Planète Révélations
Bienvenu sur Planète Révélations, bonne visite à vous...

Planète Révélations


 
AccueilFAQRechercherGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le manuscrit de voynich

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Le manuscrit de voynich   Sam 17 Sep 2011 - 14:57

Rappel du premier message :

En 1912, Wilfried Voynich, collectionneur de livres anciens découvre dans la Villa Mondragone à Frascati, près de Rome, un manuscrit semblant dater du Moyen-Âge, écrit dans une langue inconnue. Depuis, gardant précieusement ses secrets, l’étrange manuscrit de Voynich résiste à toute tentative de traduction. Le langage dans lequel il est écrit défie depuis plusieurs siècles, les linguistes, les historiens, les experts en cryptographie… qui l’ont étudié. Le mystère perdure et alimente tous les fantasmes sur son contenu.


Description

La première description détaillée du manuscrit de Voynich est faite par l’antiquaire Hans P. Kraus qui l’acquiert en 1961, après la mort de Wilfried Voynich, et l’inscrit dans son catalogue des ventes paru en 1962.

Le manuscrit de Voynich est un petit livret de 15 cm de large pour 23 de long, composé de 234 pages, dont 42 sont manquantes, manuscrites et illustrées de dessins identifiés comme des représentations astronomiques, des symboles alchimiques, des plantes, des schémas biologiques… Le texte demeurant indéchiffrable, ce sont ces illustrations qui ont permis, en admettant que les dessins sont liés au texte, de diviser le manuscrit en cinq parties distinctes :
1. La première partie, appelée l’Herbier, comporte 112 pages et semble traiter de botanique. Elle est largement illustrée de dessins de plantes et de fleurs pour la plupart inconnues, d’aspect plutôt fantastique, accompagnés de courts paragraphes de texte.
2. La deuxième partie, constituée de 34 pages, semble aborder des descriptions astronomiques ou astrologiques. Elle est illustrée de dessins circulaires semblant représenter le soleil, des constellations et des signes du zodiaque.
3. La troisième partie, composée de 19 pages est illustrée de dessins de femmes nues, de figures humaines, reliées par des tubes d’apparence organique et est donc supposée traiter d’anatomie ou de biologie.
4. Les 45 pages de la quatrième partie forment la section Pharmacie, agrémentée de dessins de récipients remplis de plantes, de feuilles et de racines.
5. La dernière partie est une liste de formules ou recettes. Elle contient 324 paragraphes courts débutant par une étoile.

Le manuscrit n’est pas daté. Cependant, d’après les illustrations et la calligraphie, il semble au premier abord avoir été écrit au 13ème siècle. Si cette datation reste incertaine, on sait tout de même que le manuscrit est antérieur aux années 1580, période à laquelle l’Empereur Rodolphe II de Bohème, passionnée d’art et de science, l’acquiert pour 600 ducats d’or. En 1944, le botaniste O’Neill croit reconnaître parmi les diverses plantes représentées, un tournesol et un poivron rouge, pensant apporter un élément de datation supplémentaire : le manuscrit est pour lui postérieur à la découverte du Nouveau-Monde. Mais son argument est contesté.

L’auteur du manuscrit de Voynich n’est pas identifié. Lors de sa redécouverte en 1912, le manuscrit est accompagné d’une lettre en latin de Johannes Marcus Marci, recteur de l’université de Prague, datée d’août 1665 ou 1666, dans laquelle celui-ci précise qu’il pourrait avoir été écrit par Roger Bacon, moine franciscain, philosophe du 13ème siècle, familiarisé avec les méthodes de codage de textes. En 1962, Kraus reprend cette hypothèse dans sa description. Mais l’identité de l’auteur peut facilement être mise en doute par la datation du manuscrit.


L’histoire du manuscrit

Le manuscrit apparaît à Prague vers 1586 date à laquelle il est vendu à l’Empereur Rodophe II de Bohème. Il est ensuite confié, entre 1608 et 1622, à Jacobus de Tepenecz, directeur des jardins botaniques dont la signature effacée est visible en lumière infrarouge sur la première page. Le manuscrit disparaît alors jusqu’en 1665-1666 où il est envoyé par Johannes Marcus Marci au père Athanasius Kircher, prêtre jésuite vivant à Rome. Il est probable que ce soit l’alchimiste Georg Barsh qui, en léguant sa bibliothèque à Marci, lui confie le manuscrit. Récupéré plus tard par Pierre-Jean Becks (1795-1887), alors Général de la compagnie de Jésus, le manuscrit est intégré à la collection de livres anciens découverte en 1912 par Voynich à la Villa Mondragone. Ne réussissant pas à le revendre, Kraus, dernier acquéreur, l’offre à l’Université de Yale où il est aujourd’hui conservé à la bibliothèque Beinecke Rare Book Room, enregistré sous le numéro MS408.




(La lettre "OM" selon le manuscrit)


En cherchant quelques temps j'ai fini par trouver un fichier en format PDF qui m'a paru le plus serieux et à meme de ce que pourrait éventuellement dévelloper l'hypothese du texte de voynich
A vos impréssions et complémentarités
http://cerbi.ldi5.com/IMG/pdf/bipedia26-3.pdf
Revenir en haut Aller en bas

AuteurMessage
akasha

avatar

Féminin Taureau Buffle
Messages : 3545
Date d'inscription : 12/05/2013
Age : 32

MessageSujet: Re: Le manuscrit de voynich   Mar 2 Juil 2013 - 8:44

Si quelqu'un est passer à côté de se lien qui a été poster plus haut, je vous conseil de le lire attentivement, car il aurait traduit le fameux manuscrit !

Orné l'a lu hier, et il est tout parti !lol! 
http://initial.bipedalism.pagesperso-orange.fr/26b.htm#2b
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le manuscrit de voynich   Mar 2 Juil 2013 - 9:58

Cela fait quelques années que ce manuscrit intrigue en effet.

Récemment de nouvelles études ont démontré que l'enchainement, la structure, et la répétition
des mots formaient un véritable texte , et non un charabia ou canular comme certains l'ont longtemps pensé.

Ce manuscrit est conservé à l'université de Yale, tout comme la fameuse carte du Vinland...

En tout cas merci à Akhenuraeus pour tous ces docs et va pas si vite j'ai pas le temps de tout regarder ^^^.
Revenir en haut Aller en bas
orné

avatar

Masculin Gémeaux Buffle
Messages : 4560
Date d'inscription : 11/06/2012
Age : 44
Localisation : UNIFIÉS CORPS, ÂME, MENTAL. LA TRINITÉ PARFAITE QUI REGARDE DANS LA MÊME DIRECTION, NE SE COMBAT PLUS MAIS RESTE SOLIDAIRE

MessageSujet: Re: Le manuscrit de voynich   Mar 2 Juil 2013 - 15:43

Oui terrible se fameux manuscrit, bon déjà trop marrant l'écriture soit disant indécodable n'est en fait que du latin mélanger à du vieux Allemand pffft il aurait par-contre, bien été écrit par plusieurs auteurs (dont la dernière page, par un seul)se qui aurait "mis dedans" plusieurs traducteurs, c'est l’emploi intempestif des lettres liée.

Et n'est absolument pas une arnaque, se manuscrit contiens des informations primordial qui rejoint ses fameuses théories qui me tiennent à cœur depuis quelques mois maintenant qui tant à de nouveaux confirmé nos origines extraterrestre.
Ainsi que l'origine du dieu el, au fait se qui aurait rendu se fameux manuscrit "subsersif" c'est qu'il traite d'ésotérisme dit de droite ? et aurait été récupérer par les nazi (sic)

Mais se qu'il reste le plus étonnant et qui me laisse pantois (bien que je n'ai pas été si surpris que ça) C'est que cela traite des Elohim de Yahweh, de voyage spatial entre Aldébaran et notre planète des ancienne civilisation créé par ceux ci, bref Sumer qui serait à l'origine de bien des civilisations antérieur.

Je vous remet au moins se passage qui m'a bien interpellé : (...) Ainsi les extraterrestres, et aussi déjà nos ancêtres, voyagent ou voyageaient au moyen de rayons. Rien à voir avec notre technique primitive de la fusée, qui coûte des sommes faramineuses et qui occasionne de nombreuses pannes. Dans la Bible chrétienne Vulgata et dans bien des textes "latins", il y a "heb ra ea", en allemand moderne "hebt der Strahl in die Galaxie" : le vaisseau cosmique, "le rayon qui fait monter dans la Galaxie".

Ce "heb ra ea" n'est donc pas du tout un peuple du nom de "Hébreux" qui n'a jamais existé. "Israhel" est en allemand "der Strahl aus dem Hel", c'est-à-dire : "le rayon qui vient du cosmos", et ne se réfère pas à un état historique, et "Israeli" est "der Strahl des ( Gottes ) E li", c'est-à-dire : "le rayon du ( dieu ) E li". Au moment où j'écris ces lignes, une guerre est menée contre l'État d'Israël qui n'existait pas dans l'Histoire ancienne. On voit ici les répercutions ( conséquences ) importantes et dangereuses issues d'une interprétation totalement défaillante des sciences des langues et des sciences humaines, et de puissantes pseudo-religions, qui ne savent pas - ou ne veulent pas - lire et traduire correctement leurs propres livres saints.

La constellation de la Grande Ourse s'appelle "boréale" dans les textes anciens, ce qu'on traduit par "nordique", mais qui se lit "bor ea lis", c'est-à-dire la "haute galaxie du ( dieu ) E li". C'est la résidence d' E li, le dieu des Saxons et des Angles. On en a tiré "anges". Dans la langue hongroise actuelle, "homme" se dit toujours "ember", en allemand "im Bären", c'est-à-dire "dans l'ours" ( à sa maison ) ; de même "hombre" en espagnol, le "home im Bären", le "chez soi dans l'ours". Il s'agit bien sûr de la constellation de la Grande Ourse.

Le lieu d'origine effectif des premiers ancêtres de l'humanité qui sont arrivés sur Terre est le cosmos, Ur( all ) en allemand, qu'on trouve sous la forme de "or" dans le VMS et dans d'autres textes, ou parfois les deux formes en alternance, "ur" et "or". L'Ur comprend les constellations actuelles du Taureau, du Bélier, du Triangle jusqu'aux Poissons. L'Ur se retrouve dans "taurus", qui ne signifie pas "taureau", mais c'est en vieil-allemand "ta ur us", ce qui veut dire : "là, venant de l'Ur". Dans la langue allemande actuelle, il y a toujours le mot "Ursprung" qui signifie "origine", "provenance". Le "Sprung" ( saut ) depuis l'Ur( all ) ( espace ) vers la Terre était ainsi la signification d'Ursprung. Et c'est ce qui est montré dans le Manuscrit de Voynich. A la page f 68 r 3, il y a les représentations des Pléiades et de l'étoile Aldébaran. Partant des Pléiades, il y a une ligne incurvée ( constituée par de toutes petites lettres qu'on ne peut plus lire ) qui va vers notre système solaire, représenté sous la forme d'un visage de soleil. A côté de cette ligne de liaison, on peut lire en grandes lettres : "ot ea coe" = "vers la galaxie d'ot".

Les insulaires de l'île de Pâques et les Maoris considèrent les Pléiades comme la région natale de leurs ancêtres. Ils parlent de "Mata riki", le "puissant empire", les "puissants seigneurs" ( en vieil-allemand, "rihhi", "ricki" ou "rike" signifient aussi bien "empire" que "seigneurs" ). En outre, les Maoris parlent aussi, ce qui est très étonnant, de "A ot ea roa", pour désigner aussi bien le pays de leurs ancêtres que celui où ils vivent maintenant. Ils racontent également : « Ces étoiles ( les Pléiades ) sont au début de tout, pour nous les Maoris. Toutes nos histoires ont pour origine cette partie du ciel ». (...)
bref pour les curieux je vous invite à lire l'entièreté de l'article, vraiment impressionnant !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le manuscrit de voynich   Mar 2 Juil 2013 - 16:23

Il faut rester prudent orné car il s'agit d'une tentative de traduction que tu as lu,
d'un manuscrit que personne n'est encore arrivé a traduire.

Comme beaucoup d'auteur de ce genre, ton traducteur déforme sciemment les faits pour qu'ils collent
à son récit.

Par exemple il n'existe aucun mythe maori qui fassent référence aux pléiades comme origine de ce peuple.
La cosmogonie maori comme beaucoup d'autres attribue l'origine des hommes au ciel , les maori parlent "du Grand Ciel au-dessus-de-nos-tetes".

Mais les pléiades ne sont aucunement liées à l'apparition du peuple.

Elles se nomment Matariki effectivement qui ne signifie nullement puissant empire ou autre.
Matariki signifie "les nouvelles hausses" , en référence au soleil qui croit et aux récoltes à préparer.
Matariki indique aussi le début d'une nouvelle année chez les maori.

Aotearoa est aussi un terme maori qui n'a encore une fois rien à voir avec le pays de leurs ancetres comme l'affirme ce traducteur mensonger.
Il s'agit d'un terme pour qualifier une journée longue et lumineuse.

Les termes sont bien maori mais leur emploi dans le contexte du traducteur est complètement faux , il déforme volontairement la traduction des mots
pour que leur définition rentre dans le cadre de ce qu'il veut démontrer.
Il s'agit de tromperie pure et simple, de malhonnêteté intellectuelle alors soyons prudents !

Revenir en haut Aller en bas
EFFAB

avatar

Masculin Bélier Chèvre
Messages : 4591
Date d'inscription : 13/06/2012
Age : 50
Localisation : loire-atlantique

MessageSujet: Re: Le manuscrit de voynich   Mar 2 Juil 2013 - 17:26

Pour moi, là où ça pèche, c'est qu'il n'est fait nullement mention de Krypton...
 
Je plaisante, évidemment. De deux choses l'une, ou on se paye notre tête ou tout cela est vrai, corroborant ces théories si chères à ORNE.
 
Moi, je citerais ces deux passages :
 
Mais revenons encore une fois sur le mot "ra" qui signifie "rayon" dans le Manuscrit de Voynich et dans d'autres textes anciens. Pourquoi l'île de Pâques s'appelle-t-elle "Ra pan ui" ? On a : "ui" qui veut dire "saint", "pan" qui est la "voie". Cela donne donc "la sainte voie du rayon" ( qui vient du cosmos ), sur lequel les ancêtres voyageaient.

 Voici peu de temps, il y a eu une querelle juridique entre l'auteur du "Da Vinci Code" et deux autres écrivains, à cause d'un prétendu vol d'idées sur le Saint-Graal. Le pauvre juge a dû faire le pour ou le contre de préjudices atteignant plusieurs millions de dollars. C'est typique d'une société qui perd complètement la tête. Quand je me suis penché sur l'étymologie du mot "Graal", j'ai trouvé : "Sangraal", en vieil allemand: "sang ra ( aus dem ) all", "le rayon descendait du cosmos". Il n'y a jamais eu de Saint-Graal, c'est encore l'une des fâcheuses inventions du Moyen-âge.

 
(Aucun rapport mais ce Sangraal-là me fait penser à Shangri-la, un roman de 1933 et un merveillex film (humaniste et spirituel) de Frank CAPRA)
_____
 
 
L'Internet déborde littéralement d'articles sur le Manuscrit de Voynich ( VMS ). C'est là que se mêlent dans une cohue joyeuse les véritables scientifiques et les pseudo-scientifiques, les cryptoanalystes, les doux-dingues religieux et bien sûr tout l'éventail des chercheurs ésotériques, sans oublier les sceptiques qui sont toujours là pour manifester du scepticisme. Ces gens qui se croient obliger de douter de tout sont bien ce qu'il y a de plus bête au monde. Ils essayent par tous les moyens de nier phénomènes et la réalité des choses, et ils n'en discutent même plus sous des arguments fallacieux ou imbéciles.
Revenir en haut Aller en bas
evol

avatar

Masculin Messages : 5973
Date d'inscription : 15/05/2011
Localisation : systeme solaire - milkyway

MessageSujet: Re: Le manuscrit de voynich   Jeu 4 Juil 2013 - 10:00

intuitif a écrit:
Il faut rester prudent orné car il s'agit d'une tentative de traduction que tu as lu,
d'un manuscrit que personne n'est encore arrivé a traduire.
Comme beaucoup d'auteur de ce genre, ton traducteur déforme sciemment les faits pour qu'ils collent
à son récit.
.....
Les termes sont bien maori mais leur emploi dans le contexte du traducteur est complètement faux , il déforme volontairement la traduction des mots
pour que leur définition rentre dans le cadre de ce qu'il veut démontrer.
Il s'agit de tromperie pure et simple, de malhonnêteté intellectuelle alors soyons prudents !

Belle analyse intuitif
Tu es souvent pertinent , et je dirais même centré par rapport a toi même

Sinon je pense qu'il s'agit d'un livre écrit par un alchimiste
ça se voit par le fait qu'il y a des plante médicinale, et un passage sur l'astrologie

Il s'agit surement de l’aspect occulte et secret des plantes dans leur utilisation

Le secret des plantes doit rester secret, c'est surment pour cela qu'il est aussi indechiffrable
ou si tu préférés les secrets de la nature se mérite

L'univers dévoile ses secrets avec prudence
Revenir en haut Aller en bas
luctix

avatar

Masculin Messages : 3380
Date d'inscription : 30/03/2011

MessageSujet: Re: Le manuscrit de voynich   Jeu 4 Juil 2013 - 14:17

moi je te trouve un peu trop radical intuitif, tu refuses certaines traductions mais pourquoi ne pas accorder un doute?

les traductions sont souvent multiples n'est-ce pas?

je ne sais pas...

cette histoire de vieil allemand lié à beaucoup de langues semble se tenir, et est une idée partagée par d'autres
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le manuscrit de voynich   Jeu 4 Juil 2013 - 16:21

Je suis pas radical luctix j'estime juste que quand on voit la déformation qu'il a fait sur ces termes maoris , on est en droit de sérieusement douter de sa traduction.

Les traductions sont souvent multiples mais elles gardent généralement un sens commun, or ici elles sont complètement à coté de la plaque.

Je suis d'accord sur le fait que l'ensemble semble se tenir, mais je pense que 50 traductions différentes pourraient tout aussi bien sembler coller aussi.
Car ayant un alphabet et des caractères inconnus, aucun élément de comparaison , on peut formuler des tas de traductions qui sembleraient parfaitement refléter le texte.

Après sur le contenu je suis plutot d'accord avec evol et pour moi
il s'agit là d'un ouvrage alchimique.

Les plantes, l'astronomie, l'homme et les dernières pages faisant penser à un lexique (que l'on pourrait imaginer de substances ou d'étapes) , ces domaines sont pour moi du ressort de l'alchimie.

Revenir en haut Aller en bas
orné

avatar

Masculin Gémeaux Buffle
Messages : 4560
Date d'inscription : 11/06/2012
Age : 44
Localisation : UNIFIÉS CORPS, ÂME, MENTAL. LA TRINITÉ PARFAITE QUI REGARDE DANS LA MÊME DIRECTION, NE SE COMBAT PLUS MAIS RESTE SOLIDAIRE

MessageSujet: Re: Le manuscrit de voynich   Jeu 4 Juil 2013 - 18:02

intuitif a écrit:

Après sur le contenu je suis plutot d'accord avec evol et pour moi
il s'agit là d'un ouvrage alchimique.

Les plantes, l'astronomie, l'homme et les dernières pages faisant penser à un lexique (que l'on pourrait imaginer de substances ou d'étapes) , ces domaines sont pour moi du ressort de l'alchimie.


oui mais savez-vous que l'alchimie la vraie, la pierre philosophale, est en rapport direct avec l'anatomie occulte du corps humain.
au fait la pierre philosophale se trouve en nous, et non une formule magique aient pour trait avec la matière.

De se fait tout peut de nouveau coller avec cette traduction donnée....
Revenir en haut Aller en bas
orné

avatar

Masculin Gémeaux Buffle
Messages : 4560
Date d'inscription : 11/06/2012
Age : 44
Localisation : UNIFIÉS CORPS, ÂME, MENTAL. LA TRINITÉ PARFAITE QUI REGARDE DANS LA MÊME DIRECTION, NE SE COMBAT PLUS MAIS RESTE SOLIDAIRE

MessageSujet: Le célèbre manuscrit de Voynich enfin décodé ? Le mystérieux texte du 15ème siècle pourrait être écrit dans une langue aztèque perdue   Sam 8 Fév 2014 - 7:40

Voici une nouvelle étude de traduction du fameux manuscrit de Voynich. Mais personnellement je reste attaché à celle-ci: http://cerbi.ldi5.com/IMG/pdf/bipedia26-3.pdf C'est avec cette dernière que j'ai le plus de ressentit.

Le célèbre manuscrit de Voynich enfin décodé ? Le mystérieux texte du 15ème siècle pourrait être écrit dans une langue aztèque perdue

Des chercheurs ont tenté en vain pendant des dizaines d’années de déchiffrer les textes anciens écrits sur le manuscrit de Voynich – il semble pourtant qu’on ait cherché l’inspiration au mauvais endroit.


Un botaniste américain a étudié les plantes illustrées du manuscrit dans un livre du 15ème siècle et en a localisé plusieurs d’entre elles comme étant d’une région d’Amérique centrale, aujourd’hui le Mexique.

Le Dr Arthur Tucker déclare que 37 plantes au moins sur les 303 auraient poussé dans la région aux 15ème et 16ème siècles et il pense que le texte est, de ce fait, écrit dans une langue aztèque, le nahuatl.



L’écriture est si bizarre que des sceptiques ont déclaré que le livre est un canular ou que les caractères n’ont aucun sens. Le manuscrit a été découvert en 1912 dans un monastère italien par le libraire Wilfred Voynich.

Une datation au carbone suggère que le manuscrit a été créé entre 1404 et 1438 approximativement, pendant la renaissance italienne.

Les 240 pages du livre sont faites d’un type de parchemin produit par du cuir de veau, connu comme vellum et sont décorées d’illustrations, diagrammes et d’un mystérieux texte écrit de gauche à droite.





La nature mystérieuse du texte a incité les cryptographes du monde entier à l’étudier, mais personne jusqu’ici n’a réussi à déchiffrer les passages écrits.

Le Dr Arthur Tucker de l’université du Delaware a utilis une approche différente et a préféré étudier les plantes qui illustrent le livre.

Il a découvert des similitudes entre des plantes spécifique du manuscrit et des illustrations de plantes qu’il a trouvé dans sa collection d’archives mexicaines du 16ème siècle.

Par exemple, le Dr Tucker et ses collègues chercheurs Rexford Talbert ont dit qu’une plante du livre affiche une ressemblance avec la photo d’une plante saponifère (xiuhamolli) vue dans un codex mexicain de 1552. Alors qu’un autre exemple inclut l’illustration d’une ipomée murucoïdes, trouvée dans le codex mexicain Cruz-Badianus, qui a un style identique à l’ipomée arborescente du manuscrit.
Au total, les chercheurs ont relié 37 des 303 plantes du manuscrit aux illustrations des anciens livres mexicains traitant de la botanique du Texas, de la Californie et du Nicaragua.
voynich-4



Si le texte est écrit dans le langage nahuatl, les botanistes prétendent qu’ils peuvent retrouver le nom des plantes du manuscrit et qu’ils pourraient les utiliser pour former un code de base à partir duquel ils décoderaient le reste du texte.

Par exemple, on voit une illustration de la pulpe ou du fruit d’un cactus près du nom ‘nashtli’ que Tucker et Talbert pensent être une variante du mot ‘nochtil’ – le nom nahuatl pour le fruit de la figue de Barbarie.





Le nahuatl a démarré au centre du Mexique au 7ème siècle. C’était la langue parlée prédominante des aztèques.

À la suite de la conquête espagnole du Mexique au 16ème siècle, l’alphabet fut remplacé par le latin.

Le nahuatl devint une langue littéraire, qu’on réservait à la poésie et à des écrits semblables au manuscrit de Voynich.

Des variantes de nahuatl sont toujours parlées par environ 1,5 million de peuples nahua au centre du Mexique.

On peut voir une version online en haute résolution du manuscrit de Voynich ICI


Source: DailyMail traduit par: le Bistro Bar Blog
Revenir en haut Aller en bas
akasha

avatar

Féminin Taureau Buffle
Messages : 3545
Date d'inscription : 12/05/2013
Age : 32

MessageSujet: Re: Le manuscrit de voynich   Sam 16 Sep 2017 - 2:13

Le mystère de Voynich ENFIN RÉSOLU ?



Depuis quelques jours, pas mal d'articles parlent du mystère du manuscrit de Voynich, vieux de 600 ans, et qui viendrait d'être résolu. Vraiment ?

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le manuscrit de voynich   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le manuscrit de voynich

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» Le Manuscrit de Voynich.
» [Littérature - Mystère] La feuille Rosette du Manuscrit de Voynich
» Le mystère du manuscrit de Voynich[/
» le manuscrit de voynich
» Les mystères du manuscrit Voynich (Arte)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Planète Révélations :: Légendes & mystères :: Mystères / Secrets / Enigmes-