avais déjà vu un documentaire sur l'ayahuasca, peut être est-ce celui ci... le sujet disait que lorsque le shaman posait sa main sur son front, c'était comme la patte du tigre protecteur.

Merci du partage
Revenir en haut Aller en bas
geoff78

avatar

Masculin Taureau Buffle
Messages : 4399
Date d'inscription : 02/05/2009
Age : 32
Localisation : Partout

MessageSujet: Re: "L'ayahuasca, le serpent et moi"   Jeu 16 Juin 2011 - 13:14

L' ayahusca, le pouvoir de la Connaissance (co-naissance) : http://s2.e-monsite.com/2010/01/02/88491632l-ayahuasca-2-pdf.pdf

L'interview Nexus sur l' ayahusca : http://www.nexus.fr/PDF/M68P888.pdf

L'Ayahuasca, le serpent et moi, le documentaire de 52 min



L'ayahuasca est une plante hallucinogène à caractère sacré, utilisée par les Indiens d'Amazonie, principalement au Pérou. Des rituels séculaires entourent la consommation de cette substance dont les vertus thérapeutiques sont avérées pour les sociétés traditionnelles qui l'ont sacralisée. Depuis quelques décennies, l'Ayahuasca fait l'objet d'études poussées de la part de scientifiques occidentaux qui analysent ses propriétés pour les utiliser en médecine. Ce documentaire nous entraîne aux confins de la forêt amazonienne, dans une aventure où se croisent l'ethnologie, la science et les faits de société, un voyage dans le monde de l'hallucination contrôlée et des rituels chamaniques. Le fil conducteur est un jeune occidental venu chercher dans les pratiques de l'Ayahuasca une aide à sa démarche psychothérapeutique. Il démarre son périple à Takiwasi, dans un centre d'accueil pour toxicomanes, puis va à la rencontre de chamans dans la jungle péruvienne. Sur sa route, le film donne la parole à un toxicomane en fin de cure, à un ex-narcotrafiquant, à un chaman Acheninka, à un chaman métis, à un père jésuite qui fait le grand écart entre sa foi chrétienne et l'univers chamanique...

Lien fileserve et megaupload : fileserve.com EQHBBAn et megaupload.com AJ5ZIDHQ
Revenir en haut Aller en bas
Rrazorbak

avatar

Masculin Messages : 60
Date d'inscription : 30/04/2011
Localisation : montpellier

MessageSujet: Re: "L'ayahuasca, le serpent et moi"   Jeu 16 Juin 2011 - 14:15

Une bonne amie à moi qui a passé pas mal de temps en Amérique latine m'a dit qu'il s'y développer de plus en plus un tourisme de l'ayahuesca.Des gens venant du monde entier viennent passé une semaine dans un camp pour être initier à l'ayahuesca et espère par le biais de ces plantes se sortir de leur souci (mal de vivre,toxicomane etc..).Le problème de ces séjour est qu'ils sont organisé dans un but purement mercantile donc il y a énormément de participant et peu de personne ,voir pas du tout, vraiment qualifié,connaissant très bien ces plantes pour guidé les participants dans leurs voyage intérieur pendant et après les prises.En gros les gens viennent là pensant allez mieux grâce au produit miracle dont ont leur à tant vanté les bien faits et se retrouve à rentrer chez eux encore plus mal qu'avant.
Revenir en haut Aller en bas
77Scred77

avatar

Masculin Messages : 146
Date d'inscription : 27/04/2011
Localisation : Nice

MessageSujet: Re: "L'ayahuasca, le serpent et moi"   Jeu 16 Juin 2011 - 18:30

Rrazorbak a écrit:
Une bonne amie à moi qui a passé pas mal de temps en Amérique latine m'a dit qu'il s'y développer de plus en plus un tourisme de l'ayahuesca.Des gens venant du monde entier viennent passé une semaine dans un camp pour être initier à l'ayahuesca et espère par le biais de ces plantes se sortir de leur souci (mal de vivre,toxicomane etc..).Le problème de ces séjour est qu'ils sont organisé dans un but purement mercantile donc il y a énormément de participant et peu de personne ,voir pas du tout, vraiment qualifié,connaissant très bien ces plantes pour guidé les participants dans leurs voyage intérieur pendant et après les prises.

C'est à moitié exact Rrazorbak, il y a d'un coté ce tourisme qui s'y développe malheureusement. On peut voir ça comme un voyage durant lequel on aurait la possibilité de consommer du DMT (molécule active de l'ayahuasca) en pleine nature et légalement. Moyennant bien-sûr quelques sesterces aux agences organisatrices! nul

L'autre coté, celui connu initialement, est la véritable initiation à l'ayahuasca, avec une longue préparation très contraignante et bien-sûr un guide. Ce guide, le chaman, est avec vous (non pas pour votre "€ pouvoir" comme dans le premier cas) afin de vous accompagner à l'intérieur de cette expérience et vous guider dans les premiers pas de cette introspection.


Le nouveau né devra un jour comprendre qu'il peut marcher,
on lui tiendra la main pour ses premiers pas,
très vite il marchera
et plus vite encore il courra
mais souvent il tombera,
alors on lui expliquera , et avec le temps il comprendra...
(ma vision du rôle d'un chaman)

Merci geoff78 pour tes pdf, et pour l'attention que tu portes à certains sujet^^
Revenir en haut Aller en bas
Rrazorbak

avatar

Masculin Messages : 60
Date d'inscription : 30/04/2011
Localisation : montpellier

MessageSujet: Re: "L'ayahuasca, le serpent et moi"   Jeu 16 Juin 2011 - 19:13

Toute à fait d'accord et je ne faisait pas de généralités. J'exposais juste le coté dérive qui existait autour de ces plantes avec les "club med de l'ayahuasca" et leur "initiation" massive.
Revenir en haut Aller en bas
77Scred77

avatar

Masculin Messages : 146
Date d'inscription : 27/04/2011
Localisation : Nice

MessageSujet: Re: "L'ayahuasca, le serpent et moi"   Jeu 16 Juin 2011 - 19:52

Tu as bien fait d'exposer ce coté^^ La dérive est ce que nous, occidentaux, savons faire de mieux! (pour le pire!)
Revenir en haut Aller en bas
Serena

avatar

Féminin Messages : 6
Date d'inscription : 09/06/2011

MessageSujet: Chamanisme et ayahuasca   Ven 17 Juin 2011 - 8:57

Bonjour à tous,

je viens de parcourir tous vos échanges (très instructifs)et pour compléter, une autre vidéo en 5 parties (autre approche vue par un anthropologue)












[dailymotion]
Revenir en haut Aller en bas
http://http//serenagaia.blogspot.com
77Scred77

avatar

Masculin Messages : 146
Date d'inscription : 27/04/2011
Localisation : Nice

MessageSujet: Re: "L'ayahuasca, le serpent et moi"   Ven 17 Juin 2011 - 18:08

Merci pour tes vidéos Serena! Wink

Elles se trouvent également ici en une vidéo d'1h23.

Revenir en haut Aller en bas
Serena

avatar

Féminin Messages : 6
Date d'inscription : 09/06/2011

MessageSujet: Re: "L'ayahuasca, le serpent et moi"   Ven 17 Juin 2011 - 19:35

Merci 77Scred77,,

bonne soirée à toi..

Serena
sunny
Revenir en haut Aller en bas
http://http//serenagaia.blogspot.com
77Scred77

avatar

Masculin Messages : 146
Date d'inscription : 27/04/2011
Localisation : Nice

MessageSujet: Re: "L'ayahuasca, le serpent et moi"   Ven 17 Juin 2011 - 19:56

Je t'en prie Serena,

bonne soirée à toi également^^
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: "L'ayahuasca, le serpent et moi"   Ven 5 Aoû 2011 - 18:38



La censure préalable frappe de suspension un documentaire, une astuce juridique qui est de plus en plus utilisée lorsqu'un reportage ne plaît pas à tout le monde. Résultat, les diffuseurs, menacés de possibles dommages et intérêts au fond et de tracasseries devant les tribunaux des référés préfèrent ne pas diffuser plutôt que de risquer des poursuites.

Ainsi, depuis plusieurs mois, un passionnant documentaire sur l'ayahuasca se voit "suspendu de diffusion" suite à des pressions et des démarches devant des tribunaux entamées par un citoyen français. Celui-ci s'est porté partie civile et estime que l'Ayahuasca est un produit stupéfiant dangereux et que par conséquent toute démarche thérapeutique ou recherches sur la fameuse plante hallucinogène est caduque et répréhensible. Les documentaires sur l'Ayahuasca mais aussi sur les rituels chamaniques sont choses rares, principalement dans le paysage audiovisuel francophone. Mis à part un film produit à la fin des années 90, "Amazonies plurielles" de la réalisatrice Anne Remiche, à notre connaissance, aucune équipe journalistique ne s'était aventurée sur le terrain méconnu et aujourd'hui de toute évidence fangeux, de l'utilisation des plantes sacrées à des fins thérapeutiques.

Produit par Artline et prévu au départ pour être diffusé sur France 5, "l'Ayahuasca, le serpent et moi"; écrit et réalisé par Armand Bernardi -un journaliste et producteur français- ressemble à une sorte de road movie spirituel dans lequel la caméra se focalise sur le parcours d'un jeune occidental en difficulté existentielle venu chercher au Pérou dans les tribus utilisant le breuvage sacré des réponses ou à tout le moins un coup de pouce à sa démarche psychothérapeutique. C'est ainsi que le jeune homme démarre son périple initiatique à Takiwasi, un centre d'accueil pour toxicomanes; principalement des cocaïnomanes, des fumeurs de crack, de pasta (pâtes de cocaïne brute très toxique) et de basuco (cocaïne base obtenue avec de l'ammoniaque). Cette initiative d'accueil assez exotique et inhabituelle pour toxicomanes semble avoir fait ses preuves et est encadrée par un médecin spécialiste des maladies tropicales, le Dr Jacques Mabit. Jusqu'en 1995, elle fut surtout surveillée de près et a été soutenue par le service culturel et de coopération scientifique et technique de l'Ambassade de France au Pérou ainsi que le gouvernement central à Paris, sans doute histoire de voir si l'équipe de Dr Mabit n'isolerait pas une méthode révolutionnaire de prise en charge des dépendances aux drogues.

Revenons au documentaire : de rituels en rituels, notre "héros" poursuit scrupuleusement sa démarche et les étapes de jeun, d'isolement en jungle qui lui sont proposées et quitte Takiwasi pour se plonger dans d'autres rituels, l'un en pleine jungle dans une tribu amazonienne, l'autre chez un vieux guérisseur installé en zone urbaine dans une banlieue miteuse. Quant aux conclusions de ce périple et à ce que l'Ayahuasca apporta au jeune homme, autant vous inciter à regarder le document et à juger "sur pièce". Un seul indice toutefois: les réponses ne sont jamais simples.
Ce documentaire a d'autre mérites que le simple témoignage subjectif : il s'arrête sur le vécu d'autres personnages, un toxicomane occidental en cure, un ancien dealer narcotrafiquant et consommateur de nationalité colombienne ou péruvienne, un chaman, mais aussi plus étonnant encore, un père jésuite qui consomme régulièrement la plante et qui semble avoir réussi à l'instar de l'église du Santo Daime à générer son propre syncrétisme spirituel, mélangeant les traditions chrétiennes à l'univers complexe et animiste (à savoir chargé en "esprits") porté par l'Ayahuasca. Sa vision de la boisson rituelle est subtile, inattendue et intelligente mais là également, autant que vous regardiez le film. On nous montre aussi l'émergence d'un stupide et pitoyable "chamanic business" où des Tours Operators ayant bien senti le vent proposent aux touristes en mal de pseudo sensations fortes de voir "de vrais indiens" et de boire, certes à petites doses, un verre d'ayahuasca vautré sous une paillote en plein après-midi, l'appareil de photo en bandoulière. Des excursions qui ressemblent comme deux gouttes d'eau aux treks proposés dans les montagnes du Triangle d'or où l'on invite les touristes curieux à fumer des pipes d'opium avec les tribus montagnardes locales. Du narco tourisme d'une tristesse affligeante. C'est précisément là le point d'achoppement, la zone de tous les dangers : le jour où l'Ayahuasca sortira de son espace ritualisé et sacré, le moment où des personnages peu recommandables pourraient s'en servir à des fins purement lucratives ou de dominations spirituelles, bref à des fins sectaires. Connaissant les effets de l'Ayahuasca, les touristes qui prendraient de fortes doses dans de tels contextes non correctement encadrés pourraient y laisser des plumes. Car tout est possible. Et je dois avouer que le culte du Santo Daime par exemple, s'il est récupéré par les esprits malveillants pourrait admirablement servir ce propos. Mais à ma connaissance, ce ne fut pas le cas et cela ne l'est pas aujourd'hui.

On peut donc comprendre que le phénomène Ayahuasca inquiète, laisse perplexe, voire insupporte... Mais de là à faire des pressions pour interdire la diffusion d'un documentaire parlant du sujet; il y a une attitude, un lobbying qui semblent peu appropriés, une réaction de censure qui paraît totalement inadaptée et démesurée. Les travaux du Dr Mabit mais également des autres centres de recherches aux Etats-Unis et aux Pays-Bas (voir notre article sur l'ayahuasca) n'ont pas grand rapport avec une dérive sectaire. On peut juste dire que les recherches du médecin français ou du professeur Kaplan, un chercheur hollandais -outre l'aspect pharmacologique, celui de l'étude des psychotropes hallucinogènes- tentent de réconcilier deux aspects jusqu'à présent inconciliables : la médecine "classique" où l'art de guérir se confond avec l'étude rationnelle, clinique des effets des substances médicinales d'une part, la recherche de notre partie spirituelle, de notre double "immatériel" et infiniment complexe sur lequel Karl Gustav Jung était l'un des premiers à mettre le doigt.
Mabit et les autres chercheurs veulent mettre en évidence le fait que le métabolisme humain ne se limite pas à un mode de fonctionnement mécaniste, prédictif à l'instar d'une machine dépourvue de software. Ils tentent de mettre en oeuvre des pratiques apparemment "irrationnelles" et rituelles dans lesquelles le chaman utilise des substances hallucinogènes et du tabac qui servent à la fois de méthode de diagnostic et de remède. Ces praticiens se rendent compte que dans bien des cas, "cela marche", le processus de guérison se met en route, mais ignorent encore aujourd'hui pourquoi et comment cela fonctionne. On est donc loin des pratiques sectaires ou de l'usage en groupe et répréhensibles d'un produit narcotique provoquant une assuétude.
Ce n'est qu'à la fin des années 60 que l'on a commencé à s'intéresser aux états modifiés de conscience de façon autre que s'il s'agissait de simples troubles mentaux. Ce champ d'étude était surtout l'apanage de la recherche militaire et des services de renseignements qui désiraient mettre au point une psychologie comportementaliste dans laquelle l'influence du comportement et de la conscience constituaient le Graal sacré. Par la suite, une partie plus marginale de la psychologie s'est émancipé de sa part clinique et a tenté de considérer d'un autre oeil l'âme humaine et l'existence d'un monde spirituel. Bref, de voir l'homme de façon plus globale dans son contexte culturel et social et non pas détaché de tout, isolé comme un rat de laboratoire. C'est dans cette optique qu'il faut situer le champ d'investigation du Dr Mabit au Pérou.

Et pourtant, un père de famille de Tarbes, Mr R. de nationalité française, apparemment bien introduit dans les milieux anti-secte a décidé d'empêcher la diffusion du documentaire au motif qu'il ferait l'apologie d'une substance stupéfiante reprise au tableaux des produits interdits au même titre que l'héroïne, la cocaïne, l'Extasy ou le LSD. L'intéressé attaquera par ailleurs le Dr Mabit du chef d'association de malfaiteurs et d'escroquerie sous fond de dérive sectaire. Il est difficile de comprendre l'acharnement de l'intéressé contre le centre Takiwasi mais aussi contre le documentaire si ce n'est la peur et sans doute une manque de connaissances du sujet s'accompagnant des classiques préjugés que l'on peut avoir sur les substances hallucinogènes.
Jusqu'à présent, les poursuites exercées par M. R à titre de partie civile se seraient soldées par un non lieu selon les dernières nouvelles que nous a rapportées Armand Bernardi, le réalisateur du film. Et ce d'autant plus qu'à notre connaissance, depuis les nombreuses années que le centre Takiwasi existe, il n'y a jamais eu d'accidents ou de dérapages. La justice française, grâce ou à cause de cette affaire se voit dans l'obligation d'examiner sous un angle juridique les recherches et l'usage que l'on pourrait faire d'une substance hallucinogène dans un but thérapeutique. Et donc, de percevoir à terme, le fait que certains de ces psychotropes peuvent être considérés non comme des drogues "récréatives", dangereuses, provoquant une dépendance, mais plutôt comme des catalyseurs pouvant faciliter l'introspection ou pourquoi pas la guérison spirituelle. Car la justice devra bien un jour s'adapter aux dernières tendances de la recherche en la matière: de Berkeley à New York en passant par Takiwasi ou Amsterdam, les médecins, neuropsychiatres et pharmacologues sont de plus en plus nombreux à se pencher sur les effets quantifiables sur le métabolisme humain mais aussi sur le non mesurable, le subjectif, que ces mêmes substances peuvent avoir sur le processus de maturation spirituel de leurs patients.
Pour des raisons que l'on ignore encore, l'Iboga, une substance utilisée dans les rituels en Afrique de l'Ouest a des effets quasi-miraculeux sur le sevrage on ne peut plus douloureux aux opiacés. Quant à l'Ayahuasca, les chercheurs tentent de concilier les impératifs matériels, éthiques et cliniques d'une démarche scientifique "occidentale" avec le mode de fonctionnement "spiritualiste", quasi magique des rituels relatifs à la médecine traditionnelle des chamans du bassin amazonien.
L'on en est encore aux débuts de l'aventure, à la phase d'apprentissage, de prise de connaissance et de mise au point et ce serait inepte d'empêcher la poursuite de ces recherches parce qu'il y aurait des risques et la peur, sans doute compréhensible mais mal dirigée, de dérives sectaires. L'irruption du chamanisme dans nos sociétés n'est pas un phénomène hérétique, incongru ou ridicule, il s'agit tout au plus d'un retour aux sources, d'un besoin de syncrétisme qui par les temps qui courent, à une époque où le radicalisme et le fondamentalisme veulent à tout prix faire recette, ne peut être que salutaire et rafraîchissant. A partir du moment, bien entendu, où l'on ne devient pas un fondamentaliste de l'Ayahuasca et que l'on pense avec une foi inébranlable y trouver la réponse à toute chose.
Karma One

Karma One © Karmapolis http://www.karmapolis.be/pipeline/le_serpent_et_moi.htm

Voici Donc Le Film sur P-R à présent:



Enjoy
Revenir en haut Aller en bas
Alfalfa

avatar

Masculin Balance Rat
Messages : 1579
Date d'inscription : 06/05/2011
Age : 69

MessageSujet: ayahuasca et ovnis   Jeu 1 Sep 2011 - 15:07

Ola,


Entre deux coups de marteau , j' ai parfois une pulsion (!) et je vais chercher une infos sur la toile ou voir mes messages !
Hoje, j'ai trouvé cette infos sur l'ayahuasca et les ovnis.
Cet article m'a intèressé pour deux raisons :
D' abord car je connais quelque peu l'ayahuasca pour l'avoir expérimenté , cette année, à deux reprises. La première fois , je désirais voir "mon âme" . En fait je craignais un peu qu'elle soit laide. Et bien, non, l'image que j'ai reçu était celle d'un vitrail. C'était plutôt joli et encourageant .
De la deuxième séance , je n'ai gardé aucun souvenir ! nada !

http://ovnis-usa.com/la-connexion-ayahuasca-aliens/

Évidemment ce genre de témoignages de chamanes n'a rien de "consistant" pour un scientifique ou quelqu'un à l' esprit rationnel dominant.
Mais quand même ces images d'ovnis et ces récits de contacts entre des populations indigènes d' amazonies et d'ailleurs ont un coté véridique et elles sont surprenantes dans leur contenus.
Bref, les ET sont partout....et sur Google ?

Bien à vous
Revenir en haut Aller en bas
http://morgellon.over-bçog.com
geoff78

avatar

Masculin Taureau Buffle
Messages : 4399
Date d'inscription : 02/05/2009
Age : 32
Localisation : Partout

MessageSujet: Re: "L'ayahuasca, le serpent et moi"   Jeu 1 Sep 2011 - 15:14

Topic fusionné car développant le même sujet.
Revenir en haut Aller en bas
luctix

avatar

Masculin Messages : 3460
Date d'inscription : 30/03/2011

MessageSujet: Re: "L'ayahuasca, le serpent et moi"   Jeu 1 Sep 2011 - 16:31

a amsterdam dans les magasins de mushrooms c'etait 35 euros il y a deux mois... mais comme il fallait faire boullir tout ca et qu'il n'y avait rien a l'hotel alors ce fut partie remise! (et j'en ai pas ramené...)

a savoir qu'on peut le commander a distance sur des sites web, mais pas en france, l'un des deux produits a melanger est interdit. mais au luxembourg, et en belgique je crois, entre autres...

exemple



a vos risques et perils!
Revenir en haut Aller en bas
Alfalfa

avatar

Masculin Balance Rat
Messages : 1579
Date d'inscription : 06/05/2011
Age : 69

MessageSujet: hyahuesca et santo Daime   Jeu 1 Sep 2011 - 17:37

Ola,
Entre deux pluies cette fois ( il pleut sur l'algarve ) ...
Merci geoff78 d' avoir remis ce post de Joy et merci pour cette info luctix.
De l'ayahusca en vente sur le net ! decidemment de nos jours tout est possible... J'ai quand même quelques doutes, pour le moins, au sujet de la qualité de ces produits en kit. Normal !...Huum, à expérimenter !
J' étais dans un groupe de santo Daime, à Bruxelles....( capitale de l'Europe !) Un délicieux syncrétisme entre la religion chrétienne et les croyances aux esprits. Il y avait beaucoup de chants et de danses. J'ai trouvé cela un peu sectaire à l'image des groupes de prières charismatiques!
Depuis je suis beaucoup plus réceptif à "l'esprit des plantes" et je comprends un peu mieux Bach avec ses fleurs ! Ceci dit je conseille de ne pas manger de la journée, de boire beaucoup d'eau, de tenir une posture "droite et centrée" (pas évident) et surtout de "bien" respirer. Normalement ont vomis plusieurs fois.
L' ayahusca peut aider spirituellement et psychologiquement et je ne lui connais pas de contre indications. Que sa consommation soit interdite cela ne m'étonne pas, c'est comme pour l'herbe de Marie. Ce qui sort des sentiers battus et qui s'oppose à une certaine moral est toujours mal vus des autorités comme des groupements bien dans le système.
La pilule bleue ou la pilule rouge , il faut choisir.
Bien à vous

Revenir en haut Aller en bas
http://morgellon.over-bçog.com
Mephusteg

avatar

Masculin Messages : 2526
Date d'inscription : 04/05/2009

MessageSujet: Re: "L'ayahuasca, le serpent et moi"   Jeu 1 Sep 2011 - 18:01

L'usage de l'ayahuasca ne doit pas être utilisé n'importe comment et seulement en présence d'une personne qui sait comment réagir en cas de problème.

Les inconscients qui voudront essayer sans précaution risquent d'y laisser des plumes.
La folie guette celui qui veut ouvrir son esprit par l'intermédiaire de cette plante sans guide et sans y être préparé.
Revenir en haut Aller en bas
luctix

avatar

Masculin Messages : 3460
Date d'inscription : 30/03/2011

MessageSujet: Re: "L'ayahuasca, le serpent et moi"   Jeu 1 Sep 2011 - 22:49

L'usage de l'ayahuasca ne doit pas être utilisé n'importe comment et seulement en présence d'une personne qui sait comment réagir en cas de problème.

Les inconscients qui voudront essayer sans précaution risquent d'y laisser des plumes.
La folie guette celui qui veut ouvrir son esprit par l'intermédiaire de cette plante sans guide et sans y être préparé.


c'etait sous-entendu, mais c'est bien de le rappeler mephusteg. Enfin j'ai du mal a imaginer quelqu'un qui avale ce breuvage juste pour s'amuser... des jeunes tetes brulées? Si ce sont des tetes brulees, ca ne les genera pas le moins du monde qu'on les previennes qu'ils vont rencontrer des anges et des demons! Il y a deja eu ces gens marqués a vie par quelque lsd, j'en ai connu un...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: "L'ayahuasca, le serpent et moi"   Mar 7 Fév 2012 - 14:00

Etude scientifique faite par le Centre de Réhabilitation de Toxicomanes et de Recherche sur les Médecines Traditionnelles, traitant de l'ayahuasca ...

http://www.takiwasi.com/docs/arti_fra/hallucination_par_ayahuasca_chez_les_guerisseurs.pdf

extrait :
Il est caractéristique de constater que le sujet réticent à « voir » des réalités peu gratifiantes sur lui même et dont
il se convaincrait difficilement à partir du discours d’autrui, accepte tout à coup comme une évidence des visions
claires de sa médiocrité. Ces visions possèdent une telle force qu’elles s’imposent comme indiscutables.

A vrai dire, ces visions sur soi même ou son univers personnel ne constituent pas au fond de véritables
découvertes. Elles sont toujours perçues comme la révélation d’un « déjà su ». Elles se manifestent comme une
prise de conscience de vérités subconscientes, latentes. Et le sujet conclut : « Au fond, je le savais !! ».

Cet attribut de la vision octroie au patient des repères psychiques précieux pour la structuration de son existence.
La disparition du doute sur des questions fondamentales de son existence contribue à lui apporter un sentiment
de paix.


La vision de l’ayahuasca nous paraît valide pour les raisons suivantes :

-La cohérence :

La vision de l’ayauasca peut apparaître surprenante, formidable, voire incompréhensible à priori, mais elle n’est
jamais perçue comme incohérente ou cahotique. Elle ne se manifeste pas comme informe bien que des visions
successives puissent ne sembler sans aucun lien selon les lois de la causalité classique.
Lors du retour à l’état de conscience ordinaire, le vécu de l’ayahuasca n’est pas intégré comme une expérience
destructurante, totalement irrationnelle même si très souvent les visions trop abstraites ou symboliques ne
permettent pas leur intégration immédiate par le conscient.
Caractère collectif

Il est remarquable, bien que ce ne soit pas constant, que divers participants partagent les mêmes appréciations
sur le vécu de la séance. Nous avons eu à maintes reprises l’occasion de constater entre plusieurs membres du
groupe des visions de même nature : présences négatives, auditions de bruits ou sons, jugement similaire porté
sur la perception directe de la « valeur » de telle personne présente, etc.
En certaines occasions, il nous a été donné de transmettre par le chant des visions relativement précises (par
exemple vol d’oiseaux)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: "L'ayahuasca, le serpent et moi"   Mer 15 Nov 2017 - 9:29

Chamanisme et psychiatrie :ce que voit un chamane dans un hôpital psychiatrique
[b]

(Source : SpiritScience, extrait de The Natural Medicine Guide to Schizophrenia, par Stephanie Marohn (incluant Malidoma Patrice Somé), pages 178-189, ou dans The Natural Medicine Guide to Bi-polar Disorder)



Dans la vision chamanique, la maladie mentale signale la « naissance d’un guérisseur », explique Malidoma Patrice Somé. De ce fait, les troubles mentaux sont des situations spirituelles critiques, des crises spirituelles, et doivent être considérés comme tels pour aider le guérisseur à naître.

Ce que l’Occident voit comme une maladie mentale, le peuple Dagara (en Afrique de l’Ouest, Dagaaba en anglais) le voit comme « des bonnes nouvelles de l’autre monde. » La personne traversant la crise a été choisie comme médium pour porter un message à la communauté, devant être communiqué du monde spirituel. « Les troubles mentaux, les troubles comportementaux de toutes sortes, signalent le fait que deux énergies incompatibles ont fusionné dans le même champ, » dit le Dr. Somé. Ces perturbations se produisent quand la personne n’est pas aidée pour faire face à la présence d’une énergie du monde spirituel.

Lorsque le Dr. Somé est venu la première fois aux États-Unis en 1980, pour ses études supérieures, l’une des premières choses qu’il a vue a été la manière dont le pays gérait la maladie mentale.  Quand un étudiant qu’il connaissait avait été envoyé dans un hôpital psychiatrique pour « dépression nerveuse », le Dr. Somé était allé lui rendre visite.

« J’étais choqué. C’était la première fois que j’étais confronté directement à ce qu’on fait ici aux gens qui ont les mêmes symptômes que j’avais vus dans mon village. » Ce qui a frappé le Dr. Somé, c’était que de tels symptômes étaient perçus sous l’angle de la pathologie, avec l’idée qu’il faut stopper le trouble. C’était en opposition complète à la manière dont sa culture voyait une telle situation. Alors qu’il regardait les patients dans la salle austère, certains dans des camisoles de force, d’autres shootés aux médicaments, d’autres criants, il se disait, « C’est comme ça qu’on traite les guérisseurs naissants dans cette culture. Quelle perte ! Quel dommage qu’une personne finalement alignée avec une puissance de l’autre monde est ainsi gaspillée. »

Pour le dire autrement, d’une manière peut être plus compréhensible pour la mentalité occidentale, c’est que nous en Occident ne sommes pas formés à faire face aux phénomènes psychiques, au monde spirituel, et personne non plus ne nous apprend à reconnaître son existence. En réalité, les capacités psychiques sont dénigrées. Quand les énergies du monde spirituel émergent dans la psyché occidentale, l’individu est complètement démuni pour les intégrer ou même comprendre ce qu’il se passe. Le résultat peut être terrifiant. Sans un environnement adéquat, et une aide pour faire face à une percée d’un autre niveau de réalité, en fin de compte, la personne devient folle. De fortes doses de médicaments anti-psychotiques aggravent le problème et empêchent une intégration pouvant conduire à un développement de l’âme et une croissance de l’individu ayant reçu ces énergies.

Dans le service psychiatrique, le Dr Somé a vu beaucoup « d’êtres » qui traînaient autour des patients, des « entités » que la plupart des gens ne voient pas mais que les chamans et les médiums peuvent voir. « Elles provoquaient les crises chez ces personnes, » dit-il. Il lui apparut que ces êtres essayaient d’extraire les médicaments et leurs effets des corps des personnes avec qui les êtres voulaient fusionner, et ce faisant ils renforçaient la douleur des patients. « Les êtres agissaient presque comme une sorte d’excavateur dans le champ énergétique des personnes. Ils faisaient cela avec acharnement. Les personnes concernées se mettaient à crier et à hurler, » dit-il. Il ne pouvait pas rester dans cet endroit et dut partir.

Dans la tradition Dagara, la communauté aide la personne à concilier les énergies des deux mondes  – « le monde spirituel avec lequel il ou elle est fusionné(e), et le village et la communauté. » Cette personne a la capacité d’agir comme un pont entre les mondes et aide les vivants en leur apportant les informations et les soins dont ils ont besoin. La crise spirituelle se termine donc par la naissance d’un nouveau guérisseur. « La relation entre l’autre monde et le notre est celle d’un parrainage, » explique le Dr. Somé. « Le plus souvent, la connaissance et les dons qui ressortent de ce genre de fusion sont une connaissance et des dons directement apportés par l’autre monde. »

Les êtres qui renforçaient la douleur des détenus de l’hôpital psychiatrique cherchaient en fait à fusionner avec les détenus pour faire passer des messages dans ce monde. Les personnes avec lesquelles ils voulaient fusionner ne recevaient pas d’aide pour apprendre comment faire un pont entre les mondes et les tentatives des êtres de fusionner étaient contrecarrées. Il en résultait la persistance du trouble initial de l’énergie et l’avortement de la naissance d’un guérisseur.

« La culture occidentale ignore constamment la naissance des guérisseurs, » affirme le Dr. Somé. « En conséquence, l’autre monde aura tendance à contacter de plus en plus de personnes pour essayer de capter l’attention. C’est plus dur pour eux. » Les êtres spirituels sont attirés par les personnes dont les sens n’ont pas été anesthésiés. « La sensibilité est très souvent une invitation,” note-t-il.

Ceux qui développent les soi-disant troubles mentaux sont ceux qui sont sensibles, ce que la culture occidentale définit comme de l’hypersensibilité. Les cultures indigènes ne le voient pas de cette manière et les personnes sensibles ne pensent donc pas qu’elles sont hypersensibles. En Occident, « c’est la surcharge de la culture dans laquelle ils sont qui les détruit, » observe le Dr. Somé. Le rythme effréné, le bombardement des sens, et l’énergie violente caractérisant la culture occidentale peuvent accabler les personnes sensibles.

santeglobale.info/chamanisme-psychiatrie-ce-voit-chamane-hopital-psychiatrique-interview-tal-schaller
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: "L'ayahuasca, le serpent et moi"   

Revenir en haut Aller en bas
 

"L'ayahuasca, le serpent et moi"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» "La Danse du Serpent"
» Ma baguette "Serpent et Vulve"
» Saint Nestor de Pamphylie et commentaire du jour "Quel père, parmi vous, donnerait une..."
» "Qui s'élève sera abaissé"... une vivante illustration
» Sainte Véronique, Saint André Corsini et commentaire du jour "Jésus appelle les Douze, et..."

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Planète Révélations :: Santé & environnement  :: Santé / Remèdes naturels / Bio-