Planète Révélations
Bienvenu sur Planète Révélations, bonne visite à vous...

Planète Révélations


 
AccueilFAQRechercherGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Dossier d'actualité : conflit en Syrie, articles, cartes, vidéos (& 3eme guerre mondiale?)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 12 ... 19, 20, 21
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Dossier d'actualité : conflit en Syrie, articles, cartes, vidéos (& 3eme guerre mondiale?)   Mar 16 Aoû 2011 - 21:04

Rappel du premier message :

Bonsoir  sunny .
Je poste ceci , car j'aimerais avoir votre avis, pourquoi n'arrivent-ont pas à avoir plus "d'info" sur la Syrie parce qu'il ne semble que tout pourrait partir de là

05 Aout

La répression en Syrie a fait plus de 2.000 morts

WASHINGTON – Les États-Unis estiment que le gouvernement du président syrien Bachar al Assad est responsable de plus de 2.000 morts dans la répression de manifestations pacifiques, a déclaré jeudi la secrétaire d’État Hillary Clinton.

Elle a réaffirmé que Bachar Assad avait perdu toute légitimité en Syrie aux yeux de Washington, ajoutant que les États-Unis et leurs alliés étudiaient les moyens d’accentuer la pression sur Damas au-delà des dernières sanctions annoncées jeudi.

source

15.08.11

L'armée, appuyée par des chars, a pénétré lundi 15 août dans plusieurs localités de la province de Homs, notamment à Houla, où des tirs nourris ont été entendus, ont indiqué des militants des droits de l'homme. Dans la ville de Lattaquié, les pilonnages de quartiers sunnites ont repris. A la mi-journée, les organisations de défense des droits de l'homme ont dénombré quatre morts
"La localité de Houla est assiégée […]. L'armée y procède à des perquisitions et à des arrestations sous le couvert de tirs nourris", a indiqué l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) dans un communiqué. Une autre ONG syrienne a aussi fait état d'un "grand nombre de chars entrés à Houla le matin et de tirs à la mitrailleuse".

"Toutes les entrées de Houla sont encerclées par un grand nombre d'agents de sécurité, qui tirent pour terrifier les habitants", selon l'OSDH. "Des chars sont déployés dans certaines zones et les milices fidèles au régime et les agents de sécurité sont déployés sur toutes les routes et dans les villages aux alentours de Houla, où ils effacent les graffitis anti-régime", selon la même source.


OPÉRATION TERRESTRE À LATTAQUIÉ

A Lattaquié, principal port du pays, l'offensive maritime de dimanche a cédé la place à une opération terrestre. Des chars équipés de mitrailleuses lourdes pilonnaient les quartiers d'Al-Raml et de Masbah Al-Chaab, a affirmé l'OSDH, ajoutant qu'environ 300 personnes avaient été arrêtées dans d'autres quartiers. De nombreux habitants de ces quartiers, autorisés par l'armée à quitter les lieux, ont ensuite été pris pour cible lors de leur fuite.

"L'un d'eux est mort à un poste de contrôle sous des tirs de l'armée et cinq autres ont été blessés", a dénoncé l'OSDH. "Une femme a également été tuée alors qu'elle quittait le quartier d'Al-Raml à bord d'une voiture dont le chauffeur a été blessé", a ajouté l'organisation dans un communiqué. "Les perquisitions se poursuivent. Des tireurs embusqués sont sur les toits", selon la même source.

Plus de 5 000 Palestiniens ont fui le camp de réfugiés de Raml dans cette même ville selon l'Agence des Nations unies pour les réfugiés palestiniens (UNRWA). "Nous condamnons vivement les opérations des forces syriennes contre le camp de Raml à Lattaquié et les déplacements de sa population", a déclaré le secrétaire général de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP). "Nous considérons ces actions comme des crimes contre l'humanité dirigés contre le peuple palestinien et leurs frères syriens, qui sont également les victimes de cette campagne sanglante", a accusé M. Abed Rabbo.

ARRESTATIONS À LA FRONTIÈRE TURQUE

A Deir Ezzor, un homme de 67 ans a succombé à ses blessures après avoir été touché vendredi par un tireur embusqué dans le centre-ville. Au total, "27 personnes ont été arrêtées lors d'une campagne de perquisitions", selon des militants sur place. Dans le gouvernorat d'Idleb, près de la frontière turque, "des agents de sécurité accompagnés de 23 cars et 10 voitures équipées de mitrailleuses lourdes ont pris d'assaut des villages de la région de Maaret Al-Noman. Huit personnes ont été arrêtées", selon les militants.

Dimanche, des navires de guerre étaient entrés en action pour mater la contestation dans Lattaquié, où 26 personnes sont mortes dans cette seule journée, selon des militants. L'agence de presse officielle Sana a démenti toute opération maritime. En outre, Sana a annoncé la nomination de Mouaffaq Khallouf comme nouveau gouverneur à Alep, deuxième ville de Syrie et théâtre de manifestations contre le régime ces dernières semaines. Le régime avait déjà changé les gouverneurs de Homs et Hama ainsi que Deraa, où est né le mouvement de contestation.

source

le 16.08.2011

Pour la première fois, la Jordanie, prudent voisin de la Syrie, sort de son silence et appelle le régime de Bachar al-Assad à mettre «immédiatement» fin à la violente répression de la révolte et à engager des réformes. «Le Premier ministre Maarouf Bakhit a téléphoné aujourd'hui (lundi) à son homologue syrien Adel Safar et lui a dit que la Syrie devait revenir à la raison», rapporte l'agence de presse jordanienne Petra.
Le Premier ministre aurait même ajouté que «la colère et le refus face au bain de sang en Syrie allaient croissant dans le monde».

Les deux pays partagent une longue frontière de 375 km, à travers le désert. Et le royaume hachémite craint de plus en plus que les méthodes très musclées que la Syrie emploie pour sanctionner le mouvement de révolte entamé mi-mars, n'aient des répercussions sur son territoire. Selon des organisations de défense des droits de l'Homme, la répression a déjà tué près de 1 800 civils.

La semaine dernière, le ministre jordanien des Affaires étrangères avait éludé cette question par une déclaration diplomatique : il jugeait la situation «inquiétante, malheureuse et triste». Mais dimanche, un jeune Jordanien qui rendait visite à des proches à Homs, dans le centre de la Syrie, a été tué par un tireur embusqué.

Alors que ses voisins arabes ont depuis dix jours lâché Assad, l'autre grand pays frontalier de la Syrie, l'Iran, continue, lui, de juger que les évènements sont une «affaire intérieure».  


source



Syrie : nouvelle offensive à Homs, Lattaquié... par euronews-fr
Revenir en haut Aller en bas

AuteurMessage
akasha

avatar

Féminin Taureau Buffle
Messages : 2819
Date d'inscription : 12/05/2013
Age : 31

MessageSujet: Re: Dossier d'actualité : conflit en Syrie, articles, cartes, vidéos (& 3eme guerre mondiale?)   Jeu 13 Avr 2017 - 6:02

Nolife, pas de doublons si il te plait bien.

PS : Nolife tu te fiche de moi à la reposter à ma suite ?
Revenir en haut Aller en bas
nolife



Masculin Lion Chèvre
Messages : 453
Date d'inscription : 12/08/2014
Age : 37
Localisation : FRANCE [yous_f]

MessageSujet: Re: Dossier d'actualité : conflit en Syrie, articles, cartes, vidéos (& 3eme guerre mondiale?)   Ven 14 Avr 2017 - 0:04

Discussion très représentative des débats entre d'un côté les amoureux de la révolution et de la justice et de l'autre les partisans (qui souvent s'ignorent) du statu quo néocolonial, pro-dictatures, pro-impérialistes et complotistes aux arguments totalement absurdes.

Un must-see:






______



PS: doublon supprimé
Revenir en haut Aller en bas
https://www.youtube.com/channel/UCTaJ-Sn9LcyzhlRrodZs6FQ
akasha

avatar

Féminin Taureau Buffle
Messages : 2819
Date d'inscription : 12/05/2013
Age : 31

MessageSujet: Re: Dossier d'actualité : conflit en Syrie, articles, cartes, vidéos (& 3eme guerre mondiale?)   Sam 15 Avr 2017 - 1:50

Bonsoir mes frères & sœurs Very Happy
Après cette attaque injuste et partiale des Etats Unis sur la Syrie, qui je le rappelle était sur base d'information twitté par Al Nusra branche armée de Al Qaida (sic). Et donc basé sur du vent et aucune enquête digne de se nom au préalable nos complaisant journalistes se sont bien gardé de nous dire que l'attaque fut un fiasco. Car non seulement ils ont détruit que de vieux coucou mais en plus plus de la moitiés de leur coûteux engins de mort se sont abimés en mer... No
Akasha.


Syrie-armes chimiques: Le Tomahawk, la fin d’une légende, par René Naba

Source : Madaniya, René Naba[/url, 11-04-2017



Le raid américain contre la base de l’aviation syrienne, le 8 avril 2017, a sonné le glas de la supériorité du Tomahawk, la terreur absolue de l’espace aérien international depuis un quart de siècle.

Missile de croisière qui tire son nom d’une hachette amérindienne, Tomahawk avait fait la démonstration de sa capacité destructrice lors de la première guerre d’Irak, en 1990.


27 ans plus tard, lors d’un raid contre le pays voisin, la Syrie, Tomhawak enregistrait une piètre performance contre un pays pourtant affaibli par six ans de guerre.

Si les pétromonarchies, Israël et les alliés de l’Otan, particulièrement la France, -trop heureuse en fin de mandat de François Hollande de se venger à bas prix d’un homme qui a ridiculisé sa diplomatie-, ont pavoisé, les experts militaires paraissent, eux, plus circonspects.

Sur les 59 tomahawk lancés contre la base, 23 ont atteint leur cible et 36, soit plus de la moitié, ont été déroutés par un puissant brouillage électro magnétique russe et se sont abîmés en mer Méditerranée, rapporte le site en ligne «Ar rai Al Yom», citant des experts allemands, dont la version arabe se trouve sur ce lien :

http://www.raialyoum.com/?p=653930

La Russie, en fait, a mis à profit le délai de 20 minutes de pré-alerte américain pour mettre à l’abri les experts russes st syriens, de même que les avions des deux pays, laissant sur le terrain que des appareils en fin de vie.../...
Lire la suite sur [url=http://www.les-crises.fr/syrie-armes-chimiques-le-tomahawk-la-fin-dune-legende-par-rene-naba/]Les Crises

Et se n'est pas tout, cette ordure de Trump est très fier de lui d'avoir utilisé ce qu'ils appelles"La mère de toutes les bombes" en Afghanistan et ceci sans distinction !Ey les médias toujours complaisant, essayent de nous faire croire qu'il n'y aurait pas de victimes civiles...

La politique de Trump, c’est « colossale finesse »

Depuis que son équipe a été amputée de ses conseillers les plus atypiques (Michael Flynn et Steve Bannon), le président républicain investi le 20 janvier est en roue libre. Le “style Trump” dans les relations internationales, c’était surtout une rhétorique. Personnage truculent, il cultivait l’ambiguïté, disant tout et son contraire au risque d’en décevoir beaucoup et de surprendre tout le monde. Maintenant, c’est fini. En passant à l’action sur tous les fronts, en quelques jours, le nouveau président américain a jeté le masque.


Lire sur Mondialisation.ca


Les images satellites de la «mère de toutes les... par 20Minutes
Les images satellites de la «mère de toutes les bombes» larguée en Afghanistan contre l'EI

Et parlons en des morts civiles, les médias dominants (toujours cette complaisances), ont beaucoup parlé des dégâts collatéraux causé par l'armée russe sans jamais parler de ce qui se passait en face avec les terroristes sur la population. Et "oublie" de nous parler de ceux de l'armée étasuniennes et leurs alliés !

Les morts des bombardements américains triplent en Syrie et en Irak



Un rapport du groupe britannique de surveillance Airwars a révélé que le nombre de morts provoquées par les attaques aériennes américaines en Irak et en Syrie a presque quadruplé au mois de mars par rapport au dernier mois complet avant que Donald Trump entre à la Maison Blanche. Les décès de civils déclarés ont bondi de 465 en décembre 2016 à 1 754 en mars 2017, soit une hausse de 277 pour cent.


Le rapport a été publié sur fond d’hystérie médiatique sur les accusations fabriquées d’attaque au gaz neurotoxique par le régime syrien de Bashar al-Assad, prétexte aux frappes de missiles la semaine dernière commandées par le président Trump. Cela démontre que les bombardements américains ont tué beaucoup plus de civils innocents en Irak, y compris des enfants, que ceux qui seraient tués dans la prétendue attaque chimique de la semaine dernière en Syrie. Pour cette raison, l’étude n’est quasiment pas mentionnée dans les médias américains.

L’organisation Airwars, qui recense les morts causés par les frappes aériennes dans la zone de guerre Irak-Syrie et évalue la force des preuves qui étayent les rapports, a constaté que plus de civils ont été tués au cours des trois premiers mois de 2017, soit un total de 2826, que durant toute l’année 2016. Les hausses ont effectivement commencé en l’automne de 2016, lorsque l’armée irakienne et ses « conseillers militaires » américains ont commencé leur attaque sur la ville de Mossoul, occupée par le groupe fondamentalisme sunnite État islamique (ÉI) depuis deux ans et demi.

Amnesty International a enquêté sur une série de massacres causés par des frappes aériennes américaines dans la moitié orientale de Mossoul, qui a été reconquise lors de la première phase de l’assaut, d’octobre à décembre 2016. Un rapport publié la semaine dernière a révélé « un schéma alarmant de frappes aériennes de la coalition dirigée par Washington qui ont détruit des maisons entières avec des familles entières à l’intérieur. »

L’enquêtrice principal d’Amnesty International à Mossoul, Donatella Rovera, a déclaré : « Le nombre élevé de morts civils suggère que les forces de la coalition menant l’offensive à Mossoul n’ont pas pris les précautions adéquates pour les éviter, en violation flagrante du droit international humanitaire. » En particulier elle a cité le fait que les autorités irakiennes ont conseillé aux civils de rester dans leurs maisons au lieu de fuir, et qu’après il y a eu des bombardements qui ont visé des habitations complètement occupées.

La situation est encore pire dans l’ouest de Mossoul, où la deuxième étape de l’offensive américano-irakienne a commencé plus tôt cette année. Elle comprend l’ancien cœur de cette ville de deux millions d’habitants, la zone la plus densément peuplée, où les frappes aériennes ont été systématiquement demandées afin de détruire les immeubles d’appartements où se trouvaient des tireurs d’élite sur les toits, ce faisant elles ont tué la plupart des occupants des étages en dessous. Un de ces bombardements américains a tué 300 personnes le 17 mars.

Trois fois plus de personnes innocentes ont été tuées par des bombes américaines le 17 mars que le nombre de morts de la prétendue attaque syrienne aux armes chimiques sur la ville de Khan Sheikhoun, prétexte pour les frappes de missiles commandées par le président américain Trump sur une base aérienne syrienne. Le nombre total de morts civils causées par les bombardements américains en mars est 20 fois plus important.

Mais il n’y a presque pas eu de mention dans les médias américains des atrocités commises par les bombardements américains. En tout cas, rien de comparable au barrage de propagande constante qui a fourni une couverture politique pour le bombardement par missiles de croisière Tomahawk sur la Syrie ordonné par Trump.

Aucun des politiciens démocrates qui se sont précipités pour saluer la première action majeure de Trump en tant que « commandant en chef » des États-Unis, de Charles Schumer à Nancy Pelosi à Elizabeth Warren, n’a exprimé des objections au massacre de civils en cours à Mossoul.

Les défenseurs des médias de l’impérialisme des « droits de l’Homme », comme le trio de politologues guerriers de salon pour le New York Times – Nicolás Kristof, Roger Cohen et Thomas Friedman – n’ont pas écrit ne serait-ce qu’une ligne pour condamner le bain de sang à Mossoul, ni sur l’un des autres massacres effectués par les forces militaires américaines. Leur seule préoccupation est de diaboliser les gouvernements et les forces ciblés par la CIA et le Pentagone, et ainsi de rendre l’intervention impérialiste américaine plus acceptable pour leur public des classes moyennes supérieures.

Un obstacle majeur pour la campagne médiatique sur la supposée attaque au gaz neurotoxique syrien contre Khan Sheikhoun tient aux accusations totalement invraisemblables du point de vue du motif. Assad dirige un régime impitoyable et est responsable de nombreux crimes contre son propre peuple. Mais il n’avait tout simplement aucune raison de s’engager dans une telle attaque dans des conditions où ses forces ont repris le contrôle de toutes les grandes villes de la Syrie et où les principaux responsables de l’administration Trump venaient de reconnaître que Assad était susceptible de survivre à la guerre civile et que le but des États-Unis en Syrie était de détruire l’ÉI, et non de renverser le leader syrien.

Il n’y a, par contre, aucune difficulté à déterminer un motif pour le nombre croissant de personnes tuées par des bombes et des missiles américains en Irak et en Syrie. C’est une partie indispensable de la volonté de l’impérialisme américain de maintenir sa position dominante dans l’ensemble du Moyen-Orient, un effort qui a coûté la vie à plus d’un million de personnes et a plongé l’Irak, la Syrie, le Yémen, la Libye, la Somalie et d’autres pays dans un chaos sanglant.

L’escalade du bain de sang représente à la fois une continuation de la politique de l’administration Obama et une intensification de ses pires caractéristiques. Selon un calcul effectué par Micah Zenko du Conseil des affaires étrangères, les frappes de missiles par drone ont triplé en fréquence depuis que Trump est à la Maison-Blanche, allant d’une moyenne d’un tous les 5,4 jours à un tous les 1,8 jours.

Les règles d’engagement qui encadrent les bombardements et les frappes de missiles américains ont été considérablement atténuées au Yémen et en Somalie, dans les deux cas par des décisions directes du président Trump. Au moins une tuerie de masse, de 30 personnes au Yémen, a immédiatement fait suite au changement de gouvernement, et des centaines d’agents des forces spéciales des États-Unis ont été déployés en Somalie dans un changement de politique lancé par le Pentagone sous Obama et confirmé sous Trump.

Pour les forces américaines beaucoup plus importantes engagées en Irak et en Syrie, l’administration Trump est en phase finale d’examen des règles d’engagement afin de les assouplir ou de les supprimer complètement. Déjà, la prise de décision a été poussée vers le bas de la chaîne de commandement afin que les officiers de terrain, et non le quartier général, appellent des frappes aériennes. Le nombre croissant de morts des derniers mois va encore monter en flèche, car le Pentagone suit la consigne de Trump de « retirer les gants ».

Le Pentagone a commencé cette semaine une enquête officielle sur le massacre du 17 mars à Mossoul et sur plusieurs autres catastrophes provoquées par les bombardements américains. Le porte-parole du Pentagone, le colonel Joseph Scrocca, a reconnu que ces événements « ont un effet négatif sur notre image au moins dans toute la région et dans le monde ». Mais il a suggéré que « c’est exactement le but de l’ÉI en ce moment. » En d’autres termes, ceux qui exposent les crimes de l’impérialisme américain font le travail des terroristes !

Les rapports d’Airwars et d’Amnesty International soulignent le caractère complètement criminel de la politique étrangère des États-Unis au Moyen-Orient. Ils démasquent tous ceux qui sont impliqués dans l’hystérie anti-Assad et anti-russe comme des propagandistes pour l’impérialisme.

(Article paru en anglais le 12 avril 2017)


https://www.wsws.org/fr/articles/2017/avr2017/pers-a13.shtml
Revenir en haut Aller en bas
Iceman

avatar

Masculin Lion Dragon
Messages : 23
Date d'inscription : 13/04/2017
Age : 28

MessageSujet: Re: Dossier d'actualité : conflit en Syrie, articles, cartes, vidéos (& 3eme guerre mondiale?)   Sam 15 Avr 2017 - 17:56

ADBK : Attaque Chimique & Frappes Américaines en Syrie - False Flag !


Revenir en haut Aller en bas
safran_



Féminin Verseau Rat
Messages : 154
Date d'inscription : 15/03/2017
Age : 57

MessageSujet: Re: Dossier d'actualité : conflit en Syrie, articles, cartes, vidéos (& 3eme guerre mondiale?)   Lun 17 Avr 2017 - 23:05

Un petit rappel pour les mémoires défaillantes que les États-Unis ont créé Al Qaida et là c'est une info de première main provenant de Hillary Clinton.... ça devient Hillarant.


Hillary Clinton admet que les États-Unis ont créé Al Qaida



-------

-Ensuite en voilà une autre qui crache un morceau et devinez qui c'est ?

-Maman Merkel !

Angela -l'Ange de la mort- avoue elle aussi qu'ils sont eux mêmes à l'origine de tout ce chaos.


-------

Angela Merkel reconnaît le lien entre réfugiés et terrorisme :

Beaucoup de gens sont convaincus que l’afflux de réfugiés a rendu notre pays moins sûr. Est-ce que vous le contestez formellement ?

Merkel : Il ne fait aucun doute que, parmi les gens si nombreux qui ont cherché refuge dans notre pays, il y avait aussi des personnes qui ont attiré l’attention des services de sécurité. C’est pourquoi notre devoir vis-à-vis des nombreux réfugiés qui n’ont rien à se reprocher comme vis-à-vis de nous tous est d’agir avec la plus grande détermination contre ceux qui abusent de façon odieuse de notre volonté d’aider. Dans le même temps, n’oublions pas que notre pays était déjà dans le collimateur du terrorisme islamiste avant que les réfugiés n’arrivent en masse chez nous.


Le lien :

http://www.fdesouche.com/842597-angela-merkel-reconnait-le-lien-entre-refugies-et-terrorisme


---------


Comme tous les autres elle oublie de rappeler qu'à l'origine c'est à dire il y a environ 2 ans, elle avait avec son gouvernement lancer des offres d'emplois à ces mêmes soi-disants réfugiés Syriens et Libyens.... avec l'espoir de faire envahir l'Union Européenne par des centaines de milliers de "TRAVAILLEURS", au bout du compte elle attend 5 MILLIONS DE "TRAVAILLEURS" sur 5 ans. Puis de fil en aiguille ces TRAVAILLEURS se sont transformés en Réfugiés de Guerre sinon politiques.

A peine ont-ils mis les pieds sur le sol Européen ces malheureux contractent le VIRUS de la "Radicalisation Instantanée, une maladie foudroyante qui pulvériserait l'entourage de ces exploseurs.

Baaahhh ! C'est dégoutant ils explosent pour un oui ou pour un non.


.
Revenir en haut Aller en bas
akasha

avatar

Féminin Taureau Buffle
Messages : 2819
Date d'inscription : 12/05/2013
Age : 31

MessageSujet: Re: Dossier d'actualité : conflit en Syrie, articles, cartes, vidéos (& 3eme guerre mondiale?)   Mar 18 Avr 2017 - 9:57

Bonjour mes frères & sœurs Very Happy
Il n'y a pas à dire et sans surprise les médias s'en sont encore donné à coeur joie dans la désinformation sur le dossier syrien. Tranchant dans le vif sans aucun discernent en affirmant du but au blanc que Assad est responsable, le tout en jouant sur l'émotif comme à leur habitude. Or quel intérêt auraient-ils eut de lancer pareil attaque ? Aucune, Assad avait déjà gagné il n'avait aucun intérêt à se mettre ses alliés et la communauté international à dos, juste pour un lopin de terre à récupérer, alors que tôt où tard ils tomberont comme les autres. De plus certains indices simples auraient dû titiller la sagacité de ses pseudo journalistes. Premièrement la source, des tweet's venant de Al Nosra, magnifique la source.. Deuxièmement se sont les casques blancs qui sont sur place assez rapidement et interviennent, sans aucune protections sans en être affecter (voir fin de postes pour les vidéos), ion parle de gaz Sarin tout de même (sic). Troisièmement la base militaire aéronavale bombardée par les USA était censée entreposé ses fameux gaz sarin, or là aussi on voit les militaires déambuler sans aucune protection. Mais nos journalistes aveugle et stupide n'ont rien vu, ou alors quoi ?
Akasha.


D'après un spécialiste du MIT: "La Maison-Blanche a publié un rapport de renseignement (concernant l'attaque chimique) manifestement faux, trompeur et amateur”



Je vous propose aujourd’hui la traduction d’un premier rapport que vient tout juste de réaliser le professeur Theodore A. Postol, du MIT, sur l’attaque au gaz de Khan Cheikhoun le 4 avril, en réaction à un rapport présenté comme venant de la Maison-Blanche.
C’est un des deux auteurs de l’étude du MIT de 2013 sur l’attaque au gaz à Damas. La vision de ce grand spécialiste des armes (qui a conseillé le Pentagone) est donc importante.


Ceci étant, comme il n’a pas enquêté sur place, on restera extrêmement prudent quant aux conclusions. Cela peut simplement aider à se poser – et à poser – les bonnes questions, afin de découvrir la Vérité.

Il appartient dès lors aux grands médias d’enquêter afin de voir si tout ceci se confirme ou s’infirme. Nous mettrons alors cet article à jour en fonction de leurs conclusions étayées.

Analyse du rapport de renseignement de la Maison-Blanche du 11 avril 2017, par Theodore Postol

Une évaluation rapide du rapport de renseignement de la Maison-Blanche publié le 11 avril 2017 à propos de l’attaque à l’agent neurotoxique à Khan Cheikhoun, en Syrie.

Theodore A. Postol, Professeur émérite en science, technologie et politique de sécurité nationale, Massachusetts Institute of Technology (version pdf d’abord, et en texte dans l’article après) (Lien source)


Document en pdf téléchargable ici

Cher Larry :

Je réponds à ce que vous me transmettez que je comprends être un communiqué de la Maison-Blanche affirmant avoir découvert des informations à propos de l’attaque à l’agent neurotoxique le 4 avril 2017 à Khan Cheikhoun, en Syrie. Ce que je comprends de votre note est que le résumé des renseignements de la Maison-Blanche vous a été communiqué dans la journée du 11 avril.

J’ai examiné le document avec soin, et je crois qu’on peut montrer, sans aucun doute, que le document ne fournit aucune preuve d’aucune sorte que le gouvernement des États-Unis ait eu une connaissance concrète que le gouvernement syrien ait été la source de l’attaque chimique de Khan Cheikhoun, en Syrie, à approximativement 6 à 7 heures du matin le 4 avril 2017.
En fait, une preuve principale citée dans le document porte à croire à une attaque qui aurait été exécutée par des individus au sol, et non pas depuis un avion, le matin du 4 avril.

Cette conclusion se fonde sur une hypothèse faite par la Maison-Blanche lorsqu’elle cite la source de l’émission de sarin et les photographies de cette source. Ma propre analyse est que la source a très probablement été falsifiée ou mise en scène, donc aucune conclusion sérieuse ne pourrait être tirée des photographies auxquelles la Maison-Blanche a fait référence.
Cependant, si l’on suppose, ce que fait la Maison-Blanche, que la source du sarin venait de ce lieu et que cette localisation n’a pas été falsifiée, la conclusion la plus plausible est que le sarin a été répandu par un engin de dispersion improvisé fabriqué à partir d’une section d’un tube de roquette de 122 mm remplie de sarin et bouchée des deux côtés.

Le seul fait incontestable énoncé dans le rapport de la Maison-Blanche est l’affirmation qu’une attaque chimique utilisant un agent neurotoxique s’est produite à Khan Cheikhoun, en Syrie, ce matin-là. Bien que le communiqué de la Maison-Blanche répète ce point de nombreuses fois dans son rapport, celui-ci ne contient absolument aucune preuve que cette attaque ait été le résultat d’une munition lâchée depuis un avion. En fait, le rapport ne contient absolument aucune preuve qui indiquerait qui est le coupable de cette atrocité.
Le rapport accumule au contraire les observations d’effets physiques dont souffrent les victimes qui indiquent sans aucun doute un empoisonnement par un agent neurotoxique.

La seule source que le document cite comme une preuve que l’attaque ait été perpétrée par le gouvernement syrien est le cratère qu’il affirme avoir identifié sur une route au nord de Khan Cheikhoun.
J’ai localisé ce cratère en utilisant Google Earth et il n’y a absolument aucune preuve que le cratère ait été créé par une munition conçue pour disperser du sarin après avoir été larguée d’un avion.

La carte Google Earth en image 1 à la fin de ce paragraphe montre le lieu de ce cratère sur la route au nord de Khan Cheikhoun, comme décrit dans le communiqué de la Maison-Blanche.

Les données citées par la Maison-Blanche sont plus conformes à la probabilité que les munitions étaient placées sur le sol plutôt que lâchées depuis un avion. Cette conclusion suppose que le cratère n’a pas été falsifié avant les photographies. Cependant, en se référant à la munition dans ce cratère, la Maison-Blanche indique que c’est la source inexacte des données qu’elle a utilisée pour conclure que la munition provenait d’un avion syrien.

L’analyse des débris visibles sur les photographies citées par la Maison-Blanche indique clairement que la munition était très certainement placée sur le sol avec un explosif de détonation externe sur le dessus qui a écrasé le conteneur afin de disperser la présumée charge de sarin.

Puisque le temps semble être essentiel ici, j’ai assemblé un résumé des preuves que j’ai que le rapport de la Maison-Blanche contient des conclusions fausses et trompeuses dans une série d’images à la fin de cette discussion. Chacune des images a une description en dessous, mais je vais résumer ces images ci-dessous et attendre d’autres questions sur la base des conclusions que je propose ici.
L’image 1 montre une capture de Google Earth du coin nord-est de Khan Cheikhoun où se trouve le cratère identifié comme la source de l’attaque au sarin et mentionné dans le rapport de la Maison-Blanche.

La capture Google Earth affiche également la direction du vent depuis le cratère. À 3 heures du matin, le vent allait directement vers le sud à une vitesse d’environ 1,5 à 2,5 m/s. À 6 heures du matin, le vent se déplaçait vers le sud-est de 1 à 2 m/s. La température était également basse, de 10 à 13°C près du sol. Ces conditions sont absolument idéales pour une attaque à l’agent neurotoxique.

Lorsque la température près du sol est faible, qu’il n’y a pas de soleil et des vents très lents, l’air frais et dense reste près du sol et il n’y a presque aucun mouvement vers le haut de l’air. Ces conditions impliquent que les particules, les gouttelettes ou les nuages de gaz dispersé restent près du sol lorsque l’air environnant se déplace sur le sol. Nous percevons ce mouvement comme une douce brise dans un matin calme avant le lever du soleil.

On peut se représenter un nuage de sarin comme un nuage d’encre généré par une pieuvre qui s’échappe. Le nuage d’encre flotte dans l’eau, et à mesure que l’eau se déplace lentement, le nuage se déplace aussi. Comme le nuage est déplacé par l’eau, il se propagera lentement dans toutes les directions à mesure qu’il se déplace. Si la couche d’eau où l’encre est incorporée se déplace de manière à rester près du fond de l’océan, le nuage couvrira les objets alors qu’il se déplace avec l’eau.

C’est la situation qui se produit lors d’une nuit fraîche avant le lever du soleil lorsque les vents ne se déplacent que doucement.
Les images 5 et 6 montrent des tableaux qui résument la météo à intervalles de 3 heures à Khan Cheikhoun le jour de l’attaque, le 4 avril, la veille de l’attaque, le 3 avril et le lendemain de l’attaque, le 5 avril. La caractéristique frappante de la météo est qu’il y avait des vents relativement élevés dans les heures du matin à la fois les 3 avril et 5 avril. Si l’attaque par gaz avait été exécutée le jour précédent ou le lendemain matin, l’attaque aurait été très inefficace. Les vents beaucoup plus élevés auraient dispersé le nuage d’agent neurotoxique et le mouvement de vents d’altitudes plus élevées aurait élevé l’agent neurotoxique dans les airs. Il est donc absolument clair que l’heure et le jour de l’attaque ont été soigneusement choisis et n’étaient pas un hasard.

L’image 2 montre une photographie de haute qualité du cratère identifié dans le rapport de la Maison-Blanche comme la source de l’attaque au sarin. En supposant qu’il n’y avait pas de falsification de preuves au cratère, on peut voir ce que la Maison-Blanche prétend être un diffuseur de l’agent neurotoxique.

Le diffuseur ressemble à un tube de 122 mm similaire à ceux utilisés dans la production de fusées d’artillerie.
Comme le montre le gros plan du tube dans le cratère de l’image 3, le tube semble être scellé à l’avant et à l’arrière. Il est également à noter que le tube est aplati dans le cratère, et a également une ligne de fracture qui a été créée par une rupture fragile de l’enveloppe métallique lorsque le tube a été soudainement écrasé vers l’intérieur depuis le dessus.

L’image 4 montre la configuration possible d’un dispositif de dispersion de sarin improvisé qui aurait pu être utilisé pour créer le cratère et la carcasse écrasée de ce qui était à l’origine un tube cylindrique. Une bonne estimation de la façon dont ce mécanisme de dispersion a fonctionné (encore une fois, en supposant que le cratère et la carcasse n’aient pas été mis en scène, comme l’a supposé le rapport de la Maison-Blanche), est qu’un bloc d’un puissant explosif a été placé sur une extrémité du tube rempli de sarin et a détoné.
L’explosif a agi sur le tube comme si un maillet l’avait écrasé. Il a conduit le tube dans le sol tout en créant le cratère. Étant donné que le tube était rempli de sarin, qui est un fluide incompressible, lorsque le tuyau a été aplati, le sarin a agi sur les parois et les extrémités du tube, provoquant une fissure sur toute la longueur du tube et également la rupture du bouchon à l’extrémité arrière. Ce mécanisme de dispersion est essentiellement le même que le fait de frapper un tube de dentifrice avec un gros maillet, ce qui entraîne une rupture du tube et le dentifrice est soufflé dans de nombreuses directions selon la manière exacte de la rupture de l’enveloppe du tube de dentifrice.
Si c’est bien le mécanisme utilisé pour disperser le sarin, cela indique que le tube de sarin a été placé sur le sol par des individus au sol et qu’il n’a pas été largué par un avion.

L’image 8 montre le diffuseur de sarin improvisé avec une fusée d’artillerie typique de 122 mm et la fusée d’artillerie modifiée utilisée dans l’attaque au sarin du 21 août 2013 à Damas.

À cette époque (le 30 août 2013), la Maison-Blanche d’Obama a aussi publié un rapport de renseignement contenant des inexactitudes évidentes. Par exemple, le rapport indiquait sans équivoque que la fusée d’artillerie contenant le sarin utilisée à Damas avait été tirée depuis une des zones contrôlées par le gouvernement syrien. Il s’est avéré que la munition particulière utilisée dans cette attaque ne pouvait pas aller plus loin qu’environ 2 km, donc très loin d’une zone contrôlée par le gouvernement syrien à cette époque. Le rapport de la Maison-Blanche à l’époque contenait aussi d’autres erreurs cruciales et importantes que l’on pourrait convenablement qualifier d’amateurs. Par exemple, le rapport affirmait que les lieux de lancement et l’impact des pointes des roquettes d’artillerie avaient été observés par des satellites des États-Unis. Cette affirmation était absolument fausse et n’importe quel analyste du renseignement compétent l’aurait su. On pouvait voir les fusées depuis le Space-Based Infrared Satellite (SBIRS) mais le satellite ne pouvait absolument pas voir les points d’impact parce que les points d’impact n’ont pas été accompagnés d’explosion. Ces erreurs étaient des indicateurs clairs que le rapport de renseignement de la Maison-Blanche avait en partie été fabriqué et n’avait pas été vérifié par des experts du renseignement compétents.
La même situation semble se répéter avec l’actuel rapport de renseignement de la Maison-Blanche. Aucun analyste un tant soit peu compétent ne se prononcerait sur le fait que le cratère présenté comme la source de l’attaque au sarin soit une preuve que le projectile proviendrait d’un avion. Aucun analyste un tant soit peu compétent ne pourrait se prononcer sur le fait que la photo de la carcasse de la cartouche de sarin soit effectivement une cartouche de sarin. N’importe quel analyste compétent aurait des doutes quant à savoir si les débris dans le cratère sont réels ou une mise en scène. Aucun analyste compétent n’aurait laissé passer le fait que la cartouche de sarin a été écrasée avec force par le dessus, plutôt que explosée à l’aide d’une charge explosive à l’intérieur. Toutes ces grossières erreurs d’amateurs montrent que ce rapport de la Maison-Blanche, tout comme le précédent rapport de la Maison-Blanche sous l’administration Obama, n’a pas été examiné correctement par la communauté du renseignement, comme cela a été rapporté.

J’ai travaillé avec la communauté du renseignement par le passé et je m’inquiète gravement de la politisation du renseignement qui semble arriver de plus en plus fréquemment ces derniers temps ; mais je sais que la communauté du renseignement possède des analystes très compétents. Et si ces analystes avaient correctement été consultés sur les déclarations du rapport de la Maison-Blanche, ils n’auraient pas approuvé ce document.

Je suis disponible pour développer substantiellement ces commentaires. Je n’ai eu que quelques heures pour examiner rapidement le rapport de la Maison-Blanche. Mais une lecture attentive rapide montre sans beaucoup d’analyses que ce rapport ne peut pas être correct, et il semble que ce rapport n’a pas été correctement vérifié par la communauté du renseignement.
C’est un problème vraiment très grave.

Le président Obama a été initialement mal informé sur les supposés indices du renseignement selon lesquels la Syrie avait perpétré l’attaque à l’agent neurotoxique à Damas, le 21 août 2013. C’est une information qui est désormais publique. Le président Obama a indiqué que sa compréhension initialement fausse était due au fait que les renseignements montraient clairement que la Syrie était la source de l’attaque à l’agent neurotoxique. Cette information fausse a été corrigée lorsque le Directeur du renseignement national d’alors, James Clapper, a interrompu le Président durant un exposé des renseignements. D’après le président Obama, M. Clapper a dit au Président que les renseignements selon lesquels la Syrie était l’auteur de l’attaque n’étaient pas un truc facile à faire avaler.

La question à laquelle doit répondre notre nation est comment le Président a-t-il été initialement induit en erreur sur des conclusions aussi profondément importantes ? Une deuxième question, tout aussi importante, est comment la Maison-Blanche a produit un rapport de renseignement manifestement incorrect et amateur, qui a été rendu public et jamais rectifié ? La même information fausse dans le rapport du renseignement publié par la Maison-Blanche le 30 août 2013 a été solennellement fournie par le Secrétaire d’État John Kerry dans sa déposition au Comité des affaires étrangères du Sénat !

Nous faisons de nouveau face à une situation où la Maison-Blanche a publié un rapport de renseignement manifestement faux, trompeur et amateur.

Il est tard dans la soirée pour moi, donc je vais arrêter mon examen ici.
Je suis prêt à fournir à mon pays toute analyse ou toute aide qui relève de ma compétence. Ce que je peux dire de façon certaine ici, c’est que ce que raconte maintenant la Maison-Blanche au pays ne peut pas être vrai et le fait que cette information a été fournie dans ces conditions pose les questions les plus sérieuses sur la gestion de notre sécurité nationale.
Sincèrement vôtre, Theodore A. Postol

Professeur émérite en science, technologie et en politique de sécurité nationale
Massachusetts Institute of Technology


Theodore Postol est professeur de Science, Technologie et de Stratégie en Sécurité Nationale dans le programme de Science, Technologie et Société du MIT (Massachusetts Institute of Technology). Il a fait ses études de premier cycle en physique et de deuxième cycle en ingénierie nucléaire au Massachusetts Institute of Technology. Après avoir obtenu son doctorat, le Professeur Postol a rejoint l’équipe du Laboratoire National Argonne, où il a étudié la dynamique microscopique et la structure des liquides ainsi que des solides amorphes à l’aide de la diffusion de neutrons, de rayons X, et de lumière, en parallèle avec des techniques informatisées de dynamique moléculaire. Par la suite, il s’est dirigé vers le bureau du Congrès d’Évaluation Technologique pour étudier les méthodes de déploiement des missiles MX, et, plus tard, il a travaillé comme conseiller scientifique auprès du chef des opérations navales.

Après avoir quitté le Pentagone, le Professeur Postol a participé à la mise en place d’un programme à l’Université de Stanford pour former les chercheurs en milieu de carrière à étudier les développements dans les technologies d’armement relatives à la défense et à la stratégie de contrôle des armes. En 1990, la Société Américaine de Physique remet le prix Leo Szilard au Professeur Postol. En 1995, il reçoit le prix Hilliard Roderick des mains de l’Association Américaine pour l’Avancée des Sciences, et en 2001 le prix Norbert Wiener remis par Les Professionnels de l’Informatique pour la Responsabilité Sociale pour avoir débusqué un grand nombre d’affirmations fausses sur les défenses par missiles.




Figure 1 : Direction du nuage mortel le 4 avril 2017 entre 03h00 et 06h00, dans l’hypothèse où le cratère identifié dans le rapport de la Maison Blanche est bien le site réel de dispersion du sarin.




Figure 2 : Photographie rapprochée du cratère qui a été montré par de nombreux média traditionnels et que la Maison Blanche prétend être la preuve que le responsable de l’attaque neurotoxique était le gouvernement syrien.



Figure 3 : Déformation du tube rempli de sarin et du cratère issu de l’action de la charge explosive placée au-dessus du tuyau rempli de sarin. Notez que le tube a été aplati de l’extérieur et a éclaté sur sa longueur et à l’extrémité en raison de l’action du sarin liquide incompressible contre les parois du tube. [“La carcasse du tube qui aurait pu contenir le sarin apparait comme ayant été écrasé par une puissante force explosive vers le sol”]



Figure 4 : Configuration possible d’un dispositif improvisé de dispersion de sarin qui utilise un explosif placé à l’extérieur et un tube scellé qui a été rempli de sarin, pouvant potentiellement contenir de 8 à 10 litres de sarin.



Figure 5 : La météo au moment de l’attaque était idéale pour la propagation la plus létale de l’agent neurotoxique. Le sol était frais et il y avait une couche d’air à haute densité près du sol
qui entrainerait l’agent neurotoxique près du sol pendant qu’il dérivait vers ses victimes. La vitesse du vent était également très faible, ce qui a conduit à ce que le sarin mette beaucoup de temps
pour passer parmi ses victimes, entraînant de longues expositions qui rendaient plus probable le fait que les victimes recevraient une dose létale.



Figure 6 : La météo la veille de l’attaque, le lundi 3 avril, et le lendemain de l’attaque, le mercredi 5 avril, induisait un mauvais temps pour une attaque efficace des agents neurotoxiques. Les vents étaient puissants et en rafale les deux jours, ce qui aurait éloigné le sarin du sol et l’aurait fait passer rapidement sur toutes les victimes potentielles, ce qui laissait un temps très limité pour recevoir une dose mortelle.



Figure 7 : Comment le sarin est dispersé par le vent : le graphique ci-dessus montre une estimation de la dispersion d’un nuage de gouttelettes de sarin dans des conditions météorologiques similaires à celles de Khan Cheikhoun le 4 avril 2017. Alors que le sarin est porté par les vents ambiants, il a tendance à monter et à se propager quelque peu du fait des turbulences de l’air. Notez que le nuage pourrait ne pas trop se disperser sur des distances de milliers de mètres sous le vent. La distance de propagation et la dispersion verticale sont déterminées non seulement par les conditions météorologiques, mais aussi par le sol, qui peut favoriser la dispersion s’il présente un relief, et inversement réduire la dispersion s’il est plat et non accidenté.



Figure 8 : L’engin artisanal de dispersion de sarin au sol est présenté à côté d’une roquette standard de 122 mm, et de l’obus modifié qui a été utilisé pour disperser le sarin durant l’attaque par agent innervant du 21 août 2013. Contrairement aux obus modifiés utilisés lors de l’attaque sur Damas du 21 août 2013, cet engin artisanal de dispersion est constitué simplement d’une section cylindrique provenant d’une roquette de 122 mm, ou utilisée pour la fabrication de roquettes de 122 mm qui pourraient être remplies de sarin. L’explosif placé en haut du cylindre pourrait l’écraser comme s’il s’agissait d’un tube de dentifrice écrasé par un marteau. Le sarin est alors dispersé autour du tube métallique comme le serait le dentifrice autour du tube de dentifrice.



Figure 9 : Estimation approximative des densités potentielles de sarin, et durées d’exposition mortelle provenant d’un engin de dispersion de sarin artisanal décrit dans le rapport de la Maison-Blanche, et qui a explosé sur la route à Khan Cheikhoun.



Figure 10 : Points d’impact et colonnes de fumée provenant de bassins d’évaporation d’agents neurotoxiques, entre 2 et 3h du matin, le 21 août 2013

Source: Assessment of White House Intelligence Report of April 11, 2017, le 11/04/2017 (Lien source)

Traduit par les lecteurs du site Les-Crises.fr. Traduction librement reproductible en intégralité, en citant la source.



En complément, dans les médias français aussi on peut entendre des experts mettre en doute la VO :

Syrie : "Assad a gagné la guerre, il n'avait pas besoin de ce village"



Des vidéos qui montrent les casques blancs intervenir sans aucune protections...






Revenir en haut Aller en bas
akasha

avatar

Féminin Taureau Buffle
Messages : 2819
Date d'inscription : 12/05/2013
Age : 31

MessageSujet: Re: Dossier d'actualité : conflit en Syrie, articles, cartes, vidéos (& 3eme guerre mondiale?)   Jeu 27 Avr 2017 - 23:52

MAJ de mon dernier poste, bien lire ma note.

Infos sur l'attaque chimique en Syrie par Alain juillet (ex DGSE)

Infos sur l'attaque chimique en Syrie par Alain juillet (ex DGSE)

Revenir en haut Aller en bas
akasha

avatar

Féminin Taureau Buffle
Messages : 2819
Date d'inscription : 12/05/2013
Age : 31

MessageSujet: Re: Dossier d'actualité : conflit en Syrie, articles, cartes, vidéos (& 3eme guerre mondiale?)   Aujourd'hui à 3:41

Bonsoir mes frères & sœurs I love you
Je vous rpoposes deux vidéos de vraies infos en provenance de Syrie, car elle ne vient pas en direct des terroristes comme c'est de coutume depuis des années et ensuite filtrée par la censure made in les médias aux mains de la finance et des marchants d'armes comme maintes fois démontrée par mes soins. Mais par la courageuse Ayssar Midani qui sait faire la part des choses entre la présence colonialiste et impérialiste, de l'envahisseur des cruels fantassins de Daech et du régime ultra autoritaire de Bachar El Assad... Une position raisonnable et nuancée que chaque chercheur de vérité devrait adopter.
J'en profite aussi pour vous signaler que Manureva a remis la catégorie "guerres & conflits" en visible.
Akasha.


Ayssar Midani SitRep Syrie n°17 ~ 27 avril 2017 partie 1 sur 2



Dix-Septième SitRep (rapport de situation) pour la Syrie par Madame Ayssar Midani !!!

Partie 1 : https://youtu.be/f3IVotZoKnE
Partie 2 : https://youtu.be/y0NZ29QhE34

Pour toutes questions relatives aux prochains SitRep sur la Syrie et adressées a Ayssar Midani, écrire un message sur le compte facebook d'Ayssar Midani a https://www.facebook.cDP_Eom/ayssar.m...
ou sur le compte facebook de Thom Aldrin : https://www.facebook.com/thom.aldrin






PS ce qu'elle dit à partir des 78 min 30' est vraiment intéressant relatif aux armes livrées aux "rebelles" et terroristes, écoutez !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Dossier d'actualité : conflit en Syrie, articles, cartes, vidéos (& 3eme guerre mondiale?)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Dossier d'actualité : conflit en Syrie, articles, cartes, vidéos (& 3eme guerre mondiale?)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 21 sur 21Aller à la page : Précédent  1 ... 12 ... 19, 20, 21

 Sujets similaires

-
» Source du conflit en Syrie: un gazoduc
» Guerre du Liban
» Guerre en Syrie [sujet unique]
» Un panneau d’éclairage souple de technologie Oled
» La guerre Iran-Israël est-elle imminente ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Planète Révélations :: Informations Mondiales :: Guerres & conflits :: Afrique / Maghreb / Proche et Moyen-Orient-