Planète Révélations
Bienvenu sur Planète Révélations, bonne visite à vous...

Planète Révélations


 
AccueilFAQRechercherGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le manuscrit de voynich

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Le manuscrit de voynich   Sam 17 Sep 2011 - 14:57

En 1912, Wilfried Voynich, collectionneur de livres anciens découvre dans la Villa Mondragone à Frascati, près de Rome, un manuscrit semblant dater du Moyen-Âge, écrit dans une langue inconnue. Depuis, gardant précieusement ses secrets, l’étrange manuscrit de Voynich résiste à toute tentative de traduction. Le langage dans lequel il est écrit défie depuis plusieurs siècles, les linguistes, les historiens, les experts en cryptographie… qui l’ont étudié. Le mystère perdure et alimente tous les fantasmes sur son contenu.


Description

La première description détaillée du manuscrit de Voynich est faite par l’antiquaire Hans P. Kraus qui l’acquiert en 1961, après la mort de Wilfried Voynich, et l’inscrit dans son catalogue des ventes paru en 1962.

Le manuscrit de Voynich est un petit livret de 15 cm de large pour 23 de long, composé de 234 pages, dont 42 sont manquantes, manuscrites et illustrées de dessins identifiés comme des représentations astronomiques, des symboles alchimiques, des plantes, des schémas biologiques… Le texte demeurant indéchiffrable, ce sont ces illustrations qui ont permis, en admettant que les dessins sont liés au texte, de diviser le manuscrit en cinq parties distinctes :
1. La première partie, appelée l’Herbier, comporte 112 pages et semble traiter de botanique. Elle est largement illustrée de dessins de plantes et de fleurs pour la plupart inconnues, d’aspect plutôt fantastique, accompagnés de courts paragraphes de texte.
2. La deuxième partie, constituée de 34 pages, semble aborder des descriptions astronomiques ou astrologiques. Elle est illustrée de dessins circulaires semblant représenter le soleil, des constellations et des signes du zodiaque.
3. La troisième partie, composée de 19 pages est illustrée de dessins de femmes nues, de figures humaines, reliées par des tubes d’apparence organique et est donc supposée traiter d’anatomie ou de biologie.
4. Les 45 pages de la quatrième partie forment la section Pharmacie, agrémentée de dessins de récipients remplis de plantes, de feuilles et de racines.
5. La dernière partie est une liste de formules ou recettes. Elle contient 324 paragraphes courts débutant par une étoile.

Le manuscrit n’est pas daté. Cependant, d’après les illustrations et la calligraphie, il semble au premier abord avoir été écrit au 13ème siècle. Si cette datation reste incertaine, on sait tout de même que le manuscrit est antérieur aux années 1580, période à laquelle l’Empereur Rodolphe II de Bohème, passionnée d’art et de science, l’acquiert pour 600 ducats d’or. En 1944, le botaniste O’Neill croit reconnaître parmi les diverses plantes représentées, un tournesol et un poivron rouge, pensant apporter un élément de datation supplémentaire : le manuscrit est pour lui postérieur à la découverte du Nouveau-Monde. Mais son argument est contesté.

L’auteur du manuscrit de Voynich n’est pas identifié. Lors de sa redécouverte en 1912, le manuscrit est accompagné d’une lettre en latin de Johannes Marcus Marci, recteur de l’université de Prague, datée d’août 1665 ou 1666, dans laquelle celui-ci précise qu’il pourrait avoir été écrit par Roger Bacon, moine franciscain, philosophe du 13ème siècle, familiarisé avec les méthodes de codage de textes. En 1962, Kraus reprend cette hypothèse dans sa description. Mais l’identité de l’auteur peut facilement être mise en doute par la datation du manuscrit.


L’histoire du manuscrit

Le manuscrit apparaît à Prague vers 1586 date à laquelle il est vendu à l’Empereur Rodophe II de Bohème. Il est ensuite confié, entre 1608 et 1622, à Jacobus de Tepenecz, directeur des jardins botaniques dont la signature effacée est visible en lumière infrarouge sur la première page. Le manuscrit disparaît alors jusqu’en 1665-1666 où il est envoyé par Johannes Marcus Marci au père Athanasius Kircher, prêtre jésuite vivant à Rome. Il est probable que ce soit l’alchimiste Georg Barsh qui, en léguant sa bibliothèque à Marci, lui confie le manuscrit. Récupéré plus tard par Pierre-Jean Becks (1795-1887), alors Général de la compagnie de Jésus, le manuscrit est intégré à la collection de livres anciens découverte en 1912 par Voynich à la Villa Mondragone. Ne réussissant pas à le revendre, Kraus, dernier acquéreur, l’offre à l’Université de Yale où il est aujourd’hui conservé à la bibliothèque Beinecke Rare Book Room, enregistré sous le numéro MS408.




(La lettre "OM" selon le manuscrit)


En cherchant quelques temps j'ai fini par trouver un fichier en format PDF qui m'a paru le plus serieux et à meme de ce que pourrait éventuellement dévelloper l'hypothese du texte de voynich
A vos impréssions et complémentarités
http://cerbi.ldi5.com/IMG/pdf/bipedia26-3.pdf
Revenir en haut Aller en bas
luctix

avatar

Masculin Messages : 3380
Date d'inscription : 30/03/2011

MessageSujet: Re: Le manuscrit de voynich   Sam 17 Sep 2011 - 16:38

megaupload.com QVHGU65Y

on chope le bouquin là...
Revenir en haut Aller en bas
Just Me

avatar

Masculin Messages : 1414
Date d'inscription : 22/04/2011

MessageSujet: Re: Le manuscrit de voynich   Sam 17 Sep 2011 - 16:43

Dans le jeu vidéo "Les Chevalier de Baphomet - le manuscrit de Voynich " ils en parles surement ! Ils doivent surement donner des infos supplémentaires, reste à savoir si c'est de la fiction. Quelqu'un y a joué ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le manuscrit de voynich   Dim 18 Sep 2011 - 11:25

apparement le jeu reprend trés vaguement le livre, c'est plutôt une chasse au trésor.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Les_Chevaliers_de_Baphomet_(s%C3%A9rie)

Le manuscrit de voynich aurait d'aprés le fichier et la traduction de Francois de Sarre permit de faire un rapprochement entre les langues afin de comprendre le sens premier des mots, et comprendre ainsi le lien avec les E.T
comprendre la langue divine ou cosmique
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le manuscrit de voynich   Dim 18 Sep 2011 - 22:02

MS408 n'a JAMAIS été traduit, les meilleurs experts s'y sont pété les dents depuis 75 ans.
Aucune soi-disant traduction n'a jamais permis de réécrire un texte similaire.
Revenir en haut Aller en bas
luctix

avatar

Masculin Messages : 3380
Date d'inscription : 30/03/2011

MessageSujet: Re: Le manuscrit de voynich   Mar 20 Sep 2011 - 10:06

Ce document selon certains est originaire ceux que l'on peut appeler les Elohims.

"Apres avoir été transmis par la parole pendant longtemps, il fut ecrit et re ecrit puis encore re ecrit avec des langages speciaux depuis la prehistoire de l'atlantide, pendant l'histoire de celle ci et jusqu'a nos temps, on dit qu'il y avait des traductions dans la bibliotheque d'Alexandrie, et qu'il reste des traductions dans quelques bibliotheques de part le monde, mais elles restent cachées... "

Donc il se pourrait bien que ce manuscript la soit une version codée parmi d'autre, celle ci etant possiblement dérivée d'un langage atlante, et vu que les chercheurs ne possèdent meme pas le contexte historique de la periode atlante, ni de langage atlante, decoder ce langage crypté est hors de portée! La seule possibilité courramment admise est d'effectuer soi-meme une connection dans les profondeurs de sa conscience, avec les concepteurs originaux de ce documents, a savoir les Elohims, ceux qui furent parmis les premiers a vivre sur terre, il y a bien longtemps...

Parmis ceux qui de nos jours ont une petite idee du contenu proprement dit du manuscript, je n'ai pas eu écho... mais je trouve ce livre sympa comme tout!
Revenir en haut Aller en bas
geoff78

avatar

Masculin Taureau Buffle
Messages : 4399
Date d'inscription : 02/05/2009
Age : 32
Localisation : Partout

MessageSujet: Re: Le manuscrit de voynich   Mar 20 Sep 2011 - 10:46

Regardez ce que je viens de trouver dans mes archives! C'est le même que vous mais relié en 210 pages et en version pdf :

megaupload.com MC54T42Y
Revenir en haut Aller en bas
Mephusteg

avatar

Masculin Messages : 2526
Date d'inscription : 04/05/2009

MessageSujet: Re: Le manuscrit de voynich   Mar 20 Sep 2011 - 13:40

Hathor.a.raison a écrit:

En cherchant quelques temps j'ai fini par trouver un fichier en format PDF qui m'a paru le plus serieux et à meme de ce que pourrait éventuellement dévelloper l'hypothese du texte de voynich
A vos impréssions et complémentarités
http://cerbi.ldi5.com/IMG/pdf/bipedia26-3.pdf
Très intéressant, cela me rappelle les écrits d'un autre auteur : Anton Parks qui pensent que toutes les langues de l'humanité ont une origine unique.
La Bible aussi dit qu'il existait dans les anciens temps, une langue commune à toute l'humanité.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le manuscrit de voynich   Mar 20 Sep 2011 - 14:16

le temps cré la complexité
Revenir en haut Aller en bas
silverlord06

avatar

Masculin Balance Cheval
Messages : 474
Date d'inscription : 20/05/2011
Age : 39
Localisation : ADI WORLD

MessageSujet: Re: Le manuscrit de voynich   Ven 23 Sep 2011 - 7:49

Parlons un peu du livre en lui meme si vous le voulez bien
en fait on y voit un herbier avec des fleurs et plantes qui n existent pas,ensuite les femmes qui se baignent dans de l eau avec des herbes car l eau est verte?
serait ce la fontaine de jouvence? ce livre je le connaissait deja mais il m intrigue beaucoup meme l ecriture est tres particuliere.votre avis?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le manuscrit de voynich   Ven 23 Sep 2011 - 8:20

bonjour,
S'il serait apparu au Moyen Age, il est possible que son auteur l'ai codé en se basant sur un ancien patois, rarement parlé, traduit dans une écriture phonétique et avec des lettres crées. Beaucoup de manuscrits ont ainsi été codés, et d'ancien secrets ( entendez par là: méthodes que l'on peut qualifier de magiques) blindés.
Possible qu'il ai voyagé, et que sa première apparition ne soit nullement sont pays d'origine. Ou que son auteur ai voyagé ( qui sait?) ou tout simplement que pour brouiller les pistes il ai mis des inventions.
Quand on sait que dans mon département plus de 1500 espèces sont classées en voie de disparition, il est évident qu'en presque 1000 ans il ne faut pas ésperer trouver des espèces de ce livre. Ensuite tout le monde n'est pas un surdoué en arts, et capable de dessiner de magnifiques planches botaniques.
Prenons pour exemple la fameuse Mandragore, elle n'existe plus. Ce que vous trouverez en hors de prix en semences en 2011 c'est de la foutaise, autant remplacer par un navet.




Cela peut être une fontaine de jouvence, un lieu de baignade articifiel ( bassin ? ) ou des prêtresses y font leurs bains rituels de purification, voire même... ( et je pousse loin), un utérus avec des jumeaux ( les deux canaux faisant penser à des trompes et des ovaires).

Ici en bas, une étude apparement botanique: évolution racinaire, bulbaire:



Bizarre, mais en regardant les différentes photos du manuscrit je pense aux film les "brumes d'Avalon"....
Un écrit aurait été trouvé ( il faut que je retrouve les sources), vers l'an 1100, très ancien, écrit par un "scribe" qui parlait de gens ayant eu contact avec des êtres de la nature étranges mais qui disparurent avec les guerres et les invasions, ces êtres sont décrits comme des "elfes". Il ne faut pas oublier que les écrits étaient rares, et que nombreux d'entre eux ont disparu avec les guerres. Alors dire que telle ou telle ethnie n'avait qu'une tradition orale est probablement faux, nous n'en avons aucune certitude. Peut être que certaines traditions orales et savoir ont été retranscrits et codifiés comme des testaments encyclopédiques.
L'histoire appartient aux vainqueurs, les vaincus eux, n'ont une droit qu'à des cendres pour héritage.

Sur ce je vous emmène à Avalon, en musique, dans un autre monde...



Dernière édition par Nanette67 le Ven 23 Sep 2011 - 8:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
silverlord06

avatar

Masculin Balance Cheval
Messages : 474
Date d'inscription : 20/05/2011
Age : 39
Localisation : ADI WORLD

MessageSujet: Re: Le manuscrit de voynich   Ven 23 Sep 2011 - 8:33

merci nanette

oui ce livre est un peu une oeuvre d arts je trouve,certains disent que c est un canular mais je ne pense pas cest vraiment bien fait et cela doit prendre un temps considerable
pour les shemas,peintures,et meme textes!
je donnerais beaucoup pour pouvoir le lire et le comprendre...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le manuscrit de voynich   Ven 23 Sep 2011 - 8:43

Citation :
certains disent que c est un canular

LOL, si facile quand on a peur de dire " et bien en fait je sais pas, j'arrive pas à déchiffrer, ni à dater".
Si c'était un canular pourquoi serait il conservé?
Et puis qui au Moyen Age perdrait son temps à faire un faux manuscrit? Surtout si étrange? avec des femmes nues en prime....
Un coup à se retrouver sur une rotissoire.

Moi aussi je le trouve très beau.

Nanette
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le manuscrit de voynich   Ven 23 Sep 2011 - 13:21

Pourquoi perdre son temps avec un canular?
Mais pour l'argent, tout simplement! Il a été payé 600 ducats d'or, une fortune...
John Dee, Roger Bacon et bien d'autres ont rédigé des pseudos écrits, voire des véritables faux, parce qu'ils avaient besoin de vivre et d'argent pour leurs recherches.

Pour autant, est-ce que MS408 est un faux? Il n'en n'a pas l'air. Si c'en est un, il est vraiment ancien: ce n'est pas un faux fabriqué par Voynich, comme certains le disent.

Il n'y a pas eu de datation directement réalisée sur le codex, il n'y a pas eu de recherche de pollens, ni rien du tout. Les seules études qui ont été menées se sont bornées à l'étude de l'alphabet et des dessins botaniques.
Tant que ces études sur le manuscrit lui-même n'auront pas été menées, il y a très peu de chances pour qu'il soit traduit.

Avec 30 à 40 signes, il s'agit d'un alphabet (et non d'un syllabaire), dont l'évolution graphique est notable entre les premières pages et les dernières: soit on a un rédacteur qui l'a rédigé au long de sa vie, soit on a plusieurs rédacteurs.
Son intérêt se porte exclusivement sur des questions botanique: il y a un herbier, un calendrier, et une partie "alchimique" qui s'intéresse aux graines et aux racines, ainsi qu'aux jeunes pousses. Et il y a un plan d'édifice religieux typique de l'Europe de l'est, orthodoxe.

Rien dans le contenu que l'on peut identifier n'indique une quelconque référence biblique ou même chrétienne: son sujet n'est pas religieux.
L'alchimie ne semble pas non plus être son sujet principal, puisqu'aucun de ses dessins ne ressemble clairement à un dessin contenu dans un traité d'alchimie médiéval.
Les plantes qu'il présente, enfin, ne correspondent à rien d'identifiable, même par comparaison avec d'autres manuscrits de botanique rédigés au Moyen-Âge.


Si on pouvait le dater précisément et en découvrir l'origine, ça simplifierait grandement les recherches...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le manuscrit de voynich   Ven 23 Sep 2011 - 13:25

Merci de tes remarques Lucifer

Citation :
Il n'y a pas eu de datation directement réalisée sur le codex, il n'y a pas eu de recherche de pollens, ni rien du tout. Les seules études qui ont été menées se sont bornées à l'étude de l'alphabet et des dessins botaniques.
Tant que ces études sur le manuscrit lui-même n'auront pas été menées, il y a très peu de chances pour qu'il soit traduit.

Oui tout à fait, remarque c'est peut être parce que comme tu dis il n'y rien d'alchimique, rien d'interessant pour ceux qui le possèdent, donc pourquoi dépenser de l'argent pour ces analyses LOL

Revenir en haut Aller en bas
scarabe77

avatar

Masculin Messages : 150
Date d'inscription : 15/01/2011

MessageSujet: Re: Le manuscrit de voynich   Ven 23 Sep 2011 - 15:14

Nanette67 a écrit:



Cela peut être une fontaine de jouvence, un lieu de baignade articifiel ( bassin ? ) ou des prêtresses y font leurs bains rituels de purification, voire même... ( et je pousse loin), un utérus avec des jumeaux ( les deux canaux faisant penser à des trompes et des ovaires).

Ici en bas, une étude apparement botanique: évolution racinaire, bulbaire:


Bonjour Nanette,

C'est personnelement immédiatement ce à quoi ce dessin me fait penser!

Une matrice de Femme (avec les ovaires- comme des grappes- les 2 trompes, l'utérus dans le quel sont les futurs enfants.

Sachant que ce savoir pouvait, en ces temps sombres, être assimilé à de la sorcellerie, il vallait mieux coder ses écrits si l'on voulait éviter le bucher!!!
Revenir en haut Aller en bas
Johnny

avatar

Masculin Taureau Cochon
Messages : 521
Date d'inscription : 29/05/2011
Age : 34
Localisation : Hautes-Alpes

MessageSujet: Re: Le manuscrit de voynich   Mer 26 Oct 2011 - 1:17

Rien que le fait de voir 7 femmes, c'est troublant..
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le manuscrit de voynich   Mer 26 Oct 2011 - 4:30

Le manuscrit de Voynich comporte des pages avec des représentations de femmes qui tiennent des étoiles dans leurs mains. Sur chacune de ces pages, il est écrit l'un de nos noms de mois. D'après ce qu'on dit habituellement, le mois de Juillet - et le calendrier julien - ont été appelés ainsi d'après Jules César, le mois d'Août d'après l'empereur Auguste ; quant à Septembre, Octobre, Novembre et Décembre, ce sont les chiffres latins pour 7, 8, 9 et 10, parce que l'année commençait en Mars, et ainsi Septembre était le 7ème mois, et ainsi de suite jusqu'à Décembre qui était le 10ème mois. Cependant je savais que le calendrier julien n'avait rien à voir avec César, mais qu'il avait été nommé ainsi d'après les "ancêtres ( de l'humanité ) venus du Jul". Dans le texte maya "Chilam Balam de Chumayel", le Jul est indiqué comme la descrïption d'une position dans l'univers ( "181. Yuul at S. Dik 92 n hele" ), et hele est le mot hollandais ou bas-allemand pour dire "cosmos", "univers". Dans les pays scandinaves, Noël s'appelle aujourd'hui encore "Jul". Mais on ne sait plus que c'est la fête de l'arrivée des "ancêtres venus du Jul".

Revenons aux noms des mois. On a beaucoup d'indices qui laissent penser que l'année commençait originellement non pas en Mars, mais en Avril. Dans ce cas, le mois de Septembre n'était évidemment pas le 7ème, mais le 6ème mois, et Décembre non pas le 10ème, mais le 9ème mois. D'autre part, si les mois avaient été nommés d'après les chiffres romains, ils auraient dû s'appeler septem, octo, novem, decem, ou septem mensis, et ainsi de suite.
Par ailleurs dans le VMS, le mois d'Octobre s'écrit "octembre". D'où vient donc ce "ber" ? Dans tout ce qu'on appelle la langue latine, il n'y a pas de mot "ber". Une petite recherche sur les anciens noms de mois a donné que les noms de mois étaient écrits autrefois en plusieurs tronçons: "Sept em ber", "Oct em ber" ( une forme "oct im ber" est attestée dans des textes en moyen-latin du Moyen-Age ), "nov em ber", "dec em ber", et même Février était "fe ber" ou "phe ber", ou encore "phe ber wah", "phe ber uari".
Dans certains dictionnaires, comme en hongrois, on trouve encore aujourd'hui "Feber" pour Février. Brièvement, nos noms de mois ont été nommés d'après des planètes de la Grande Ourse, en vieil-allemand : "ber" = ours. C'est pourquoi l'on peut lire sur la dernière page du VMS : « por ea ber Ramen fut zi, fer qan chito, no ea bach qum, E coch q [ ui ]c tet, tar te veg por cach g [ i ] ng. ( suivent quelques mots illisibles sur ma copie ) - vix qah cag mat [-] iag or or cticy ra E cheh ub ren fon im gasmic ho". En allemand moderne, cela se transcrit : "Hoch zur Galaxie Bär strebte die Fut( arche ), der Fährkahn ( ge ) tut nun zurück in die Galaxie kommen, quick tat der ( Gott ) E ziehen, da den Weg in die Höhe ging er schnell. [... - ...] zum ( Sternbild ) Fisch, schnell jagte der mächtige Sachse( ngott E ) ins Ur( all ), ins Ur( all ) steigt der Strahl des ( Gottes ) E, schnell rennt er auf, von ihm hoch geschmissen ». En français : « En haut dans la galaxie de l'Ours, l'arche Fut cherche à atteindre, le vaisseau retourne dans la galaxie, le ( dieu ) E la tire vite, parce que le chemin vers le haut il va vite. […-…] vers ( la constellation ) Poisson, s'en allait vite le puissant ( dieu E ) saxon, dans le ( cosmos ) originel monte le rayon du ( dieu ) E, vite il monte, jeté par lui vers le haut ».

Pour comprendre ce texte, il va falloir quelques explications sur les mots, car le vocabulaire vieux-allemand transmis est très limité. Qui sait donc que "ea" veut dire "galaxie" ? La "via lact ea", que l'on traduit par "voie lactée", se lit littéralement "voie de la galaxie lactée". "E" ou "E li", parfois appelé seulement "li" dans le VMS, est le dieu saxon, le "E li" ou "E loh im" ( le Dieu "E dans le feu flambant" ) de la Bible chrétienne. En aucun cas "yahwe" ne veut dire Dieu, mais il s'agit du vieux-allemand "ah weh", "oh weh", l'équivalent de "hélas" en français. Quant à "ra", cela signifie "rayon" ( en vieil-allemand, également "strala" ).
Ainsi les extraterrestres, et aussi déjà nos ancêtres, voyagent ou voyageaient au moyen de rayons. Rien à voir avec notre technique primitive de la fusée, qui coûte des sommes faramineuses et qui occasionne de nombreuses pannes. Dans la Bible chrétienne Vulgata et dans bien des textes "latins", il y a "heb ra ea", en allemand moderne "hebt der Strahl in die Galaxie" : le vaisseau cosmique, "le rayon qui fait monter dans la Galaxie".
Ce "heb ra ea" n'est donc pas du tout un peuple du nom de "Hébreux" qui n'a jamais existé. "Israhel" est en allemand "der Strahl aus dem Hel", c'est-à-dire : "le rayon qui vient du cosmos", et ne se réfère pas à un état historique, et "Israeli" est "der Strahl des ( Gottes ) E li", c'est-à-dire : "le rayon du ( dieu ) E li". Au moment où j'écris ces lignes, une guerre est menée contre l'État d'Israël qui n'existait pas dans l'Histoire ancienne. On voit ici les répercutions ( conséquences ) importantes et dangereuses issues d'une interprétation totalement défaillante des sciences des langues et des sciences humaines, et de puissantes pseudo-religions, qui ne savent pas - ou ne veulent pas - lire et traduire correctement leurs propres livres saints.
La constellation de la Grande Ourse s'appelle "boréale" dans les textes anciens, ce qu'on traduit par "nordique", mais qui se lit "bor ea lis", c'est-à-dire la "haute galaxie du ( dieu ) E li". C'est la résidence d' E li, le dieu des Saxons et des Angles. On en a tiré "anges". Dans la langue hongroise actuelle, "homme" se dit toujours "ember", en allemand "im Bären", c'est-à-dire "dans l'ours" ( à sa maison ) ; de même "hombre" en espagnol, le "home im Bären", le "chez soi dans l'ours". Il s'agit bien sûr de la constellation de la Grande Ourse.
Le lieu d'origine effectif des premiers ancêtres de l'humanité qui sont arrivés sur Terre est le cosmos, Ur( all ) en allemand, qu'on trouve sous la forme de "or" dans le VMS et dans d'autres textes, ou parfois les deux formes en alternance, "ur" et "or". L'Ur comprend les constellations actuelles du Taureau, du Bélier, du Triangle jusqu'aux Poissons. L'Ur se retrouve dans "taurus", qui ne signifie pas "taureau", mais c'est en vieil-allemand "ta ur us", ce qui veut dire : "là, venant de l'Ur". Dans la langue allemande actuelle, il y a toujours le mot "Ursprung" qui signifie "origine", "provenance". Le "Sprung" ( saut ) depuis l'Ur( all ) ( espace ) vers la Terre était ainsi la signification d'Ursprung. Et c'est ce qui est montré dans le Manuscrit de Voynich. A la page f 68 r 3, il y a les représentations des Pléiades et de l'étoile Aldébaran. Partant des Pléiades, il y a une ligne incurvée ( constituée par de toutes petites lettres qu'on ne peut plus lire ) qui va vers notre système solaire, représenté sous la forme d'un visage de soleil. A côté de cette ligne de liaison, on peut lire en grandes lettres : "ot ea coe" = "vers la galaxie d'ot".
Les insulaires de l'île de Pâques et les Maoris considèrent les Pléiades comme la région natale de leurs ancêtres. Ils parlent de "Mata riki", le "puissant empire", les "puissants seigneurs" ( en vieil-allemand, "rihhi", "ricki" ou "rike" signifient aussi bien "empire" que "seigneurs" ). En outre, les Maoris parlent aussi, ce qui est très étonnant, de "A ot ea roa", pour désigner aussi bien le pays de leurs ancêtres que celui où ils vivent maintenant. Ils racontent également : « Ces étoiles ( les Pléiades ) sont au début de tout, pour nous les Maoris. Toutes nos histoires ont pour origine cette partie du ciel ».
Il nous faut préciser ce qu'est la galaxie "ot, od, odd, odi, oti ou oth" ( dans le VMS, c'est presque toujours oth ou ot ). En allemand, il y a le mot "Kleinod" qui veut dire "joyau", quelque chose de précieux et d'irremplaçable. La vieille langue avait "othil" ( le "saint ot" ) dans le sens de "terre natale" et "richesse". Actuellement "Heimat" veut dire "terre natale", mais les formes plus anciennes faisaient allusion à la galaxie d'ot : "heimoti", "heimuoti", "heimuot", "heimuote". Les chercheurs ésotériques de droite ont fait d'othil une rune. Qui a assisté à ma conférence sur mon livre "Weltbildererschütterung" ( Bouleversement dans l'image du monde ) sait qu'il n'y avait pas de runes. Les runes sont des espaces intercalés entre les lettres "latines" qui ont été sculptées dans la pierre ou taillées dans le bois. Dans les textes "latins", on trouve "clen odi um" et "all odi um", ou "all od io". "God Odin" ou "God oddin" n'est pas un dieu germanique ou scandinave, mais cela veut dire : "God ( dieu ) dans ( la galaxie ) od, odd ou oth". C'est ce que veut dire le nom "Theoderich", qui se décompose en "the od E rich", c'est-à-dire "od est l'empire du dieu E li".
On peut lire bien distinctement sur le dessin de l'étoile Aldébaran dans le VMS les lettres "AN". Et â côté : un "M" et un "i". On reconnaît ici le nom de "Mani" qui serait celui du plus vieil ancêtre de l'humanité. Dans la Bible chrétienne ( chez Isaï et Matthieu ), il y a deux passages qui annoncent la venue de Jésus. On y retrouve "E Manu hel", ce qui veut dire : le dieu "Manu qui vient du cosmos".
Plus haut j'ai indiqué que la fête de Noël s'appelle "fête du Jul" en Scandinavie, la fête de l'arrivée des ancêtres qui venaient du Jul, et du grand aïeul Mani qui venait du cosmos. En ce qui concerne le nom d'Aldébaran : "beran" veut dire en vieil-allemand "engendrer, enfanter", "alde" est "vieux", mais aussi "haut". Aldébaran signifie donc : "là-haut où les anciens sont nés". On peut aussi considérer "alde" en 2 mots : "al" = "Univers", et "de" = "là", qui indique l'origine. On a donc : "nés là dans le cosmos". Dans les deux cas, les ancêtres sont venus de là-haut. On pense que les noms d'étoiles sont en arabe, en fait l'arabe est une sorte de vieil-allemand ( voir mon livre "Weltbilderschütterung" ). On a ainsi "Aldabaran", et aussi "Hadl al hajm" qui veulent dire "la terre natale ( heim en allemand ) dans le cosmos" ( pour ceux qui en doutent encore ).
A la page f 107 v, il y a encore un nom d'étoile lisible, la douzième en haut. On peut lire "hamal". Dans l'ancienne langue allemande, "hamal, hamul" signifie "mouton" ( d'où le nom de la constellation du Bélier ). Mais "hamal" peut aussi vouloir dire "ham im al", ce qui s'écrit en allemand moderne "heim im all", et veut dire : "pays natal dans le cosmos". Dans leurs textes anciens, les Basques parlent aussi du "hamalau". Le terme "au, aue, owi, awa, awi" ne se rapporte pas seulement à "Au" ou "Aue" ( prairie ) en allemand moderne, mais veut dire aussi "île". Actuellement, les Basques utilisent ce mot "hamalau" pour dire quatorze, mais il y a eu confusion avec un autre mot, comme chez d'autres peuples. En fait, "hamalau" signifie "l'île ( habitée ) dans le cosmos" d'où sont venus les ancêtres.
Pour finir, venons-en à la langue hongroise. Dans celle-ci, "odavalo" ou "odvaloan" ont le sens de "qui est à sa place". L'homme appartient donc à "l'od au dans le cosmos", c'est-à-dire "l'ancêtre qui est à sa place dans l'od av". On a aussi "odanyul", c'est-à-dire "l'ancêtre od qui vient du Jul".
Dans la Bible, le livre de Samuel ne concerne pas un prophète, mais c'est "Samen ( en allemand moderne, "graine" ) du hell", donc "la graine de l'humanité dans le cosmos". Celui qu'on croit être le père des Sémites, Sem, est un mot qu'il faut rapprocher de l'allemand "Samen", "graine". Les Sémites ne descendent pas d'un "Sem".
A la page f 80 v du VMS, on a la représentation d'une femme avec un objet singulier dans la main tendue. Sur la pointe de l'objet, on découvre une écriture minuscule. Dans la coiffure de la femme ( si on la met à l'envers ), on peut lire "Urana" ou "Uranu". Nous avons ainsi, à côté de l'ancêtre premier "Mani" également une femme, notre aïeule à tous, qui correspond à "Mariana", comme on l'appelle dans les écrits vieux-allemands. A partir de "Mariana", en laissant de côté les deux dernières lettres "na", l'Eglise catholique en a fait "Maria", la Vierge-Marie. Dans les textes latins, celle-ci s'appelle "di ana", Diane. Les Romains en ont fait la déesse de la chasse. Par ailleurs, les Frisons appellent leur mère primordiale "Freya", et les Mayas parlent de "sac quib", ce que l'on peut interpréter comme "Sachsenweib", en français : "femme saxonne".
A la page f 82 r, on voit la même femme représentée sur la gauche ( avec un autre mot, malheureusement illisible dans sa coiffure ). Avec la main, elle montre sur sa droite. Juste au dessus, il y a le mot "othil" qui signifie "la sainte galaxie d'Ot" ( en allemand, "heil" = "saint" ). Sur la même page, on voit deux étoiles reliées par une ligne, et un vaisseau spatial en forme de croix, avec quelque chose qui en sort. Dans l'objet volant, on a "Uruekan", c'est-à-dire "le vaisseau ( "Kahn", en allemand ) du ( dieu ) E". Le mot "Urkan", "Hurakan", est présent dans les textes anciens, du Tibet jusqu'à chez les Mayas. En espagnol, "hurakan" signifie toujours "ouragan", "Orkan" en allemand. Ce mot provient de "Urkahn", c'est-à-dire le vaisseau spatial originel, le vaisseau spatial du dieu des Saxons, "E li".
C'est ainsi que nous arrivons aux désignations pour les vaisseaux spatiaux, telles qu'on les trouve dans le VMS et dans d'autres textes anciens. J'ai déjà évoqué un peu plus haut la "Fut( arche )", ou "futur", la "Fut qui vient du cosmos". Les ésotéristes de droite ont naturellement refait une rune à partir de "Futharch". En Argentine, dans la province de Chubut, il y a une ville qui s'appelle "Futulaufquen", un lac "Futulaufquen", et puis une ville, un lac et un fleuve qui ont pour nom "Futaleufu", et encore un lac "Huichulafquen". Voici des noms géographiques à consonance bien allemande : "Fut geht ins All" ou la "Fut des All( gottes ) E ( geht ) uf" et "Weg ins All aufgehen". Le peuple d'origine qui vivait là-bas ( aujourd'hui il a disparu ) s'appelait "Alacalufe", en vieil-allemand "ceux qui vont et viennent dans le cosmos", parce que leurs ancêtres allaient et venaient ( "lufe" ) à travers l'univers.

A la page f 83 v du VMS, il y a une remarquable illustration. On y voit deux objets en forme de citrouille, desquels quelque chose jaillit. A côté de chacun d'entre eux, une femme flotte dans un récipient qui ressemble à un tuyau d'écoulement, duquel des "gaz d'échappement" sortent. Dans l'engin de gauche, on peut lire des lettres. Même avec beaucoup d'imagination, il serait difficile pour celui qui voit ce dessin de penser qu'il puisse s'agir de quelque chose en rapport avec les voyages spatiaux. Moi aussi je m'en abstiendrais, s'il n'y avait à côté un mot qu'on peut lire : "vet". Si l'on se rapporte à l'étymologie, on a : "vet, veth, pet, fet, phet, phed, prophet"…
En vieil-allemand, "phet, phed, phedem" veut dire "citrouille, melon, concombre". Si l'on se penche sur des rapports sérieux concernant des gens qui ont vu des OVNIs, on remarque que les témoins disent constamment que ceux-ci ressemblaient à des melons, à des ballons de football américain. Dans les textes anciens, "prophet, prophète" vient de "frophet" ( "fro" = seigneur, dieu, comme dans l'allemand moderne "Fronleichnam", Saint-Sacrement ), le "phet du dieu".
Un prophète est donc un engin spatial en forme de courge ou de citrouille. Les prophètes ne sont donc pas des voyants ou des envoyés, on peut donc tout oublier ce qui a trait à des prophéties. Les musulmans traduisent "prophète" par "ras sul", en allemand "soll rasen", ce qui se rapporte à la locomotion rapide de l'engin spatial.
Dans un livre à paraître, je traiterai en profondeur le sujet des traductions tout à fait fausses que l'on fait du Coran ou de la Bible ( si je trouve un éditeur et si l'on ne m'abat pas auparavant ).
Mais revenons encore une fois sur le mot "ra" qui signifie "rayon" dans le Manuscrit de Voynich et dans d'autres textes anciens. Pourquoi l'île de Pâques s'appelle-t-elle "Ra pan ui" ? On a : "ui" qui veut dire "saint", "pan" qui est la "voie". Cela donne donc "la sainte voie du rayon" ( qui vient du cosmos ), sur lequel les ancêtres voyageaient.
Voici peu de temps, il y a eu une querelle juridique entre l'auteur du "Da Vinci Code" et deux autres écrivains, à cause d'un prétendu vol d'idées sur le Saint-Graal. Le pauvre juge a dû faire le pour ou le contre de préjudices atteignant plusieurs millions de dollars. C'est typique d'une société qui perd complètement la tête. Quand je me suis penché sur l'étymologie du mot "Graal", j'ai trouvé : "Sangraal", en vieil allemand: "sang ra ( aus dem ) all", "le rayon descendait du cosmos". Il n'y a jamais eu de Saint-Graal, c'est encore l'une des fâcheuses inventions du Moyen-âge.

Les ancêtres de l'humanité ( et leurs ennemis, ceux qui ont assujetti l'humanité depuis 1000 ans, qui ont inventé l'esclavage, la propriété et les impôts, que les politiciens de gauche apprécient encore tant ) sont venus du cosmos et ont apporté avec eux la plupart des animaux. Aujourd'hui, les créationnistes se disputent avec les darwinistes sur le sujet des origines de l'homme. D'un côté on a une absurdité pseudoreligieuse, de l'autre une absurdité pseudoscientifique. D'un côté on a les tenants d'une "création", qui n'existe même pas dans les livres religieux, de l'autre les défenseurs d'une "évolution", comme elle n'a jamais eu lieu sur la Terre. En fait, nous n'en savons rien !
Peut-être y a-t-il eu quelque part dans le cosmos une évolution ( totalement différente de ce qu'enseignait Darwin ), peut-être y a-t-il eu une création dans l'univers ( totalement différente de ce que racontent les pseudosectes, qui ne savent même pas d'où vient le mot "religion", mais qui se prennent pour les grandes religions, les découvreurs d'une conception tout à fait fausse de "dieu", avec un symbolisme vide de sens et des rites absurdes ). Si nous laissons nos sciences naturelles exactes greffer une science des langues et une science humaine totalement ratées, si nous continuons à considérer comme de la science les idioties de Darwin, Marx et Freud, et si nous laissons des pseudoreligions, qui ne savent même pas lire de façon correcte un seul mot de leurs livres religieux ( ou qui ne le veulent pas, sinon ce serait leur fin ), fomenter des conflits entre elles, et les considérer comme des partenaires et des faiseurs d'opinion en politique et en culture, si des politiciens continuent à faire des révérences devant n'importe quel "dignitaire" religieux, eh bien, cette humanité ne va pas survivre, ou bien souffrir encore 1000 ans du manque de liberté.

http://initial.bipedalism.pagesperso-orange.fr/26b.htm#2b
Revenir en haut Aller en bas
scarabe77

avatar

Masculin Messages : 150
Date d'inscription : 15/01/2011

MessageSujet: Re: Le manuscrit de voynich   Mer 26 Oct 2011 - 13:25

Merci pour ce texte fort intéressant... CE qui y est dit, me fait vraiment penser au décriptage linguistique du sumérien fait par Anton Parks...

Je vais aller regarder le lien que tu donnes ;-)

Amicalement
Scarabe farao

Revenir en haut Aller en bas
Just Me

avatar

Masculin Messages : 1414
Date d'inscription : 22/04/2011

MessageSujet: Re: Le manuscrit de voynich   Mar 20 Déc 2011 - 13:47

Un documentaire de 50 mn sur le fameux manuscrit de Voynich était diffusé dimanche 18 décembre à 22h50 sur Arte. Il est disponible sur leur site de Arte à l'adresse suivante :

http://videos.arte.tv/fr/videos/le_mystere_du_manuscrit_de_voynich-4298794.html

Citation :
Le mystère du manuscrit de Voynich

C'est l'un des documents les plus mystérieux du monde. Apparu en 1666, rédigé dans une langue inconnue et illustré de dessins énigmatiques, le fameux "manuscrit de Voynich" (du nom du libraire new-yorkais qui l'acheta en 1912 en Italie) occupe les spécialistes du décryptage depuis plus d'un siècle. Le doit-on à Roger Bacon, le grand savant du XIIIe siècle, ou à Jacobus de Tepenec, alchimiste à la cour de Rodolphe II de Habsbourg ? Contient-il la recette de la fontaine de Jouvence ou celle de la pierre philosophale ? S'agit-il tout simplement d'une mystification ? Les meilleurs décrypteurs de l'armée américaine n'ont pas trouvé davantage de réponse à ces questions que les spécialistes de langage codé du Vieux Continent. À l'université de Yale, qui détient aujourd'hui le mystérieux volume, on tente le déchiffrage à partir d'études scientifiques sur sa composition chimique, l'âge du papier et de l'encre... D'après les résultats, l'ouvrage est beaucoup plus ancien qu'on ne l'imaginait.

(France, Allemagne, Autriche, 2010, 50mn)
ARTE / ORF

Date de première diffusion: Hier, 22h52

Date(s) de rediffusion: Vendredi, 23. décembre 2011, 04h00
Mercredi, 4. janvier 2012, 11h20
Mardi, 10. janvier 2012, 11h55

Bon documentaire qui mets en exergue les origines du manuscrit Wink
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le manuscrit de voynich   Mar 20 Déc 2011 - 16:10

intéréssent pour l'utilisation des couleurs et la provenance, bien qu'ils ne parlent pas de traduction.

Au moins ils sont sur la piste nord italienne du début du 15e
Revenir en haut Aller en bas
DarkChicon

avatar

Masculin Cancer Coq
Messages : 164
Date d'inscription : 09/11/2012
Age : 36

MessageSujet: Re: Le manuscrit de voynich   Mar 5 Fév 2013 - 11:24

La piste nord italienne du début du 15e a t elle donné quelque chose ?
Revenir en haut Aller en bas
Akhenuræus

avatar

Masculin Capricorne Singe
Messages : 1103
Date d'inscription : 28/12/2012
Age : 36

MessageSujet: Re: Le manuscrit de voynich   Lun 1 Juil 2013 - 7:25

Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le manuscrit de voynich   Lun 1 Juil 2013 - 13:03

Ce livre m'intrigue profondément...
Revenir en haut Aller en bas
EFFAB

avatar

Masculin Bélier Chèvre
Messages : 4591
Date d'inscription : 13/06/2012
Age : 50
Localisation : loire-atlantique

MessageSujet: Re: Le manuscrit de voynich   Mar 2 Juil 2013 - 8:34

... et profondément intrigant.

Sa datation (exacte) au carbone ouvre de nouvelles possibilités de recherche tout en nous laissant un peu sur notre faim_ou cette attente, ce désir de savoir de quoi il retourne exactement, entre langage codé et langage artificiel, clé d'accès à des réalités supérieres sinon sous-jacentes.

J'imagine que c'est bien ou j'ignore si c'est bien l'original que nous voyons dans le documentaire, mais il y a quelque chose à la fois d'enfantin et de très élaboré dans ces pages, quelque chose d'authentique en même temps que quelque mystification...

Bref, 1420 environ et histoire à suivre, et si j'ai bien compris.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le manuscrit de voynich   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le manuscrit de voynich

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Le Manuscrit de Voynich.
» [Littérature - Mystère] La feuille Rosette du Manuscrit de Voynich
» Le mystère du manuscrit de Voynich[/
» le manuscrit de voynich
» Les mystères du manuscrit Voynich (Arte)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Planète Révélations :: Légendes & mystères :: Mystères / Secrets / Enigmes-